LE PETIT PRINCE

ET LA HUITIEME PLANETE

 

      Vous trouverez ici des récits de collégiens de Sainte-Elisabeth, notamment pour participation au concours d’écriture avec le spationaute français Thomas Pesquet à bord de la Station Spatiale Internationale, dont la vocation de pilote fut impulsée par les livres de Saint-Exupéry, dont Le Petit Prince. Dans ce court récit, universellement connu, livre français le plus lu dans le monde, Le Petit Prince visite sept planètes, pour l’essentiel des astéroïdes avec d’étranges personnages solitaires : un allumeur de réverbères, un roi donneur d’ordres à ses sujets de passage, un businessman qui compte et possède les étoiles...

     Les organisateurs de ce concours ont proposé l’écriture par des jeunes de moins de 25 ans de la visite d’une huitième planète. Précisons que la septième planète visitée par Le Petit Prince n’était rien d’autre que notre... Terre. Disons aussi l’extraordinaire coïncidence, comme je faisais rédiger en classes de 6e et de 5e, ces merveilleux nouveaux récits, la presse venait de se faire le relai de la découverte aux abords d’une étoile naine à quarante années lumières de « chez nous », de sept planètes, qui offrent la possibilité à confirmer de la présence d’eau, et partant, de vie, passée, présente ou future.

     C’est une maman d’élève qui nous a tenu au courant de l’existence de ce concours de récits de moins de 2500 signes, à la suite de celui que nous avons organisé avec les trois classes de 6e : « Où est la classe volante ? », avec des propositions inventives de nos jeunes collégiens en science-fiction ou fantastique, avec les conseils d’écriture donnés par l’écrivain Yves Chéraqui, en amont et en aval de leurs textes. Un père d’élèves, de deux sixièmes de deux classes différentes, travaillant dans les sciences de l’espace, viendra présenter l’histoire et les projets liés à la Lune et aux bases lunaires, à l’ensemble des sixièmes rassemblés dans la Chapelle. (Il est venu avec un diaporama qui nous a projeté dans un avenir pas si lointain !)

     Avec les Sciences et les Lettres, nos jeunes ont plein d’étoiles dans les yeux !

Texte x654 de M. Dyrek

 

*

 

     Plus de 8500 jeunes de 78 pays ont participé au concours d’écriture lancé par Thomas Pesquet ! Parmi les 10 gagnants, un élève de Hong-Kong, un autre de Strasbourg, et une jeune élève de Toulouse, Elina, 10 ans ! « J’ai décidé de décrire la rencontre entre le Petit Prince et un aveugle : celui-ci imagine sa planète pleine de couleurs, alors que le Petit Prince la voit comme elle est, noire. » et « contente mais intimidée. Cela me donne envie de continuer à écrire des histoires. »

     Mon Quotidien du 15 avril 2017, prêté par Louise de 6e2 !

 

**

 

LES 5e DE SAINTE-E ET LA 8e PLANETE

 

     « Bonsoir, j’attends depuis vendredi les récits du Petit Prince (complété de 5 adjectifs de couleurs simples plus 5 adjectifs composés comme « vert clair », « bleu vert »), je viens de voir que chaque inscription est individuelle, je demande alors à chaque famille de la 5e3 d’envoyer ce récit (corrigé à retrouver dans la suite des textes des 6e ci-après) pour le concours en lien avec le spationaute français en vous aidant de ce lien de site ce 27 février ou

      Envoyez  le texte corrigé (ci-après) de l’élève de la famille ce mardi 28 février, date butoir ! :

Professeur : M. Dyrek Devoir de français du Jeudi 23/02/2017.

Sujet : Ecrire un texte en trois parties sur le thème du Petit Prince arrivant sur une nouvelle planète, la huitième de son voyage. »

‌ 

**

      "Réveillez vous, monsieur le Petit Prince", dit le hibou marron clair - son meilleur ami. "Cette nuit on a beaucoup de rêves à inventer." Le Petit Prince vêtu de sa veste verte pâle, toujours très occupé la nuit, car son activité fut la suivante : ingénieur de rêves sur la planète Exupéry, vingt habitants résidèrent sur cette sphère bleu vert, la huitième planète qu’il visita, la plupart furent des tulipes jaune moutarde ou des roses pourpres, mais aussi des coccinelles écarlates vinrent se reposer quelquefois sur Exupéry, mais le nombre de résidents fut toujours le même. Le Petit Prince eut une deuxième activité qui consistait à allumer les étoiles lorsque la nuit tomba car pour nourrir les habitants, il ne fallait pas les arroser ou leur donner à manger, mais allumer vingt étoiles pour vingt habitants.
       Comme chaque nuit, le Petit Prince fit sa routine : il se leva, compta les habitants et ... ils furent dix-huit "Tu es sûr ? Tu dois te tromper !" mais en réalité le hibou sut très bien que ce fut de sa faute, la nuit dernière il alluma dix-huit étoiles et non vingt, car quand il voulut allumer les deux dernières étoiles restantes, il commença à fatiguer et se réveilla trop tard, allongé sur le sol gris bleu gris d'Exupéry. Pour cacher les deux fleurs mauves mortes, ils les lancèrent dans le ciel bleu nuit et il les vit tomber.
      Comme ils ne furent que deux à travailler, le Petit Prince savait ce que fit le hibou, et lui même avoua son erreur, alors le Petit Prince se sentit trahi, alors pour aller mieux, le hibou partit d'Exupéry. Bien sûr, le Petit Prince ne pouvait pas gérer ça tout seul, alors il donna l'autorisation à une coccinelle, présente toutes les nuits, de l'aider à travailler.

     Luna A 5e3

 

**

 

     Les cousins

          Un jour, le petit prince se vêtit d’une peau de serpent noir orangé. Il partit pour la planète de sable appelée JAKOU. Pour voir son cousin qui est devenu  papa depuis de petits jours maintenant. Il avait comme métier directeur d’une usine de charpentier le meilleur dans son domaine. Le petit garçon s appela James, il eut comme première réaction un large sourire en voyant le petit prince. Il admira le petit prince qui était tout bleu. James commença à pleurer car il veut le serpent rouge bordeaux, à qui le petit prince avait volé la peau bleu clair.

          Le serpent attaqua le petit prince puis Elisabeth, la femme de James. James prit un grand bâton et essaya de taper le cobra, qui s’enfuit par la bouche d’aération. Le petit prince dit alors : « Ne vous inquiétez pas, je vais le chasser ! ».

- Non, répondit Jake,

- Pourquoi ? dit le petit prince, « Tu es mon seul cousin ».

- Il ne peut pas me mordre, j’ai sa peau.

     « Un serpent ne peut pas mordre la personne qui détient sa peau », dit le petit prince. Il dessina une épée sur son carnet et partit chercher le serpent. Le petit prince se retrouva dans la salle à manger. Il faisait chaud et beau, toutes les conditions étaient réunies pour que le serpent puisse survivre. « Il est reparti », dit le petit prince.

            En effet, le serpent était reparti pour échafauder un plan, afin de récupérer sa peau. Mais pas sur cette planète. Le petit prince repartit après avoir pu souper avec sa famille, une fois rentré sur sa planète. Il raconta à sa rose son aventure. Même encore de nos jours, le serpent cherche à récupérer sa peau.

 

     Matthieu S. 5e3

 

**

 

            Un jour le petit prince décida d’explorer le monde. Au moment de partir, il nettoya sa planète, ramona les volcans rouge vif, ceux qui étaient en activité et ceux qui ne l’étaient pas : « Il faut toujours être prévoyant disait-il ». Il fit sa valise en y ajoutant son chapeau orange et ses chaussures rouges et une fois terminé, il alla voir sa fleur qui pour être un jour spécial l’était, puisqu’elle ne lui fit aucune demande ou remarque égoïste ou vaniteuse. Le petit Prince fut certes étonné par cette façon d’être de la rose, mais il en fut d’autant plus ému. A l’instant où le Petit Prince s’envola dans le ciel bleu azur, la rose lui souffla un au revoir qui écorcha l’oreille du petit prince qui était dans ses rêves et pensées.

            Après un long voyage, épuisant et très dur, le Petit Prince arriva sur la planète vert bleu du Roi et gardien de l’infini. Il était coiffé d’une couronne d’étoiles dorées. Le petit prince trouva que cette couronne d’étoiles était magnifique. Le Petit Prince, une fois rapproché du gardien dit :

Bonjour Seigneur des étoiles et de l’infini.

Oh, mon enfant ne m’appelle pas par ce nom si prétentieux.

Ah désolé mais alors comment dois-je vous appeler ?

Appelle-moi comme il te convient. Et toi comment t’appelles tu mon cher ami ?

Je m’appelle Petit Prince. Cela vous convient-il que je vous appelle « mon ami » ?

Oui parfaitement Petit Prince.

Je suis très impressionné par votre couronne d’étoiles murmura le Petit Prince

     Je l’ai fabriqué avec des étoiles sur le point de s’éteindre et de tomber petit à petit en miettes. C’est aussi pour cela que j’ai voulu devenir gardien des étoiles car je voulais les sauver.

Le gardien des étoiles adorait admirer des comètes qui courraient de systèmes en systèmes. Il aimait aussi beaucoup passer du temps à observer les étoiles, les planètes pourpres, les astres, les phénomènes spatiaux et plein d’autres choses dans l’univers noir obscur. Il y distinguait des choses que personne ne voyait comme par exemple des exo-planètes lointaines qu’aucuns télescopes, machines ou hommes ne pourraient découvrir. Après toute une discussion palpitante sur l’univers, le Petit Prince décida, et dit au Roi, qu’il devait partir rejoindre sa fleur.

     En disant au revoir, le Roi dit au Petit Prince « Tiens » et lui donna une étoile jaune d’or de sa couronne. Le Petit Prince en fut tout ému. Il repartit de cette planète triste et heureux à la fois, et plein de souvenirs dans la tête. A son retour, sa fleur rose bonbon avait retrouvé sa façon d’être comme auparavant. Elle harcelait le Petit Prince de demandes et de services pour sa personne. Le Petit Prince en était tout de même content puisqu’en partant pour le grand voyage, il s’était posé des questions sur sa rose.

 

     Arthur B. 5e3

**

     La huitième planète, de couleur vert clair, que le Petit Prince visita, bien avant d’habiter sa planète rouge à trois volcans jaunes, fut une petite planète aux reflets bleu azur sur laquelle vivait un seul homme. Quand le petit prince arriva, il s’étonna de la taille de l’homme : même assis il faisait deux bons mètres !
     Le petit prince dit:
-Vous êtes grand! Qui êtes vous ?
L’homme tourna sa tête, d’un blanc clair aux taches marron, et le petit prince fut choqué par ses cicatrices.
L’homme sourit et dit alors d’une voix plus grave qu’aucune voix :
-Je suis l’explorateur de l’univers, le chevaucheur d’étoiles dorées scintillantes, le créateur et le destructeur de monde rouge flamboyant, je suis…. le Héros.
-Car oui! reprit-il. J’ai accompli des centaines d’exploits ! Comme courir avec des loups argentés, nager avec des requins bleus, donner la moitié de mon âme un enfant pour qu’il survive.
L’homme reprit une grande inspiration et comme il semblait qu’il allait continuer à narrer ses exploits le petits prince dit:
-Qu’est-ce qu’une âme ?
     L’homme, coupé dans son élan regarda le petit prince avec un mélange d’amusement et d’incertitude. Quand il vit que le petit prince n’était nullement intéressé par ses exploits, il dit simplement :
-Une âme est ce que tu as de plus cher, c’est ce qui te permet d’aimer, de haïr, de pleurer, de sourire, de t’émouvoir et de souffrir.
Maintenant tu es libre de partir.
     Et c’est ainsi que le petit prince partit, en emportant une partie de la sagesse du Héros. Il frissonna en repensant à lui, complètement bouleversé par cette rencontre.

     Lucas L. 5e3

 

**

     La huitième planète était habitée par un cordonnier. Cette visite fut très constructive pour le petit prince. Ce cordonnier était vieux, il avait des cheveux gris, une barbe blanche et des lunettes rondes. Assis à son bureau, il saisit une paire de chaussures et la jeta dans l’espace. Le petit prince s’approcha de lui et lui dit :

-« Qu’est-ce que vous faites ? »

Le cordonnier leva les yeux vit le petit prince et dit :

-« Quelle paire de chaussures voudrais-tu, mon petit ? « 

Le petit prince qui ne renonçait jamais à une question lui répondit :

-« Qu’est-ce que vous faites ? »

-« Je fais des chaussures. », répondit le cordonnier.

-« Pour qui ?», rétorqua le petit prince.

-« Pour des rois, des femmes, des hommes, des enfants, des animaux et surtout pour des lutins. »

       À ce moment là une multitude de petits bonhommes habillés en vert et en rouge sortirent du sol et coupèrent partout autour du petit prince. Le cordonnier dit 

-« Doucement, doucement. »

-«  Ce sont des lutins 88 », s’esclaffa le petit prince.

 Un lutin posé sur l’épaule du petit prince lui demanda : 

-«  Tu veux apprendre à faire des chaussures ? ». Le petit prince acquiesça, aussitôt les lutins partirent à toute vitesse et préparèrent une table pour le petit prince. Le petit prince prit une semelle, des clous, du cuir et commence son travail. Quand il eut fini, un lutin vint déposer une paillette sur l’une des chaussures du petit prince. Celui-ci admira avec attention celle-ci. Elle brillait de mille feux. Un lutin la glissa dans la poche du petit prince.

    Le soir venu les lutins allumèrent un feu et y placèrent des chamalows. Le petit prince s’amusait bien avec ses nouveaux amis. Il partit le lendemain matin. Le cordonnier lui donna une paire de chaussures avec un pouvoir magique. Celui-ci était de pouvoir sauter de planète en planète. Après avoir remercié le cordonnier, le petit prince admira une dernière fois cette planète et fit ses adieux.

 

     Emilie C.  5e3

 

**

 

            Le petit prince, de retour de ses visites à travers sept planètes différentes, accosta sur une huitième planète de couleur prune. Mais celle-ci n’était pas comme les autres : elle était toute petite, en fait elle avait la même taille que celle du petit prince ! Le petit prince, alors déjà sur cette nouvelle planète, s’écria :

- Bonjour , y a-t-il quelqu’un ? 

     Mais personne ne répondit. Le petit prince quitta alors la planète qu’il admira alors une dernière fois de loin. Mais tout d’un coup, il vit une toute petite lumière jaune orangé scintiller. Alors il revint sur ces pas. Il aperçut alors un petit être, mais pas n’importe quel petit être… Un petit être qui lui ressemblait beaucoup. Le petit prince n’en crut pas ses grands yeux verts d’eau de pouvoir rencontrer quelqu’un qui lui ressemblait tant ! 

            Le petit prince lui dit :

Bonjour !

Bonjour ! lui répondit le petit être, avec une voix très faible, comme un chuchotement…

Comme t’appelles-tu ?

On m’appelle petit être…

Pourquoi parles-tu ainsi ? es-tu souffrant ?

Oui, je suis malade… enfin, pas vraiment mais un peu… mais laisse-moi te raconter quelque chose…

     Il y a fort longtemps, un petit être vivait sur une petite planète toute dorée. Cette planète était magnifique, probablement la plus belle de toutes les planètes ! Ce petit être s’amusait beaucoup sur cette planète et vivait très heureux. Mais un jour, une autre planète bleu foncé, beaucoup plus grande apparut devant celle où habitait le petit être. Alors, la petite planète dorée perdit toute la lumière du soleil alors caché par cette grande planète qui lui faisait de l’ombre… Sauf que le petit être avait besoin de cette lumière chaleureuse pour vivre ! Alors, chaque jour, il perdit un peu de son énergie et s’affaiblit de plus en plus jusqu’à…

Mais qu’est devenu ce petit être ?

Ce petit être… c’est moi !!

     Emerveillé par cette histoire touchante, le petit prince prit Petit être et lui dit :

- Je vais t’emmener sur ma planète nacrée, car là-bas il y a de la lumière, blanche et étincelante, plus qu’il ne t’en faut…

     Alors ils se dirigèrent vers la planète nacrée. Quand ils furent arrivés sur sa planète, le petit prince installa son nouvel ami pâle au soleil. Le petit être d’abord frissonna, puis reprit petit à petit des couleurs : il était redevenu comme avant ! Merci… merci beaucoup d’avoir fait tout cela pour moi, dit le petit être. Mais je t’en prie, dit le petit prince. J’ai fait cela, car tu es mon ami et on ne laisse jamais un ami souffrir !

     Capucine C.  (5e 3)

 

**

       Un jour, moi et le Petit Prince, parlions dans le désert jaune du Sahara là où mon avion gris clair s‘était écrasé. Il me raconta toutes les planètes qu’il visita. Et c’est à ce moment-là que je découvris la planète K-745. Cette planète était bizarre non pas parce qu’elle s’appelait par ce nom étrange, mais parce qu’elle était habitée par une seule personne nommée Styve et qui était folle. Styve était un riche homme qui habitait sur la planète bleue avec sa femme et ses enfants Marie et Christophe, mais par une raison inconnue, il les quitta pour habiter sur une autre planète d’une couleur étrange ocre et grise.

      Le Petit Prince me raconta sa rencontre avec Styve. Il dit qu’il avait besoin d’eau pour sa rose rouge carmin ; Il chercha une planète avec de l’eau et il en vit une. Il accosta donc sur celle-ci. Un seul homme résidait sur cette petite planète, Styve. Il courut. Puis le Petit Prince lui dit :

Mais qu’est-ce que tu fais ? Pourquoi tu cours ?

Je dois faire ce que l’on m’a dit de faire, dit-il.

Mais qui vous l’a dit ? questionna le Petit Prince.

Eux !

Qui eux, il n’y a personne à part vous sur cette planète.

Ah bon, tout ce temps j’ai obéi aux ordres que l’on me donne et j’arrêterai quand j’aurai fini !!

     Décidemment il fut sévère. Il imagina des personnes rouges de colère, cramoisies, qui lui donnaient des ordres. Le Petit Prince lui demanda : Pourquoi vous faites tout ce que l’on vous demande de faire ?

Tu sais, lors de mon existence sur Terre, on me demanda de toujours faire quelque chose, j’ai désobéi, c’est pour cela que je suis parti. Si tu me donnes de l’eau claire et pure, tu pourras retrouver ta famille sur Terre.

     C’est comme cela que le Petit Prince et Styve restèrent amis jusqu’à la vie entière et ils repartirent vers la Terre, le Petit Prince retrouva sa rose rouge fuchsia et Styve, sa famille.

     Morale, il ne faut jamais faire ce que l’on veut toujours que vous fassiez.

     Hadrien C. 5e3

 

**

 

   Ce que vous ne savez pas, c’est qu'il y a eu une partie du Petit Prince déchirée à l’origine : la dernière planète et... je vais vous la raconter.

   Le petit Prince partit pour la dernière planète, la planète gris clair, celle des extraterrestres et quand il y arriva, les petits coururent, les grands roulèrent au travail. Il était le seul de couleur de peau blanche, les autres étaient vert foncé. Le petit Prince vit un écran géant fixé à une tour verte où il voyait sa propre planète, la orange. Il aperçut son chez lui et il admira le coucher de soleil. Il fit comme si de rien n'était et partit discrètement voir dans une sorte de grande usine rouge orangé.  Le premier individu qu'il croisa, il en profita pour lui poser des questions :

- « Bonjour  toi, qu'est ce que tu fais ? », demanda-t-il.

-" Bonjour non-martien, ici, je construis les meilleures soucoupes volantes du marché de la marque Ferraru. La plus puissante que nous faisons est la rose magenta.", lui répondit le martien.

 -"Comme tu es le premiernon-martien que je vois, je vais te donner celle-ci pour ta gentillesse : c'est la jaune et rouge là-bas."

 Le martien lui donna la soucoupe volante mais le Petit Prince hésita. Au bout de quelques minutes, le Petit Prince accepta. Le Petit Prince disparut de la vue du gentil martien, la soucoupe volante l'émerveilla par sa vitesse. Le Petit Prince  alla voir ensuite un autre martien, pas très grand, qui tenait quelque chose de gris taupe avec une carte de toutes les planètes.

-" Bonjour, je suis le Petit Prince que fais-tu ?", chercha à savoir le Petit Prince

-"Bonjour non-martien, mon métier consiste à allumer et éteindre les lumières de l'intégralité des planètes, vous voulez voir ?"

-" OUI ! si cela ne vous dérange pas..."

     Alors le martien tira sur le levier et toutes les planètes s'allumèrent et s'éteignirent en même temps, même celle des martiens.

-"Vu que tu es le premier non-martien que je vois et pour ta gentillesse, je vais te donner un cadeau."

Le martien prit un bouton rose fuschia et le plaça dans la main du Petit Prince, qui s'en saisit et partit sans savoir à quoi servait ce bouton.

   Une fois rentré sur sa planète, il appuya sur le mystérieux bouton : les lumières de toutes les planètes s'éteignirent en même temps ! et c'est ainsi que se finit cette fois, pour de vrai, Le Petit Prince. 

     Matthieu B. 5e3

**

 

Le petit prince

     Le petit prince examina une région appelée les Alpes. Il prit quelques échantillons de la mystérieuse poudre blanche qui brilla de son plus bel instant. Le petit prince ne reconnut pas sa planète. Il donna un dernier souffle à la terre et s'en fut. Il prit le temps de remettre en ordre sa rose qui émerveilla les passants et leur ouvrit le coeur à la beauté resplendissante de la planète du petit prince. Il cueillit une fleur et s'en alla chez son ami designer de lui même.

- Bonjour cher ami, lui dit le designer.

- Bonjour, s'exclama le petit prince.

- Il ne put que... il ne prononça plus un mot. Le petit  prince lui offrit un dernier baiser et il partit explorer de nouveau horizon. Il fut pris d'une envie folle de passer chez le poète.

- De toute grâce, votre beauté fut supérieure aux mille couchers de soleil.

- Merci pour ce joli compliment, mais nul n'est aussi ravissant qu'un coucher de soleil. Le petit prince demanda au poète de lui confectionner un poème parlant pour sa rose.

- Voici :

BELLE, ELLE FUT SI BELLE, QU'UN PAPILLON AUX MILLE ÉCLATS,

ELLE M'ATTENDAIT,

LEVER DE SOLEIL AUX AURORES
L'ENTENDRE CHANTER, PROFITER DE CE MOMENT ET S'EN RÉJOUIR AVEC TOI,

ELLE M'ATTENDAIT, POUR PLONGER ENSEMBLE ET DISPARAITRE.

     Le petit prince fut très touché et s'empressa de le réciter à sa rose nommée BELLE.

     Albane F. 5e3

**

                              Le petit Prince

      Le petit Prince commença à apercevoir la huitième planète. Elle était plus petite que les autres et il n’y avait qu’une seule île au milieu d’une immense étendue d’eau. Il accosta sur l’île et fut émerveillé par le décor paradisiaque qui l’entourait.

     Après avoir contemplé le spectacle qui s’offrait à lui, le Petit Prince se prépara à descendre mais au moment où il posa le pied par terre, il leva les yeux vers le ciel bleu et aperçut un homme avec une grande moustache blanche et deux petit yeux bleus. Il volait en laissant tomber de ses sacs une fine poudre qui vint se poser sur l’eau avant de fondre. Il vit aussi que l’homme était grand et plutôt imposant.

     Le Petit Prince l’interpella : « Bonjour ! »

L’homme entendit le Petit Prince et se posa en face de lui :

« Bonjour, qui es-tu ? »

Le petit Prince, impressionné par sa corpulence, répondit d’une petite voix :

« Je suis le Petit Prince, et toi comment t’appelles-tu ? »

L’homme hésita puis dit :

« Je m’appelle Alphonse et je m’occupe de saler les mers »

« Comment ça ? Tu veux dire que tu es « saleur » de mers ! »

Alphonse sourit et répondit :

« Exactement ! Tu as tout compris ! D’ailleurs ça te dirait de venir avec moi ? Il me reste une dernière partie à saler.

Le Petit Prince accepta immédiatement, Et ils partirent tous les deux en direction de la « piste de décollage »

     Une fois arrivé, Alphonse courut, prit son élan et s’envola. Puis le Petit Prince fit exactement ce qu’Alphonse lui avait dit. Il se mit en place, prit son élan et à son tour il s’envola.  Il frissonna en sentant le vent dans ses cheveux. Alors qu’ils volaient, le saleur de mers lui fit un signe comme quoi il était temps d’ouvrir les sacs et de libérer le sel. Lorsqu’ils eurent terminé, ils atterrirent tous les deux près du bateau du Petit Prince et se dirent au revoir.

     Mais juste avant que le Petit Prince ne monte dans son navire, Alphonse lui tendit un petit paquet de sel en souvenir de cette merveilleuse aventure.

     Julia L. 5e3

 

**


     Après ses voyages inoubliables de 7 planètes, c'est aujourd'hui que le petit Prince se décida de visiter sa huitième planète qu'il baptisa "Vaiana".

  -Journal de bord : Jour 1

Cher journal,
     Je viens de me poser sur cette planète bleu azur qui ressemble étrangement à la planète B 75 ! Dès notre arrivée, Rex et moi trouvâmes un petit lapin doré avec une queue blanche, celui-ci nous expliqua que cette planète était superbe mais aussi étrange, car elle abrite des sirènes à la chevelure argentée des trolls roses, des créatures qui sortaient de l'ordinaire !
     Lou le lapin, nous raconta que cette terre était sous les ordres d'une reine à la peau ocre dont le nom ne doit pas être cité, il nous chuchota le prénom de cette reine maudite "Nessma" tout à coup le sol se mit à trembler et deux gardes vêtus d une cape rouge foncé sortirent de nulle part.  Nous prîmes la fuite et nous nous retrouvâmes dans une forêt aux arbres marron glacé.  Nous reprîmes notre souffle et je décidai que cette planète était bien trop dangereuse pour y rester. Lou nous raccompagna à notre avion aux ailes orange clair et à l'hélice vert émeraude.
     Voilà, cher journal je constate que le nom que j’ai donné à cette planète ne lui convient pas. Je la rebaptise planète Nessma, car je pourrai citer son nom sans avoir peur.

     Inès D. 5e3

    

**

 

     Le petit prince après avoir visité la terre partit à la découverte de  la huitième planète. Il s’agissait d’une très belle planète, la plus ronde de toutes les planètes, dont  la couleur bleu-gris illuminait la galaxie. Le petit prince y arriva en un peu plus d’une demi-heure de trajet. Il y découvrit une dame à la chevelure écarlate et flamboyante penchée tendrement sur une étoile bleu turquoise et lui dit :

Qui  êtes-vous ?

Moi je suis la navigatrice des étoiles.

Tiens ! c’est amusant j’ai rencontré un homme au visage tout rouge qui prétendait posséder les étoiles

Oui en effet je vois il s’agit sans doutes de mon ex-mari le businessman

Ah ?!  mais alors à quoi cela peut bien servir de naviguer d’étoiles en étoiles ?

Cela sert à savoir où sont placées les étoiles dans la galaxie, et surtout à connaitre précisément la couleur de chacune. Il y en a de vert foncé remplies d’émeraudes, des dorées saupoudrées d’or fin, des gris bleu couvertes de coquillages et bien d’autres couleurs encore …

Tiens c’est tout aussi amusant j’ai rencontré un homme tout gris, un géographe qui lui cherchait à établir la carte des volcans et des montagnes de sa planète.

Lui c’est mon cousin !

Mais votre métier ne sert donc à rien d’autre ?

Et c’est alors qu’il aperçut un des plus beaux couchers de soleil qu’il n’avait jamais vus. Le soleil semblait exploser en un dégradé de rouge orangé. Il se précipita pour pouvoir le regarder jusqu’à ce que le soleil ne disparaisse.

La navigatrice et le petit prince observèrent ensemble ce coucher de soleil.

Ensuite le petit prince décida de quitter la jolie planète de la navigatrice maintenant plongée dans la nuit noire.

Mais juste avant de partir elle lui fit un large sourire et lui offrit la chose la plus précieuse  à ses yeux … une étoile d’un beau jaune paille toute brillante toute douce.

Le petit prince remercia, salua chaleureusement la navigatrice et disparut dans une poussière d’étoiles multicolores…..

     Clément L. 5e3

 **

              Escapade spatiale et ici poétique

avec des poèmes collectifs de 6e2, de 6e3 et de 5e3 dans ce livre du Panthéon Universel de Poésie paru en 2017 :

AnthoEscapadeLiberté en Poésie

 

**

 

LES 6e DE SAINTE-E ET LA 8e PLANETE

 

     Bonsoir, j’ai corrigé et re-présenté tous les récits liés à la 8e planète (j’ai ajouté l’évocation de la 8e planète), je viens de voir que chaque inscription est individuelle, je demande alors à chaque famille de 6e2 et 6e3 d’envoyer ce récit (corrigé à retrouver dans la suite des textes des 6e ci-après) pour le concours en lien avec le spationaute français en vous aidant de ce lien de site ce 27 février ou 28 février, date butoir ! :

     Professeur : M. Dyrek Devoir de français pour le Jeudi 23/02/2017.

Sujet : Ecrire un texte en trois parties sur le thème du Petit Prince arrivant sur une nouvelle planète, la huitième de son voyage.

 *

Le levier de la planète

     Le petit Prince arriva sur une planète plutôt bizarre, la huitième de son voyage, enfin carrément bizarre. Il alla dans un magasin pour acheter des bananes, puis au moment de payer, il se rendit compte que le vendeur s’était endormi.  Alors le petit Prince mit l’argent sur la table et sortit.

     Puis il se promena sur la planète et découvrit une chose très importante sur les habitants : ils étaient tous endormis.

 - Mais tout le monde est endormi sur cette planète !!!!!, hurla le petit Prince de toutes ses forces.

Et soudain, une grosse voix rauque lui répondit :

-J’aime les ours blancs, rouges et de toutes les couleurs.

     Le petit Prince alla en direction de la voix qui le mena dans un petit bar sombre. Il comprit que cette personne était complètement ivre.  Le petit Prince attendit que ce monsieur reprenne ses esprits et en discutant avec lui, il sut qu’il s’appelait Pierre.

« Pierre, j’ai deux questions à te poser : la première, qui es-tu ? La seconde, pourquoi tout le monde est endormi sur cette planète ? demanda le petit Prince.

- Tu as fait une grande erreur en venant ici petit Prince, je suis comme toi un aventurier ou du moins je l’étais. Je suis tombé en panne sur cette planète. Cette planète ne fonctionne pas comme les autres. Elle a un système bizarre en haut de cette grande colline. Il y a un levier : si tu le tournes à gauche, c’est la nuit et si tu le tournes dans l’autre sens, c’est le jour. Mais le problème c’est que le système est rouillé. Donc cette planète reste bloquée dans la nuit. Avec nous jusqu’à ce que la mort nous prenne, répondit Pierre.

- Non !! je me suis toujours battu ! Quand on m’avait pris mon goûter en CE1, je ne me suis jamais laisser battre sans riposter ! Où est le levier ? dit il ?

-Suis moi !

     Ils arrivèrent devant le levier. En effet, il était complètement rouillé. Le petit Prince eut une idée :

-Si on mettait de l’huile ?

     Ils remontèrent sur la colline pour mettre de l’huile dans le système. Le petit Prince tourna le levier dans l’autre sens. Et là, tout le monde se réveilla.

     Ils furent, alors, accueillis comme des héros. Pierre resta sur cette planète et le petit Prince repartit dans son avion.    

     Maxence S. 6e2

 

**

 

     Le Petit Prince découvrit un jour une étrange planète qui s’appelait Foralways, la huitième de son voyage. Il mit peu de temps avant de découvrir un immense stade. Il y avait une grande porte qui mesurait au moins deux kilomètres de haut. Comme elle était ouverte, il se posa sur le sol avec son avion et entra. Et vit deux énormes personnes qui jouaient au football. Il monta le plus haut possible dans les gradins pour leur parler.

     Bonjour, cria le Petit Prince.

Qui a parlé ? dit le premier homme.

Je suis là, en haut des gradins, cria à nouveau le Petit Prince.

Qui êtes-vous ? demanda le Petit Prince

Le premier homme dit : « Je m’appelle Jean-Claude et je mesure 1km de haut. Et lui, c’est mon ami Bernard. Il est tout petit, c’est un nain, il mesure seulement 500 m de haut.

Un nain ? s’interrogea le Petit Prince, « mais il est immense ! ».

C’est toi qui es tout petit, répondit Bernard.

Que faites-vous comme métier ? demanda le Petit Prince.

Nous sommes footballeurs professionnels, répondirent-ils fièrement.

Mais vous n’êtes que deux, et il n’y a pas de spectateur, dit le Petit Prince.

Il y en a un ! dit Jean-Claude.

Ah bon ? Qui ça ? s’étonna le Petit Prince.

Toi, bien sûr, dit Bernard.

     Tu vas t’asseoir dans les gradins et regarder notre match, ordonna Jean-Claude.

Mais … trop tard, ils étaient déjà partis jouer au foot.

 

     Le Petit Prince se sentit alors obligé de regarder le match. Malgré le long voyage qu’il devait accomplir, il s’assit et regarda le match d’une heure et demie. A la fin du match, le Petit Prince les félicita et les remercia de l’avoir accueilli chez eux. Et il repartit avec son avion en se disant :

« Je ne reviendrai jamais m’ennuyer sur cette planète de géants ».

     Maxence H. 6e2

 

**

 

     A la suite de ses célèbres aventures, le Petit Prince arriva sur une planète inconnue, la huitième de son voyage. Le Géographe ne lui en avait jamais parlé, mais il décida d’aller la découvrir.

     Quand il mit le pied dessus, il rencontra un tout petit homme qui n’arrêtait pas de balayer et qui se mit à hurler : (B =balayeur P = Petit Prince).                                                                                                                                  

B – Au secours, un géant !

P – Mais non, je ne suis pas un géant, c’est vous qui êtes minuscule !

B – Ah bon ? Comment peux-tu me le prouver ?

P – Regarde, tu vois cette fleur ? dit-il en sortant une petite fleur de sa poche.

B – Euh … Oui et ?

P – Connais-tu la planète Terre ?

B – Oui et bien ?

P –Attends que je t’explique ! Cette fleur vient de la planète Terre et j’ai la taille d’un enfant humain.

B – D’accord, mais comment expliques-tu que j’avais la même taille que toi quand j’y suis allé ?

P – J’ai peut-être grandi depuis le temps. Ou tu as peut-être rapetissé…

B – N’importe-quoi ! C’est sûrement toi qui as grandi ! Ne sais-tu pas que les enfants grandissent ?

P  - Tu as peut-être raison.

     Le Petit Prince, ne voulant pas offenser davantage le balayeur, repartit sur son astéroïde : B612 !

     Olivier B.

 

**

 

     Les Terriens découvrent une autre planète cachée dans le système solaire. Le petit prince se propose pour aller sur cette planète inconnue, la huitième de son voyage. Il alla voir le juge et lui demanda s’il pouvait y aller. Le juge  lui dit qu’il fallait qu’il revienne avec des preuves.

     - Le petit prince dit : « Je reviendrai avec des preuves ! »

- Le juge dit : « Alors vous décollerez demain ! »

- D’accord M. le juge.

Et il s’en alla sur son chemin et la foule l’acclama «Le petit prince va nous ramener des preuves ! »

- Une petite fille l’appela « le petit prince !? »

- « Oui petite, qu'est-ce qu’il y a ? »

- Est-ce que s’il y a une fleur sur cette planète, tu pourras m’en rapporter une ?

- Oui c’est d’accord ! Et il s’en alla sur cette planète.

     Il arriva sur la planète, la huitième de son voyage, il s’émerveilla devant.

Il n’avait pas mangé depuis plusieurs jours.

Et c’était une planète remplie de bonbons !

Il y avait un lac de chocolat, des plantes en dragées.

Une fleur rouge en pâte d’amande et même un arbre en bonbons.

Il décida de ne jamais quitter cette planète.

Il commença à la visiter.

Il vit des palmiers en papier alimentaire !

Il entendit un bruit comme un loup,

Quand tout d’un coup, comme une sorte d’humain avec une tête de loup surgit.

Il avait cinq jambes, trois bras, des gants roses, un manteau vert.

L’être l’emmena chez lui.

Tout était en bonbons !

Le petit prince lui demanda s’il mangeait les bonbons.

L’être lui dit qu’ils ne sont pas comestibles.

Le petit prince lui demanda s’il mangeait et ce qu’il mangeait.

Nous n’avons pas besoin de manger pour vivre.

Le petit prince prit la rose et retourna sur sa planète avec des preuves.

Il alla voir le juge avec les preuves,

Ce dernier le remercia.

Le petit prince s’en alla avec la rose.

Rentra chez lui, se coucha.

Le lendemain, on le remercia.

Il donna sa rose à la petite fille.

Puis il retourna chez lui, heureux de cette aventure.

 

     Léa L. C. 6e3

 

**

 

     Le petit prince part visiter la planète des pâtisseries ! Il veut apprendre à cuisiner pour offrir une surprise à sa fleur. En apercevant la planète, la huitième de son voyage, il s’émerveille de joie ; elle est magnifique recouverte de pain d’épice et parsemée de chocolat. Cette planète était si vaste qu’il y aurait la place pour cent ogres ! Il fit la rencontre de Piniotarte qui vendait d’excellentes tartes aux clowns. Eux les clowns présentaient des spectacles d’ouf-bonbons-sucrés ! Ce lieu était donc le monde des sucreries ! Et le petit prince dialogua longuement avec le roi des pâtisseries :

 

     Bonjour, dit le petit prince en entrant dans le palais des bonbons.

Bonjour, petite sucette, que veux-tu ? dit alors le roi. Car dans le monde des bonbons, toutes les personnes sont des sucettes pour le roi !

Je veux savoir cuisiner, répond-il poliment.

Ici, dit le roi, nous ne cuisinons pas, en fait les sucreries sont produites par la pluie des bonbons qui passe uniquement durant la saison des lutins.

Et combien de bonbons tombent pendant cette pluie ! se demanda curieusement, le petit prince.

Euh… entre vingt mille et trente mille ! s’exclama, le roi.

Et pourrai-je en rapporter à ma fleur ! dit-il calmement et simplement.

Le problème, avertit le roi, est que vous n’avez pas demandé la permission aux lutins.

Pourquoi en ai-je besoin ? protesta tristement le petit prince.

Eh bien, informa le roi, sinon la malédiction tombera sur vous, comme elle est tombée sur notre planète, vous devrez manger toute votre vie des sucreries.

Merci, quand même répliqua gentiment le petit prince.

Et il s’éloigna, perdu dans ses pensées en songeant que si un jour il les croisait, il leur demanderait cette permission.

 

     L’univers de cet astéroïde est magique et original ! Sous le bonheur apparent des habitants de cet astre, se cache une âme détruite de ne plus avoir le plaisir de la diversité des goûts ! Car la diversité des choix fait de multiples petits bonheurs !

 

     Julie P. 6e3

 

**

 

      Le récit du petit prince et de la planète Orangus

 

   -Quand tu découvriras une nouvelle planète ?, demanda la fleur.                                                                                  -Eh bien justement je comptais y aller ; et c'est parti !, s'exclama le petit prince.                                Il s'envola et, un peu plus tard, vit une planète assez grande orange à pois bleu, la huitième de son voyage; il atterrit et observa l'endroit, il y avait des maisons de toutes formes : de champignons, de carottes, de bananes, de pommes ... Mais elles étaient toutes orange ou bleues et ou bien encore orange à pois bleus !              

   Un homme violet s'approcha de lui et dit: "Qui êtes-vous ? Que venez-vous faire sur la planète Orangus ?"                                                                                                               -Bonjour, je m'appelle le petit prince, j'étais à la recherche d'une nouvelle planète à découvrir, quand j'ai vu la vôtre, je me suis dit que ce serait une bonne expérience de l'explorer, répondit-il. - Ah, d'accord. Alors moi je m'appelle Dangus ; ici tous les prénoms se finissent par us comme mon ami Billus, mes deux cousins Tomus et Théolus.                                                                                                                              Pourquoi vos maisons sont-elle de ces formes et de ces couleurs ?, l'interrogea le petit prince.                                                                                                                                    -Ça je ne le sais pas, c'est un des mystères de notre planète... murmura Dangus   -Quel genre d'autre mystère a votre planète ?, le questionna le petit prince.  -Eh bien nous pouvons aussi changer de couleur, et il devint rouge, ce n'est pas extraordinaire ! répliqua-t-il.                                                                                                                       -Oui ça l'est ! s'étonna le petit prince et il partit explorant la planète.

   Cette planète ressemble à la Terre, mais en plus petite, en gros comme un village on voit presque tout le temps les même couleurs, orange et bleu, en exception des orangiens. Il y a toutes sortes de métiers comme bisness man ou bien on aperçoit aussi des géographes dans le bureau ...  Il reste beaucoup de choses encore à découvrir, mais il dut repartir après cette belle expérience pour aller rejoindre sa fleur étant restée dans sa planète. 

 

     Elsa E. T. 6e 3                                                                                                                                   

 

**

 

     La planète Vishnu

 

     C’était une planète assez grande, la huitième de son voyage, sur laquelle les habitants avaient deux têtes, huit bras, des lunettes de soleil et étaient tous jaunes. Ils vivaient tous ensemble et avaient un chef. Mais un jour, le petit prince arriva avec ses oiseaux...

-Bonjour, dit le petit prince à un garde d’une des villes.

-Bonjour, répondit le garde. Que veux-tu ?

-Conduis-moi à ton chef, s’il te plaît.

-D’accord, je t’y emmène. Et il ajouta à l’autre garde : Toi, reste ici, je reviens.

-Bonjour étranger, que veux-tu ?, demanda le chef.

-Où sommes-nous ?

-Sur la planète Vishnu.

-D’accord, et qui êtes-vous ?

-Les Vichnouniens. Mais, sur cette planète, il y a plusieurs clans ennemis. Les Vichnouniens noirs, rouges et nous, nous sommes les blancs.

-Pourquoi faites-vous la guerre ?

-C’est comme ça, on ne s’aime pas, alors on fait la guerre.

Curieuse pratique, se dit le petit prince en s’en allant. Il rattacha ses oiseaux et dit au revoir aux gardes, et s’accrochant aux ficelles qui attachaient ses oiseaux, il s’envola vers une autre planète...

     Adrien M. 6e3

 

**

 

         Après le départ du Petit Prince de la Terre jusqu’à chez lui, il décida de rencontrer de nouveaux amis ; il n’avait que sa rose, son mouton et son renard.

Sur sa planète, il ne restait plus beaucoup de place pour une personne. Il trouva enfin, une planète, la huitième de son voyage, elle était petite mais plus grande que celle du Petit Prince et sur celle-ci demeurait  un enfant qui rêvait lui aussi d’un ami, il était seul et triste.

         Quand il arriva, l’enfant commença à lui parler :

_ Veux-tu être mon ami ?

_ Qui es-tu ?, l’interrogea le Petit Prince.

_ Veux-tu être mon ami ? l’enfant était comme le Petit Prince, il ne renonçait jamais à une question.

_ Oui, je pourrais t’apprivoiser, mais il faut se connaitre donc, qui es-tu ?

_ Je suis le Petit Comte, j’ai tout ce que je veux à part un ami et la possibilité de quitter cette planète, j’attendais juste que quelqu’un vienne.

_ Et moi, je suis le Petit Prince, j’ai un renard que j’ai apprivoisé, une rose… Je pourrai t’aider à venir sur ma planète mais, je ne suis pas sûr qu’il reste de la place.

_ Ou plutôt on recrée ta planète sur la mienne, mais avec plus d’espace.

_ Mais j’ai un lien unique avec mon renard, ma rose et mon mouton.

_ Tu n’as qu’à les emmener jusqu’ici.

         C’est ainsi que le Petit Comte et le Petit Prince purent mener une vie tranquille et joyeuse. L’un avait des amis avec qui jouer, l’autre avait créé un nouveau lien d’amitié avec ce jeune ami.

      Xavier G.L.

 

**

 

     La planète de la fête

 

          La suivante planète, la huitième de son voyage, fut celle de la fête. Il y avait Monsieur Fête, il transformait TOUT ce qui était : ennuyeux, énervant… en quelque chose d’amusant. Quand le Petit Prince arriva, il pleurait car il s’était fait mal.

 

          Aaaaaaaaaaaaiiiiiiiiii, j’ai mal.

- Oh mais c’est pas grave, regarde le bon côté des choses, on pourra jouer au médecin, dit Monsieur Fête.

Le jour d’après, il y avait une affreuse inondation.

- Voyons le bon côté des choses, nous pourrons faire des compétitions de natations, dit Monsieur Fête.

Deux jours plus tard, il y eut malheureusement un grand cyclone.

- Oh mais c’est pas grave, comme ça on pourra voler comme les poulets grâce à la force du vent (cyclone), dit Monsieur Fête.

- Quoi ? Mais ça ne vole pas les poulets. Non ?, répondit le Petit Prince.

Trois jours plus tard, un volcan gigantesque entra en éruption.

Le Petit Prince commença à s’affoler et à courir dans tous les sens. - Aaaaaaaaaaaaahhhhhhhhhh, on va tous mourir. J’ai que dix ans, je veux encore faire beaucoup de choses comme visiter des différentes planètes, revoir le renard et surtout voir ma belle fleur, dit le Petit Prince.

- Mais n’importe quoi, on va bien se régaler. Moi je prends ceux aux caramels.

- Quoi ? Des bonbons, répondit le Petit Prince.

- Oui c’est bien ça des bonbons. Tous les mois le volcan rentre en éruption bonbolcanique. Donc tous les mois nous nous régalons en faisant un délicieux festin, répondit Monsieur Fête.

 

     - Oh mais il est vraiment bizarre Monsieur Fête. Mais finalement d’une façon très compliquée, je me suis très très bien amusé : j’ai joué, nagé, volé et mangé un délicieux festin, dit le Petit Prince.

 

     Emily M. 6e2

 

**

 

     Le "Petit Prince " est parti en expédition pour visiter de nouvelles planètes.

La huitième est l’astéroïde KF22. Elle est habitée par une famille de trois : un papa, une maman et un enfant. Le "Petit Prince" leur dit :

- "Bonjour..."

Pas de réponse

- "Il y a quelqu'un ? », demanda le Petit Prince.

- "Oui, qui est là ?" dit le père.
- "C'est le petit prince" dit-il.

- "Bonjour, cela fait dix ans qu'il n'y a pas eu de visite, car je suis très cruel.", dit le père.

- "Je m'en vais, au revoir."

Et le petit prince s'en alla. La planète suivante fut celle de Jules le Conquérant. (C'est écrit sur un panneau).
- "Bonjour" dit le petit prince.
- "Bonjour" dit Jules.
- "Qui es-tu ?" dit le petit prince.

- "Je suis Jules le Conquérant" dit Jules
- "Ah, quel est ton royaume ? "

- "Bah, quand j'y pense... je n'en ai pas "

- "Alors, au revoir."

    Le petit prince reprendra ses recherches demain, pour l'instant il va se coucher. Car demain les recherches reprendront et il faut être en forme...

 

     Angèle A.C. 6e3

 

**

 

     Avant d’aller sur Terre, le Petit Prince se posa sur l’astéroïde 331, la huitième planète de son voyage, et vit une grande personne avec un long chapeau pointu. Il lui souhaita le bonjour, mais l’homme ne le vit point. Quand l’homme se retourna, il poussa un cri, prit un objet, puis se sauva en courant.

 

            Le Petit Prince attendit patiemment que l’homme revienne. À  son retour, il lui demanda :

« - Qui êtes-vous ? Quel est cet objet ?

- Je suis le Mage Bergamote et cet objet est la boite de ma baguette magique.

- Que veut dire Mage ?, dit le Petit Prince.

- Ma baguette magique ne peut servir que deux fois », reprit le mage Bergamote.

Le Petit Prince, qui jamais de sa vie n’avait renoncé à une question, demanda à nouveau :

« - Que veut dire Mage ? »

Exaspéré, le Mage dit :

« - Cela veut dire qui a des pouvoirs. »

Le Petit Prince lui demanda alors :

« - Peux-tu me faire un tour de magie ?

- Jamais de la vie !, répliqua Bergamote, je vais préserver mon pouvoir pour me soigner quand je serai malade.

- Mais vous êtes déjà très vieux, fit remarquer le Petit Prince.

-On ne sait jamais, ça peut encore arriver : je ne suis pas mort, bougonna l’intéressé.

- Utilisez alors votre baguette pour ne pas mourir.

- Il n’existe pas de formule pour cela.

- Ah ! »

 

      Le Petit Prince, perplexe, le considérait à peu près comme un fou. Quand il  repartit, il se demanda si toutes les grandes personnes étaient comme ça. Il se dit : « Les grandes personnes sont décidemment très, très, très bizarres. »

 

     Baptiste C.-B. 6e 2

 

**

 

                       Le petit prince et « les scientifiques »

 

     Le Petit Prince arriva dans un système solaire qu’il ne connaissait pas, loin des sept planètes déjà visitées. Il n’y avait que quatre planètes, trois grandes, inhabitées, et une minuscule planète qui semblait habitée. Le Petit Prince atterrit sur la planète et vit un laboratoire, il sonna à la porte et deux personnes  âgées l’ouvrirent, un homme et une femme. L’homme avait six doigts à chaque main et un long cou, la femme, elle avait de longues jambes et un tout petit corps.

     L’homme se présenta « bonjour petit, je m’appelle Véroluxe et voici ma femme Vénusia. Qui es-tu. D’où viens-tu et pourquoi es-tu venu ici ?

-Bonjour monsieur, je suis le Petit Prince, je viens d’un petit astéroïde très loin d’ici et je suis venu parce que je me baladais et j’ai vu que c’était habité.

-Ok, répondit Vénusia. Entre, nous allons te montrer notre laboratoire.

Le petit Prince entra dans le laboratoire.

-Que faites-vous ici ?, demanda le Petit Prince.

-Nous travaillons sur les comètes et sur leur trajectoire, dit Vénusia.

-En fait, nous contrôlons les comètes. Si tu vois bien, nous avons plein d’écrans et de manettes pour les contrôler.

-Mince ! dit Vénusia. En te parlant, nous avons oublié de changer la trajectoire d’une comète à cause de cela, elle a fait exploser l’astéroïde B613. Heureusement, il était inhabité.

-L’astéroïde B613 ! C’est juste à côté de chez moi, je dois vite rentrer, dit le Petit Prince.

-Ok petit Prince, va chez toi et fais attention ! répondit Véroluxe.

-Au revoir, dit Vénusia.

Le Petit Prince partit de la planète.

-J’ai bien peur que sa planète soit détruite Vénusia, dit Véroluxe.

-J’espère que non, dit Vénusia. J’espère que non.

 

     Joshua B. 6e3

 

**

 

     Le Petit Prince

 

            Le monde est en émoi ! La station spatiale internationale a quitté son orbite ! Elle a disparu ! Le spationaute Thomas Pesquet se réveille…seul à bord.  Il se précipite au hublot et découvre avec stupeur qu’il tourne avec la station autour d’une planète inconnue, la huitième de son voyage. Impatient de comprendre ce qu’il lui arrive, il enfile son scaphandre et descend sur la planète. “J’avance de quelques pas, et regarde ; à l’horizon quelque chose bouge. Est-ce un animal ? Est-ce dangereux ?”

 

     Au moment où j’allais retourner à la station, j’entends une drôle de petite voix, qui me dit :

-« Bonjour, c’est toi qui habites cette jolie planète bleue ? »

Un joli petit garçon aux cheveux dorés se tient devant moi.

-« C’est la huitième planète que je visite. Il y a longtemps que tu habites ici ? Que fais-tu? Tu as un bien drôle d’habit ! A quoi ça sert ? Montre-moi ton visage ! Comment tu t’appelles ?”

-“Thomas, je m’appelle Thomas!”

 

      J’ouvre les yeux et me retrouve flottant dans mon sac de couchage dans ma petite chambre de la station spatiale internationale…Oh, non c’était un si beau rêve…!

 

                       Clara T. 6e2

 

**

 

            Le Petit Prince se promène de planète en planète et son périple l’amène sur la planète du Rêve, la huitième de son voyage. L’habitant de cette planète se nomme le Rêveur, son activité… dormir. Sans faire exprès, le Petit Prince le réveille en s’approchant de lui.

     Bonjour, dit le Petit Prince, vous avez bien dormi ?

Oui, mais je n’ai pas pu finir mon rêve ! dit-il en baillant.

Le Petit Prince lui présente ses excuses, puis dit : Pourquoi dormez-vous ?

     Je dors car dans rêves il n’y a pas d’ennuis, pas de problèmes. Je peux faire ce que je veux, quand je veux, où je veux et avec qui je veux. Dans mon monde de rêves, tout est parfait, sans inégalités. Les guerres n’existent pas, les hommes vivent heureux ensemble et respectent la nature. La vie y est douce et paisible. Maintenant, pars s’il te plait, j’ai un rêve à finir !

            Le Petit Prince est reparti. Le Rêveur s’est rendormi. On ne sait pas quand il a commencé à rêver, on ne sait pas quand il va se réveiller…

 

     Arthur D. 6e3

 

**

 

      Récit du Petit Prince et de la planète Nactar

 

     "Lorsque je vis une énorme étoile scintiller plus que les autres, j'ai souhaité aller voir de près ce curieux phénomène. Je suis alors monté dans ma fusée et en quelques millions de secondes, j'ai atteint ma destination. Quelle étrange découverte !

 

     J'avais atterri sur une planète, la huitième, totalement désertique où on ne trouvait aucune végétation ni le moindre petit insecte ou le moindre cours d'eau... Au loin, je crus apercevoir une silhouette qui me faisait signe. Dans ce silence et ce désert, j'avais très peur. Par curiosité, je me suis approché et j'ai observé cette étrange créature qui avait une tête carrée avec trois gros yeux globuleux, un corps tout bleu et simplement deux doigts au bout de ce qui ressemblait à un bras. J'eus l'impression qu'elle avait aussi peur de moi que moi d'elle. J'ai cru comprendre qu'elle me faisait signe de la suivre. Mon coeur battait aussi fort qu'un tambour, mais je la suivis jusqu'à l'entrée d'une grotte.

     Je tentai alors de communiquer avec cette créature qui, même très différente de moi, ne semblait finalement pas si effrayante de près.

 

- Bonjour, dis-je timidement, comment vous appelez-vous ?

- Je m'appelle Nopor, dit-il d'une voix métallique.

- Et que faites-vous au beau milieu de cette planète désertique ?

- Eh bien j'attends...

- Ah bon, mais qu'attendez-vous ici ?

- Rien ou tout, c'est selon l'heure.

- Mais vous n'avez pas de village ni de famille ni d'amis ?

- Non, il n'y a plus de village depuis maintenant des millions de secondes.

- Oh, fis-je un peu alarmé, mais que s'est-il passé ?

     Je craignais qu'il me parle d'une guerre bactériologique qui aurait décimé tous les habitants de sa planète.

- Mon village revient lorsque tous les millions de secondes s'écoulent, puis il disparait à nouveau.

- Quel étrange phénomène ! Mais comment savez-vous quand votre village reviendra ?

- Grâce à ce sablier.

     Et il sortit un petit objet noir qui était attaché à un semblant de poignet entre une sorte de bras et ses deux doigts.

- Et pourquoi êtes-vous le seul à ne pas partir ?

Il ne répondit pas tout de suite et ses trois yeux devinrent plus noirs.

- Parce que je suis le gardien du temps de ma planète. Je veille à ce que mon village soit à l'abri des tempêtes galactiques qui frappent régulièrement Nactar en le faisant disparaître.

- Mais pourquoi le village disparaît-il, où se cache-t-il ?

- Les tempêtes galactiques provoquent des failles temporelles qui paralysent les Nactariens, alors je fais glisser le village dans une autre temporalité, ainsi les habitants ne se rendent compte de rien.

- Et toi, où peux-tu te cacher pendant les tempêtes ?

- Je me protège dans cette grotte qui est devenue mon refuge car le sablier me protège des effets du temps.

- Et tu ne te sens pas trop seul ?

- Un peu, mais je suis heureux que tu sois venu me voir.

- Moi aussi, mais j'aurais bien aimé connaître les autres Nactariens. 

- Reviens dans quelques millions de secondes et je te présenterai mes amis.

- Oui je reviendrai, mais comment pourrai-je savoir à quel moment je peux me poser sur ta planète ?

- Je vais te donner un petit sablier pour que nous restions en contact.

     Et il sortit un autre sablier blanc et me le tendit. Je l'acceptai avec reconnaissance.

- C'est un très bel objet que je mettrai dans ma fusée et dès que je verrai le signal, je reviendrai. Merci Nopor !

- Merci mon ami, comment te nommes-tu ?

- Mes amis m'appellent le petit Prince.

- A bientôt petit Prince, Nactar sera toujours ravie de t'accueillir.

- A bientôt Nopor !

     Et je me dirigeai vers ma fusée. Au loin je vis le ciel s’obscurcir vers la grotte. Avant de monter, je jetai un dernier regard vers Nopor qui me fit un petit signe avec son drôle de bras.

      Et c'est ainsi que le petit Prince raconta son histoire à son amie la rose qui avait elle aussi très envie d'avoir des nouvelles de Nopor et de son village qui voyage dans le temps sans s’en apercevoir.

 

     Josquin C. 6e3

 

**

 

     C'est l'histoire du Petit Prince qui à quatorze ans arrive sur une planète nommée Menton, la huitième de son voyage. Cette planète n'est pas très grande, mais il y a beaucoup de petits habitants qui y vivent.

- Bonjour dit le Petit Prince tout intrigué.
- Bonjour ! disent les habitants de la planète.
- Où êtes-vous ? dit le Petit Prince qui ne les voit pas.
- Ici !!! Sous tes pieds !
- Ah pardon ! dit le Petit Prince tout gêné.
- Tu es un nouveau ?, disent les habitants.
- Oui ! Je viens d'arriver.
- Mais vous êtes des cailloux ? dit le Petit Prince.
- Oui ! Et on joue aux billes avec nous-mêmes.
- Mais comment vous faites ?
- On se jette puis on roule !
Un peu plus loin, le Petit Prince rencontre un caillou pas rond.
- Tu ne joues pas avec tes amis ? dit le Petit Prince.
- Non je ne peux pas, je ne suis pas rond.
- Ce n'est pas juste ! dit le Petit Prince au caillou.
- Je sais, mais ce n'est pas de ma faute...

     Le lendemain matin, le jour de son départ le Petit Prince choisit d'emmener le caillou qui n'est rond pour faire ses voyages et pour que le caillou puisse voyager. Ils sont très contents.

 

     Julien R. 6e2

 

**

 

     Le Petit Prince voulait voyager dans le monde. Un jour, il partit avec son petit avion. Il volait entre les planètes, puis il arriva sur une mystérieuse planète qui se nommait Dagoba. Il découvrit les habitants de la planète, la huitième de son voyage ; c’était des paresseux.

 

-Bonjour, dit le Petit Prince.

-B…O…N…J…O…U…R, disent les paresseux très lentement.

-Que faites-vous ?

-Nous…faisons…du…tennis.

-Et comment vous appelez-vous ?

-Moi…c’est…Robert, dit-il.

-Et…moi…c’est…Jackie, dit-il.

-Mais, vous n’avez pas trop chaud de jouer sous le soleil en plein été, demande le Petit Prince.

Non...ne…t’inquiète…pas…Nous…sommes…tellement…lents…que…nous…n’avons…jamais…chaud, dit Robert.

-Veux-tu…nous…regarder…jouer…notre…match…en…trois…manches ? propose Jackie.

-Avec grand plaisir, répond le Petit Prince.

-Attention…ça…commence, dit Robert.

[…]

-Ha, je m’endors, dit le Petit Prince.

- (Plus tard).

-Quoi, quoi ! ...mais il fait très froid tout d’un coup, dit le Petit Pince.

-Bah…oui, dit Jackie, quand…nous…jouons,…le…match…dure…deux…saisons.

     Au final le Petit Prince s’est bien reposé, mais il a eu l’impression de perdre son temps. Puis il a dit au revoir à Robert et Jackie, aussi vite qu’il a pu pour retourner sur sa planète et il s’est promis de ne plus jamais regarder des paresseux jouer au tennis.

 

             Justine K. 6e2                                 

 

**

 

     Quand il arriva sur la millionième planète, qui était la huitième de son voyage, le petit prince la trouva un peu bizarre. En effet, la planète ressemblait à une montre. Elle était recouverte de montres ! Chacune d’elles indiquait la même heure. Maintenant, le petit prince connaissait l’heure. Juste avant de partir,  il aperçut une petite lueur jaune, une sorte de crevasse. Il descendit et vit un Être Humain ! Incroyable, il avait une tête de montre comme une horloge. Le petit prince resta bouche bée et demanda:

- Que fais-tu ici ?

-Je ne me souviens plus de rien, même plus de l’heure qu’il est ! J’ai faim, je voudrais des tic-tacs.  Pourrais-tu m’aider ?, supplia l’étrange personnage.

- Je crois que oui, dit le petit prince, mais d’abord, je vais t’emmener sur la Terre.

A ces mots, ils partirent et allèrent sur la Terre.

-Merci mon vieux, dit l’Être Humain.

-Mais je ne suis pas vieux ! répond le petit prince.

- Ah oui, Merci mon jeune ! Et pour te remercier je te donne cette jolie montre.

Tout joyeux, le petit prince partit de la Terre. Prochainement, si vous voyez un jeune homme avec une montre, qui file d’étoile en étoile, c’est sûrement le petit prince.

 

     Thomas T. 6e3

 

**

 

     Le Petit Prince et la planète fertile

 

     Le petit prince arriva sur une planète bleue et verte, la huitième de son voyage. Les arbres n’étaient munis que de bourgeons et de fleurs dont les pétales s’envolaient dans une brise fraîche, parsemant les flancs dorés des collines fertiles illuminées d’un soleil éclatant.

     Il y avait là, un habitant qui n’avait guère de corps. Il n’était qu’une flamme. Mais était bleu océan et vert sapin. Le Petit Prince alla lui parler. Il monta la colline verdoyante. Au sommet, il vit des lacs scintillants de toute beauté. Il vit « l’utopie » dont avaient parlé les terriens, habitants de la Terre.

« Qui es-tu ? », lui demanda le Petit Prince.

« Je suis un habitant de cette planète et toi ? », répondit la flamme.

« Je suis le Petit Prince, enchanté ! », dit-il.

« Enchanté !! Je m’appelle Bonté. », dit la flamme, et le Petit Prince dit alors :

« J’adore cette planète, elle est d’une beauté immaculée et les arbres sont beaux. »

« Moi aussi, ici tout le monde est fait d’une bonté généreuse et clairvoyante. », dit Bonté en rougeoyant comme un brasier ardent et incendié de bonheur.

-« Je dois repartir » dit le Petit Prince et poursuit d’un au revoir chaleureux.

« Au revoir et bon voyage !! », cria Bonté, et le Petit Prince s’en alla.

 

     Le Petit Prince monta sur une comète aussi blanche que les ailes lumineuses d’un ange. Il s’envola contemplant la beauté astrale qu’est la galaxie. Et il vit une grande clarté s’échapper de la planète semblant lui dire : « Merci d’être venu !! ». Le Petit Prince souriant, exprimait à travers son sourire le bonheur de sa visite. Il rentra chez lui en se disant qu’il a vu, pour la toute première fois de sa vie, La perfection en elle-même.

 

     Baptiste B. 6e3

 

**

     Le pain de singe 

 

     Le petit prince arriva sur une nouvelle planète, la huitième de son voyage. Cette nouvelle planète était pleine de terre rouge et cultivée de petits baobabs minuscules et tous très fleuris. Un habitant de cette planète s’était installé dans le creux du seul grand baobab de cette planète. Le petit prince le vit en train de trier des petits morceaux tout blancs qu’il retirait des petits baobabs. Il s’approcha de lui :

     « Que fais-tu avec ces morceaux que tu retires de ces petits arbres ? », demanda le petit prince.

     « Tout d’abord, ce n’est pas un arbre, mais une plante composée de fibres qui fait une fleur puis un fruit appelé le pain de singe !

Particulièrement riche, le pain de singe contient six fois plus de vitamines C qu'une orange, deux fois plus de calcium que le lait, et une quantité importante de phosphore et de fer, sans compter les antioxydants pour le corps. C'est l'aliment idéal que je te recommande, petit prince. Je fais des confitures délicieuses avec ce fruit ».

     « Quel drôle de nom, pain de singe et quelle merveille, ce fruit, je pourrais le goûter ?» demanda le petit prince très gourmand.

     « Évidemment petit prince et puis mieux que cela, je te prépare un petit paquet ».

     Le petit prince repartit tout heureux de la planète avec un pot de confiture et un petit baobab en cadeau pour cultiver sur la Terre ces fruits particulièrement savoureux et les faire découvrir à tous les hommes. L’habitant était tout fier d’avoir fait découvrir le fruit du baobab au petit prince et certain que ce dernier en ferait bon usage auprès des habitants de la Terre.

 

     Jules G. 6e2

 

**

 

     Le Petit Prince et la Planète

 

     Il était une fois, une grotte qui flotte dans l’air ; toutes les personnes qui y posaient les pieds avaient le droit à une question qui leur dirait leur sort (vivre et manger des marshmallows ou mourir). Le Petit Prince adorait ce type de bonbons, car il était très rare dans sa galaxie. Quand tout à coup, un grand dragon surgit de l’ombre avec ses dents taillées pour broyer tout ce qui bouge.

Le dragon posa sa question au jeune homme comme selon la légende.

« Alors petit, tu oses t’introduire sur mes terres, demanda le dragon.

- Non, je veux juste manger des marshmallows, répondit le Petit Prince.

- Alors, tu connais la règle de la question ?

 - Oui, et bien pose-la moi.

- Voilà la question : Qui n’est là que la nuit et ne fait pas de bruit quand elle tombe ? 

Le Petit Prince réfléchit et s’exclama : la nuit bien sûr ! 

- Et oui, tu as trouvé la bonne réponse, voilà tes marshmallows.

- Merci, je suis trop content, peut-on les manger ensemble ?

- Oh, je vais les griller avec mes narines. »

     Ils commencèrent à manger les délicieux bonbons et le Petit Prince emporta le reste pour les manger chez lui. Moi, je pense qu’il les adorera. Et il vécut en paix et en sagesse, tandis que le dragon attend un nouveau passant.

 

     Maxime M. 6e3

 

**

     Le petit prince arriva sur la huitième planète, la planète Equidéa. Il était venu en avion et s’était posé sur un lac. Il vit en premier Hippo, l’hippocampe, le chef de la planète, accompagné d’Olympe le centaure.  L’une des particularités de cette planète est que les habitants sont des centaures (mi-hommes, mi-chevaux). Ils ont pour compagnons des hippocampes (les chevaux de mer) qui les protègent des grandes pluies lors des nuits de pleine lune qui ont lieu toutes les trois semaines. Ainsi les hippocampes veillent au bon fonctionnement de la planète, malgré leur petite taille, ce sont eux qui dirigent Equidéa.

 

Bonjour ! - Bonjour jeune prince, comment allez vous ?

Bien, je me demandais si je pouvais rester un peu pour prendre des photos ?

Combien de temps comptez-vous rester ? Nous sommes un peu débordés avec Olympe à l’approche de la pleine lune.

Je comprends, mais c’est la planète Terre qui m’envoie.

Si vous êtes d’accord, cela nous ferait plaisir de vous montrer les plus beaux endroits de notre planète.

Avec plaisir, on peut y aller maintenant si vous êtes disponibles.

Oh, une grande forêt, je peux y aller ?

On vous accompagne, car la forêt est très dense et nous ne voulons pas vous perdre !

     Je vais prendre des photos de cette magnifique forêt, mais aussi du lac et des plaines  que j’aperçois plus loin. Il est temps maintenant qu’Olympe vous raccompagne, je dois vous laisser, mon devoir m’appelle. J’ai été enchanté de faire votre connaissance. Je vous remercie pour cette visite et votre accueil, je ne vous oublierai pas, au revoir !

     Le petit prince repartit dans son avion,  avec lui son appareil photo et toutes les images prises sur la planète Equidéa. Il devait les ramener sur la planète Terre. Hippo et Olympe sont retournés à la Cité. Quelques mois plus tard une surprise attendait Hippo et Olympe la navette apportant le courrier avait déposé le livre du petit prince contenant toutes les photos prises lors de son séjour à Equidéa. C’était un beau souvenir…

 

     Clémentine S. 6e 3

 

**

 

     C’est l’histoire du Petit Prince qui va sur une petite planète, la huitième de son voyage, avec une maison en bois où un pompier vit tout seul chez lui. Le Petit Prince entra dans la maison, mais il n’y avait personne.

     Le Petit Prince entra, mais ne vit personne puis la porte de la sortie prit feu. Le pompier cria : Sautez depuis la fenêtre de l’étage !

Le petit prince alla à l’étage et vit un matelas dehors. Il sauta par la fenêtre sur un matelas avec précipitation.

- Qui êtes-vous ?

- Je suis un pompier !

- Pourquoi la maison a pris feu ?, demanda le Petit Prince.

- J’y ai mis le feu.

- Pourquoi ?

- Pour te sauver !

- Mais si vous n’avez pas réussi à me sauver, vous serez un criminel et en plus c’est pas vous, qui m’avez sauvé, mais le matelas.

     Après cela, le Petit Prince repartit très en colère ! Il partit sur une autre planète et réfléchit à ce que ce pompier avait dit. Le Petit Prince se dit : « Les adultes, je ne les comprendrai jamais ! »

 

     Marc P. 6e3

 

**

 

     Le petit prince arriva sur la planète à perles. Sur cette planète, la huitième de son voyage, il n’y avait que des enfileurs de perles. Il en rencontra un et…

_Bonjour, répondit l’enfileur de perles.

_Euh bonjour, dit le petit prince.

_Voici pour vous, lui donna l’enfileur de perles.

_À quoi cela me servira ? répondit le petit prince.

_Comment dire… ? Un sac de douze billes, ça peut toujours servir ! s’exclama l’enfileur de perles.

_Ah bah merci c’est gentil ! répondit le petit prince.

_Vous allez voir, dit l’enfileur de perles. Vous en aurez besoin dans votre aventure !

     Et l’enfileur de perles disparut ! Sur ces pas, le petit prince partit, tout heureux, mais intrigué…

 

     Juliana T. 6e3

 

**

 

     Sur l’astéroïde 35 vivait un sorcier. Il cherchait mais

Ne trouvait personne pour faire un souhait :

La planète était déserte. Enfin le Petite prince apparut.

Le Petite prince dit : « Peux tu me faire apparaître un lion »

Le Sorcier dit : « Non »

Le petit prince dit : « Pourquoi ? »

Le Sorcier dit : « Car je ne peux pas faire apparaitre des être vivants »

Le Petite prince dit : « Alors fais moi un tableau »

Le Sorcier dit : « Et voilà un tableau noir !»

Le petit prince dit : « Fais-moi apparaitre une fleur ! »

Le Sorcier dit : « Je ne peux pas, car c’est un souhait par personne. »

Le Petite prince dit : « À demain »

Le Sorcier dit : « À demain. »

Quand le Petite prince se réveilla, il chercha partout.

Le Sorcier avait disparu, il cria « Sorcier ! Sorcier ! ». Personne ne lui répondit.

Il partit en se disant qu’il y avait trop de mystère.

 

     Alexandre D. 6e2

 

**

 

            Un jour, le Petit Prince décida de quitter sa rose et ses trois volcans pour partir à la rencontre de nouvelles planètes. Après avoir longtemps volé, il aperçut une planète, la huitième. Il se dit qu'il allait peut-être y faire une courte halte. Mais tout à coup, les oiseaux se détachèrent de la ficelle et il tomba !

- Aïe, dit le  Petit Prince. Apparemment, je suis descendu plus vite que prévu, constata-t-il.

Il observa la planète et vit des habitants.

- Bonjour, je suis le  Petit Prince. Et vous ?

Il n'y eut pas de réponse.

- Ohé, il y a quelqu'un ? Personne ne répondit.

Le  Petit Prince s'avança et observa.

Il se tut pendant un instant.

- On dirait que le temps s'est arrêté !

Il observa en détail les gens.

Il remarqua que les gens vaquaient à leurs occupations quand tout à coup, c'est comme si le temps s'était arrêté.

- Bon, allons observer cette planète de plus près.

Un indice l'interpela : il vit un homme sur une horloge géante.

Il s'approcha plus près et vit qu'il avait une clé dans la main.

Il monta sur l'horloge et prit la clé.

Il vit une serrure sur l'horloge.

Il y enfonça la clé.

Tout à coup, les gens se remirent à bouger, l'eau à couler, comme si le temps avait repris son cours.

- Merci, dit une voix. Le Petit Prince se retourna et vit un petit homme !

- Mais qui êtes-vous ?, dit le  Petit Prince.

- Je suis Molie, je vais tout vous expliquer : sur notre planète, il y a le grand horloger. C'est lui qui dirige le temps chez nous. Un jour il voulait remettre les pendules à l'heure, mais au lieu de ça, il les bloqua, ce qui arrêta le temps.

- Ha, je comprends mieux. Je suis désolé mais je dois partir sur B-612 pour les rejoindre.

- Rejoindre qui ?

- Ma rose et mes trois volcans.

- Bon alors, au revoir.

     Le  Petit Prince s'en alla donc de cette planète pas comme les autres. De retour sur B-612, il alla ramoner ses volcans et arroser sa rose.

 

      Pierre S.-P.   6e3 Paris      

 

**

 

     Le petit prince se trouvait sur sa planète et regardait attentivement le coucher du soleil. Le coucher du soleil qui pour lui était le plus beau des spectacles. Comme il aimait les couchers de soleil !

     Un jour, il décida d’aller à la rencontre de la reine Soleil pour lui demander : « Reine Soleil comment fais-tu pour que le soleil couchant soit aussi beau ? », « C’est bien simple », répondit la Reine, « Il me suffit de m’assoir sur cette croix rouge située à 90° de la Lune d’Equida et de la Terre à 7h45 précises. Oh ! j’oubliais, il faut aussi que le soleil soit perpendiculaire à Lumina et parallèle à Oramina. Tu vois, c’est tout simple, tu devrais revenir un jour. Je te ferai une démonstration que tu n’oublieras jamais »

     Le petit prince confus et surpris partit de cette planète, la huitième de son voyage, en zigzagant, effet étrange, son exposition au soleil lui avait donné un teint tout doré. « Je me demande quel pouvoir étrange la reine avait en elle ! »

     Laura B. 6e3                                                                  

 

**

 

       Le Petit Prince arriva sur une planète, la huitième de son voyage, avec de petites maisons en carton. Lorsqu'il fit quelques pas, on entendait des rires, alors le jeune homme se retourna et vit plein d'enfants qui avaient des traces de larmes dans leurs yeux.
-Bienvenue, dit l'un.
-Sur, dit l'autre.
-La, dit le plus petit.
-Planète, dit le cinquième enfant.
-Des, dit le plus grand.
-Enfants, dit doucement le plus timide.
-Perdus, cria le dernier.
  Le Petit Prince les regardaient et imaginaient la vie libre, sans parents, ni loi. La planète était poussiéreuse et pleine de confettis. Les enfants s'amusaient sans les parents, mais la nuit, ils regardaient la lune et pensaient à eux.
-Vous avez des parents, demanda le Petit Prince.
  Les enfants, vexés de la question du Petit Prince, rentrèrent chez eux en pleurant. Le Petit Prince s'excusa et ils sortirent doucement et l'enfant dit :
-Maintenant, c’est moi, vos parents!
Sur ces mots les enfants souriaient et vécurent heureux...
     Ernest S. 6e2

 

  **

 

     Le Petit Prince voyagea sur une autre planète, cette planète était un peu plus grande que les autres. Il y rencontra un Bibliothécaire.

     Bonjour ! dit Le Petit Prince.

Bonjour ! Et bienvenue dans la Bibliothèque des étoiles ! Ici vous pouvez lire 200 livres. Oui, je sais, c'est peu…

Pourquoi ça s'appelle «La Bibliothèque des étoiles»?

Mmm… Tiens.

Il tendit un livre au Petit Prince.

Pourquoi me donnez-vous ce livre ?

Tu trouveras toutes tes réponses dans ce livre, répondit le Bibliothécaire. N’hésite pas à venir plus souvent.

     « Il est gentil celui-là », pensa Le Petit Prince.

      Daniel P.

 

**

 

     Quand je me suis rendu compte que plusieurs vaisseaux étaient sur les planètes que je voulais visiter, j'ai dû parcourir plusieurs kilomètres, pour enfin voir une toute petite planète, la huitième de mon voyage. J'ai eu de la chance d'avoir enfin trouvé une planète, il me restait un quart de carburant. Je me suis posé et j'ai vu quelqu'un avec une combinaison.

"-Bonjour, je cherche quelqu'un pour m'orienter et trouver du carburant.

-Bonjour je vois, je peux vous aider mais comment t'appelles-tu ?

-Je ne connais pas bien mon prénom mais mon surnom est le Petit Prince et vous ?

-Je m'appelle Thomas, Thomas Pesquet mais avant, viens visiter ici on s'amuse bien et je t'ai préparé une surprise.

     Au début je trouvais ça normal, mais plus on avançait, plus je trouvais ça bizarre, j'avais l'impression que tout m'était familier : la terre, les paysages et les gens !

Il m'a emmené dans une salle noire et avant que je puisse dire quelque chose...

"-Bravo des gens que je reconnaissais à peine, car il faisait noir.

-Mais pour quelle raison ?

-Je te regarde depuis ton départ et c'est ta huitième planète ! Personne n'a jamais atteint ce record, dit Thomas.

-Et qui sont ces gens ?

-Toutes les personnes que tu as rencontrées au long de ton voyage."

J'ai profité de cette petite fête avant de repartir.

"-Au revoir, c'était vraiment sympa ! dis-je.

-Oui j’espère que tu reviendras."

     Je suis reparti avec plein de souvenirs dans la tête !

  

  Albane T. 6e2

 

**

 

     Le Petit Prince.

 

     Le Petit Prince arriva sur une nouvelle planète, la huitième de son voyage. Il aperçoit des petites cabanes et des petites maisons.  Les maisons sont de couleurs grises fabriquées avec des cailloux. Tout à coup, un petit personnage d’à peu près dix centimètres vient en courant vers le Petit Prince et derrière le petit personnage un énorme feu le suit… D’autres petits personnages sortent de nulle part et avec des arrosoirs ils éteignent le feu. Soulagé, le Petit Prince lui dit :

- « Qui êtes-vous ? »

Les petits personnages répondent ensemble :

- « Nous sommes de tout petits humains, nous habitons sur cette planète depuis très longtemps. »

- « Mais pourquoi il y a des incendies sur toute cette planète ? » demande le Petit Prince.

- « Car notre planète est très fragile et ancienne, elle prend feu très fréquemment. »

- « Mais comment éteignez-vous le feu ? Comment survivez-vous ? »

- « Nous éteignons le feu avec des arrosoirs, nous sommes habitués. Nous devons protéger notre village, nos champs. »

Leur village ressemblait à un groupe de maisons et des petits champs alignés. Ils éteignent le feu tout le temps. A l’extérieur du village il y a de petites forêts, de petites montagnes, de petits déserts.

Le Petit Prince dit : - « Il est temps que je parte. » - « Au revoir ! »

     Et en partant, le Petit Prince aperçoit la petite planète devenir de plus en plus petite.

 

     Alva B.  6e3

 

**

 

     Le Petit Prince poursuivit son voyage et arriva sur une huitième planète. Elle était assez petite mais très jolie. Au centre, trônait un bureau encombré de papiers, de cartes et de plans. Et assis derrière ce bureau, un militaire était en train de placer de petits soldats sur une carte. Intrigué, le Petit Prince s’approcha pour mieux voir.

     Dès qu’il l’aperçut, le militaire se redressa et lui cria :

« Qui es-tu soldat ? De quelle planète viens-tu ? Viens-tu en ami ou en ennemi ?

- Qu’est-ce que c’est tous ces bijoux ?, demanda calmement le Petit Prince en montrant les médailles que le militaire portait fièrement.

- Ce ne sont pas des bijoux, petit ignorant hurla le militaire, ce sont mes médailles ! Je suis colonel et ce sont mes décorations.

- Que signifie colonel ?

- Colonel signifie que je donne des ordres, que je commande mon armée.

- Mais où est ton armée ?

- Colonel signifie que je fais la guerre. D’ailleurs j’en prépare une et tu me déranges !!

- Où est ton armée ?, insista le Petit Prince qui n’abandonnait jamais tant qu’il n’avait pas eu la réponse à la question qu’il avait posée.

- Heu…. heu … mon armée…. Elle est … sur le terrain. Elle fait des manœuvres. Je vais conquérir l’astéroïde B605. Et puis cesse de me poser des questions ! C’est moi qui pose les questions ici ! Bon, maintenant laisse-moi soldat ! Je dois réfléchir à ma stratégie. Et le colonel se remit à jouer avec ses petits soldats.

      Le Petit Prince se disait intérieurement que cette grande personne était bien bizarre. Il ne comprenait pas pourquoi le colonel voulait conquérir l’astéroïde B605 alors qu’il avait déjà sa propre planète. Et il s’en fut.

 

     Maëlle R.-B. 6e 2

 

**

 

       Le Petit Prince et ses amis

    Le Petit Prince arriva sur une planète en avion. Il se posa sur cette planète remplie d'arbres. Il y avait un peu d'herbe et de l'eau par terre. Le Petit Prince commença à marcher, puis tout d'un coup, il tomba dans une petite et profonde flaque d'eau, mais il ne savait pas nager.

    Il essaya de s'accrocher à l'herbe. Au bout d'un moment, le Petit Prince vit une personne, il l'appela pour l'aider.

- Monsieur, monsieur, aidez-moi !, dit le Petit Prince en criant.

La personne se retourna.

- J'arrive ! dit-il en courant vers lui.

Ouf ! Le Petit Prince est sauvé.
     Le Petit Prince et le monsieur se présentèrent. Le monsieur était un fabricant de maisons. Il demanda au Petit Prince :

- Comment t'appelles-tu ?

- Je m'appelle "le Petit Prince", dit-il.

Le Petit Prince vit un groupe de personnes, il se demanda qui c'était.

- Ce sont mes amis ! dit le monsieur. Viens, je vais te les présenter.

     Les amis jouèrent ensemble même si c'était difficile de trouver ce qu'ils allaient faire. Car l'un voulait jouer au foot, mais en vélo ; un autre au basket, mais sans mains ni pieds ; encore un autre au tennis, mais sans raquette, avec la tête. Le fabricant de maisons voulait construire un toit parce que le reste il ne savait pas le faire. Et à la fin, tout le monde était d'accord pour faire une BOUM. Le Petit Prince partit étonné et content de ses nouveaux amis.

     Mélanie B. 6e2

 

**

 

            L’Astéroïde 331 où se pose le petit prince est aussi rond et lisse qu’une bille. Mais il n’y avait personne à part un petit cagibi rouge en fer. Il s’en approche et ouvre la porte. Il n’y a, à l’intérieur, que de simples balais ainsi qu’un seau d’eau.  Soudain, une vieille femme à la peau ridée approche et dit :

     Que fais-tu petit voyou ? Tu veux me voler ?

Mais pas du tout, bégaie le petit prince.

Pousse-toi, je dois balayer, chevrote-t-elle.

Mais pourquoi ? Votre planète brille énormément !

Cette saleté de poussière d’étoile vient gâcher mon astéroïde, bougonne-t-elle.

Où dormez-vous?

Nulle part. Je nettoie matin, midi et soir la moindre petite poussière.

Vous êtes trop maniaque et cela vous bouche les yeux. La poussière d’étoile est fantastique et fait pousser la végétation. Toutes les planètes en ont besoin, sinon elles deviennent grises comme la vôtre, s’énerve le petit prince.

Je n’aime ni les enfants ni la poussière d’étoile, car ils ne font que des problèmes. Pars petit idiot, j’ai ma planète à nettoyer, chevrote-t-elle.

            Le petit prince finit par partir triste de voir cette méchante vieille dame maniaque. Pourquoi a-t-elle l’esprit aussi obnubilé par ça ? Peut-être car les humains sont plein de défauts. La planète, grise, lisse et ronde devient loin de son champ de vision. Il n’a le temps de voir que le petit cagibi rouge avant de s’enfoncer dans la galaxie.

     Chloé P. 6e3

 

**

 

     La fille animal

 

     Le Petit Prince arriva sur une planète, l’astéroïde 331. Nouvel astéroïde encore non visité.

Dessus, habitait une petite fille de l’âge du Petit Prince, elle un pouvoir étrange : elle pouvait se transformer en l’animal qu’elle voulait ! Elle était seule sur sa grande planète, c’est pour cela que le Petit Prince lui rendit visite… Es-tu la fille dont le pouvoir est de se transformer ?, demanda le Petit Prince à un scarabée de la taille de sa main !

     Le scarabée secoua la tête d’un air désolé. C’est alors que quelqu’un lui tapa sur l’épaule, il se retourna et se trouva face à une panthère qui se transforma dans un tourbillon de paillettes… en une petite fille !

Quel âge as-tu ?, lui demanda-t-elle.

Huit ans ! répondit le Petit Prince, étonné de cette question sans même un bonjour avant.

Comme moi ! répondit la fille.

Comment t’appelles-tu ?, demanda le Petit Prince.

Emma et toi ?

On m’appelle le Petit Prince.

     Soudain le Petit Prince prit son élan et fit un saut tellement grand qu’il atterrit directement… sur sa planète ! Il prit de l’eau, arrosa sa rose, la cueillit, revint sur la planète d’Emma… et lui offrit sa rose. Elle lui dit merci, ils passèrent l’après-midi ensemble et le Petit Prince décida d’habiter désormais avec Emma.

     Louise M. 6e2

 

**

 

    Il était une fois un enfant surnommé le Petit Prince. Il vivait sur une planète... ah non, pas sur une planète mais sur un astéroïde à peine plus grand que lui ; cet astéroïde s’appelait « Astéroïde B612 ». Il voyageait et visitait les planètes aux alentours. Un jour il rencontra un homme pouvant changer de forme (un méta morphe).

      Il alla parler à cet homme.

Bonjour, dit le Petit Prince à l’homme qui tricotait.

Bonjour, qui es-tu et comment…?

Je suis le Petit Prince. Je suis voyageur, dit-il en lui coupant la parole.

Grrrr … que viens-tu faire ici ? demanda-t-il en se transformant en ours.

     Le Petit Prince eut tellement peur qu’il s’enfuit en criant : « Plus jamais ça !! Plus jamais ça !! ». Puis il continua à parcourir l’Univers.

     Maxime B., 6e2

 

**

Mon récit

     Après avoir visité des planètes toutes aussi rigolotes que surprenantes, le Petit Prince arriva sur une planète plus que bizarre et qui fut la plus surprenante. Cette planète s’appelait l’Astéroïde 444. Elle était verte avec des lignes blanches, et elle n’était pas plus grande que Mercure. Elle était habitée par des personnages très musclés car ils jouaient tous au volley-ball. Tous les visiteurs étaient condamnés à y rester jouer pour intégrer l’équipe, et les râleurs étaient condamnés à regarder tous les matchs. Les seules exceptions étaient les rois et les princes qui étaient accueillis comme il se doit. 

     Le chef s’appelait «M. Musclé ». Quand le Petit Prince arriva, il passa une porte, et derrière celle-ci, il devint vêtu d’une tenue de sport. Un visiteur, condamné à rester ici, l’amena jusqu'à une place pour regarder le match. Quelques minutes plus tard, M. Musclé arriva.

-       « Bonjour, je me présente, je suis M. Musclé, je suis le chef de cette planète. C’est à vous de jouer après ce match, vous jouerez contre M. Shifou.

Pendant ce temps, je vais vous donner un questionnaire, alors 

- quelles sont vos origines ? - Quel âge avez-vous ?

- Comment vous appelez-vous ? - De quelle planète venez-vous ?

- Avez-vous déjà fait du volley-ball ? Si oui, où ? » s’époumona M. Musclé.

 

     Le Petit prince, satisfait de faire un nouveau sport, commença à répondre :

« Je ne connais pas mes origines… question personnelle…je suis le Petit Prince et j’habi… »

 

Mais M. Musclé stupéfait lui coupa la parole et lui dit :

-« Petit Prince ??!!!!! Excusez-moi, je vais vous amener au palais des récompenses. »

Ce dernier, un peu déçu, le suivit intrigué.

Une fois arrivé, il fut époustouflé par toutes ces coupes et après cette visite, M. Musclé l’amena dans une chambre de luxe avec vue sur les terrains de volley dans laquelle il passa une agréable nuit.

Pour remercier le Petit prince d’être resté, M. Musclé lui offrit la plus belle coupe et le petit Prince en échange lui donna le plus beau cadeau : ses remerciements et ses compliments.

Après ça, M. Musclé réconforté, gagna tous ses matchs et il se fit surnommer «Destructor»; il envoya une carte au Petit Prince.

Ce dernier était très content car il n’en avait jamais reçu. Il ouvrit l’enveloppe et la lut :

 

Cher Petit Prince, Merci pour ces belles choses que vous m’avez apprises et grâce à vous j’ai gagné tous mes matchs ! Et avec tout le respect que je vous dois je vous dis : MERCI !!!

M. Musclé (Destructor)

 

Depuis ce jour le Petit Prince n’entendit plus le mot «sport» de la même manière.

     Jade H 6e2

 

*

     La planète que j’invente s’appelle la planète du musicien où il y avait un jeune musicien qui joue sur le violon une musique qui mixait « les quatre saisons » de Vivaldi, les symphonies de Beethoven et la flûte enchantée de Mozart. Tout le monde se demandait comment il se rappelait de mémoire. Le petit prince le lui demandait et il répondait :

« Les étoiles sont mes notes. » 

« Ah bon ? »,  répond le petit prince tout surpris. « Oui ». « Moi je ne vois rien. » « C’est que moi qui les vois. » « Ok au revoir, j’aime bien ta musique. » « Merci pour la visite. »

« De rien. » « Au revoir. » « Au revoir. »

Stéphane D. 6e2

 

*

 

Architectus

Le petit prince arriva sur une nouvelle planète. Il cria : « Il y a quelqu’un ? ». Le son revint en écho et alors : quelle surprise ! Un temple sortit de terre là où, un instant plus tôt, il n’y avait que du désert !

            Il était de marbre blanc, avec des portiques de cariatides. Un petit homme bedonnant s’extirpa avec difficultés d’une des colonnes avec des schémas complexes plein les bras. Il lui répondit : 

-       Oui, il y a bien quelqu’un, mais je suis seul.

-       Vous êtes sûr ? demanda le prince.

-       Oui. Voulez-vous faire le tour de ma demeure ? questionna l’inconnu.

-       D’accord.

-       Que faites-vous ici ? demanda l’enfant.

-       Je suis architecte.  

L’étrange habitant posa la main sur une des colonnes et dit : « 1.978.92 » A ce moment-là, des tourbillons de sable se formèrent à leurs pieds et un escalier de marbre blanc et or apparu. Ils ne touchaient pas les tourbillons, car la première marche de l’escalier était déjà sous leurs pieds.

-       Venez, dit-il. A propos, je m’appelle Architectus.

-       Et moi, je suis le petit prince.

-       Bien, montez, rétorqua l’architecte sans vraiment prêter attention à la réponse de l’enfant.

Ils montèrent l’escalier au bout duquel trônait un ascenseur de verre. Architectus s’adressa au ciel et dit : « 29.879.1 ». L’ascenseur s’ouvrit et ils y entrèrent. Le petit prince regarda autour de lui et vit que l’escalier de marbre s’était volatilisé.

-       Comment faites-vous cela ? demanda l’enfant.

-       C’est scientifique, répondit le savant.

-       Mais vous êtes architecte, pas scientifique, s’étonna le prince.

-       Je suis un peu des deux, mon enfant.

Les portes de l’ascenseur s’ouvrirent et ils pénétrèrent dans un hall. Ils entrèrent dans un laboratoire rempli de dessins d’architecte et de notes scientifiques dans tous les coins et recoins.

-       Regardez, je travaille sur une navette propulsée grâce aux étoiles.

-       AUX ETOILES ! hurla le prince.

-       Du calme, je ne fais que les capturer, je ne leur fais pas de mal.

-       Vous enlevez mes amies ! enragea le petit prince qui partit en courant vers l’ascenseur.

         Mais Architectus se volatilisa et apparut entre l’ascenseur et l’enfant. A ce moment-là, ce dernier mit la main sur son cœur et revêtit son costume étoilé, épée à la main. Il traça un cercle sur le sol de la pointe de son épée ; et le cercle prit vie, se transforma en boule qui enferma Architectus. Le prince reprit donc l’ascenseur, quitta le temple, courut vers son avion et quitta cette planète, écumant de rage, contre cet homme qui capturait les étoiles.

            La boule qui enfermait Architectus s’éleva dans les cieux. Une étoile fit exploser cette boule avec une de ses pointes pour venger ses sœurs capturées. Le petit prince se dit qu’il avait eu raison de faire confiance à ses amies les étoiles, car les grandes personnes sont bien étranges avec leurs idées folles de dompter l’Espace.

Louis de C. 6e 2