Le blog de Monsieur Dyrek

27 janvier 2019

Palmarès complet La Coupe des Mondes sur Mars Journée Portes Ouvertes Sainte-E sur Terre avec photos L3D

« 2069 LA COUPE DES MONDES SUR MARS »

 

Podium établi par M. Chéraqui

   Or 1ère Margaux M. 6e2 (SUPER COUPE DES MONDES, bd, livre de poésie, diplôme)

   Argent 2e ex-aequo Héloïse L-B de 6e3  et Louis-Nicolas de 6e2 (bd, livre de poésie, diplôme)

   Bronze 3e ex-aequo Lucille X. de 6e2 et Eliott D. de 6e2 (bd, livre de poésie, diplôme)

CoupedesMondesMargauxVisageinvis19

EcritoVisagescachesphLD19

      Prix de basalte 4e ex æquo : Emma B 6e3, Juliette B 6e3, Alexia C-D 6e2, Mila L-S 6e2. Maëlys R. 6e1, Hugo M. 6e2, Auguste C. 6e2 (livre, diplôme)

     « Les basaltes martiens sont riches en fer, ce qui explique la couleur rougeâtre des roches martiennes, ce n’est pas pour rien que Mars est appelée la planète rouge. »

     Autres élèves finalistes : Angèle G 6e3, Théo L-C, 6e2, Solène B, 6e1, Samuel D., 6e2, Charlotte B., 6e3, Paloma C-O, 6e1, Lucille B., 6e3, Clémence B-T., 6e2, Lauriane B., 6e3, Aurore K. 6e2. (diplôme)

     Autres élèves qualifiés : Tugdual A., 6e3, Emilie B., 6e2, Théa C., 6e2, Sophie P., 6e1, Louise P., 6e3, Roch D., 6e1, Clément P. 6e3, Inès 6e3, Victoria D-G, 6e3, Louis G. 6e3, Andréa G., 6e2, Esther G., Zoé H. 6e1, Arthur M., 6e3, Chloé S., 6e3, Valentin V. 6e3 (marque-page folié artisanal).

 

**

     Les 3 récits coups de cœur de Madame Bénech,

Professeure de Sciences de la Vie et de la Terre… et des planètes :

     Emilie B. 6e2, Tugdual A. 6e3 et Emma B. 6e3

    Des fiches illustrées concernant les plantes de France leur sont offertes.

**

   Les 2 récits coups de cœur de Monsieur Poznanski,

Professeur de Physique :

      Emma B. 6e3et Eliott D. 6e2

Un livre a été offert à chacun.

**

TablerougeEcritophLD19

EcritoRidoBleuLDph19

panoRidoFenetrephLD19

PannodeloinMondrianphLDPanneaux, écriteaux, rideaux, photos LDDD55 en janvier 2019.

**
Panneaux de la JPO avec des panneaux sur le climat avec les 6e de Mme Vincent en Histoire-Géographie et des panneaux sur l'héraldique et l'art des blasons sous la conduite de Madame Colas, professeure de français en collège. Photos LDD55 en janvier 2019.

ClimatPanoMainphLD19

BlasonsPanneauxPhLD

**

 Photo ci-après par Laurent 3D55 du livre de Franck Balandier Apo,

consacré à Guillaume Apollinaire et publié en 2018 au Castor Astral. Dans le couloir des Humanités à la JPO, un panneau illustré sur les 100 ans d'Apollinaire a été préparé par Madame Pillot, la bibliothécaire du 112 des livres.

Ty530Jours

**


25 janvier 2019

La Coupe des Mondes sur Mars remise sur Terre ce samedi 26 janvier 2019 à 9h45 ! Concours récits inter 6e, palmarès, JPO !

« 2069 LA COUPE DES MONDES SUR MARS »

 

     Podium établi par M. Chéraqui

 

    Or 1ère (SUPER COUPE, bd, livre de poésie, diplôme)

    Argent 2e  ex-aequo (bd, livre de poésie, diplôme)

    Bronze 3e ex-aequo (bd, livre de poésie, diplôme)

      Prix de basalte 4e sept ex æquo : (livre, diplôme)

     « Les basaltes martiens sont riches en fer, ce qui explique la couleur rougeâtre des roches martiennes, ce n’est pas pour rien que Mars est appelée la planète rouge. »

     Autres élèves finalistes : 10 élèves (diplôme)

     Autres élèves qualifiés : 16 élèves cités (marque-page folié signé).

**

     Jury, Yves Chéraqui, écrivain, animateur d’ateliers d’écriture

     Michel Tognini, spationaute, enverra après sa mission en Antarctique son commentaire.

     Conception et organisateur du concours, M. Dyrek,

professeur de français à Sainte E

     Sélection des récits : les professeurs de français de 6e.

     3 Coups de cœur de Madame Bénech, professeure des Sciences

de la Vie et de la Terre… et des planètes

**

JOURNÉE PORTES OUVERTES SAINTE-É

REMISE DES PRIX DES 6e GYMNASE DU BAS
PRÈS DU MUR D’ESCALADE 9h45

    puis montée des Ecriteaux bifaces de la JPO :

« Un poème terrestre et un récit martien » vers la 1ère L !

JPO S-E : SAMEDI 26 JANVIER 2019.

**

     Tout ou presque sur la 1ère « Coupe des Mondes sur Mars » en 2069,

concours de récits des trois classes de 6e, palmarès samedi 26 janvier 2019 !

 

C’était, c’est ou ce sera...

La Première Coupe des Mondes sur Mars !

Présentée un demi-siècle...avant !

**

     Rendez-vous sur Terre à 9h45 - avec la présence de nombreux lauréats, de finalistes, de participants et de leurs familles terriennes et de l’écrivain juré - dans le grand gymnase au rez-de-chaussée avec à l’arrière-plan le haut mur d’escalade, à Paris, pays France.

     Dans les récits de ces 6e des trois classes, vous pouvez y voir de l’imagination, de la construction narrative, de l’envie d’écrire et de rêver, mais aussi des idées pour concrétiser dans 50 ans cette Coupe des Mondes sur Mars M. D.

 **

PALMARÈS RÉCITS INTER 6e samedi 26 janvier 2019 à 9h45 au gymnase du bas

« 2069 : LA COUPE DES MONDES SUR MARS »

 

Jury, Yves Chéraqui, écrivain

Michel Tognini, spationaute, enverra après sa mission en Antarctique son commentaire.

Conception et organisateur du concours, M. Dyrek,

professeur de français à Sainte E

Sélection des récits : les professeurs de français de 6e.

Coups de cœur de Madame Bénech, professeure des Sciences

de la Vie et de la Terre… et des planètes

 

                                                                **

LES ÉCRITEAUX DE LA JPO

 

     A l’issue du palmarès, photos avec les lauréats et les participants.

Photos avec les diplômes et avec les Ecriteaux de la JPO bifaces :

« Un poème terrestre ou un récit martien ».

Levez haut vos diplômes et vos écriteaux !

     Ensuite les 6e iront proposer aux visiteurs par petits groupes ou en solo de leur lire un poème concernant le Patrimoine de Paris ou un résumé de leur récit martien ou un paragraphe.

    Les écriteaux pourront être remis pour exposition sur une table de la salle « Humanités » près de l’affichage, dans une salle de classe du lycée,  des textes primés du concours « 2069, la Coupe des Mondes sur Mars » ainsi que des 10 poèmes primés ou remarqués des 6e et 5e aux concours « Patrimoines en poésie » (dont la remise des prix vient de se dérouler à la Conciergerie le 12 janvier 2019, un de nos élèves Louis-Nicolas B. de 6e était sur le podium !)

 

   "Cadre" de la préparation du centenaire des expéditions humaines sur la Lune...

     Certains élèves qui auront abordé alors les rives de la soixantaine pourront avoir un rôle actif lors de ces préparatifs...

 **

« LA COUPE DES MONDES SUR MARS »

Podium établi par M. Chéraqui, écrivain et animateur d'ateliers d'écriture

 

Or 1er ou 1ère (Super coupe, bd, livre de poésie, diplôme)

Argent 2e  ex-aequo (coupe, livre de poésie, diplôme)

Bronze 3e ex-aequo (coupe, livre de poésie, diplôme)

 

      Prix de basalte 4e sept ex æquo : (livre, diplôme)

     « Les basaltes martiens sont riches en fer, ce qui explique la couleur rougeâtre des roches martiennes, ce n’est pas pour rien que Mars est appelée la planète rouge. »

     Autres élèves finalistes : 10 élèves (diplôme)

     Autres élèves qualifiés : 16 élèves cités (marque page signé)

**

JPO18Recitsavec DirectricePalmarès 2018, photo L3D54

EcriteauJPO18 poemeterreLes Ecriteaux de la JP0, janvier 2018, photo L3D54

**

     Bonjour M. Tognini ! notre troisième spationaute français de l’Histoire dans l’ordre chronologique et le premier dans notre cœur à Sainte-E ! voici une sélection de 12 récits de « 2069 La Coupe des Mondes sur Mars » avec ces élèves enthousiastes de 6e qui vous ont écouté et qui vous ont posé des questions et vous ont posé des questions et vous ont écouté, en compagnie de deux autres spécialistes des hauteurs, dans un lieu souterrain prévu pour le Ciel et pas incompatible avec l’espace du ciel.

    Cette année, les auteurs en herbe, formés aussi en sciences par quatre professeurs en mathématiques, physique, technologie et Sciences de la Vie et de la Terre, auront-ils réussi à « sortir de la boîte », « de la « boîte Terre » pour essayer, pour expliquer, pour rêver et nous faire rêver. » comme leurs prédécesseurs qui nous avaient amenés aux premiers « Jeux Olympiques sur la Lune » en 2068 ?

     Cette fois-ci on va un peu plus loin, sur Mars, et un peu plus tard, mais toujours dans 50 ans et ce sera, en lien interplanétaire, le centenaire du premier pas humain sur notre satellite. Cette « banlieue de la Terre » dont vous nous avez parlé dans notre quartier parisien proche de la banlieue d’Issy, pôle spatial depuis les aventures des pionniers de l’aviation aux trente-six champs d’ailes !

     Au départ 90 élèves ont composé une histoire après les conseils distribués par M. Chéraqui, écrivain qui est intervenu pour des dizaines d’atelier d’écriture dans les écoles de Paris, et les deux professeurs de français, Madame Chatelain et moi-même, avons sélectionné moult textes de qualité rédigés en 55 minutes lors du Devoir sur Table de décembre, après réflexion et recherches sur le domaine spatial, les élèves qualifiés ont dactylographié leurs récits, peaufinés à la marge, j’ai demandé à l’écrivain d’établir une deuxième sélection entre 15 et 20 récits, il a établi aussi une notation et un classement et vous recevez les 12 textes qu’il a préférés, provenant de l’ensemble des trois classes de fin de cycle trois, ce choix vous arrive dans l’ordre alphabétique des noms d’élèves et je vous demande de faire votre classement de ces mêmes douze textes pour que j’établisse en croisant vos deux classements le palmarès définitif.

     En espérant votre retour de courriel ou de « courciel » sous quelques jours ! Palmarès et remise de coupes, de diplômes, de livres… Qui devrait avoir lieu sur Terre, car la Coupe des Mondes a été remportée par des petits Terriens l’année même où une sonde s’est posée sur la face cachée de la Lune, quelques semaines après qu’une autre sonde se soit posée sur la planète rouge. Certainement dans le gymnase au mur d’escalade (jusqu’aux étoiles ?) à 10h30 le samedi 26 janvier 2019 ante meridiem, horaire et lieu que je vous confirmerai en espérant que vous ne serez pas retenu par la sélection d’un septième spationaute européen au casting de l’apesanteur ! cordipoeti artisti récits et astris !

     Texte y520 Laurent Dyrek, professeur de français, lettre composée en banlieue de Paris dans le passage du 17 au 18 janvier 2019.

**

     Bonsoir Michel Tognini, cette nuit éclipse de Lune ! et samedi 26 janvier 2019 matin remise des prix de "La Coupe des Mondes sur Mars" des 6e dans le gymnase de Sainte-Elisabeth lors de la Journée Portes Ouvertes à Paris XVe sur Terre. Avez-vous reçu la sélection resserrée de 12 histoires de jeunes collégiens pour me donner vos préférences (envoi par mail ce we). Pourrez-vous venir pour ce palmarès, avec diplômes, livres et... Coupes ! Cordipoeti et récits Laurent Dyrek

**

     « Bonjour. Je suis en Antarctique jusqu’à fin janvier avec internet très limité. Donc je ne pourrai pas lire avant cette date. » Michel Tognini le 21 janvier 2019.

**

    Après votre retour, M. Tognini, pourrez-vous nous dire quel est ou quels sont vos récits coups de coeur parmi les 12 textes et/ou ce que vous avez apprécié dans ces histoires d'espace et de temps à sortir de la boîte Terre ? Vous nous avez dit que la Lune, notre satellite, était la banlieue de la Terre; auriez-vous une formule ou une évocation pour parler de l'Antarctique et de ce que vous y constatez ? Bonne mission. Cordipoeti et récits Laurent Dyrek dit Laurent Desvoux-D'Yrek de la même planète que M.T. ce 21 janvier 2019.

**

     Bonjour Madame B. ! Au jour de la saint Marcel, chère collègue de Sciences de la Vie et de la Terre et professeure de tous les élèves de 6e, voici les récits de nos chères graines de romanciers, que tu fais participer à une action solidaire de récupération de piles envoyées au Congo, incitation déjà à sortir d’une zone de voyages routiniers, et ces récits sont une projection vers une planète en porte des Mondes et vers cinquante ans dans le futur.

     Dans ces textes (en pj), tu pourras apprécier le plaisir d’histoires inventées et retrouver dans des passages descriptifs - « Nous vivons entourés et nourris de fictions… », dit à l’instant une écrivaine dans la petite lucarne – des éléments liés à la nature des sols et l’étude des astres célestes.

     Je t’invite à nous dire pour le palmarès du 26 janvier tes trois textes coups de cœurs et si tu le souhaites ton message à destination des êtres humains du présent et du futur au regard du respect des ours, des oursins, des sources et des ressources. « Un mot quand même sur cette faille spatio-temporelle… », demande l’animateur présentant des livres de fantastique et de surnaturel. « Quand j’écris je suis en apesanteur absolue… », répond l’un. « Cette dernière phrase sera « Je me tais ». », répond un autre.

    Tu fais donc partie des premiers lecteurs des histoires de « La Coupe des Mondes sur Mars », avec les deux professeurs de français, puis l’écrivain et l’ancien spationaute et depuis aujourd’hui les élèves de Terminale de « la classe volante » de notre établissement. Randonner c’est par les paysages et c’est par les pages qui disent le monde et les mondes.

    Bonne lecture et bon voyage en SVT par ces textes Sous Volcans Trésors… Bon je me tais… Cordialement. M. Dyrek Texte y518 le mercredi 16 janvier 2019.

**

      Vous trouverez ici en pièce jointe les récits finalistes du concours inter 6e « La Coupe des Mondes sur Mars », composés en Devoir sur Table en décembre 2018, après la venue de l’écrivain Yves Chéraqui ayant fourni à tous les 6e des conseils pour mener leur histoire et la venue du troisième spationaute français de l’Espace Michel Tognini, qui est venu répondre aux questions de tous les élèves rassemblés… à la chapelle, le ciel et le Ciel se complétant.

     En tant qu’élèves de la classe volante de Sainte-E, « classe volante » à qui les jeunes auteurs pouvaient donner un rôle dans leur histoire, vous êtes invités les premiers à lire ces récits et à réagir par vos encouragements, conseils, enthousiasmes afin de créer de l’interactivité entre la classe entrante et la classe sortante du second degré. Vos réactions peuvent concerner un ou plusieurs récits précis ou valoir pour l’ensemble de la sélection. Et sera lancée une manière de jumelage au sein même de la Maison Sainte-E.

    Vous êtes invités aussi à la remise des prix qui aura lieu dans le cadre de la Journée Portes Ouvertes samedi matin 26 janvier 2019 à 9h45 au gymnase du bas. (Le lieu et l’horaire auront été précisés dans le programme et sur le blog de productions d’élèves : « Le Blog de Monsieur Dyrek » aux 154 000 visiteurs, dont beaucoup de Terriens.)

    Je vous souhaite une bonne lecture de ces textes dans l’attente de la transmission de vos réactions et vous donne rendez-vous sur Terre à la JPO !

     Cordialement et littérairement. M. Dyrek le 16 janvier 2019.

**

Vers Ciel ph LD aout18Point de rassemblement, au pied du mur d'escalade pour le palmarès, photo L3D55 en août 2018.

     Les 3 classes de 6e, venue de M. Yves Chéraqui, vendredi 23 novembre 2018 (6e3 9h10, 6e1 10h20, 6e2 11h15) Auteur de Moi, Galilée qui a reçu le prix du roman historique jeunesse au salon de Nancy et des Histoires vraies avec le dessinateur Ted Benoît. Intervention en réponses à des questions sur l’art du récit en « fantaisie » et/ou science-fiction, intervention pour des conseils d’écriture, de mise en forme des idées narratives. Mise en place des fondamentaux du récit et d’astuces pour accrocher le lecteur. Récits composés mardi 4 décembre pendant 55 minutes en cours, aucun document pendant le Devoir). M. Chéraqui sera dans le jury du concours de rédactions inter-sixièmes, ainsi que Michel Tognini, spationaute français, venant aussi rencontrer tous les 6e, ce sera le lundi 19 novembre après-midi 13h45 pendant une heure à la chapelle ! Préparez vos questions sur les voyages dans l’espace !

      Le thème : 2069, la Coupe des mondes sur Mars. Palmarès  proclamé le samedi matin 26 janvier lors de la Journée Portes Ouvertes. Chaque rédaction ayant 14 ou + devra être envoyée dactylographiée, suivie du prénom et de la classe, en tenant compte des corrections, « sans interligne », sans couleurs, Arial 12, fichier doc ou docx, ou à l’intérieur du mail, à : monsieurdyrek@yahoo.fr  envoi de poèmes, de récits, de commentaires, vos coups de coeur pour des textes...

CONCOURS D’ECRITURE INTERSIXIEMES

 

2069, LA COUPE DES MONDES SUR MARS

 

Rédaction de « fantaisie » et/ou science-fiction :

mardi matin 4 décembre 2018 ! Le sujet est donné ! le voici ! :

« Racontez la préparation et le déroulement en 2069, DE LA COUPE DES MONDES.

Imaginez, si vous le souhaitez, le rôle que pourrait y jouer la « classe volante » !

 

     imaginez, réfléchissez, écrivez pour vous vous entraîner, mais le Devoir en classe sera à composer sans documents !

     Remise de prix samedi matin 26 janvier 2019 9h45

        Journée Portes Ouvertes de Sainte-Elisabeth :

           Coupes !, livres, diplômes pour chaque classe.

 

     Préparation, documents, conseils avec l’écrivain M. Chéraqui

**

   12 récits primés, dans l’ordre alphabétique

des noms de leurs jeunes auteurs

 

Le défi intergalactique     

    

     Marion nous salue gentiment après une longue journée à coder les phrases du professeur de français : M. D. Elle rassemble ses affaires et quitte l’école un peu fatiguée. A l’angle de la rue de Lourmel et de la rue de la Convention, un homme s’oppose à son passage. Il est grand et très élégant. Son regard est noir.  -  Vous êtes Marion H., la reine des chevaux ? - Heu…oui, pourquoi ? - Voici une invitation de la Maison Blanche, le Président Américain Bara-Kump vous attend demain soir à Washington. 

     10 avril 2069 Marion n’en revient toujours pas. Son rendez-vous avec le Président a bien eu lieu. Il lui a révélé l’impensable. La Terre est défiée en tournoi intergalactique. Marion a été désignée par les grands dirigeants de notre Monde pour choisir ses équipières et mener l’équipe de la Planète Bleue. La compétition consiste en une course de Shmoll, une créature extra-terrestre, mélange de cheval et de dragon, plus rapide qu’un guépard. Marion et son équipe découvriront les créatures dans les montagnes du Kirghizistan pour s’entraîner dans le plus grand secret. 18 avril dans la steppe Kirghize Les jeunes femmes découvrent subjuguées les Shmoll. Elles 5 représentent chacune un continent. Il y a Kim, la Nord-Coréenne, Zia, l’Argentine, Nourra, la Kenyane et Jerry, l’Australienne. Marion se comporte avec les Shmoll comme avec les chevaux. C’est précisément pour ça qu’elle a été choisie. Les bêtes semblent en confiance. Elles font environ 3 fois la taille d’un homme. Elles ont de grandes oreilles, une queue et des ailes multicolores. Leur corne au bout de leur museau rappelle celle d’un rhinocéros. Globalement, leur pelage est de couleur foncée. Il est si épais qu’il doit faire face à des températures polaires. Les entraînements sont nombreux, sérieux et épuisants.19 avril Les cinq équipières montent déjà correctement les Shmoll. Elles sont rapides et précises. Alors que la confiance commence à s’installer, un flash s’allume et met les Shmoll en grand stress. Un journaliste se cachait derrière un rocher. Il prend la fuite après avoir photographié les 5 créatures. 21 avril Les équipières de la Planète Bleue s’autorisent une pause après s’être entraînées plusieurs heures. Jerry, l’Australienne découvre que la presse du monde entier révèle leur préparation. Pire, elles découvrent les enjeux du tournoi. Si elles perdent, la Terre devra livrer la moitié de sa population animale à une autre planète. En revanche, si elles gagnent, un adversaire développera sur notre terre une incroyable technologie contre le réchauffement climatique. Désormais, les 5 jeunes femmes sont des « stars ». Le destin du Monde est entre leurs mains. 7 mai Le voyage s’est fait en fusée en forme de banane, nommée par M. To et M. Ch la « Bananaspace ». Les Shmoll étaient en soute tandis que Marion et son équipe profitaient d’une cabine spacieuse.

     En arrivant, la base aérospatiale leur apparaît gigantesque, comme dans les livres de science-fiction. S’y agitent des monstres venus de toutes les planètes, tous accompagnés de Shmoll parfaitement dressés. La compétition est un relai. Tour à tour, les cinq équipières doivent toucher des cibles réparties sur des kilomètres. Les élèves de la classe volante ne perdent pas une miette du spectacle. Marion avait insisté pour qu’ils assistent à cette Coupe des Mondes. Leurs relations avec les Shmoll n’est pas pour rien dans le bon comportement des créatures. La compétition est dure, le risque fou et la vitesse effrayante. 4 galaxies s’affrontent. Les concurrents doivent traverser des forêts, des déserts… Marion franchit la ligne d’arrivée avant ses adversaires. La Coupe des Mondes est remise à l’équipe de la Planète Bleue dans un stade déchaîné ! Les élèves de la classe volante sont tout joyeux. 17 juin 2069 Retour sur terre à bord de la fameuse fusée « Bananaspace ». Marion, ses équipières et les élèves de la classe volante atterrissent sur leur planète et sont accueillis en héros par une foule hystérique. Les enfants de l’école Sainte-E. vont pouvoir garder la coupe. Elle permet d’être plus intelligent !

    Emma B. 6e3


**

 

     Tous les mondes ont gagné !

 

     Bonjour, je suis Juliette B., envoyée spéciale de TV News en direct de Mars, pour la première Coupe des Mondes de cuisine 2069.

      Nous allons d’abord accueillir les participants. A l’instant même, je vois la capsule lunaire arriver. Elle est cylindrique, petite et grise. Elle atterrit (elle amarsit, devrais-je plutôt dire !) en douceur, rebondit, roule et s’ouvre pour laisser sortir les têtes rondes et pâles, posées sur un petit corps maigre des Lunaires. Cette arrivée s’est déroulée dans le calme et le silence, contrairement à celle des candidats du Soleil. En effet, c’est dans un éclair assourdissant de lumière aveuglante qu’apparurent les têtes bronzées, recouvertes de cheveux hirsutes et brillants des Solaires.

     Et voilà que les Terriens arrivent à leur tour dans leur belle fusée blanche et rouge. Ils se posent lourdement en dégageant une forte odeur de gaz et de poussière. En sortent les cinq représentants terriens, un pour chaque continent.

Les Martiens, verts, avec leur œil doré et globuleux et de grandes oreilles en forme d’entonnoir – n’ayant pas de bouche, les Martiens se nourrissent par les oreilles – se montrent très accueillants.

      Et voilà que la compétition peut commencer. Aussitôt chaque équipe s’affaire à la préparation de son plat.

     Que vois-je, une grosse fumée noire s’échappe de la cuisine des Solaires ! Chez les Terriens des éclats de voix se font entendre. Les Lunaires cuisinent silencieusement. Quant aux Martiens, quelques glouglous discrets nous parviennent de temps en temps. L’ambiance est sérieuse.

     Mais l’heure est terminée et les jurés, composés de deux personnes pour chaque planète, commencent la dégustation.   

     D’abord la substance verdâtre, gluante et qui tremblote des Martiens : les jurés martiens se régalent, mais les autres ne semblent pas du tout apprécier ! Ensuite, le plat des Lunaires : une poussière grise et fade, parsemée de pierres croquantes tire des grimaces des jurés terriens, martiens et solaires. Et cela continue avec le plat des Solaires : crème brulée sur lit de charbons ardents. Tout le monde se brûle ! Enfin, le plat des Terriens, lui n’est apprécié que des Martiens : même les Terriens vomissent en goûtant la pizza couscous riz caviar nappé de ketchup mitonné par nos cinq candidats. 

     Commence alors le grand débat pour choisir les gagnants. Chaque juré est convaincu que sa planète doit être désignée vainqueur. Enfin ils s’avancent. Je vois des visages tendus et d’autres plein d’espoir. Le verdict tombe et… les quatre planètes sont ex-aequo. Un tonnerre d’applaudissements retentit à faire trembler les tribunes.

     Une grande fête interplanétaire, à laquelle je suis invitée, est prévue pour clore cette journée. C’est pourquoi je vous laisse et vous dis à l’année prochaine pour la Coupe des Mondes 2070. C’était Juliette B. en direct de Mars. A vous les studios. Bonne fin de soirée !    

 

     Juliette B. 6e 3            

 

**

 

     Bonne soirée, « La Coupe des Mondes »

 

     Cet été se déroulera « La Coupe des Mondes 2069 ». Elle sera diffusée en 3D sur la télé nouvelle génération. Mais la meilleure chose à faire pour bien en profiter ce serait d’y aller en vaisseau spatial avec le PIK 7 le transport galactique. Je ne vais pas faire de la publicité, mais cet engin est superbe et fiable. Il peut faire Terre-Mars en une journée, quatre heures et demie.

Luxueuse, confortable, silencieuse cette navette peut contenir une cinquantaine de personnes.

    Sur Mars des installations ont été faites et une nouvelle vie a été découverte : les « smogs. Dans cette compétition, il y aura plein de nouvelles épreuves : 

-comme par exemple le cent mètres sous terre à creuser avec une pelle en équipe

-ou le try-champion le vélo avec des figures en apesanteur

-la course Martienne

-ou encore le tir sur des cibles rondes représentant une planète.

     Cela laisse à réfléchir. Mais un tel voyage est bien au-dessus des moyens de mes parents. Ce que vous venez de lire est ce que pense chaque soir depuis, un mois, Louis avant de se coucher. D’ailleurs, ce soir-là à la télé, une nouvelle émission passe. La mère de Louis l’appelle : «Louis, Louis, viens vite». «Les smorgs... découverte ...»

     Vous êtes sur votre journal de 20h. Les Smorgs sont des êtres presque comme nous sauf qu’ils ont trois yeux et qu’ils ont été découverts dans le cœur de Mars. Pourtant, la possibilité d’une vie sur Mars était quasiment nulle, affirmait la représentante de la S.V.M (Sciences et Vie sur Mars). Et maintenant, chers téléspectateurs, le propriétaire du PIK-7 met en jeu trois places pour Mars cachées dans les jouets « Évolution ». Les places seront intitulées « The Billet ».

     Deux jours plus tard, mon père m’annonce qu’il m’a acheté des jouets pour mon « bon travail à l’école ». Au collège, on ne parle que de cela. Ce que ça pourrait être l’espace... Le lendemain, dure journée, j’ai reçu quelques mauvaises notes et que nous n’avons pas eu sport, car il pleuvait.

En rentrant, j’ai alors décidé d’ouvrir mes cadeaux. Au même moment, j’entendais ces annonces à la télé : « Le billet n’est toujours pas trouvé et c’est la fête d’anniversaire des deux ans de la Terraformation de Mars.».

     Puis je déballais la maquette du PIK-7 que m’avait offerte mon père et je trouvais avec le mode d’emploi une enveloppe.

Mais qu’est-ce !? « The billet ! »; j’ai trouvé le billet !

     Un large sourire se dessinait sur mes lèvres. Ainsi, je vais pouvoir aller sur Mars ! Les médias ne parlaient que de cela « Un enfant a trouvé The billet !».

     Une semaine plus tard sur Mars. Dans une bulle de cent hectares où l’air est recyclé, se déroulait la cérémonie d’ouverture : jets de fleurs, flammes, danses, etc. Mais maintenant je dois vous laisser, car le match de foot contre les smorgs va commencer. Désolé ! En plus, c’est au ralenti (Ha, ha, ha, merci la gravité).

 

    Louis-Nicolas B. 6e2

 

**

 

Armoire, chariot et trophée

 

     1er mars 2069 Je regarde le paysage. Ce merveilleux paysage de montagne que je ne reverrai peut-être plus jamais. Mon mari me sourit et mes enfants s’accrochent à mon bras. Dans quelques minutes, Monsieur Loysimy Noter doit nous appeler. C’est ce qu’il fait : Bonjour, me dit-il. Bonjour Monsieur Loysimy ! Comment allez-vous ? Difficile, vous y comprenez. Ne vous inquiétez pas ma chère, tout ira bien ! Merci beaucoup Monsieur !

     Puis il nous indique la route. Personne n’ose parler. C’est le silence dans la voiture. Entendre la voix de Monsieur Loysimy me détend, mais je me sens faible. Je vais exaucer mon vœu depuis toute petite quand même ! Mais pour l’instant, je n’en suis pas fier… Nous arrivons ENFIN ! Paul, mon benjamin, commence à pleurnicher comme un bébé : NOOOOON ! Je ne veux pas que maman parte ! Je veux venir avec elle pour ne pas la laisser toute seule !

     Je suis tellement touchée que j’embrasse mon fils. Mon mari s’exclame soudain :

La décision est prise, jeune homme ! Arrête de chouiner et de tout décider ! Lily, mon ainé, le prend et le serre contre elle. Elle lui souffle quelque chose ! Tout d’un coup, Monsieur Loysimy apparait devant nous et déclare : Sortez vite de la voiture, jeunes gens, elle va se faire téléporter dans un instant ! WAOUH ! s’écrie Thomas mon cadet. Mon cher, ceci se nomme la magie ! Je le savais ! s’exclame Thomas furieux. Monsieur Loysimy nous dit : Je dois vous laisser là mes chers, d’autres familles m’attendent. L’objectif est simple, introduisez-vous dans cette armoire sans que PERSONNE ne vous repère, bonne chance ! Puis, il transplane.

      Thomas court (il ne veut qu’être le premier), double Lily, file comme une fusée (c’est le cas de le dire !) et glisse ! PAF !!! Il se relève furieux !      Les hommes de ménage auraient pu rincer le savon ici ! Lily éclate de rire. Rattrape-toi comme tu peux, va ! Thomas lui jette un regard noir avant de se relever. C’est l’heure des « au revoir ». Tout le monde pleure en silence. On s’embrasse tous. Puis je pose un pied puis l’autre dans l’armoire et une horrible sensation de dégoût me remonte jusqu’à la gorge. J’ai envie de vomir… La penderie de l’armoire s’ouvre et un chariot magique me bouscule brusquement : Puis-je vous aider ! Oui merci, je suis un peu perdue ! Mais bien sûr, madame ! Me guider vers la fusée A3 664812202. C’est noté !!! Je monte dans la fusée et je m’effondre sur mon siège puis je fonds en larmes. 3 mai 2069 Je sors de la fusée et mon tout premier pied se pose sur le dur cratère de Mars. Je m’envole comme un oiseau ! Arrivée dans ma chambre d’hôte, je m’endors sur le doux et chaud tapis en poils. Demain, c’est le grand jour ! 4 mai 2069 Un long frisson me parcourt le corps et je me réveille brusquement. C’est le matin ! J’enfile mes patins et ma combinaison lorsqu’on m’appelle. C’est l’HEURE ! Le grand JOUR ! En dansant, la boule dans mon ventre se transforme en une étoile et je suis impressionnée par ce que je fais. Je danse comme une libellule. Je suis si excitée !

     Les juges donnent les notes : Maelys Boon tatatatatatatatatatatatatatatata Très artistique !!! → 18,75 sur 20 Un TONNERRE d’applaudissements retentit !

Louise Sycone (c’est moi !) tatatatatatatatatatatatatatata Rien à dire !!! →20 sur 20

La foule hurle de joie ! Je saute comme un tourbillon « étorqué » ! Je n’en reviens pas ! C’est le plus beau jour de ma vie !!!!!!!! On me remet sous mes mains gelées le trophée en or, ce qui les réchauffe ! 7 mai 2069 Je pose cette fois-ci mon pied gauche dans la fusée avec des milliards de si beaux souvenirs en tête ! Au revoir MARS !! Re-bonjour TERRE !!

     Alexia C. 6e2

 

**

 

Au-delà des apparences

 

Lancer de marteaux

     La 1ère épreuve sera… le lancer de marteaux ! Les règles sont simples : un marteau de 20 Kilos sera mis à disposition devant chaque équipe, le but sera de le lancer le plus loin possible. Chaque équipe ne pourra choisir qu’un seul athlète pour cette épreuve ; choisissez bien ! La première équipe : Planète Beerus de L’Univers 7 aura pour athlète Wish, 2m 40 de hauteur et 100 kilos de muscles ! Une carrure imposante ! La deuxième équipe : Planète Chet’if de l’Univers 3 aura pour athlète Raditz, 1m70 de hauteur et 60 kilos ! Nous verrons par la suite si c’était le bon choix ! La troisième et dernière équipe désignée pour cette épreuve : Planète OOB de l’univers 12 aura, quant à elle, l’athlète Gohan : 2m10 de hauteur et 110 kilos de muscles.

     Wish sera le premier à commencer sur cette épreuve : Il saisit, avec une grande facilité, le marteau comme s’il était une plume ! Il tourne, tourne, tourne et lance le marteau ; le marteau atterrit à 45 mètres ! Très beau lancer ! Gohan est le deuxième : il saisit le marteau sans difficulté puis tourne, tourne, tourne et lance le marteau ; le marteau atterri à 54 mètres ! Il surpassa Wish ! Gohan voyant la carrure de Raditz se mit en joie pensant qu’il allait avoir la médaille d’or… Raditz est le troisième et dernier à passer : il saisit le marteau avec une grande facilité et tout le monde paraît choqué ! Il tourne, tourne, tourne puis lance le marteau ; il lance le marteau tellement haut et loin, que c’est à se demander quand est-ce qu’il va toucher le sol ! Le résultat ? Même l’auteur de ce texte en est choqué ! 227 mètres ! Raditz regarda alors le visage de Gohan se décomposer en voyant le score ! Raditz est premier… Qui l’eût cru ?

Remise des médailles

      Durant la remise des médailles, Gohan et Wish paraissaient pressés. On remit à Wish la médaille de Bronze, à Gohan la médaille d’argent et à Raditz la médaille d’or. Tout de suite après la cérémonie de remise des médailles, Gohan et Wish partirent pressés. Cela ne retint pas plus l’attention de Raditz. Raditz se préparait à partir rejoindre sa navette pour retourner sur sa planète quand, tout à coup, Gohan et Wish l’encerclèrent et prirent sa médaille d’or ; il fallait aussi savoir que sur la planète dont venait Raditz, on apprenait la magie, Raditz n’avait appris que trois sorts, se téléporter, voler et changer d’apparence, ce qui lui avait permis de prendre l’apparence de quelqu’un de chétif. Ces pouvoirs ne l’avaient en aucun cas aidé pour le lancer de marteau.

     Pour se téléporter à quelqu’un, il avait besoin de quelque chose lui ayant appartenu. Il regarda alors autour de lui et vit un bout de la veste de Wish. Sans hésitation, il se téléporta alors à Wish et vit Wish et Gohan se disputer pour savoir qui allait garder la médaille d’or ! Wish et Gohan n’avaient pas vu l’arrivée de Raditz, Raditz prit alors la médaille d’or qui était posée à côté d’eux, puis disparut.

     Auguste C. 6e 2

**

 

Journal de golfeur galactique

     Bonjour, moi, c’est Marc, je suis golfeur galactique, aujourd’hui c’est la finale. C’est vraiment quelque chose d’être en finale, toutes ces émotions dans mon cœur. Là, je suis dans ma base d’entrainement avant la finale. Juste le mot « finale » me fait quelque chose d’extraordinaire.

     Deux heures plus tard… C’est enfin le grand moment, je suis dans le couloir d’entrée. Ah, mais j’avais oublié de vous dire les règles du golf galactique !  C’est assez simple, il y a des trous et le but est qu’avec la balle, on la mette dans le trou, mais ce n’est pas aussi simple que ça. Les trous bougent tout le temps et sont en apesanteur. Il faut donc bien viser en l’air et donc avoir un bon swing. C’est bon, vous avez compris… Super, alors allons-y !

Cinq heures plus tard… Ah, vous êtes encore là ! c’est le dernier trou.

Nous sommes à égalité, c’est très serré. Mais j’ai encore toutes mes chances.

Trois minutes plus tard… C’est bon, c’est à moi de jouer !

Le trou est loin, mais je peux y arriver. Le petit coup d’essai et « c’est parti » !

Dix secondes plus tard

C’est bon, elle est rentrée dans le trou !  J’ai gagné ! Mais il ne faut pas trop sauter de joie pour le respect de l’adversaire. Il a très bien joué, je vais aller lui dire en lui serrant la main.

Trente minutes plus tard… Je vais avoir une médaille ! C’est la classe volante qui donne les médailles aux joueurs.

Vingt et une heures plus tard …Je suis rentré dans ma base d’entrainement. On a fait la fête avec d’autres participants. Dans quelques jours je pourrai revenir chez moi voir mes parents, ma femme et mes enfants.

Un jour plus tard …On va bientôt décoller pour aller sur Terre. J’ai vraiment hâte de revoir ma famille, mais je suis un peu triste de partir, tout le monde est très gentil et très bon dans plein d’autres sports.

Une heure plus tard… J’ai dit « au revoir » à tous mes amis, je ne les oublierai jamais.

Trente minutes plus tard… C’est bon, on a enfin décollé ! Au revoir Mars !

Six jours plus tard… On a un gros problème ! Une des parties de la navette est cassée. « Nous allons tous mourir !, Je n’y crois pas » c’est peut-être la dernière phrase que j’écris dans ce journal de bord. « Est-ce mon dernier souffle ?…

     Quatre ans plus tard… Bonjour, je suis Luc en 2071, de la Coupe des Mondes sur Jupiter. J’ai récupéré ce journal de bord dans une vieille navette abandonnée, mais ne vous inquiétez pas pour Marc, il a survécu. Il m’a confié ce journal pour que j’écrive la suite. La suite de quoi ? La suite de son histoire…

 

     Eliott D. 6e2

 

**

 

 Jour de Carnaval

 

    Aujourd'hui c'est un grand jour, c'est le Carnaval. Il me faut un déguisement super pour un événement comme celui-là. Je sais, je vais aller chercher dans le grenier de chez grand-mère. Il y a toujours plein de choses étonnantes. J'ouvre une malle et je vois une magnifique robe, je l'enfile et là je pense que je suis superbe. J'allais descendre quand je vois quelque chose recouvert d'une grande nappe blanche. Je la soulève et je vois un joli miroir. 

-"Il serait bien pour ma chambre." Je regarde de plus près et je vois un petit bouton. Comme tout enfant ferait, j'appuie dessus et je tombe dans le MIROIR.

     Je me retrouve...je ne sais pas où, mais en tout cas une chose est sûre, ce n'est pas le grenier de chez grand-mère, je me demande même si je suis sur Terre. Tout est rouge autour de moi, il n'y a personne, tout est calme, on entend juste le bruit du vent glacé. Je lève la tête pour voir autour de moi et je vois une banderole indiquant "Coupe des Mondes sur Mars 2069." Ça devient de plus en plus étrange je suis en 2069 au lieu de 2018 et sur Mars au lieu d’être bien au chaud dans le grenier de chez grand-mère sur TERRE. Mais là au loin, je vois des petits bonhommes étranges. Je n'y crois pas, ce sont des extraterrestres. J'espère qu'ils ne vont pas me manger. Ouf ! Ce n'est pas leur intention. Il y a plusieurs groupes d'extraterrestres et chaque groupe porte un drapeau avec le nom de leur planète dessus. Je vais m'asseoir pour voir ce qu'il va se passer. Dans chaque équipe un extraterrestre va chercher un gros rocher et le met à côté de lui. Je pense que les autres sont venus l'encourager mais pourquoi je ne sais pas. C'est bon ça commence, pourtant rien ne se passe. Si les rochers commencent à se soulever tout seul du sol ! J'ai déjà vu ça dans un film : les extraterrestres ont le pouvoir de soulever des objets juste avec leur pensée. L'épreuve continue, il y a un rocher beaucoup plus haut que les autres, je le suis du regard quand un extraterrestre déclare :

-"C'est l'équipe de Saturne qui a gagné, applaudissez-les."

     Tout le monde les applaudit. Je crois que j'ai compris le but du jeu : le premier qui soulève le rocher au-dessus de lui a gagné. Je continue de les applaudir quand je me retrouve de nouveau dans le grenier de chez grand-mère.  Je pense que je viens de passer le meilleur moment de ma vie. Je cours raconter ça aux copines! Personne ne va me croire, moi-même si quelqu'un me racontait cette aventure, je n'y croirais pas !

 

     Héloïse L-B 6e3

 

**

 

Match de boxe intergalactique

 

      Le stade était rempli. Il y régnait un boucan infernal, avec les cris des supporters qui hurlaient à tue-tête le nom de leurs idoles. La famille Miller avait réussi à se frayer un chemin vers le carré qui leur était réservé. Devant se tenait un homme assez corpulent. Mon père le dévisagea d’un air narquois et lui dit :

-Hé, Stagouz mon vieil ami, mais c’est que t’as grandi ! Il nous laissa passer, et reprit son poste. La cabine faisait la taille d’une classe et nous pûmes choisir à notre aise la place qui nous convenait. Finalement toute la famille se plaça au premier rang. Tout à gauche se tenait mon père : il avait la quarantaine et les cheveux dégarnis. Etant jeune, il s’était fait la promesse de rester humble malgré les circonstances même quand c’était très difficile. Ma mère Megan, était la femme la plus belle que j’eus rencontrée. Elle avait de longs cheveux blonds qui tombaient en cascade dans son dos. Elle s’était démenée pendant des mois pour nous trouver des places (jusqu’à vendre notre navette personnelle). Finalement, un homme d’une grande bonté et qui n’était autre que notre voisin nous vendit des billets à 1000 katchos (monnaie mondiale). Et enfin mon casse-pied de grand frère Harry, il ne pensait qu’à deux choses : l’argent et les filles. Mais bon, trêve de bavardage, le match va commencer. Le présentateur s’avança devant l’assemblée et dit :

-Bonjour à tous ! dit-il d’un air supérieur, j’ai l’immense honneur de vous annoncer que la Coupe des Mondes est officiellement ouverte !

Il s’arrêta, reprit son souffle :

-Nous allons commencer par un match de boxe intergalactique. D’un côté, nous accueillons un Terrien de 75 ans. Il s’appelle Freddy et il va tout dégommer.

La foule hurla et le présentateur reprit :

-Il nous vient tout droit de la galaxie d’Andromède. Ce sera sa 13e coupe, Magolly. Le présentateur annonça l’arrivée imminente de l’arbitre qui donna un coup de sifflet. Le match commença. Tout d’abord, les deux concurrents s’avancèrent sur le ring qui était entièrement recouvert d’un cube transparent. A première vue, Freddy n’avait aucune chance. Magolly était plus grand, plus fort et plus lourd. Le son d’une conque retentit et une à une des flammes disposées tout autour du ring s’allumèrent d’une lueur bleutée. Les concurrents rentrèrent dans le cube et enfilèrent leurs gants. Le cube s’illumina et les deux adversaires s’envolèrent. Ils étaient en apesanteur. Freddy donna un coup de pied dans le ventre de Magolly qui ne sentit strictement rien. Freddy sauta et flanqua un coup de pied. Magolly  hurla et frappa, hélas dans le vide. Freddy prit son élan et donna un coup sur la tête  de Magolly celui-ci tomba à la renverse : inconscient.

     Freddy sortit du ring en flottant et retomba au sol. Personne ne dit rien.  L’arbitre lui tendit une coupe et repartit en sens inverse. La foule hurla de joie, criant le nom de Freddy. Mon père se leva et hurla à qui voulait l’entendre qu’il avait tout misé sur Freddy et je me promis que je retiendrais toujours cette morale en tête : « Ne jamais se fier aux apparences »

 

    Mila L. S. 6e2

 

**

 

  Nous piquons vers le soleil

 

    Ce fut un jour pas comme les autres, j’allais partir sur Mars, une Coupe des Mondes y était organisée. La navette dans laquelle j’allais séjourner pendant quelques jours avec les autres athlètes était d’un blanc de nacre. Vingt-sept personnes voyageaient avec moi ; parmi elles, je pus faire la connaissance d’un petit bonhomme bleu :

     « Bonjour, comment t’appelles-tu ? lui demandai-je.

- Bonjour, je m’appelle Beurbi, me répondit-il.

- Quel est ton sport préféré ? le questionnai-je.

- Oh ! C’est que sur Uranus on ne fait pas de sport. C’est que chacun de nous a un don. Le mien est de pouvoir transporter des objets très lourds. Je l’ai… »

Un choc sourd interrompit notre conversation. Soudain le pilote entra :

« Attachez tous vos ceintures. Nous piquons vers le Soleil, car le réacteur central a été endommagé par un astéroïde. »

     Ce fut la confusion totale et le brouhaha qui s’ensuivit était insupportable. Certains d’entre nous ont même enfilé un scaphandre pour voir de leurs propres yeux les dégâts. Tout le monde se croyait mort...même moi. Une odeur de brulé se répandit dans tout le vaisseau, puis tout redevint normal. Nous étions rentrés dans le cœur même du Soleil et nous nous émerveillions de sa beauté. Le pilote réussit à nous faire atterrir en douceur sur la planète qui se trouvait au cœur du Soleil. Sous nos yeux ébahis, il y avait des êtres-vivants qui portaient une drôle d’armure rouge. Pendant que le pilote s’attelait aux réparations du réacteur, je fus l’un des seuls à sortir. J’étais allé parler à un de ces êtres-vivants pour savoir comment était fabriquée son armure. Il me répondit :

«Je vais te donner un indice mais rien d’autre, car c’est notre plus grand secret. Voici l’indice. C’est un matériau mais aussi une sensation et une émotion. J’imagine que tu le connais déjà mais qu’il est enfoui au plus profond de ton cœur ou peut-être même au plus profond de ton être.» Je me promis d’essayer, dès mon retour, de fabriquer ce matériau qui m’intrigue au plus haut point.

      Quand le vaisseau fut réparé, nous repartîmes. Nous n’avons pas rencontré d’autres péripéties pendant la fin du voyage. Nous étions à peine arrivés sur Mars que je sus de quel matériau était faite l’armure des êtres-vivants qui vivent sur la planète au cœur du Soleil. Elle était constituée de l’amour que portent les êtres-vivants pour leur planète.

           

     Hugo M. 6e2

 

**

 

  Rendez-vous sur Mars…dans deux heures !

 

   7h00. Ma maman fait irruption dans ma chambre. Maman ! dis-je, il est 7h00 du matin et on est dimanche !  Ma mère m’ignore complètement. Elle sort ma combinaison et mon manteau. Qu’est-ce qui lui arrive ? Eh oh ! Maman ! Tu as entendu ? lui criai-je.  Ma mère sort soudain de sa songerie. Je lui demande : Mais qu’est-ce qui t’arrive ? Tu as été hypnotisée ou quoi ? Mais non ma chérie, c’est juste que je n’y crois pas ! Allons bon ! Et tu ne crois pas à quoi ?  Tu as été sélectionnée ! Sélectionnée pour quoi ? Pour participer à la Coupe des Mondes sur Mars !

     Je m’affale sur mon lit. Qu’est-ce que c’est que cette histoire ?  Il y a trois mois, continue-t-elle, ton père et moi avions reçu cette proposition de participation, et comme nous savons que tu aimes le sport, nous avons accepté. Et ce matin, le Président de la Terre a appelé et nous a annoncé cela ! Il nous a aussi dit : « Rendez-vous sur Mars dans deux heures ! ». Et puis il a raccroché.

     Je reste là, la bouche ouverte (avec un petit air de poisson en dehors de son bocal). Moi, simple fille de onze ans, vais représenter la Terre dans une Coupe des Mondes ! C’est impensable ! Mais les arguments que Maman me donne sont trop tentants ! Alors, en un bond, je saute de mon lit, m’habille en vitesse et fonce… au petit déjeuner. J’engloutis : deux tartines de confiture d’eucalyptus, un thé, et je prends un petit chocolat dans la corbeille. Je cours jusqu’à mon vaisseau (ne vous inquiétez pas, il est sécurisé), quand, soudain, j’entends un petit couinement : mon hibou ! Il s’est caché dans ma manche. Mais je dois y aller, pas le temps de le déposer. Je décolle dans un nuage de poussière.

     Une heure plus tard, j’arrive enfin sur Mars. La poussière rouge me pique les yeux. Je suis chaleureusement accueillie par le Président de la Terre. Il me présente mes coéquipiers ; ce sont deux garçons : un tout bleu avec trois tentacules (il vient de Neptune), et le deuxième est élastique (il vient de Vénus). Et puis je fais connaissance avec mes adversaires ; ce sont trois filles qui ont un bon air de peste : une est rose fluo et a des pattes ventouses, l’autre est molle comme de la pâte à modeler et la troisième est transparente (donc presque invisible). Mon groupe s’appelle : « la Team Voie Lactée » ! Et le nom de l’autre groupe est : « La Team Trou Noir » (je préfère largement mon nom de groupe). Mais bon ! L’organisateur de la compétition arrive, et demande le silence. Il prend la parole : Mes amis, je n’ai qu’une chose à dire : QUE LA COMPETITION COMMENCE ! Nous hurlons tous de joie. J’ai l’impression de rêver !

 

     Margaux M. 6e2

 

**

 

  Les couleurs des participants

    Un jour de l’année 2069, un jeune garçon alla chez ses grands-parents pour les vacances. Il s’ennuyait, son grand-père lui proposa d’aller au grenier. Il lui dit qu’il y avait des livres, des albums photos, des déguisements… Le garçon, prénommé Marc, acquiesça. Il monta au grenier, trouva un album photo et le parcourut. Dans un carton à part, il prit un livre très poussiéreux.

     Il réussit à lire le titre de ce livre : « Ouvre ce livre et il t’entrainera dans les aventures de 2069 ».  Il l’ouvrit, et une image floue sortit du livre, attrapant Marc par la chaussure et l’entraîna dans le livre. Dans ce monde, il y avait de nombreuses choses qui volaient : des chaussures, des ballons, des perches, et même lui. Ce monde sentait la transpiration. Quand il posa les pieds sur la terre-ferme, il eut une sensation de frisson. Marc retrouva une équipe qui l’attendait. Marc et son équipe étaient au centre de l’attention, entourés  de concurrents. Il leur demanda : « Où sommes-nous ? ». Les concurrents lui répondirent qu’ils étaient sur Mars pour une compétition. Les participants étaient de différentes couleurs : bleu pour les gens de Neptune, rouge pour Mars, jaune pour Saturne, vert pour Uranus et violet pour ceux de la Terre. Ils devaient passer de nombreuses épreuves. Il y avait des supporters qui hurlaient pour soutenir leur équipe préférée. Les compétiteurs avaient peur, l’angoisse les envahissait petit à petit. Il faisait froid, humide. Le sol était couleur rouge sang. Les supporters se turent et à ce moment-là, le présentateur annonça la première épreuve : le saut à la perche au-dessus d’un énorme cratère. Les concurrents avaient peur, car c’était la première épreuve. Ils voulaient tous gagner. Les bleus perdirent, ils sautèrent en-dessous de la barre et tombèrent dans le cratère. Les rouges réussirent, avec beaucoup de difficulté car ils s’étaient mal échauffés. Les verts se firent mal, ils sont disqualifiés pour cette épreuve seulement. Les jaunes ont peur de se faire mal, donc ils ne veulent pas sauter. Les violets eux réussissent malgré l’angoisse qui était en eux. La deuxième épreuve les attendait déjà : c’était une course en soucoupe volante. Les rouges sont premiers, tandis que les violets les talonnaient (à un dixième de seconde d’écart). Ils sont très agacés, ils sont prêts à tout gagner pour la dernière épreuve. Les jaunes sont derniers, en revanche les verts se sont perdus en chemin. La dernière épreuve était fatigante pour les concurrents. Elle consistait à faire du basket en portant des chaussures à gravité. Les participants sont essoufflés au bout de deux aller-retour car les chaussures à gravité demande plus d’effort. Trois équipes avaient perdu, il ne restait plus que l’équipe violette et l’équipe rouge en finale. Le match fut intense, le score serré. Les supporters hurlaient, ils avaient peur que leur équipe perde.

     Finalement l’équipe violette a gagné de deux points. Marc et son équipe remportèrent la coupe. Leur joie était immense, et le public était ravi que leur équipe ait gagné. En revanche, ceux qui supportaient l’équipe rouge étaient très déçus. Comme cette coupe n’était pas nommée, ils l’appelèrent  « la Coupe des Mondes sur Mars en 2069 ». Il y eut un moment d’applaudissements et Marc retourna sur la Terre par le même chemin qu’à l’aller. Son grand-père le retrouva endormi près de son lit avec le sourire aux lèvres.

     Maëlys R. 6e1

 

**

Télévision Terre Univers

 

     "Bonjour, je m'appelle Lucille, je suis journaliste de la Coupe des Mondes et je vais faire tout mon possible pour partager avec vous, chers amis téléspectateurs, ces moments inoubliables. C'est incroyable ce qu'il y a comme monde ! C'est le cas de le dire !! Je n'en crois pas mes deux yeux ! (je précise parce qu’ici il y en a qui en ont quatre!). Vraiment, si vous n'habitez pas trop loin de Mars, venez ! Vous avez encore le temps avant le début des épreuves. Le stade est presque rempli, il y a des Martiens, des Jupitériens, des Saturniens, des Luniens, des Soleiliens, et bien sûr, des terriens comme moi ! Il y a encore des spectateurs d'autres planètes mais je ne connais pas leur nom !

     Ah! Je vois les athlètes qui entrent  dans le stade, ils s'apprêtent à chanter l'hymne universel. Chers téléspectateurs, je vous laisse écouter."
     Une minute plus tard. "Le juge vient d'annoncer : - La première épreuve sera celle du lancer d'étoiles, la deuxième sera le saut en hauteur propulsé par des gaz acromigènes. La troisième et dernière épreuve sera celle de la course en soucoupe volante, elle consistera à faire le tour de Mars le plus vite possible.
     Pour cette première épreuve, les athlètes auront six étoiles chacun à lancer le plus loin possible. Les trois meilleurs lanceurs seront qualifiés pour la deuxième épreuve. C'est vraiment très spectaculaire, on croirait voir une fête d'étoiles filantes! Ah! je vois le score s'afficher, le Martien et le Lunien sont qualifiés. Bravo! Ils sont applaudis par une foule immense, ils s'avancent et saluent les perdants que l'on félicite aussi ! Chers téléspectateurs, nous vous retrouvons dans une heure, les athlètes vont se reposer."

   Une heure plus tard. " Nous retrouvons nos trois champions qui vont se positionner sur les geysers de gaz acromigènes. 5, 4, 3, 2, 1, 0 !! Les voilà partis à je ne sais combien de kilomètres, ne vous inquiétez pas, ils ont des parachutes pour amortir le choc du retour ! Les vainqueurs sont le Terrien et le Martien ! YOUPI !!

    Nous passons donc directement à la troisième épreuve, la course de soucoupe volante ! A peine partis, ils atteignent la vitesse de la lumière ! Le Martien est déjà de retour en trente petites secondes ! C'est incroyable ! Il a devancé le Terrien d'un millième de seconde !

     Le stade est fou de joie, la foule se lève et crie des HOURRAS ! Dans quelques instants nous retrouverons notre champion, qui recevra comme récompense, ce précieux collier qui traduit les langues de tout l'Univers ! Grâce à ce trophée, il pourra comprendre tous nos messages de félicitation. A bientôt sur TTU !" - Télévision Terre Univers !
     PS : le mot "acromigène" a été inventé pour l'histoire, je sais que cela ne veut rien dire !

 

    Lucille X. 6e2.

 

Remarque : Certains de ces titres ont été ajoutés en fonction d'éléments pittoresques et significatifs des récits.

EcriteauJpo18 recitluneRécit lunaire en 2018, photo L3D54, et en 2019, récits martiens... En 2020, Terre ou Jupiter ?! Histroires à suivre...

15 janvier 2019

Marché de l'Epiphanie à l'école avec cartes illustrées des 6e et Patrimoine en poésie Conciergerie !

 

 

 Le Marché de Noël, reporté, est devenu Marché de l'Epiphanie

et les cartes pop up du Pont Mirabeau à Noël préparées par les 6e

sur leur stand ont laissé place aux cartes des Rois Mages à Paris !

CarteTitreRoisMagesphLD

CartepopupMainsPhLD

CartesMouvtPhLD19

CarteDessinRoisMagesPhLD

L'animation de préparation des cartes continuait sur le stand même,

et le poème des Rois Mages d'Edmond Rostand - cent ans depuis sa mort

et cent cinquante ans depuis sa naissance - et héros du film d'Alexis Michalik Edmond

était donné à lire et à voir dans ces cartes illustrées par nos jeunes et talentueux collégiens !

Tout l'argent récolté sur les différents stands va au Céop qui s'occupe d'enfants sourds

(et les 6e en préventes avaient déjà beaucoup apporté dès décembre).

 

     Les Rois Mages

 

Ils perdirent l'Etoile, un soir. Pourquoi perd-on

L'Etoile ? Pour l'avoir parfois trop regardée...

Les deux Rois Blancs, étant des savants de Chaldée,

Tracèrent sur le sol des cercles, au bâton.

 

Ils firent des calculs, grattèrent leur menton...

Mais l'Etoile avait fui comme fuit une idée.

Et ces hommes, dont l'âme eut soif d'être guidée,

Pleurèrent en dressant les tentes de coton.

 

Mais le pauvre Roi Noir, méprisé des deux autres,

Se dit : " Pensons aux soifs qui ne sont pas les nôtres.

Il faut donner quand même à boire aux animaux. "

 

Et tandis qu'il tenait un seau d'eau par son anse,

Dans l'humble rond de ciel où buvaient les chameaux,

Il vit l'Etoile d'or qui dansait en silence.

 

Edmond Rostand (1868 – 1918)

 

       Certains allaient l'après-midi même de ce samedi 12 janvier 2019

se retrouver... à la Conciergerie ! parmi les élèves aux poèmes remarqués ou primés

à la Remise des Prix de Patrimoine en Poésie dans les grandes salles rénovées

de ce cadre prestigieux ! et repartirent enchantés avec cadeaux et diplômes !

ConciergerieMDyreketEleves19

ConciergerieAuditoire19

20 décembre 2018

100 collégiens et un hommage au centenaire René de Obaldia, Poèmes sur le thème de la Beauté pour annoncer le Printemps

LE PRINTEMPS DES POÈTES

ARRIVE AU SEUIL DE L’HIVER !

    

PRINTEMPS DES POÈTES jeudi 20 décembre 2018

SAINTE-E POUR LES CLASSES DE 5e

Lors du devoir sur table de quelque cent collégiens ! 

     Hommage au poète et dramaturge de cent ans René de Obaldia ! Concours Printemps des Poètes, thème général : la Beauté. Sujet précisé le 20.

      Le concours du Printemps des Poètes de Sainte-E aura lieu lors du DST de français du 20 décembre avec un poème à écrire selon un sujet, entre 15 et 19 vers, chaque vers entre 5 et 13 syllabes.

 

     La remise des prix devrait avoir lieu au printemps et mettra en avant les poèmes présentant des qualités remarquables.

      Les poèmes remarqués par le jury seront intégrés dans un livre publié au printemps 2019, de poèmes de collégiens de Sainte-E depuis l’an 2001, De l’Ardeur poétique… à l’opus de Beauté, lors de l’animation nationale « Le Printemps des poètes ».

 

     D’ici à l’écriture du texte du concours – la participation est obligatoire et il y aura une note d’expression écrite au 2e trimestre -, on peut écrire des poèmes et en lire, notamment dans le manuel de français ou dans les recueils d’Obaldia ou des poètes morts en 1918 comme Guillaume Apollinaire et Edmond Rostand, alors que venait de naître notre René.

 

     Sélection de poèmes sera envoyée pendant les vacances de fin d’année au Jury : des poètes femmes, mettant en avant les poèmes présentant des qualités remarquables. Des nouvelles du concours seront communiquées par étapes sur « Le Blog de Monsieur Dyrek ».

     M. Dyrek, organisateur des concours printaniers à Sainte-E. 

0RegardsPontMirabNov18+

13 décembre 2018

Poèmes des 6e de Sainte-E pour "Patrimoines en poésie 2018" Quel est le lauréat, quels sont les remarqués ? Report...

COLLÉGIENS 6eà Sainte-E, Paris 

 

     « PATRIMOINES EN POÉSIE » 2018 !

 

             ŒUVRES ET MONUMENTS FRANCILIENS

      Quel est le lauréat, quels sont les remarqués ?

     Réponse, pour ce concours sur l'Île-de-France aux centaines de participations en autant de poèmes passions, dans un grand endroit historique et patrimonial de Paris le samedi 15 décembre 2018 à 16 h (événement reporté, avec Vigipirate par la Préfecture, peut-être au samedi 12 janvier, nouvelle date à confirmer par les organisateurs) : un sixième de Sainte-E est sur le podium "Atelier d'écriture", 7 sixièmes et 2 cinquièmes ont un poème remarqué par le jury 2018 ! 

    Dites-nous vous, vous, vous, quels sont les vers, strophes ou poèmes ci-après que vous, vous, appréciez !

 

COLLÈGE SAINTE-E 6e2 ET 6e3 PARIS XVe

AVEC MONSIEUR DYREK PROFESSEUR DE FRANÇAIS

QUI ENTEND FAIRE LIRE ET ÉCRIRE À FOISON

CATEGORIE « ATELIER D’ÉCRITURE»

     Bonne lecture de ces poèmes de jeunes collégiens enthousiastes, curieux et productifs !

**

 

PontMira3

COLLÉGIENS 6e de 10 ans, à Sainte-E, Paris XVe :

Ensemble de 14 poèmes

       8 poèmes des 6e 2 de 10 ans :

 

     J’aime tes arabesques

 

Fondation Louis Vuitton

A deux nous vivrons

J’aime tes arabesques

Et tes formes rocambolesques

 

J’aime ton verre transparent

Louis Vuitton je suis ton amant

J’aime ta grande manufacture

Et ta si belle verdure

 

J’aime tes beaux ortolans

Et ton si bel étang

Au revoir mon ami

Je dois y aller tant pis

 

     Louis B. 6e2 octobre 2018

 

**

 

     Léonard de Vinci et son œuvre

 

Qui est Léonard de Vinci ?             

Réfléchissons, à votre avis.         

     Mais oui, j'ai trouvé !!!   

          

C'est un peintre après le Moyen-Age              

Très connu pour son âge ! 

Quelle œuvre faite par un simple petit pinceau             

Dirigé par les propres mains de ce héros         

     La Joconde bien sûr !!! 

 
Qui nous surprit de son regard attendri                 

Par la foudre et l'art de ce tableau         

Et de ses yeux qui nous balaye les os 

             

Mais quand notre regard quitte ses yeux                                                            

Illuminé d'une œuvre admirée       

Le monde n'est plus le même           

    Le soleil se lève et on se réveille 

La nuit tombe et on s'en va             

     Au pays des rêves !

                                                                                   

     Alexia C. 6e2 octobre 2018.

 

**

 

     La magie de l’opéra

 

Quand je vais à l’opéra

Voir les danseuses merveilleuses

Qui répandent la magie à chacun de leurs pas.

 

Voir les danseuses devenir plume, fée,

Ou encore sorcière maléfique,

     Voir cette magie opérer.

 

Admirer les danseuses glisser

Gracieusement sur scène,

Tels de majestueux cygnes,

     Faisant leur salut.

 

Mais quand le ballet prend fin,

Que la salle se vide,

Quand je décide enfin de partir

     Et que je me retourne,

 

Je vois une dernière étincelle de magie,

Virevoltante comme une plume

     Emportée par le vent !

 

    Charlise C. 6e 2 Paris octobre 2018.

 

**

 

     L’Assemblée Nationale

 

L’Assemblée Nationale est un monument de Paris,

Où tout le monde vient, même les petits,

C’est un monument  à visiter

     A vélo ou à pieds ;

 

C’est un très bel endroit,

     Pour voter des lois,

Mais dans la salle des pas perdus,

Je n’irai plus, il y a trop de gens têtus

 

Les députés sont des gens comme toi et moi

Elus, ils travaillent dans ce bel endroit

     Des policiers sont à l’entrée,

Ils veillent à ne pas être attaqués.

 

Installée au cœur de Paris, impossible de la rater,

Les gens se bousculent pour la visiter,

    Il y a bien longtemps,

Qu’on admire ce monument.

 

     Louis D. 6e2 Paris octobre 2018.

 

**

 

     Portes de l’Enfer

Dans les Catacombes de Paris
Les morts ont été ensevelis
Dans des tombeaux de pierre
Qui datent d’il y a des millénaires.


L’entrée Place Denfert-Rochereau
Transporte vers des paysages d’enfer,
Ce labyrinthe creusé en profondeur
Sous nos pieds, que personne ne connaît,


Ces murs recouverts d’ossements
- Ce qui n’est pas fréquent -
Provoque la stupeur des voyageurs.


Trouver les plans secrets
Des tunnels inondés
Un graal bien gardé


        Sûrement pour l’éternité.

     Blanche D. C. 6e 2. Paris octobre 2018.

**

    Toi Dame à la Licorne

 

Toi Dame à la Licorne,

Pourrais-tu me faire rencontrer

     Tes créatures,

Tes animaux fantastiques,

 

- Dont je retiens la licorne

 

Cette licorne magnifique,

D’un blanc immaculé,

Son interminable corne torsadée,

Ses pattes gracieuses,

 

Comme un ballet de danseuses,

Sa longue queue pareille

     A celle de l’écureuil,

Se balançant avec élégance

 

       Aurore K. 6e2 Paris.

 

**

 
     La Classe de Danse


Des robes blanches,
Un plancher poussiéreux :
C'est une classe de danse.
Un homme au milieu,


Des jeunes filles fatiguées
Regardent sans attention
Les mouvements indiqués
D'une élève aux cheveux blonds.


Des murs tapissés de vert,
Une salle remplie,
Des rideaux ouverts :
C'est l'Opéra de Paris.


Ce tableau je le vois
Au Musée d'Orsay,
Peint par Edgar Degas;


     Je le reconnais.


    Margaux M. 6e2 Paris octobre 2018.

 

**

 

     Le Musée du Louvre 

 

Je me suis promenée au musée du Louvre 

Au cœur de ce musée, la photo de Vénus de Milo

 

     Déesse irrésistible au port victorieux,

 

J'ai continué et vu l'œuvre de la Joconde,

Cette beauté divine, derrière cette sagesse indécente

 

Louvre, beau Palais avec toutes ses belles œuvres

Par ta pyramide, le passage Richelieu

 

   Ou les galeries du Carrousel.

 

     Jade P. 6e2 à Paris en octobre 2018.

 

**

5 poèmes des 6e 3 de 10 ans :

 

     Le A de fer

 

Tu es la Tour Eiffel,

     De Paris tu es la voyelle,

Que tu es grande avec tes quatre pieds,

Tu es trop lourde, mais tu voudrais marcher.

 

On t’a construite, toi le A de Paris

Près de la Tour Montparnasse, ton amie,

     Elle qui forme le I,              

Belles toutes les deux comme des origamis.

 

Quand ta ville est dans le brouillard,

     Pour les étrangers, tu sers de phare,

Pour les touristes égarés du Mont Saint Michel,

Tu les guides vers toi, la Tour Eiffel.

 

     Tugdual A. 6e3 Paris 14 octobre 2018.

 

**

 

     L’Arc de Triomphe

 

À Paris au 8e arrondissement.

L’Arc de Triomphe le plus beau monument.

Ah l’avenue des Champs Élysées !

Toi qui me donnes des idées.

 

La France est riche par ton histoire

     Au souvenir de la victoire

Et avec le symbole de la gloire.

 

Dites-moi comment se nomme

Cet inconnu, jeune homme.

Repose-toi soldat dans ton sommeil

Devant tous les Français

     Qui se recueillent

 

     Sidra B. 6e3 à Paris en octobre 2018.

 

**

     Notre Dame de Paris

 

Notre Dame qui êtes si belle

Rosaces, arcs, dentelle de pierre

Gargouilles, chimères,

Qui ne voient pas un rayon de lumière

Notre Dame qui êtes si grande

On vous voit de loin

Pour vous nous sommes des fourmis, les Parisiens !

 

Vos deux grandes tours dominent tout Paris

Ainsi que vos colonnes, vos flèches,

Votre portail et votre parvis 

 

Notre Dame qui êtes si vieille,

Guerres mondiales, Révolutions,

Sainte couronne, prise de la Bastille

Et Sacre de Napoléon

Vous qui verrez peut-être

Paris mourir comme vous l’avez vu naitre

 

Notre Dame, vous êtes si jolie

     Pour vos 855 ans

Que nous fêtons aujourd’hui.

 

    Juliette B. 14 octobre 2018 6e3 Paris

 

**

     Le Sacré-Cœur comme un phare

 

Ah le Sacré-Cœur
 !

Quand je te vois, je sens mon cœur battre.


Je voudrais te voir tous les jours


Mais je n’en ai pas les moyens.


 

Je voudrais écouter tes discussions

Avec la Tour Eiffel ou avec

La Statue de la Liberté.


Avec toi Sacré-Cœur je n’ai plus peur


 

Je voudrais voir brandir tes ailes


Pour aller voir la Tour Eiffel.


Toi qui es comme un phare la nuit


Qui guide les passagers perdus,


 

Est-ce que la mer ne te manque pas ?

 

     Paul J. 6e3

 

PontMira4

**

 

     Mystérieux Palais

 

Cher Palais de l’Elysée,

     Toi qui es le bâtiment

Où règne le Président,

Depuis des années passées,

Toi qui es toujours aussi impressionnant.

 

Toi qui as plein de salons,

Où ont marché plein de talons.

Toi qui tiens le bureau du Président

     Dans le salon Doré

La pièce la plus importante du Palais

     De l’Elysée.

 

Oh, Palais de l’Elysée, 

     Tu es une vraie beauté.

En cette nuit où je t’ai visité,

J’en étais bouche bée.

 

     Arthur M. 6e3 Paris Octobre 2018

 

**

 

     C’était des poèmes de COLLÉGIENS en 6e de 10 ans, à Sainte-E, Paris XVe !

 

« PATRIMOINES EN POÉSIE » 2018 !  ŒUVRES ET MONUMENTS FRANCILIENS

 

COLLÈGE SAINTE-E 6e2 ET 6e3 PARIS XVe

AVEC MONSIEUR DYREK PROFESSEUR DE FRANÇAIS

QUI ENTEND FAIRE LIRE ET ÉCRIRE À FOISON

CATEGORIE « ATELIER D’ÉCRITURE»

**

         COLLÉGIENS 6e de 11 ans, à Sainte-E, Paris XVe :

 

     La légende de l’Opéra

 

On raconte de toi,

Mon cher Opéra,

Que dans tes catacombes il y a un fantôme !

Tout commença avec un jeune homme qui pleura,

En voyant sa fiancée qui brûla et il se refugia

Dans le sous-sol de l’Opéra.

 

On raconte qu’il te hanta :

Pendant une représentation de Faust,

Ton lampadaire se détacha,    

Et tua une femme.

Ou la fois qu’une ballerine tomba

Sur ton grand escalier !

 

Aujourd’hui on te connait

Comme grande école de musique,

Et de danse classique.

Tu organises aussi des spectacles de théâtre.

Comme le Casse-noisette

Qui me tourne dans la tête.

 

On ne sait toujours pas

Si le fantôme est encore là !

 

     Lucille B. 6e3 octobre 2018.

 

**

 

     Madame Paris - acrostiche

 

La joyeuse fêtarde avec des feux d’artifice

Admirative de la Seine qui court devant elle

 

Timide quand les petites fourmis viennent la toucher

Orangée quand le soleil vient se coucher

Unique et aimée dans le monde entier

Regardant les Invalides d’un air amusé

 

Endormie en hommage aux morts

Immobile et peureuse lorsque la foudre tombe

Fière d’être vue des touristes venus du monde

Féminine dans sa robe d’acier

Elégante avec toutes ses lumières dorées

La contempler, je ne peux pas m’en lasser

 

     Lauriane B. 6e3 à Paris en Octobre 2018.

 

**

 

     La demeure des Rois

 

Elle se tient dans l’ombre des grands monuments parisiens.

Sans nul triomphe, sans dorures ni touristes, elle diffère.

Modeste, sa flèche se dresse moins haut que la Dame de fer.

Elle est pourtant avec les cieux le plus noble lien

 

En son chœur, le cœur de l’Histoire de France est un livre.

Les plus grands rois y ont trouvé leur dernière demeure.

Ses glorieux gisants dont lions et chiens gardent la splendeur

Sont morts deux fois par une révolution punitive.

 

Ils ont désormais retrouvé la paix, juste troublée

Par le vacarme d’un immense stade, terre de nouveaux rois.

Saint-Denis pourrait en (re)perdre sa tête, pantois.

Sa basilique, ses reliques sont à jamais sacrées.

 

     Emma B. 6e3 à Paris en octobre 2018

 

**


     Les richesses de la Place Vendôme


Moi la place Vendôme on me jette dessus,
Des déchets pourtant je suis connue.
Ne te plains pas, moi la tour Vendôme je suis verte,
Comme les oiseaux qui se posent sur moi,
     Ces maudites girouettes.


Moi le Ritz je suis le plus beau des palaces,
Non c’est moi la bijouterie Louis Vuitton,
Le plus beau des bâtiments de la place,
Donc arrête avec tes farces,
Et la différence c’est que moi

     Je fais des bijoux.

 

     Gabriel B. 6e2 Paris octobre 2018.

 

**

 

     La belle Place du Lion

     Toi, Lion de Belfort,
Ton grand créateur
Devait aimer la hauteur,
Plein de sagesse,

Tu n'auras jamais tort.
 
     Toi qui vois de haut,
La place Denfert-Rochereau,
S'il te plait, dis-moi,
Comment tu la vois...
 
     Soudain, un grand rugissement,
Traverse tout Paris
Alors, je comprends,


     "Cette place est toute ma vie,
J'y suis depuis que je suis enfant,
Je ne me lasse pas de l'observer"


                  Emilie B. 6e2 Paris octobre 2018.

                                                                                           

**

     Notre Dame vous êtes

 

Ô Notre Dame que vous êtes belle.

Vous êtes plus grande qu'une chapelle. 

     Mais alors, qui êtes-vous ?

Une citadelle, une top-modèle ?

 

À Paris tout le monde vous visite

Et quelquefois on prie dans votre Église. 

Vous êtes admirée par tous les Parisiens. 

Vous êtes décorée de vitraux et statues. 

 

Vous accueillez tous les étrangers

Vous avez plein d'ouvriers à vos pieds. 

Notre Dame, vous êtes ma cathédrale. 

Et vous le resterez pour toujours. 

 

     Charlotte B. Paris 6e 3

 

**

 

    Immeuble Lavirotte

 

Cet immeuble,

A la porte aux yeux,

Entourée de paons,

Aux poignets de lézards.

 

Cette porte ornée de verdure,

Jusqu’aux yeux.

Au buste de cette femme,

Appelée Cariatide.

 

Ces têtes de vaches

Nous regardent de haut,

Du haut du troisième étage,

Cet étage si glorieux.

 

     Clémence B.-T. 6e2 Paris octobre 2018.

 

**

 

     « Liberté » de Delacroix - acrostiche

 

Libre, oh toi mon âme !

Il te parle dans la tête.

Bien ! Arrête de me faire mal.

Elle tient le drapeau ;

Rien ne l’a empêchée à le faire.

Tiens, Marianne, l’œuvre de Delacroix.

En ce jour de la patrie.

 

Elle l’a fait, oui elle l’a fait !

Non ! Pas lui, il nous détruit ;

 

Mon arme nous défendra !

Oh ! Mon Dieu, guéris-la.

Ils sont là, les tableaux de Delacroix !

 

     Lya Marie B. 6e2 à Paris en Octobre 2018.

 

**

 

        Notre triomphe en arc

 

Oh toi l’Arc de Triomphe,

Tu es notre symbole de guerre et de paix

Tu couvres notre soldat inconnu,

Qui malheureusement a souffert.

 

Toi qui es positionné

Au milieu de la place Etoile

Le 11 novembre tu es célébré,

Le 11 novembre tu es admiré et contemplé.

 

Tu es notre lieu de manifestation

Tu gouvernes les Champs-Elysées,

   Lieu qui lui est peuplé

        Toute la journée.

 

           Inès B. 6e3 Paris 15e Octobre 2018.

**

         L’Obélisque a pris tous les risques


Ainsi depuis le début de ma vie
      au temple de Louxor
je suis amplement fâché 
que le Pyramidion soit attribué à Champollion
 
Sous la pollution de l’action
L’Obélisque a été fixé.
 
Dé,-placé-, tiré-, installé-,
positionné-, tracté, et mis en place
         sur la place dirais-je
 « The  Place de la Concorde » en sept ans
 
Sept ans de malheur 
pour un labeur
     d’heure en heure
je pleure, je meurs, 
 
220 tonnes en somme
c’est mon poids
                de ma voix
de destinée éternelle. 
 
          Louis-Nicolas B. 6e2. Paris octobre 2018.

 

**

 

             Madame Notre-Dame de Paris

 

Bonjour « Madame Notre-Dame » !

Tu habites Paris, là où tout le monde vit,

Dans la plus belle ville du monde, grande Dame.

Pour t’admirer et te visiter, je souris.

 

Cœur, rosaces, orgue, portails et gargouilles ;

Que de choses pour te regarder au cœur de la Cité.

Belle cathédrale pour une entrée théâtrale sans bafouilles ;

Jolie comme tu es, tout le monde sait où te trouver.

 

Huit cloches et deux bourdons, nous t’adorons.

Beaucoup de gens parlent de toi et cela me laisse sans voix.

Victor Hugo t’a mise en valeur, admirant ton carillon !

 

Que le Bossu te protège et veille sur toi.

      Jamais, nous ne t’oublierons…

                Maxime C. – 6e 3. Paris Octobre 2018

 

**

            La chute de Phaéton


Élevé dans le ciel, un homme,
Dans un char haut comme trois pommes
Conduit par des Pégases venus de l'Olympe.
Traversait le ciel étoilé de l'île des Raimpes.


Des dames regardaient cet homme beau comme un dieu, 
Un regard prétentieux dans les yeux.
Cet homme étant trop orgueilleux,
Les Dieux décidèrent de le faire chuter sans un adieu.


L'homme pensant qu'il était invincible,
Ne se rendit pas compte de son rôle nuisible.
Un éclair s'abattit sur ce char,


Faisant tomber ce prétentieux
Qui touchant le sol

Rendit son dernier souffle 
 

Auteur : Maître Vert Titre : La Chute de Phaéton
Support : Coupe en faïence italienne  
Lieu d'exposition : Musée du Petit Palais, Paris.


             Auguste C. 6e2

**

 

     Dame si haute qu’elle a le vertige

 

La grande Dame de fer

Oh quelle belle Dame de fer

Avec ses quatre pieds de pierre

 

Elle est si haute qu’elle a le vertige

De tout là-haut elle surveille Paris

 

     Je vous l’ai dit ?

C’est la cousine de Notre-Dame

 

Le point le plus haut de Paris

De tout là-haut elle fait rêver les gens  

 

 Pierre C. 6e3 Paris octobre 2018.

 

**

          Les Spécialités

D'après un tableau de Charles Fazzino de la galerie Artima
(Paris 3e arrondissement)


Quand vous allez en France vous pensez :
     A visiter le Louvre, Versailles, l'Opéra...
Mais, quand vous irez manger, vous voudrez tout goûter.


Aller à Lyon pour ses délicieux fromages ?
Ou aller à Toulouse pour ses saucisses ?
     Oublions les musées,
Allons à la limite de ce pays magnifique.
Mangeons des moules avec des frites,
     Avec nos amis les Belges.


Demain, nous mangerons des fruits de mer en Bretagne,
Sur le chemin, nous mangerons des crêpes à Rennes
     La France est connue,
Vous ne serez pas déçus 
Même en la voyant encore 
La France est un pays d'or.


         Théa C. 6e2 Paris en octobre 2018.

**

                  Dialogue  à Paris

 

- Paul-Alexis : "Bonjour Tour Eiffel, j'aime bien habiter à Paris pour te regarder et te dire comme tu es belle !" 

- La Tour Eiffel : "Bonjour les enfants, ça va ? " 

- La Seine : "Oui, moi ça va très bien. Bonne journée, la Tour Eiffel !" 

- Paul-Alexis "Vous vous entendez bien vous deux." 

- La Tour Eiffel : "Oui, on se connait depuis bien longtemps, elle et moi." 

- La Tour Eiffel : "C'est elle, moi et L' Arc de Triomphe qui représentons Paris. Bonjour l'Arc de Triomphe !" 

- L'Arc de Triomphe : "Bonjour la Tour Eiffel, je n'ai plus le temps de vous parler, des gens me prennent en photos." 

- La Tour Eiffel : "Le travail c'est dur, mais à la fin on est toujours récompensés. »

 

     Paul-Alexis D., 6e2, octobre 2018.

 

**

 

     La Crèmerie devenue librairie

 

Je passe souvent devant,

Oh monument !

C’était une crémerie qui

Est devenue une librairie.

 

J’aimerais qu’elle redevienne comme avant,

Avec du bon lait et du fromage

Comme chez les grands-parents,

Mais c’est une librairie maintenant,

Avec plein de livres poussiéreux

Du temps des dieux.

 

Malheureusement cela

Ne changera pas,

Cependant ce n’est pas grave car

Une librairie c’est aussi très sympa.

 

     Léo D. 6e2 à Paris en octobre 2018.                          

 

**

 

            La Nuit étoilée - Van Gogh          

 

La tristesse de Van Gogh

Qui a inspiré ses étoiles bleues

Les gouttes de sang sur l’oreille

Qui ont illuminé ses étoiles

 

La haine de Van Gogh

Qui fait couler cette rivière de fin d’été

Pour moi, ce tableau se décrit en une seule phrase :

« La lumière dans l’obscurité » !

 

Merci Van Gogh,

Mais pourquoi toute cette douleur ?

Arrête de torturer ton cœur

Et libère-toi

 

Comme les étoiles

De ta toile.

                             Eliott D. 6e2 Paris octobre 2018.

**

            La Sainte-Chapelle revient sur Seine

 

Immense bâtisse de pierre

Et de vitraux colorés,

Qui se dresse sur l’île de la Cité

Flamboyante de couleurs

Sous les nuages dorés.

Sonnant à chaque heure

Et chaque jour de l’année.

 

Chantant à tue-tête

Les jours de fêtes ou de messe,

Monument présent au cœur de la Cité

Tu renais pour nous tous les jours de l’année

Pour flamboyer toute la journée

 

Et ravir le cœur

De tous les visiteurs.

 

     Matthieu D. 6e3 Paris octobre 2018

 

**

                          La Villa Savoye

 

Par son nom et prénom composés

Dans un pré aux arbres déracinés

     Mon fondateur m’a bâtie

Au cœur des Yvelines je me suis installée

Avec mes longues fenêtres

Dans l’art des baies vitrées

    J’ai été une nouveauté

Mes pilotis sont plantés à jamais

 

On s’en souviendra pour des  millénaires

     Avec mon drôle d’air

Mon toit-terrasse n’est pas banal

Sans être un site royal

Mon créateur Le Corbusier

A signé un étonnant projet

La Villa Savoye, sans voix

   A ouvert la voie.

 

Samuel D., le 07.10.2018, 6e 2

 

**

 

        Le cœur de l’Opéra

 

           Mon bel opéra,

           Dessiné par des peintres

           Et fabriqué par des sculpteurs

 

           S’y trouvent à l’intérieur

           Ses amis les danseurs.

           Quand ils arrivent sur la scène.

           L’opéra se sent plus à sa place le long de la Seine.

 

           Et là, quand je te vois

           Mes yeux scintillent et t’admirent à la fois.

           Emporté par ton dôme doré,

           A l’entrée du pallier,

 

          Mes yeux s’étincellent devant ton grand escalier.

          Une mélodie entra dans mon esprit,

          Ceci est le ballet  « Casse Noisette »

          Il est entré dans ma tête.

         

         Voici ce que j’ai ressenti

         Et pour moi tu es l’opéra le plus joli,

         L’Opéra de Paris

                                                Victoria D.-G. 6e3

**

 

     Le grand voyage de l’obélisque.

 

Une nuit, l’Obélisque m’a parlé !

Elle m’a dit qu’elle voulait visiter l’espace

Alors, de Louqsor je l’ai envoyé

Et elle a atterri sur une place

Elle s’est écrasée comme le Concorde.

 

Entre deux fontaines elle s’est posée

Et cent-vingt hommes l’ont placée

Le roi Louis-Philippe l’a érigé

Elle, pourtant vieille de trois-mille-trois-cents années

Et tout a été remis en ordre.

 

Pour aller la voir, il vous faudra du courage

Car la route il vous faudra traverser

Pour revoir son voyage.

 

Et maintenant, allez visiter

La place de la Concorde !

 

     Louis G. 6e3 à CLAMART Octobre 2018

 

**

 

     Mon ami le Louvre

 

Toi qui es au centre de Paris,

     Tu longes la rue de Rivoli.

Oh toi ancienne demeure des rois,

Comme moi tu as des trésors sous ton toit.

 

La Joconde habite chez toi,

Tu es riche de souvenirs d’Egypte,

Ta pyramide est magique,

     Ta façade est en or.

 

J’habite dans ta rue et la nuit tout éveillée,

Je te vois tout éclairée alors que tu es fermée.

Je me prends à rêver de tes divinités,

Emportée par ton fantôme Belphégor,

Je visite seule ton royaume jusqu’à l’aurore.

Je ferme les yeux pour regarder, que dis-je admirer

     Tes merveilles.

 

     Angèle G. 6e3 PARIS Octobre 2018

 

**

 

    Le Dôme de Paris


Je m'appelle Panthéon
Roi du cinquième arrondissement
Moi Panthéon, je suis une église catholique
Mon dôme regarde Paris
Et ma croix touche le ciel en ami 
 
Je suis quelqu'un de connu
Les visiteurs m'admirent
Le soleil m'éclaire
Comme je suis en pierre
Tout le monde me respecte
 
Quelqu'un me parla
Il me dit : "Quel monument, tu fais !"
Je lui dis "Je le sais".
 
     Olivier G. 6e3 Paris Octobre 2018

**

 

      La Pyramide du Louvre


La Pyramide du Louvre

Faite en verre

La lumière s'y reflète

Comme dans un miroir.     

 

Le soir une lune accompagnée d'étoiles                

Regarde la pyramide de verre.   

Quand le soleil se lève,

Les gens vont au musée      

  

Et la pyramide                                                                                                   

Leur sert de passage secret.  

 

     Andréa G. 6e2

 

**

 

      Le Palais du Louvre 

 

Moi, qui je suis ?

Je suis le Palais du Louvre,

Magnifique, joyeux,

Unique et vrai.

 

J’habite ou plutôt je vis,

A Paris rue de Rivoli,

J’ai accueilli un nombre colossal de fans,

Ou plutôt de visiteurs.

 

Ancien Palais Royal,

J’ai été la demeure de François 1er et Louis XIV,

Célèbre dans la frise du temps,

De nos jours, je suis un musée.

 

On me reconnait grâce à ma célèbre pyramide,

Plutôt mes pyramides de verre,

Car j’en ai cinq auprès de moi,

Grâce à elles je suis célèbre dans le monde entier.

 

         Esther G. 6e3 Paris octobre 2018.

                                    

**

 

     Le château flamboyant 

 

Quand je vois le château de Dourdan,

Avec son donjon surplombant

Sa ville et ses habitants,

Je repense incessamment à tous ses tourments.

 

Ce château flamboyant 

Qui a souffert intensément 

Au cours de la révolution poignante,

En perdant plus de la moitié de ses ornements. 

 

Il est toujours là, installé fièrement,

Après avoir traversé le temps 

Diminué mais toujours présent 

Dans le cœur de ses habitants. 

 

Quand je vois le château de Dourdan 

Je le regarde, à chaque fois différemment,

Selon la couleur du soleil couchant.

 

     Sacha J-A, 6e3 à Paris en Octobre 2018.

 

**

 

     Paris tu m’éblouis

 

Toi Paris,

Toi Paris qui as grandi avec la Tour Eiffel,

Toi Tour qui illumines cette ville,

Toi qui ramènes ces vagues de visiteurs.

 

Moi qui te regarde t’amuser,

A enchanter cette ville,

A la décorer pour Noël.

 

Je sens dans mon cœur,

Une petite Tour Eiffel qui grandit.

La Seine qui navigue entre tes rives,

Pour résumer : Paris est magnifique.

                     Julie J.-B. 6e3 à Paris en octobre 2018.

**

               La rébellion des nénuphars

Les nymphéas

Une multitude de couleurs,
Un tableau toujours de bonne humeur,


Un pont et des nénuphars,
Qui m'illuminent comme

Les lumières d'un phare,


Tout vous envahit,
Sans que vous le vouliez,
Grâce à moi vous avez tout oublié,


Le Futur, Le Présent et Le Passé


     MERCI CLAUDE MONET !


Mila L.-S. en 6e2 Paris.
6 Octobre 2018 une année parfaite 

Pour les œuvres du Musée Marmottant.

**

        Les petits rats de l'Opéra

 

Pour aller à l'Opéra Garnier,

C'est vraiment très facile,

Il suffit de se rendre

Place de l'Opéra au métro Opéra.

 

Que trouvera-t-on là-bas ?

Des ballets, des danseuses,

Mais aussi des petits rats.

Pas ceux auxquels on pense,

Ceux-là sont en tutus et chaussons.

 

Ils dansent, légers comme une plume.

Un saut, une pirouette, une révérence,

Et le spectacle s'arrête déjà ?

 

Je m'en vais encore émerveillé,

Dehors, l'Opéra trône majestueux,

Dans la nuit il étincelle,

 

    De ses mille merveilles.

 

    Léandre L. B. 6e3

 

**

 

    Les Invalides

 

Les gens m’ont toujours regardé comme si

J’avais toujours eu le droit à la beauté et

A la richesse avec mon bâtiment imposant

Et ma magnifique toiture dorée.

 

Depuis le roi Louis XIV, j’ai toujours accueilli

Des hommes qui n’ont plus le droit

De se servir de leur corps,

Ils ont été privés d’une belle vie.

 

Ces soldats sont blessés dans leur corps et

Moi, je suis meurtri dans mon cœur.

 

    Théo L. C. 6e2

 

**

         Joli joli Opéra

Un jour alors qu'il faisait nuit,
Je suis sortie de chez moi,
Je me suis mise à marcher dans les rues de Paris.

Soudain je vis,
Un grand monument couvert d'or.
C'était bien lui l'Opéra de Paris.
Une musique douce et joyeuse,
M'emporta à l'intérieur, 
De toi, joli Opéra.


Des danseurs et des danseuses,
Me firent perdre mes mots !
Rien n'était plus beau que ce fabuleux spectacle.


Je me suis mise à chanter et danser !
Quand soudain tout s'arrêta,
Et je compris qu'il était tard.


Mais je me souviendrai,
Toujours de toi joli Opéra.


     Héloïse L.-B. 6e3 Paris.

**

 

      Le Musée de la Monnaie et son histoire

 

      Grâce à mes huit graveurs,

Qui travaillent avec ardeur,

Ils me fabriquent des coins,

Qui vont écraser des flans.

 

      Les matériaux que j’utilise sont :

Le cuivre, le zinc, l’argent, l’or…

Les techniques que j’utilise sont :

La fonte, le laser, la frappe, le poinçon…

 

      Avec mes douze siècles d’existences,

Puisqu’on m’a créé en huit-cent-soixante-quatre,

Et un hectare avec ma manufacture, mon palais…

C’est grâce à Charles deux que depuis

Ce jour je fabrique des pièces.

 

      Je fabrique cent-mille médailles,

Cent-vingt-mille pièces en or,

Cent-trente-mille décorations,

Ce qui est énorme - par an.

 

     Hugo M. 6e2 Paris octobre 2018.

 

**

 

                             Le A de fer

 

Oh ! la Tour Eiffel,

Qu’est-ce qu’elle est belle !

Tout le monde veut la voir

Nous avons tous en nous cet espoir.

 

Nous voulons tous aller en haut

Et dire : « Qu’est-ce que c’est beau ».

Elle s’envole de ses ailes

Pour aller toucher le ciel !

 

La nuit elle parle avec la Tour

     Montparnasse

Et sa grande carcasse.

La plupart du temps elle lui dit :

« Petite, dors, c’est la nuit »

 

     Clément P. 6e 3 Paris Octobre 2018

                                                                     

**

 

    La Statue de la liberté à Paris

 

Toi, réplique de cette fameuse statue,

Tu es plutôt têtue,

Pour un monument connu.

 

Tu es très petite,

Par rapport à ta jumelle,

Je te trouve très belle.

 

Ta couleur bleue se reflète dans la Seine,

C’est fait exprès pour que les touristes viennent.

 

Comment fais-tu pour rester immobile ?

Debout toute seule au bout de ton île.

 

     Côme P. Paris, octobre 2018.

 

PontMira7

**

 

    Le penseur ne pense plus

 

Chut je pense,

Mais laissez-moi penser !

Pauvre penseur,

Le mettre devant la Porte des Enfers.

 

Pourtant il a été sage,

Je m’ennuie devant cet ennui,

Les gens courent vers moi,

Mais moi je ne pense plus.

 

Pour penser en paix,

Il me faut du silence,

Mais du silence,

Il n’y en aura jamais.

 

     Louise P.  6e3 Paris octobre 2018

 

**

 

     La Laitière

 

     Le tableau "La Laitière", de Johannes Vermeer, installé dans un musée d'Amsterdam,

a été exposé en 2017 au Musée du Louvre plusieurs mois.

 

Bonjour c'est la laitière

Avec la fermière

Je fabriquais du lait.

Et j’étais dans la paix.

 

Heureusement j'avais du pain

Pour calmer mon chagrin

J’habitais dans une maisonnette

Et j'étais un peu coquette

 

Constellée de petites touches lumineuses

La laitière aux formes généreuses

S’absorbe dans son activité nourricière en regardant

Tout comme le spectateur le mince filet de lait

Qui coule de sa cruche dans un plat.

 

     Raphaël S. 6e 2.   

 

**

 

    L’étrange monument de l’avenue Winston Churchill

 

En 1900, je suis né

De l’imagination de mon architecte Charles Girault

Je me dresse face à mon grand frère

De l’autre côté de l’avenue Winston Churchill

 

Je suis un lieu d’expositions

Musée des beaux-arts, art de la Ville de Paris,

Ma façade fait près de 150 mètres de long

 

Je suis organisé autour d’un jardin

J’accueille chaque année de nombreuses œuvres

Ainsi qu’un concours hippique international

J’ai accueilli une exposition universelle

Mes frères sont au nombre de treize

 

     Je suis LE PETIT PALAIS

 

    Chloé S. – 6e 3 PARIS – octobre 2018

 

**

 

     De la compagnie

La Tour Eiffel se dit dans sa tête
"Je veux revoir les paresseux
Qui glissaient peu à peu sur les toboggans"
 
"Je veux avoir de la compagnie
Et je sais la Tour Montparnasse
Et je file à Montparnasse
Mais je ne la vois pas
"Oh zut alors !"
 
Je me remotive
"C'est fini !"
Je veux manger du chocolat et je vois Nicolas
Je lui demande si je peux avoir du chocolat,

Mais il n'en avait pas
  
Mais ce n'est pas grave 
Parce que j'ai des êtres bien plus grands encore
Les humains, des milliards, en fait, je me trouve bien
Car il n'y a pas une seconde sans personnes
 
Je me regarde parce que je suis une figurine
Donc les paresseux me paraissaient trop petits.
 
     Antoine S. 6e3 Paris octobre 2018.
 

**

 

     La Sainte Chapelle

 

Je me présente, je suis la Ste Chapelle, la plus belle

Je vois des milliers de personnes chaque jour

Admirer mes vitraux, c’est vrai qu’ils sont beaux

Je suis de style gothique, abritant les Saintes reliques

 

Construite par St Louis, je vis à Paris

Pour y recevoir la Couronne d’épines et la Vraie Croix

Que le roi est allé chercher pour moi

 

Je suis la seule à avoir ce privilège-là

Notre Dame a des Cardinaux pour elle seule

Nous sommes les meilleures amies du monde

Habitant l’une et l’autre sur l’Ile de la Cité.

 

Timothée T. 6e3

A Issy les Moulineaux le 12 Octobre 2018.

 

**

 

     Les Arènes de Lutèce

 

On y criait la joie,

Au temps des rois,

Nous étions pleins d’émois,

Nous les villageois.

 

Les lions côtoyaient les gladiateurs,

Et nous étions tous en fureur.

Revenons de nos songes,

Car à la sortie nous avons la rue Monge.

 

Nous ne sommes plus aux Arènes

De Lutèce de ce temps-là,

Mais bien dans les arènes du Paris

Des jeux avec nos papas.

 

     Vincent T. 6e2 Paris octobre 2018

 

**

 

     Grand Palais à peau de verre

 

La Seine est déjà traversée,

Tu longes les Champs-Elysées,

Avec ton armure de fer,

Ta peau n'est pourtant que de verre

 

Tes expositions par milliers

Font rêver le Petit Palais !

 

Ta bouche, oh mon Grand Palais

Accueille les meilleurs pâtissiers,

Artistes éblouissants ou laids !

 

Tu fus Grand Palais des Beaux-Arts,

Pavoisant de jour et de nuit

Et dans le vent et le brouillard

Tu embellis mon grand Paris !

 

     Valentin V. 6e3 Paris 2018.


**

 

    La Dame à la Licorne et Mademoiselle


Mademoiselle Licorne
     D'où viens-tu ?
Qui t'a conçue ?


Pourquoi une corne
Et pas une cloche qui résonne ?


A quoi te sert-elle ?
A piquer les dromadaires ?
Ou à guérir le mal sur Terre ?


Grâce à toi nous pouvons rêver,
Dans les histoires et les contes de fées.


Il est toujours possible d'espérer 
Que tu viendras nous sauver,
Et chasser les pires cauchemars 
Que nous inventons dans la nuit noire.

     Lucille X., 6e2. 

 

**

 

    La Dame de Paris

 

Un de ces beaux matins

Quand la brume envahit le ciel

Quand le soleil pale peine à l’horizon

On peut apercevoir les nuages

Cette pointe de fer

 

Avec la plus grande délicatesse

De son élégance elle pénètre

Dans cette mer en coton

Et de toute sa beauté

Elle illumine Paris

De son manteau d’acier

 

Dans le monde entier

Son nom résonne

C’est l’idole de notre pays

Fierté de la nation

Lumière de Paris

 

  LA TOUR EIFFEL !

                Ruben Z. 6e3  Paris 14.10.2018.

**

        C’était COLLÉGIENS 6e de 11 ans, à Sainte-E, Paris XVe :

« PATRIMOINES EN POÉSIE » 2018 !

     ŒUVRES ET MONUMENTS FRANCILIENS

 

COLLÈGE SAINTE-E 6e2 ET 6e3 PARIS XVe

AVEC MONSIEUR DYREK PROFESSEUR DE FRANÇAIS

QUI ENTEND FAIRE LIRE ET ÉCRIRE À FOISON

                          CATEGORIE « ATELIER D’ÉCRITURE»

**

 


06 décembre 2018

Cartes pop-up du Pont Mirabeau, Apollinaire invité à "Noël à Paris" ! grâce aux 6e !

     Noël à Paris ! Les élèves de 6e2 et de 6e3 ont composé des cartes pop-up du Pont Mirabeau, le célèbre pont chanté par Apollinaire dans le poème éPONyme ! Et voici les premières productions artistiques pour notre Marché de Noël.

PontMira1Les pages centrales sont réservées au pop-up du Pont Mirabeau !

PontMira2

PontMira3

PontMira4

     La page 4 était consacrée à un poème tout ou partie écrit par l'élève et envoyé au concours "Patrimoine en poésie", dont les résultats régionaux complets seront dévoilés le 15 décembre 2018.

PontMira5

PontMira6

PontMira7

PontMiraApoRevueVraiePoemLa revue Histoires Vraies chez Fleurus était consacrée en novembre à Picasso et à Apollinaire, elle a été présentée par une élève.

 

27 novembre 2018

"2069, la Coupe des Mondes sur Mars" Des invités avant l'écriture des 6e et l'actualité de Mars en novembre 2018 !

     "2069, la Coupe des Mondes sur Mars",

 

le concours de récits inter 6e se rapproche au collège Sainte-Elisabeth !

     Ce lundi 26 novembre, alors que le suspense avant l'atterrissage de la sonde Insight de la Nasa sur la planète rouge était à son comble - 7 années de préparation, 7 mois de voyage et 7 minutes de descente très risquée ! -, l'écrivain Yves Chéraqui a communiqué des conseils aux trois classes de 6e successivement. Conseils relatifs à la recherche des idées (angles de vues de l'histoire, choix des personnages, des enjeux, du moment, du début du récit, rédaction, et construction de l'intrigue...), les élèves posant des questions ou proposant leurs premières idées narratives...

SondeMars26nov18

M

     Une semaine auparavant, M. Tognini, le troisième spationaute français de l'Histoire, ayant participé aux aventures spatiales tant russes avec Mir, qu'américaines avec Columbia, présentait aussi son expérience et ses nouvelles responsabilités. Il était accompagné d'une responsable de la communication de l'espace européen et de M. Toussaint, parent d'élève, qui a travaillé longtemps à l'Agence Spatiale Européenne, ainsi qu'aux lancements de la fusée Ariane.

 

M

QuestionAuSpationaute

     La salle pouvant réunir tous les 6e en même temps était la chapelle, et le ciel pouvait être envisagé sous tous ses aspects ! Les questions des élèves étaient du reste de tous ordres, une sélection de ces questions avait été faite en amont et quelques autres questions sont venues aussi lors de l'échange qui portait sur la vie à bord d'une station spatiale, sur la Lune - la banlieue de la Terre, selon M. Tognini !, que sur Mars et les conditions de futurs voyages humains.

M

    Au début de décembre, les élèves plancheront sur le sujet martien, les professeurs de français feront une sélection de rédactions, avec l'appui d'une professeure de sciences, en parcours interdisciplinaire, et les textes seront envoyés à nos deux jurés, le spationaute et l'écrivain. La remise des prix aura lieu lors de la JPO en janvier 2019 ! Mais c'est quoi la JPO ? la Journée Pré Olympique ?

10 novembre 2018

Le Pont Mirabeau, centenaire Apollinaire, tous ponts et poèmes ! Mardi 20 novembre 2018 : Balandier pour parler d'Apo !

« PATRIMOINES EN POÉSIE  2018 »

 

PONTS DE PARIS

 

     Au centenaire d’Apollinaire, auteur du poème mis en musique par Léo Ferré « Pont Mirabeau »,

pont qui se trouve près de notre école parisienne. Franck Balandier nous parlera d'Apollinaire le 20 novembre !

 

0RegardsPontMirabNov18+Ph LD Regards sur le Pont Mirabeau, 9nov2018.

Le pont Mirabeau Alcools

 

par Guillaume APOLLINAIRE (1880-1918)

 

Sous le pont Mirabeau coule la Seine

Et nos amours

Faut-il qu’il m’en souvienne

La joie venait toujours après la peine

Vienne la nuit sonne l’heure

Les jours s’en vont je demeure

Les mains dans les mains restons face à face

Tandis que sous

Le pont de nos bras passe

Des éternels regards l’onde si lasse

Vienne la nuit sonne l’heure

Les jours s’en vont je demeure

L’amour s’en va comme cette eau courante

L’amour s’en va

Comme la vie est lente

Et comme l’espérance est violente

Vienne la nuit sonne l’heure

Les jours s’en vont je demeure

Passent les jours et passent les semaines

Ni temps passé / Ni les amours reviennent

Sous le pont Mirabeau coule la Seine...

 

 

COLLÈGE SAINTE-ELISABETH 5e3 PARIS XVe

ATELIER D’ÉCRITURE AVEC MONSIEUR DYREK

PROFESSEUR DE FRANCAIS

 

    Du pain, des poèmes, des roses

Nous vous en offrons sur ce pont !

Vous chantant les métamorphoses

Par des quintils et des répons

De sainte Elisabeth… en Rose

   Roses poèmes, roses pains

Prenez en bien quelques syllabes

Rêvant détachant le grappin

De partir grâce à l’Astrolabe

Vers un monde… jamais dépeint !

     Des roses, du pain, des poèmes

Nous les sortons de nos paniers

La gratitude en est le thème

Et le moteur pour nous relier

Le Seizième et le... Vingt-deuxième !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

           Offrandes sur le Pont Mirabeau : Quintils composés par M. Dyrek sur le modèle des quintils ou strophes de cinq octosyllabes qu’on trouve en bijoux de versification rythmique et harmonieuse dans le recueil Alcools, paru il y a 105 ans.

**

 

Apo et les Obus

         L'auteur Franck Balandier viendra visiter les 5e3 le mardi 20 novembre ainsi que des lycéens. Il sera à la librairie L'Instant de 18h30 à 20h pour répondre à des questions sur Apollinaire à qui il a consacré deux ouvrages en cette année de centenaire : le revigorant et étonnant Apo, au Castor Astral, et le court mais dense Paris d'Apollinaire, éditions Alexandrines. Il se présentera aussi au jeu des dédicaces.

     Sous réserve, l'auteur du Tombeau d'Apollinaire, Xavier-Marie Bonnot, sera présent.

     Exposition d'ouvrages au CDI grâce à Madame Hubert et affichage de calligrammes et de tableaux et poèmes près de la bibliothèque du 112 grâce à Madame Pillot.

44840051_2149391061999770_3918463913007513600_n

44855397_472776996580406_1162925604425695232_n

44870751_253877858661075_7745303258624688128_nPhotos Laurent Dyrek à l'automne 2018.

Poèmes composés à Paris en octobre 2018 :

 

Paris est traversé par bien des ponts

Certains lourds, imposants, d’autres plus ronds,

Mais entre tous un seul est si gracieux,

Tel un joli oiseau haut dans les cieux.

 

Il jette avec joie et légèreté

Sa silhouette, ses arches en fer forgé,

Au-dessus de la Seine et, fièrement,

Salue l’île de la Cité en riant.

 

Même lorsqu’il pleut il reste romantique,

La pluie le rend gris mais pas nostalgique,

Sa structure légère et métallique

Lui donne un charme un peu énigmatique.

 

Pour ces raisons et bien d’autres encore

Jamais je ne me lasse de ses abords,

Et je sais qu’aujourd’hui comme plus tard

Je reviendrai auprès du Pont des Arts.

 

            Clara A. 5e3 à Paris le 17 octobre 2018.

 

**

 

     Le Pont des Arts s’est cassé

 

Comme tous les ponts, le pont des Arts

Traverse la Seine et a des rives aussi belles

Que des étoiles dans le ciel.

Sous Bonaparte, il y a été créé.

Les cadenas des amoureux dansent dans le vent

Accrochés aux remparts de ces ponts.

 

L’eau passant sous le pont est la Seine si belle.

Ce pont ne put résister

Il s’est fragilisé et s’est cassé.

Tout le monde a pleuré

Il a perdu de sa beauté.

 

A sa reconstruction c’est devenu

Un frère d’exposition.

Peintres et autres artistes en quête de lieux sympathiques

Viennent mettre des coups de crayons.

Malgré son effondrement, il est résistant

Ah ! Le pont des Arts.

 

      Lila A. 5e3 à Paris en octobre 2018.

 

**

 

      Le Pont Mirabeau en métal et acier

 

À Saadi Carnot qui nous a donné ce beau pont,

Ce pont qui relie le Quinzième et le Seizième,

Je suis passé sur ce pont et je passerai sur ce pont métallique.

 

En étant au début côté courant, je suis impatient,

En étant au milieu côté courant, je vois la Tour Eiffel de toute sa splendeur,

En partant côté courant, je suis triste de quitter cette merveille.

 

En étant au début côté contre courant, je vois ce fleuve : la Seine,

En étant au milieu côté contre courant, je vois “La ville de Paris” et “L’Abondance”,

En étant au bout côté contre courant, la Seine se montre encore plus belle.

 

Aux abords du pont, je revois ses magnifiques statues,

En contrebas du pont, je ressens toute son architecture,

Et, en étant mobile ou immobile, je garde en tête que ce pont

 

Est en honneur à Honoré Gabriel Riquetti de Mirabeau

 

     Alexandre A. 5e3 à Paris le 14 octobre 2018.

 

0PlaqueApol3mainsPhLD+Ph LD Sous le pont et sur le pont 9nov18

**

 

      Oh qu'il est beau le Pont Mirabeau...

 

Oh qu'il est beau le pont

     Mirabeau...

Il enjambe la Seine

Le 15e relie le 16e

 

Oh qu'il est beau le pont

     Mirabeau...

Une structure métallique

Vraiment magnifique !

 

Dessus, les gens sont passés,

Des gens passent

Et d'autres passeront

Dessous, les bateaux ont navigué

Des bateaux naviguent

Et d'autres navigueront

 

Oh qu'il est beau le pont

     Mirabeau...

Le traverser, le regarder ou le chanter

Le pont est beau, pont Mirabeau

    Et beaucoup l'ont admiré.

 

            Martin A. - 5e 3 Paris 2018.

 

**

 

     Sur ce pont très souvent

 

Le pont Alexandre III est un

Des plus vieux ponts de la capitale,
Entre deux arrondissements,

Il domine la Seine sous le soleil doré.
J’aime ce monument magnifique

Emergé dans le matin très pâle,
Aussi léger que beau, il inspire la beauté

Et me fait l’adorer.
 
Des statues et de l’or le décorent,

Des voitures le traversent,
Des anges surveillent la circulation,
Mais les piétons n’y font pas attention.
Attention en se promenant

De ne pas tomber à la renverse.
 
Je passe sur ce pont très souvent,
Les cheveux toujours dans le vent.
D’un coté je retrouve ma grand-mère,
De l’autre je rentre chez mon père.

 

     Emilie B. 5e3 octobre 2018.

 

**       

 

     Le Pont des amoureux

 

Joli pont, berceau d’un amour fatal

Croulant sous l’affreux poids

De ses bouts de métal

Que l’on nomme “cadenas”

 

Il veille sur ce fleuve

Aux eaux tumultueuses

Qui tente de faire ses preuves 

Devant sa mère couveuse

 

Recueille des passants 

Temple des amoureux

Il combat ce temps incessant

Beau fils des cieux 

                     Valentine B. 5e3

 

**

 

     Poème sur le Pont Mirabeau

 

Le pont Mirabeau,

Là où l'amour file avec les eaux.

Apollinaire, à travers son poème,

Nous a raconté ce pont que l'on aime.

 

Ce pont qui transporte les âmes épanouies ou attristées,

Là où cette statue sonne le cor et tient son épée.

     Drapé de sa jolie robe verte,

Le pont contemple la Seine qui n'est jamais inerte.

 

Face aux Dames de Liberté et de Fer,

     Il relie, tout fier, les deux terres.

La nuit venue, il illumine mon quartier,

Pour guider les passants pressés.

 

     Floriane C.-L. 5e3

 

PontMirab9Ph LD Feuille, Pont, Tour au 9nov2018.

**

 

      « Le Concorde »                           

 

Juché sur ses quatre « piliers d’estal » en pleurs

Bâti avec les pierres de la douleur

     Au-dessus tout se voit

En-dessous tout se croit

 

Les âmes perdues ou oubliées

Tentent désespérément de l’annihiler

     Mais en vain

Car « le Concorde » continue son chemin

 

Il unit les amours

Autant qu’il les sépare

     Il rassemble l’humanité

Aujourd’hui, demain et pour l’éternité

 

      Jean C. 5e3 octobre 2018

au sujet du « Pont de la Concorde ».

 

**

 

    Un Pont proche

 

Le pont Mirabeau,

    Il est très long et beau.

Il a été construit au 19e siècle

Par Jean Résal, Alby et Rabel.

 

Il comporte de l’acier

Et des becs de piles décorés,

Avec des sculptures en bronze réalisées

 

Par Jean-Antoine Injalbert

Représentant Paris et le Commerce.

 

Il a été construit il y a des mois,

D’ailleurs, il est proche de chez moi

     Je ne le remarquais pas,

Maintenant je le vois.

 

     Emma Lou C. 5e3 Paris octobre 2018.

 

**

 

     Le Pont au nouveau nom

 

En se renommant Pont de Sully

     Ce fut un grand abri


Ainsi sous les airs ahuris

Plus d'un il en anéantit !

 

Des gens convoitent à droite

Sur la passerelle Damiette

Elle n’est pas très étroite

    Mais très adroite


A gauche des entretiens d’embauche

Pas loin il y a l'Institut du monde arabe


Où se trouve un resto ou l’on sert du crabe

     Quelle aubaine

On y voit les quais de Seine

 

     Prenez-en de la graine !

 

     Arthur C. 5e3 Paris octobre 2018.

 

**

 

        Le pont Alexandre III

 

Joseph et Gaston étaient coordonnés,

Ils choisirent des décorations dorées.

Pour montrer d’abord la France,

La France et la Russie en alliance.

 

Entre les Invalides

Et nos Champs-Elysées adorés

Un pont solide,

« Alexandre III » tout doré

 

Franchissant le 8e

Et le 7e,    

Par notre chère Seine.

 

         Vittoria C.

 

 **

 

     Le bel héritier de la Dame de fer - acrostiche

 

Paris est visité, aimé pour ses monuments,

Ou pour ses ponts de beauté.

Nuls ne sont ceux qui ne brillent pas comme des diamants,

Tellement jolis, même les gens détestant Paris les ont admirés !

 

Beau ciel et beau fleuve,

Irrigué par cette eau toute neuve,

Riches sont les gens, faut-il qu’ils le peuvent ?

 

Héritier des matériaux de la Tour Eiffel,

Animé par l’activité de Paris ;

 

Koalas n’ont jamais été vus sur ma passerelle,

Et sont passés des millions de gens se nommant Tom ou Sophie.

Ils ont été attirés par cette vue sur la Seine.

Ma vie est belle sur le joyau de notre ville, sur notre reine.

 

      Eleejah D. 5e3 Paris octobre 2018.

 

**

 

    Le Pont Alexandre III : un présent éternel.

 

Ce pont fut inauguré,

Pour l’Expo universelle,

     Symbolisant l’amitié

Franco-russe, retrouvée.

 

Construit dans l’axe des Invalides

     Il admire les deux Palais

Il se lance dans le vide,

En oubliant sa beauté.

 

Pourtant ce pont si majestueux,

Tel un colosse qui s’élève aux cieux,

Eclaire la nuit autant que nos yeux

     De ses candélabres merveilleux.

 

Il plane sur les ailes de ses Pégases,

En survolant le tout Paris

     En écoutant jouer du jazz

Par ses passants, tard dans la nuit.

 

       Olivia E. 5e3 à Paris en octobre 2018.

 

**

 

     Le Pont Alexandre III

 

Le pont Alexandre III et ses chevaux dorés,

Qui rendent le pont joyeux.

 

Les jolis anges noirs non colorés,

Le rendent tout aussi heureux.

 

Les lampadaires illuminent le pont,

     Dans la nuit claire.

 

Pour qu’on y voie mieux le pont,

     Le pont est long.

 

Pour qu’on y reste plus longtemps.

 

    Carlotta E. 5e3 à Paris en octobre 2018.

 

**

 

     Le Pont Alexandre III et quatre Renommées

 

Né avec un nom de tsar, 

Rien n’est dû au hasard, 

Au fil du temps qui passe, 

Tu es devenue une star, 

Les Invalides, jamais ne se lassent

D’admirer ta très belle histoire.

 

Paris, belle ville lumière,

Aujourd'hui, comme hier,

Accueille tes quatre Renommées

Tu es comme un roi couronné.

 

Depuis l’Exposition universelle, 

Tu ensorcelles et tu étincelles,

Nul besoin de mise en scène,

Pour enjamber d'un arc la Seine, 

 

Et briller de mille feux, 

Pont, oh combien, précieux !

 

     Alexandre G-G – 5e3 -  Paris, 15 octobre 2018.

 

**

 

     La Passerelle d’Ibily

 

Considérée comme un monument historique

Elle est fantastique

Elle est belle et ensoleillée

Sa source est la Seine, c’est sa traversée 

 

Elle devait être détruite

Mais les Français l’ont reconstruite

Elle changea de nom

Mais elle resta tout le long

 

Son créateur

Pour la construire a eu du cœur

Elle est en forme de dôme

Avec son long col

 

Il y a beaucoup de visiteurs

Des Parisiens comme des voyageurs

Elle nous attire comme une fleur

Mais on sait qu’elle a du cœur

 

     Léa J. 5e3

 

**

 

     Pont de Bercy quoi et qui

 

Sous le Pont de Bercy

     Un philosophe assis

Deux musiciens accordéonistes

Et quelques badauds sur des bateaux
Passent et applaudissent.

 

Le Pont de Bercy relie

Deux bouts de terre avec un peu d’air

Des meubles situés dans des immeubles

Et des habitants habitent de grands immeubles

Remplis de meubles.

 

Le Pont de Bercy peut être comparé

    A un géant de pierre

Qui a tenu durant la guerre

Avec son habillage de pierre.

 

Admirant à ses pieds le fleuve

     Qui s’appelle la Seine

Et se dirige vers Bercy

Où vont nos économies…

 

     Arthur J. 5e3 à Paris en Octobre 2018

 

**

 

     Beauté des ponts

 

Les ponts de Paris,

Paraissent tout petits

 

Mais lorsqu’on s’approche,

Leur beauté nous rend sans voix.

 

Certains possèdent deux arcs,

D’autres en possèdent trois,

 

Décorés de statues

Comme le pont de l’Alma,

 

Décorés de gravures

Comme le pont Neuf,

 

Les ponts sont traversés

Par des milliers de gens

 

Tous les jours,

Pour toujours.

 

      Chiara L. 5e3

 

**

 

     Sous le Pont Mirabeau coule la Seine ...

 

Il est rive gauche dans le 15e

De la Convention jusque dans le 16e.

C'est un monument historique

Qui attire beaucoup le public.

 

Ces piliers représentent des bateaux 

On a l'impression qu'ils sont dans l'eau.

De quatre statues il est orné

Sur ce pont on peut s'y promener.

 

Il est très long de cent-soixante-treize mètres

Je le vois presque de ma fenêtre.

Il est très beau le pont Mirabeau 

Toute l'année au-dessus des flots.

 

     Eva M. 5e3


**

 

     Pont d’Austerlitz

 

Sur ce pont,

Dont Austerlitz est le nom,

Des souvenirs reviennent,

De Napoléon au-dessus de la Seine.

 

Pour lui,

Nous avons construit,

Ce pont,

Dont l’emblème est un lion.

 

En face du Jardin des plantes,

Napoléon le hante,

Mais il va partir,

A la guerre pour conquérir.

 

     Emmanuelle S. - 5e3

 

**

 

     Le Pont Neuf amoureux de la Seine

 

Depuis plus de quatre cents ans

Le pont Neuf trône sur la Seine, imposant

 

Et ses douze arches enveloppent

Les deux bras de la Seine qui enserrent

Le square Galant de l’île de la Cité

Au cœur de Paris dans une tendre félicité.

 

Henri IV à cheval veille en grande tenue

Et les dernières années les touristes sont venus

Se jurer fidélité sur le pont, pour toujours

En le transformant en pont des amours.

 

     Melchior V. 5e3 Paris octobre 2018.

 

**

 

     Poème sur le Pont Neuf                         

 

De 1578 à1604 des petits ouvriers

De misère, relient les deux rives passant par l’île de la Cité. 

Les touristes, les passants passent sans faire attention

Aux piliers qui supportent cette attraction.

 

Les piliers regardent ce liquide

Et essayent d’écoper avec un seau

Toute la matière

Couleur de verre.

 

Sur les abords du pont,

On ne voit pas le fond

De cette magnifique construction

Le plus vieux des ponts,

                      Le pont Neuf !

 

     Tivizio V. 5e3 à Paris en Automne 2018.

 

**

 

PARCOURS PEDAGOGIQUE SUR LES PONTS DE PARIS

 

     Français en poésie, Musique avec le chant « Le Pont Mirabeau » d’Apollinaire, Arts plastiques avec des dessins de ponts en perspectives

 

LES PONTS EN CITATIONS,  SYMBOLES ET POÈMES

 

     « L’homme n’est pas fait pour construire des murs mais pour construire des ponts. »

         Lao Tseu, sage chinois taoïste

*

     En mai 2016, le Pape François a appelé à « construire des ponts et abattre des murs », à l’image des fondateurs de l’Union européenne, en recevant le prix Charlemagne au Vatican.
*

     « Chaque fois, Sofiane rêve les ponts d’une histoire, s’approche, et tente de humer l’odeur d’une destinée qui aurait une parenté avec la sienne. »

     Les Racines du mandarinier de Cécile Ouhmani, page 83.

 Ad libitum...

22 octobre 2018

Joyeux anniversaire ! René de Obaldia Des messages de jeunes collégiens pour vos 100 ans en cet octobre 2018 !

 

JOYEUX ANNIVERSAIRE !

 

                                RENÉ DE OBALDIA 

 

     Nous vous faisons parvenir, cher René, outre un estrambot de 18 mètres et un travail de questionnaire sur votre poème stimulant « Le plus beau vers de la langue française », des messages de jeunes collégiens, en 5e dans un collège de Paris, ils ont entre 11 et 12 ans et s’associent pour vous souhaiter un joyeux anniversaire avec leurs messages festifs où se lit aussi l’admiration pour votre parcours et votre œuvre.

     Ty447 Laurent Dyrek professeur dans un collège du XVe.

PS en question surnuméraire : combien de fois faut-il visiter tous les arrondissements parisiens pour obtenir votre âge ?

 

Les poètes de cent ans estrambot de dix-huit mètres

     Quel âge a-t-on feuilles dans le vent quand on écrit, quand on rime, quand on danse ?

     Quel âge a-t-on boulot chêne roseau ou if quand on est vif et qu’on dit des mots incisifs ?

     Quel âge a-t-on nuages dans un miroir quand on est mort et qu’on a le temps de tous côtés ?

     Est-ce que j’ai sept ans, cent ans ou cent sept ans ?

     Ton âme rayonne-t-elle aussi de voir ce château de briques ?

     Ton âme fait un grand sourire par des huiles, des porcelaines, des portraits, des paysages

     Ton âme prend ou prit ou prendra un coup de vieillesse par des mornes plaines, des horizons bas, des blessures et des vilénies !

     Ton âme semeuse se meurt à chaque fois que les lemmings avertis vont à fond de courses vers l’abrupt !

     Est-ce qu’on remet les compteurs à zéro, les étoiles en nouvelle configuration ?

     Est-ce qu’au rivage de cent sept, on est à nouveau pour la première fois un poète de sept ans – sautant dans les flaques à éclabousser le soleil ?

     Que pense le poète de cent ans quand il se rappelle son roman un-titulé Le Centenaire et que veut dire le mot roman ?

     Est-ce qu’un regard taquin, coquin, malicieux, espiègle sur la vie, les mœurs littéraires et de son temps, de ses temps, de tout son temps, ajoute des jours ?

     Un homme, mort entre temps, m’a dit qu’il était impossible que vous soyez la réincarnation, le René d’Apollinaire, puisque vous naquîtes juste avant sa disparition et non juste après.

     Dans quelque vingt ou trente ans, serez-vous co-organisateur de la fête pour le centenaire de votre fille adepte de courriels aux courses de la terre et du ciel ?

     Vingt-deux octobre ! oh ce jour d’anniversaire et terme de Vendémiaire, le fameux mois-républicain-poème d’Alcools aux vendanges de poésie pour des bateaux ivres et des avions sobres à Port-Aviation ou Issy

     Vous nous amusâtes, vous nous plûtes, vous nous vîntes avec « Le plus beau vers de la langue française » « Le geai gélatineux geignait dans le jasmin », alors que vous êtes l’anti-geindre !

     Quels seraient les conseils que vous donneriez à un jeune dramaturge de cinquante-cinq printemps ou à une jeune poète de quatre fois vingt  automnes – et qui n’osa pas jadis franchir le pas parce qu’écrivait Jacques Prévert ?

     Dans Innocentines, je lis, au beau mille du titre et de la couverture, j’entends inouï le nombre « cent » sur ce pont des mondes passant et repassant

Cent ph LaurentDyrek18

     Texte y442 écrit  par Laurent Desvoux-D’Yrek en Île-de-France en octobre 2018, avant la fin de vendémiaire.

**

     En février 2018, j’avais écrit après avoir vu votre pièce Entre Chienne et Loup le poème Estrambot pour D.Galop. Avec ma femme Brigitte Moyon-Dyrek, nous étions venus vous voir cet été, pour vous apporter des recueils de poésie. Nous nous étions bien amusés en prenant des photos « patrimoniales » avec l’affiche « Patrimoine en poésie », je viens du reste de faire participer à nouveau mes collégiens à cette belle opération de poésie. Les deux estrambots de cette feuille devraient figurer dans un livre publié par Unicité avant la fin de l’année sous le titre Au Galop bleu de la beauté, d’après un vers de Calligrammes.

**

Estrambot pour D. Galop   Adios ? adios ? / Est-ce que ça veut dire / Abientos ?!

     Docteur Galop / Où êtes-vous à partir / A cheval ou à chevaux ?

     Pour soigner des animaux / Perle rare et par le rire / Des maux de drôles de mots

     Vous passez par les demeures / Des poètes et des heures / Au trot au trot !

     Qui ici-bas, bas / Voudrait aller au pas, au pas / Mais pas trop, pas trop !

     Maître René de O. / Sur votre siècle en haut / A écryre et à lyre !

     Texte y106 écrit dans les Transports franciliens le 8 février 2018.

 **

Le plus beau vers de la langue française, poème de René de Obaldia, écrivain né le 22 octobre 1918.
     "Le geai gélatineux geignait dans le jasmin" // Voici, mes zinfints / Sans en avoir l'air / Le plus beau vers  / De la langue française. / Ai, eu, ai, in / Le geai gélatineux geignait dans le jasmin... / Le poite aurait pu dire / Tout à son aise : / « Le geai volumineux picorait des pois fins » // Et bien ! non, mes zinfints. / Le poite qui..."  extrait de Innocentines, publié en 1969.

**

Devoir sur Table  5e3 QUESTIONNAIRE     /20        NOM :                    Prénom :

     1) Le « plus beau vers »* est en même temps une phrase simple, prouvez-le ici. 1p 

     2) La proposition soulignée comporte trois verbes, comment cela est-il rendu possible ? Citez trois phrases simples…sans aucun verbe ! Dites quel est leur mot noyau, comment peut-on alors appeler ces phrases de deux manières ? 3p

     3) Citez une phrase complexe en expliquant comment vous l’identifiez comme telle. 2p

     4) Donnez quatre exemples de liaisons de mots opérées par le narrateur dans le texte avec une insistance moqueuse sur les formes plurielles, qui se font bien entendre. Quel passage du texte évoque ces liaisons sonores ? 2p

    5) Relevez des extraits en lien avec les sens suivants : la vue, l’ouïe, le toucher, le goût. En quoi les éléments choisis renforcent-ils ici un aspect prosaïque ? (très concret, qui peut sembler le contraire de « poétique ».) 2p

     6) Ce texte vous paraît-il drôle ? tragique ? parodique (en parodie-imitation par exemple de vers romantiques « C’était l’heure tranquille où les lions vont boire » de Victor Hugo) ? dramatique ?  En quoi constitue-t-il une sorte de saynète de théâtre qui aurait comme lieu une salle de cours ? Justifiez vos réponses. 2p

      7) Pour définir la qualité d’un vers, les éléments liés à l’analyse des sonorités, retour de voyelles en assonances ou de consonnes, vous paraissent-ils essentiels ? Par quoi pourrait-on compléter pour la définir ? Feriez-vous spontanément la recherche d’un beau vers, d’une belle phrase, d’un beau texte, d’une belle idée ? Quel message avec sens et beauté placeriez-vous sur un mur de votre chambre ou dans un répertoire et pourquoi ? 2p

      8) Faire copier cent fois un poème ou un vers de poète vous semble-t-il la manière la plus appropriée de faire apprécier la poésie ? de l’apprendre ? de retenir pour toujours ? 2p

      9) Pensez-vous que l’on puisse écrire avec du sens des poèmes d’un seul vers ? « Et l’unique cordeau des trompettes marines » est un poème-vers de Guillaume Apollinaire, poète mort en 1918. Son titre est « Chantre », publié dans Alcools en 1913. Composez vous aussi un poème d’un seul vers : un monostique ou monostiche sur le thème de la musique avec un titre. 2p

     10) Après calcul de l’âge du poète à l’heure de votre lecture, en années, mois et jours,

écrivez le plus beau message positif que l’on puisse adresser à un écrivain très âgé pour son anniversaire. Cet écrivain a écrit notamment un roman intitulé Le Centenaire « épopée de la mémoire », à la fin des années 1950, et dans les années 1960, une pièce de théâtre Du vent dans les branches de sassafras, parodie d’un western américain et Les Innocentines, « poèmes pour enfants et quelques adultes ». 2p

100ansObaldia phLDyreka

100ansObaldiaLDyrekb

100ansObaldiaLDyrekc

100ansObaldiaLDyrekd

     * Définitions    « geai » : oiseau passereau, assez grand. « gélatineux » : qui a la consistance de la gélatine, flasque. « geindre » : se plaindre, gémir. « jasmin » : jolie plante grimpante à fleurs parfumées.    Document forgé par Laurent Dyrek en octobre 2018.

**
Bonus :

     Les termes « génie », « délire » témoignent d’un vocabulaire où le poème est insufflé par une inspiration divine : or le travail des mots est en même temps présenté comme un agencement de mots et de sonorités qui semble et conscient et concret. Et ces termes semblent aussi en décalage avec l’humilité ou l’aspect minuscule du thème ou de l’animal, au regard de thèmes essentiels sur la vie, le destin, l’amour, la mort, l’éternité, les grands enjeux de la poésie que peuvent appeler les noms et les caractéristiques, qu’on trouve depuis l’Antiquité grecque jusqu’au rôle de poète-prophète décrit par un Victor Hugo.

    Le poète René qui se moque et des poètes et des commentateurs se plaît aussi à jouer des langues et des nations à longue Histoire : retrouvez ces langues et ces pays qui mêlent linguistique, Histoire et Géographie.

     Ty440 par L3D55

**

100ansObaldiaLDyreke

100ansObaldiaLDyrekf

100ansObaldiaLDyrekg

100ansObaldiaLDyrekh

     Biobibliographie communiquée par « Ecole Directe » aux familles avant le questionnaire sur table :

     René de Obaldia est né en 1918 à Hong-Kong d'un père panaméen (José Clemente de Obaldia), alors consul du Panama dans cette ancienne colonie britannique et d'une mère française. Il fait toutes ses études en France. Mobilisé en 1940, il est fait prisonnier et envoyé dans un camp en Pologne (Silésie). Secrétaire général au Centre culturel international de Royaumont de 52 à 54. Puis, après un court passage comme directeur littéraire aux Éditions P. Horay, Obaldia publie son 1er roman Tamerlan des cœurs (1956) et un second roman, Le Centenaire, "épopée de la mémoire" (1960, Prix Combat). C'est peu après que commence sa carrière dramatique grâce à Jean Vilar qui donne au T.N.P. Génousie, "comédie onirique". Beaucoup d'autres pièces parmi lesquelles Sept Impromptus à loisir, Le Général inconnu, Monsieur Klebs et Rozalie, Du vent dans les branches de sassafras (avec un grand Michel Simon !), La Baby-sitter, Les Bons Bourgeois, assureront à Obaldia une audience internationale. Il a été élu à l'Académie française le 24 juin 1999, au fauteuil de Julien Green. Autres textes : Les Innocentines (1969), poèmes pour enfants et quelques adultes. Exobiographie, mémoires (1993). (d’après le Site internet Poezibao)

**

Et un troisième estrambot après avoir lancé une devinette aux élèves de 6e :

 

Pourquoi ce « cent » dans le titre ?

 

     Pourquoi - chers élèves perspicaces et pleins d’audace

Et qui pourrez formuler au risque de l’erreur et de la trouvaille vos hypothèses-

   Vous ai-je montré le nombre « cent » sur cette couverture écarlate

     D’Innocentines ? à l’inouï de l’innocence enfantine

     C’est parce qu’il y a cent pages dans ce livre ?

     Il y en a presque le double…

     C’est parce que son père ou son grand-père il y a cent a fait la guerre - qui sait !

     C’est parce qu’il y a cent chapitres ?

     Ah ah un de plus que les Exercices de Style de l’oncle de Zazie ?

      C’est parce que le livre a été écrit il y a cent ans

Par Apollinaire avant sa grippe sur un pont et au front ?

    Publié, seulement, l’année des premiers pas bond de géant sur la Lune

     C’est parce qu’il y a les 100 mots à sauver de Monsieur Pivot ou Pavot ?

      Non c’est dans le livre de Madame Hassan à prononcer vraiment A100…

     C’est parce qu’il voulait faire entendre la couleur sang avec le rouge sang rouge de la vie rouge de la mort ?    

     Rouge de l’énergie, de l’agressivité, rouge des vers vermillons, cela dit en passant !

     C’est parce que le monsieur qui s’appelle Né ou René il va souffler cent bougies sur son gâteau ?

     Bon et si le gâteau c’était notre cadeau  et vos poèmes les cent bougies…

 

     Texte y448 L3D55 départements 92 et 94 les 19 et 20 octobre 2018.

 

Ce 22 octobre René de Obaldia se dit ébaubi par ses 100 ans ! et cite un proverbe russe : lequel ? Cordi et poeti !

30 septembre 2018

Hommage à Antoine C. qui avait un livre de haïkus à la main...

Un hommage à Antoine en 2018

      puis 3 poèmes d’Antoine de 2011, dont l'un magnifique sur le temps.  

 

   Estrambot du jeune cavalier

 

In memoriam Antoine C.,

Jeune cavalier désarçonné mortellement

     Du cheval de la vie

 

Il me surprit, naguère ou jadis, en son début de collégien,

Avec un livre de haïkus à la main, dans un couloir du labyrinthe

De Sainte-E, chasseur d’instants d’éternité

 

Qu’il repose en paix à Saint-Malo en sa région grand-parentale

Terre littéraire, légendaire qui porte Chateaubriand

L’homme René et les échos d’entre les vagues des Corsaires

Jusqu’aux côtes anglo-normandes et même Cipango

Ce Japon de cette contreculture aussi en Antoine

 

Antoine, ton image, ton être de gentillesse, d’attention

Est si présente en nous que nous avons peine et peine plus encore

A te représenter en disparu ! Antoine est présent quelque part

Susurre un adulte à prénom d’archange, présent autrement

Dans nos souvenirs, dans nos pensées qui nous meuvent

 

Vers le monde et les autres, alors je cherche pour toi un haïku

De Bashô, saisi à l’instant : « Mes larmes grésillent En éteignant Les braises »

 

     Laurent Dyrek, professeur de français à Sainte-Elisabeth.

 

**

 

  Le Temps

 

« Inconnu de toi-même »

Énigme du passé, du présent, du futur.

Question qui nous laisse blêmes,

C’est le temps du passé, du présent, du futur.

 

Pourquoi attendre ? 

Il y a juste à surprendre le passé, le présent, le futur.

Le défi est à prendre,

Mais finalement nous ne pourrons défier le passé, le présent, le futur.

 

Année, mois, jour, saison,

Ou conjugaison c’est la marque du  passé, du présent, du futur.

Impossible à attraper ou à stopper, il est sans raison,

Il a tout, même le secret du passé, du présent, du futur.

 

Lumières ; ténèbres ; hommes ; rois empereurs ;

Cela est égal au temps du  passé, du présent, du futur.

Le sable qui s’écoule, peurs et terreurs,

Causes du temps et de l’homme du passé, du présent, du futur.

 

Pour moi il est temps, de descendre de mon nuage,

Car le temps passe, source du passé, du présent, du futur.

« Ami, vite trouve ce qui résonne en toi »,

Je dis cela aux Hommes du passé, du présent, du futur.

     Antoine C. en 5e2 en mars 2011.

*

LE PRINTEMPS DES POÈTES 2011 à Sainte-Elisabeth

 

       « inconnu de toi-même » et « ce qui résonne en toi »

     Dans l’hommage au poète d’aujourd’hui Lionel Ray,

auteur récemment d’Entre nuit et soleil et de Lettres imaginaires, vers et proses.

    Poèmes de 5e, tome 2 à venir, années impaires De l’ardeur poétique… aux opus de beauté, Editions Unicité, mars 2019. Années paires : Des Chiffons de Javel…aux ardents poétiques, livre paru en mars 2018 avec une préface du Président du Printemps des poètes.

**

     Et deux poèmes d’Antoine alors collégien :

 

     Transport complice

 

     Chers poètes,

je suis plein de malice

je suis le transport complice

entre complices point de sacrifices

tous peuvent rentrer dans le transport complice

je suis noir ou blanc, grand ou petit

je sais m'adapter à tous vos écrits

je voyage de page en page

mais je sais rester sage

je suis à mettre entre toutes mains

 

**

 

     Transport en chœur

 

Soyez joyeux, plus de pleurs

voici le transport en chœur

tous travaillent pour le faire avancer

petits et grands rament, pédalent, poussent, tirent en solidarité

auteurs ensemble faites avancer vos écrits

vers le bonheur, un idéal écrit

pour avancer, travaillez main dans la main 

pour cela adoptez-moi demain

     Antoine C.

2 poèmes écrits en 5e et envoyés à Monsieur Dyrek le 11 mars 2011.