Le blog de Monsieur Dyrek

04 juillet 2020

Ça frémit et ça suit son cours La solide solidarité Pour le Relais Le Relais Frémicourt Ponts de mots et d'actions 6e et 5e...

TOUS SUR LE PONT,

 

     PAR LES POÈMES, SOLIDAIRES

 

 

Des ponts à écouter, des ponts à traverser

Des ponts à composer, des ponts à nous relier !

 

L’entraide de quartierpour le Relais Frémicourt,

Ça frémit et ça suit son coursLa Solide solidarité

 

 

     Poèmes pour le Relais Frémicourt

Premiers textes reçus et en guise d’exemples…

En guise d’amorce d’une ronde poétique en études

De solidarité et de générosité à contre solitude

Subie, un pont de mots, courts, longs, amples

Frémisse et suive son cours le Relais par temps rudes

      Monsieur Dyrek, quintil francilien au 13 juin 2020.

 

Photographie Laurent Dyrek : le Pont Mirabeau par Seine et par lumière

au jour des 101 ans de la mort du poète Guillaume Apollinaire.

PontMirabeau9nov19phLDad

 TOUS SUR LE PONT, PAR LES POÈMES, SOLIDAIRES

     Des ponts à écouter, des ponts à traverser Des ponts à composer, des ponts à nous relier !

     Vous êtes invités à composer des poèmes solidaires, par exemples,  en complétant ces débuts de vers (lignes de poèmes). Il y a plusieurs possibilités soit en cinq vers soit en huit vers. Chaque vers ne sera ni trop court ni trop long (entre 5 et 13 syllabes). Vous pouvez évoquer le Téléthon… ou la lutte contre le coronavirus… le secours des infirmiers… médecins, personnels des hopitaux…

     et l’entraide de quartier… (par exemple pour le Relais Frémicourt,
Ça frémit et ça suit son cours… La Solide solidarité…),

     la solidarité nationale… la coopération des chercheurs, des nations du monde….

      Documents extraits de Vous leur direz surtout, livre Cadeau de l’an Vingt Vingt, offert par Thierry Sajat, poète et éditeur à l’écrivain René de Obaldia comme à 60 élèves de 5e entre printemps et été 2020.
     Livret réalisé par Laurent Desvoux-D’Yrek sur le thème du « Cadeau au poète centenaire » et des «ponts à relier les générations». Préface de Patrick Picornot, poète et président de « Parole et Poésie », qui a son siège dans le 15e.

  Possibilité en 5 vers de quintil
Tous…
Sur…
Le pont…
Avec…
L…

  Possibilité en 8 vers, en 2 quatrains
Tous…
Sur…        
Le pont…
Avec…
Le…
Tel…
Et…
Ton…

         Par… Tes… Les… Ton…,
         La…, Temps…, Si on…, Aux…
   
  Possibilité en 2 vers, ajoutée le 19 mai :
Luth !...
On…

Collectif Coopératif Créatif ! Pour publication sur ce Blog de productions d’élèves, envois sous fichiers word à monsieurdyrek@yahoo.fr                          
Ad libitum ad libitum ad libitum Voir Le Blog de Monsieur Dyrek

**

Le Relais Frémicourt        http://relaisfremicourt.fr

   C’est une association de bienfaisance régie par la loi du 1er juillet 1901 et le décret du 16 août 1901. Son objet est d’apporter une aide aux personnes démunies du 15e arrondissement de Paris.

      En 1984 se fait le constat de l’émergence de « nouveaux pauvres » en raison de la dégradation de la situation économique. La première Banque Alimentaire en France est créée à Arcueil. La conférence des évêques de France en appelle aux laïcs pour qu’ils s’engagent à conduire des projets concrets. Certains proposent la création d’une association, dont l’objet sera d’apporter une aide morale et matérielle aux personnes en périodes de difficultés du 15e arrondissement.
     Cette association assurera la distribution de produits de la Banque Alimentaire. Les Petits Frères des Pauvres et les Conférences Saint Vincent de Paul se disent prêts à coopérer à ce projet, les premiers en apportant un soutien financier, couvrant en très grande partie des achats de denrées alimentaires, les seconds en prenant à bail un local au 15 rue Frémicourt, via le Conseil de Paris de la Société Saint Vincent de Paul.
      Le 15 janvier 1985 le « Relais Frémicourt » ouvre ses portes au 15, rue Frémicourt dans un local de 39 M2. L’appel lancé aux bénévoles, via les paroisses et les Conférences Saint Vincent de Paul, est largement entendu. Il permet de constituer des équipes qui s’engagent à assurer deux services : un déjeuner préparé à partir des produits de la Banque Alimentaire pour 10 à 15 personnes en grande difficulté et une distribution de colis l’après-midi aux personnes « habilitées » par les services sociaux du 15e. Bien qu’aucune publicité n’ait été faite, les bénéficiaires vont vite affluer malgré le filtrage des services sociaux et les produits obtenus de la Banque Alimentaire vont se révéler insuffisants. Il est alors organisé des collectes sur les marchés, dans les supermarchés de l’arrondissement et dans les paroisses.
     Le 3 avril 1987 l’association « Le Relais Frémicourt » est officiellement créée.
Régie par la loi de 1901, elle a pour objet « d’apporter par des réalisations concrètes une aide morale et matérielle aux personnes démunies du XVe arrondissement dont le problème ne peut être entièrement résolu par les organismes de protection sociale ». Association laïque, elle a comme membres fondateurs les Petits Frères des Pauvres et les Conférences Saint Vincent de Paul. Elle se dote, conformément à la loi, de statuts et d’une organisation lui permettant d’assurer sa direction et son administration.
     Le 10 avril 1998 par arrêté préfectoral, le Relais Frémicourt est reconnu comme association de bienfaisance et habilité à délivrer des reçus fiscaux.

**

      « Le confinement a brutalement interrompu la campagne de carême au profit du Relais Frémicourt et comme vous le savez, cette crise sanitaire a aggravé considérablement les situations précaires de beaucoup de familles.
     Mais le Relais compte toujours sur nous ! Notre collecte au profit du relais Frémicourt commencera le 8 juin. Vous pourrez déposer vos colis tous les matins (de 8h à 8h45) dans des bacs à cet effet, disposés derrière les grilles du 110 et du 114 rue de Lourmel. En dehors de ces horaires, vous pourrez déposer vos  produits à la guérite, les mardi et jeudi de 10h à midi. » Madame Vernos pour la Pastorale à Sainte-E.

     Conserves de poisson (thon, sardines, maquereaux...), de plats préparés, moutarde, sauce tomate, thé, tisanes, café soluble, confiture, céréales, sucre, biscuits, chocolat…

RelaisF Panneaub

RelaisF Panneauc

RelaisF Panneaud

RelaisF panneauePhotographies Laurent Dyrek, panneaux de poèmes en solidarité

      pour le Relais Frémicourt par des classes de 6e et 5e.



     Les 5e pour le Relais Frémicourt :

À toi moins chanceux
    Tous ces élans généreux        
Surprennent le vil égoïste        
Le pont qui te veut plus heureux
Avec toi se dresse comme une liste.
    Le fidèle Relais Frémicourt
Tel ton ange bienveillant
Et le cœur si ardent
Ton plus sûr recours
     Emma B. 5e
*
Tous scellés dans la solidarité
Sans relâche pour nos soignants
Le pont de la guérison est franchi
Avec une humanité retrouvée
Le Relais Frémicourt ne fut pas oublié.
     Sacha J-A  5e1
*
Ça suit son cours
Le Relais Frémicourt
Pour les personnes dans le besoin
Et qui ont besoin de soins
Le Relais Frémicourt suit son cours !
     Aurore K 5e3
*
Tous généreux et engagés,
Sur la voie de la solidarité.
Le pont du navire des repas
Avec les dons et bénévolats,
Le Relais Frémicourt rebondit !
     Lauriane B. 5e3
*
Tous ensemble pour lutter
Sur Paris… la solidarité !
Le pont est franchi
Avec votre aide, merci !
Le Relais Frémicourt grandit…
     Héloïse LB 5e1
*
Tous, il faut s'entraider,
Pour subvenir à la précarité,
Et cette collecte alimentaire,
Est le début d'une nouvelle ère
Poème sur le Relais…
     Mila L. 5e en juin 2020.
*
Tous comme
Sur une aide
Le pont des démunis
Avec les hôpitaux
La guérison !
     Alexandre L.L. 5e
*
Tous solidaires et mobilisés
Sur le pont de l'entraide
Avec le Relais Frémicourt
Aidons les personnes démunies
     Dans notre quartier ou dans tout Paris
Le Relais Frémicourt vous sourit
Apportons une aide aux familles qui en ont besoin
Tendons-leur la main
     Esther L. 5e1


     Les 6e pour le Relais Frémicourt :

Tous unis
Sur Paris
Le pont de l’entraide
Avec le remède
Le Relais Frémicourt
     Alix.B 6e2
*
Tous ensemble aidons les moins chanceux,
En aidant le Relais Frémicourt,
Apportons des conserves, des confitures, du thé, …
Offrons ces cadeaux aux plus pauvres,
Offrons-leur du réconfort !
     Suzanne C.-G. 6e3
*
Tous ensemble nous sommes mobilisés
Sur le front du coronavirus
Le pont de la solidarité
Avec les soignants contre le virus
Les collégiens soutiennent le Relais
     Agathe D. 6e3
*
Tous au relais Frémicourt
Sur le chemin de l’école
Le pont Mirabeau nous sert de passerelle
Avec lequel on se dirige vers l’avenir
L’avenir de notre prochain
     Camille D. 6e3
*
Tous les élèves de Sainte É
Sur ce beau projet, bien motivés
Le pont entre nous et le Relais Frémicourt
Avec nos sourires et nos solutions de secours
Leur quotidien joliment amélioré.
     Béatrice D. 6e2
*

Tous ensemble

Sûrs de soi

Le pont tremble

Avec toi

Les autres se rassemblent

Telles leurs envies

Et chantent

Tous ensemble 

"Luth ! Protège-nous

On se battra jusqu’au bout !"

     Joseph G. 6e2

*


     Tous sur le pont avec le relais Frémicourt
     Tous réunis pour de nombreux colis
Surabondance de produits
Le pont d'espérance se construit
Avec la volonté d'aider
Les plus faibles, les plus démunis
     Reveillons notre générosité
Laissons de côté notre timidité
Frères des pauvres, joie d'une grande ampleur
Miracle d'une belle solidarité
Courons tous vers le bonheur
     Stanislas J. 6e2 au 11 juin 2020.
Sa méthode :
     « Je vous envoie mon poème qui est : Tous sur le pont pour le relais Frémicourt.
     J'ai cherché dans le dictionnaire pour avoir des mots ou des verbes intéressants pour le début de chaque strophe et aussi pour les rimes.
     J'ai lu le document sur le relais et j'ai vu qu'ils sont aidés par les petits Frères des Pauvres. J'ai utilisé Frères des Pauvres pour avoir le Fre de Frémicourt
     Bonne journée  Stanislas J. 6e 2 »
*
Tous les produits ni frais ni
Surgelés
Le relais Frémicourt ré-
Pont toujours
Avec gentillesse pour
La solidarité
     Pauline P. 6e2
*
     Pour le Relais Frémicourt, je cours
Tous ensemble, tous solidaires,
Sur le bitume de l’école, je cours,
Le pont de l’entraide me porte dans les airs,
Avec force, avec grâce, je m’élance et mon père
Lit « Victoire » écrit sur la cour.
     Elisa R., 6e2, juin 2020.

ElisaRDessinRelaisFremicourt*
     Le Relais Frémicourt
Tous les mondes doivent se réunir !
Sur la planète vivent beaucoup de gens démunis.
Le pont de la vie nous a pourtant réunis,
Avec notre argent, achetons-leur de quoi se nourrir;
La dignité ensuite sera notre vie.
     Alexandre.R  6e3
*
Tous ensemble, montrons notre fraternité,
Sur notre volonté d’assurer la solidarité,
Le pont sera reconstruit pour amoindrir la pauvreté,
Avec toutes nos ressources et toute notre ténacité,
Le Relais Frémicourt sera bien doté.
     Jean-Louis R. 6e3
*
Entraidons-nous pour le Téléthon,
Faisons de notre mieux, pour aider les soignants,
Le Relais Frémicourt, l’aide qui suit son cours,
L’aide est primordiale pour les gens qui n’ont pas de travail,
Aider c’est normal.
     Noé S.-M. 6e2

 

Et la gratitude exprimée par le Relais en la personne de son Président :

Monsieur le Professeur,

     Nous vous remercions vivement pour les poèmes d’élèves que vous nous avez transmis il y a quelques jours. Quelle merveilleuse idée de proposer le thème  de la solidarité vis-à-vis des plus pauvres, et en période Covid 19, et de surcroit la solidarité alimentaire, qui répond à un besoin vital, même si primaire !

     Et quel honneur pour Le Relais Frémicourt d’avoir servi de référence pour la réflexion littéraire de vos poètes en herbe. Cela nous semble être une bonne école à tous points de vue !

     Merci aussi pour ce que vous dites de nous et pour la collecte en cours menée par vos élèves.

     La période de confinement a été très active pour le Relais Frémicourt dès la fin mars et l’affluence des bénéficiaires  semble encore augmenter aujourd’hui (au rythme de  200 colis / famille de  8kg en moyenne chacun distribués par semaine)..."

 

    Monsieur L-G Guitton, Président du Relais Frémicourt, extrait de courrier en juin 2020


**

     GRATITUDES DIVERSES

     Les 6e aux diverses solidarités :

Tous allumons cette étincelle
Sur notre Terre si belle
Le Pont entre soignants et patients
Avec tous nos remerciements
L’espoir pour la fin du confinement.
     Paul B.-G. 6e3
*
Tous concernés et solidaires
Sur les difficultés des êtres
Le pont devra permettre
Avec l’amour de connaitre
Le mieux-être sur notre Terre.
     Paul B.-G. 6e3
*
Tous ensemble.
Sur l'arc en ciel de la gloire.
Le pont de la solidarité.
Avec la République.
Lutons contre le coronavirus.
     Brice A. 6e2
*
     Sans crier gare, il nous a bousculé.
L’humanité était à ses pieds.
Tels des animaux, nous avons été mis en cage.
     Pour quelques minutes de liberté,
Nous devions sortir masqués à tout âge.
Tandis que la nature beaucoup moins sage,
Nous a prouvé sa puissance illimitée.
     Est-ce un message ?
     Camille C-B 6e3
*
Tous ensemble partons faire le tour du monde
Sur l'océan et les continents
Le pont de San Francisco n'est qu'une étape
Avec la visite de Londres, Lagos, Lima, Tokyo
Les vacances seront fantastiques et merveilleuses !
     Suzanne C.-G. 6e3
*
Tous…unis à présent
Sur…pris par cet élan
Le pont…de la générosité
Avec…élégance est dépassé
L…’importance de la solidarité
     Timothée C. 6e3
*
Mon texte sur la solide solidarité !
Tous aimés ;
      Sur le pont ;
Le pont de la solidarité ;
Avec les sons de l'accordéon ;
   Les sons de l'amitié.
     Maëlle H. 6e3
*
Tous ensemble, faisons un mètre de distance
Pour notre existence !
Tous ensemble, portons un masque
Pour pas que le COVID soit en max !
Ce qui sont malade, restez chez vous
Avant que le virus vous donne un coup !
Tous ensemble, chassons le virus
Et nous aurons enfin un antivirus !
     Jaewon L. 6e3
*
Qu’est ce que la solidarité ?
Pendant le confinement on y a été confronté
Au balcon on applaudissait les infirmières
Pour leur montrer à quel point on était fier
La solide solidarité.
     Eloi M. 6e3 en juin 2020.
*
Tous à 20 heures
Sur nos balcons
Le pont n’y fait pas exception  
Avec nos voisins
Le temps est moins long
     Lise. M 6e2
*
    CoronaMinus
Tous unis autour d’une même lutte !
Sur le coronavirus, je frémis.
Le pont semé de cactus, en une minute,
Avec ardeur, s’aguerrit.
     Le personnel soignant lutte
Tel un animal blessé aux abois
Et avec ténacité, sans dispute,
Ton ennemi Coronavirus disparait dans les bois.
     Elisa R., 6e2, juin 2020.
*
     Cette fameuse pandémie qui a fait des ravages
Comme si on avait perdu un gage
Mais l’humanité ne s’est pas affaiblie pour autant,
Après tout ça notre vie d’avant reprend les devants
      Pendant ce confinement un seul but était présent,
Allez de l’avant car tout ça c’est du passé
Et il faut l’oublier même malgré tout
Unir nos forces et combattre cette maladie.
     Marc-Antoine   R. 6e3
*
Tous unis en avançant
Sur une route dangereuse.
Le chemin n’est pas facile.
Traversons le pont aux lattes périlleuses
Avec la fraternité nous guidant.
     Colette S.
*
Luth ! La musique a rendez-vous avec les applaudissements
On est drôlement fiers de nos médecins et nos soignants
     Béatrice D. 6e2 en juin 2020.


Les 5e aux diverses solidarités :

     Tous sur le pont
Tous ensemble et tous unis,
Sur le front de la pandémie
Le pont du navire sauveur
Avec le personnel soignant,
Le grand combat planétaire.
     Lauriane B. 5e3
*
Tous unis contre un même ennemi !
En première ligne, soignants, infirmiers et médecins !
Nos vies reposent entre leurs mains…
Mais à l'aide de tous,
La vie reprend lentement son cours.
     Paloma  C.-O. 5e 3
*
Tous, dans cette ville de Paris
Sur les pavés, c'était le paradis
Le pont Mirabeau était si beau  
Avec la joie et la vie en cadeau
Le début d'un combat dépendant des hôpitaux.

Tous les médecins et les docteurs
Sûr et certain, nous aident pour notre bonheur
Nous sommes tous solidaires
Le monde entier est en galère
Dans cette terrible guerre.

Le Covid-19 nous a touchés
Un cauchemar pour ceux qui l'ont attrapé.
Nous nous sommes bien battus
Et nous avons presque vaincu
Ce qui hanté nos rues.

Merci aux soignants
Qui ont été si présents
D'avoir veillé sur notre santé
Avec plaisir nous vous avons salués
Tous les soirs avec fierté.
     Maxime C. 5e
*
     Téléthon : faire le bien, être bon
     Il avait vingt ans quand je suis né
Depuis, j’ai toujours suivi ce marathon télé.
3637, il faut le composer pour faire avancer la recherche
Que de jeux, performances et témoignages mais pas de controverses.
     Le Téléthon, je le suis et le soutiens pour leur bien,
Car je culpabilise d’être en bonne santé au quotidien.
L’an dernier, j’y ai participé et donné quelques euros
Pour que tous ces enfants reçoivent un traitement au plus tôt.
     Samuel D. 5e3
*
Tous à nos fenêtres,
Surtout pour les soutenir,
Le pont de notre bien-être
Avec tant de gratitude
Les médecins, les applaudir.
     Louis D. 5e1
*
Tous les habitants furent confinés
Sur nos télévisions les nouvelles sont annoncées
Le pont fut abandonné
Avec les gestes barrières nous fûmes protégés
La fin de cette pandémie n’est toujours pas arrivée
     Esther G. 5e3
*
Tous ensemble pour lutter,
Tous les jours sur le pont,
Grâce aux secours du personnel hospitalier,
Un immense merci c'est ce que nous leur devons,
Pour nous aider ainsi toute l'année.
Poème sur le Relai
      Maëlys R. 5e3 juin 2020.
*
     Merci l’entraide
Pendant le confinement ;
Un élément fut présent ;
L’entraide, on n’en parle pas souvent ;
     Pour la personne âgée, c’est un cadeau ;
Lui éviter de porter les packs d’eau ;
20 heures n’était plus une simple heure;
Elle fut gravée dans nos cœurs ;
Le confinement n’était plus une peur ;
     Eloi V. 5e3
*
Tous les jours je les vois dehors, qu'il fasse chaud ou froid,
Sur un lit de béton,
Le pont seul peut les abriter des grêlons,
Avec notre soutien,
Le courage et la force reviendront !
Tel est notre destin, tous solidaires.
Et n'oublie pas d'être au rendez-vous,
Ton enthousiasme sera contagieux !
     Lucille X. juin 2020. 5e3

 


Les poèmes des 5e sur le Courage Printemps des Poètes entre 7 et 18 commentaires élogieux de poètes ! Palmarès

     LE COURAGE – hommage au poète René Guy Cadou né il y a cent ans

 

      Les poèmes des 5e sélectionnés par les professeurs

40 poèmes sélectionnés des 5e composés en mars 2020 dans la der semaine avant le Confinement,

suivis des commentaires de 22 poètes,

     Mesdames Joëlle Abed Chartier, Patricia Bruneaux, Fatima Chbibane Bennaçar, Danièle Corre, Céline Escouteloup, Nadia Estéba, Julia Lindholm, Zohra Mrimi, Joëlle Pétillot, Monique W. Labidoire

     et Messieurs Jean-Pierre Balpe, Bernard Bösiger, Gérard Bouvier (E&G), Marc Desombre, Jérôme Dutot, Corentin Fernagut, Bernard Fournier, Georges Friedenkraft, Marc Hernu, Jean Lavoué, Patrick Raveau, Dominique Zédet avec indications de leurs initiales

     Palmarès, commentaires-choix par les poètes - lors de la période de confinement du printemps 2020

 

9 SUR LE PODIUM DES COMMENTÉS !

1ère Lauriane B. 5e3, 18 appréciations positives pour « Monsieur Courage »

2e Mathilde D. 5e2 15 « L’eau »

3e Aliénor C. 5e2 13 « Les hommes courageux »

 *

4e ex æquo : Clémence B.-T. 5e1 11 « Mon village, son visage, mon courage » Victoria D.-G. 5e1 11 « Le courage à travers les pages »

 *

5e ex æquo : Juliette B. 5e2 10 « La mer », Aurore K. 5e3 10 « Lyse raconte », Margaux M. 5e1 10 « Savoir se relever », Lucille X. 5e3 10 « Le courage disparu et réapparu »

 **

     8 autres primés :

6e ex æquo : Emma B. 5e1 9 « Le courage », Axelle L. 5e1 9 « La persévérance », Arthur M. 5e1 9 « Courage, Courage », Sophie P. 5e3 9 « Mon interrogation »

7e Ines B. 5e2. 8 « La plage »

8e  ex æquo : Charlise C. 5e3 7, « Poème », Pierre C. 5e2, « L’hôpital », Alex Z. 5e3 « Avec mon courage »

**

     Voici, cher Laurent, quelques appréciations sincères. 

Bonne réception et bravo de vous mobiliser ainsi pour la poésie auprès des jeunes.

     Amitiés -  Joëlle ABED / CHARTIER

**

Réponse plus complète à 2D

     Intéressante esquisse : le passage de « tourner la page » à « mariage » - et cela dans le cadre d’un garage. Mais ça reste une esquisse.

     Il faudrait mettre de l’ordre et évacuer les mots inutiles (nains, sabotage, bagages). Si l’on prend des mots à la rime (même dans des vers blancs) il faut qu’ils soient mis en valeur dans l’image qu’ils portent en eux. Une fois choisis les mots garage et mariage, par exemple, à faire rimer avec courage et tourner la page, il faut les laisser créer un tableau cohérent.

     Par jeu je propose quatre tableaux différents avec ces quatre mots à la rime – bon ce n’est pas génial, mais à vouloir associer garage et mariage, on se lance dans un jeu d’esprit sans viser à la grande profondeur…

   Proposition dramatique

Tristesse – ranger le garage

Le jour même de ton mariage

Un accident ; et puis plus rien.

Comment ne pas perdre courage ?

(L’ami reviendra-t-il enfin ?)

Je sais, il faut tourner la page

   Proposition joyeuse

Nous danserons dans le garage

Pour le jour de notre mariage

Danse avec moi et ne crains rien !

Dans tes bras j’ai trop de courage,

Je partage ta vie enfin

Fou de joie je tourne la page

   Proposition mystique

Je fais chapelle de ce garage

Pour toi, Sœur Claire, et ton mariage,

(L’Agneau mystique : presque rien)

Je ne sais quel est ton courage,

Vers quoi tu chemines enfin

Adieu donc – se tourne la page…

   Proposition alcoolique

On a dormi dans le garage

Rentrant ivres de ce mariage

Je ne me souviens plus de rien

J’ai la gueule de bois : courage !

Jour nouveau : pour reboire enfin

Je suis prêt à tourner la page !

                                  Bernard BÖSIGER avril 2020.

**

Réponse plus complète à 2 I

     La litanie des mots en age  crée un monde un peu irréel, ludique ; c’est léger et sympa comme un rêve – et justement : c’est un rêve ! Un chouette poème…

     Juste une suggestion : changer le dernier mot du poème, remplacer mirage par rêve ; et ce pour deux raisons :

1)    Parce le mot mirage est inexact ; un mot à réserver pour des emplois précis (mirage = on ne dort pas, on voit vraiment une réalité déformée ; à partir de quoi le cerveau peut affabuler un peu…). C’est lié à mon amour des mots : veiller à les employer dans un sens rigoureux.

2)    Le poème, par la litanie des mots en age, nous entraîne dans un rêve (du moins je le comprends comme ça) ; mais la dernière phrase marque le réveil : il ne faut plus employer de mot en age, mais bien le mot très réel de rêve.

Bref je me répète : un chouette poème…   Bernard BÖSIGER avril 2020.

**

     Merci Laurent pour ce beau travail et pour ton ardeur à cultiver les poètes en herbe. 

Mes amitiés,   Marc DESOMBRE

**

Bonjour Marime,

     Désolé, mais je ne suis pas le poète espéré et n’ai même la sensibilité escomptée pour reconnaître un talent. J’ai choisi celui qui me parlait le plus.  Ici, en quelques « maux »… JD

**

     Bonsoir Laurent, Après avoir courageusement surmonté la pression qui s’exerçait sur moi, en raison de la grande responsabilité que tu venais de me confier en partage poétique, je me suis courageusement jeté dans le bain et j’ai très vite trouvé un plaisir extrême à l’oxymore de cette rencontre avec des poètes en herbe.

     Deux mots sur ma façon de procéder :

     - Impression des textes sur papier (allergie à l’écran, besoin d’annoter, et de plus en plus problème de vue)

     - 1ère lecture et 1ères impressions classe par classe

     - Reprise de l’ensemble des 3 classes et commentaires définitifs

      Ce faisant, j’ai découvert un « bijou », souvent des réussites plus ou moins remarquables, toujours beaucoup d’efforts pour répondre du mieux possible aux différentes contraintes. Au total 17 commentaires dont seuls les contenus induisent une certaine hiérarchie de mes préférences.

     Je me libère de l’inquiétude d’avoir laissé échapper quelques « mérites », à travers la conviction qu’ils n’auront pas échappé à d’autres lecteurs.

      E&G au début du printemps 2020.

*

     Merci Laurent, de m’avoir fait profiter de cette belle entreprise d’encouragement au bonheur de poésie. A travers elle, tu m’as offert un bain de jouvence, et à mon âge, il est plus qu’agréable de retrouver ses souvenirs d’écolier et son âme d’enfant.

      Je ne pourrai malheureusement pas procéder à la « vérification » à laquelle tu m’invites, n’ayant conservé aucune trace de mes ressentis d’alors. Grand bravo à toi dont l’enthousiasme poétique te vaudra, j’en suis sûr, une place au Paradis des Muses.

     E&G en juin 2020.

**

     Il y avait tout le meilleur, dans ces textes de jeunes esprits ;  difficile de ne pas y voir de la réflexion, du travail ; je les renvoie donc en ayant vu le positif sans départager, car tous ont respecté la consigne sauf peut-être un, d'autres plus aguerris avaient déjà certains réflexes pour donner du corps à leur récit.  Nadia ESTEBA

**

     Bonsoir Laurent. Merci à vous et à vos élèves pour votre invitation poétique. Oh capitaine, mon capitaine ! Embarquons tous avec courage dans le navire de la poésie, en cercle de poètes…  Corentin FERNAGUT

**

 

     Voici, cher Laurent Dyrek, mes commentaires aux poèmes des élèves ainsi qu’un petit texte que je viens d’écrire à votre attention ainsi qu’à la leur. J’ai dû m’arrêter un peu plus sur une quinzaine d’entre eux… Mais tous dénotent d’une grande sincérité, d’un véritable engagement et d’une belle créativité dans l’exercice proposé. Jean LAVOUÉ, 2 mai 2020.  

 Editeur de L’enfance des arbres.

**

     Bonjour Laurent, merci de m'avoir fait confiance ! J'ai tout lu, j'ai fait seulement quelques commentaires.

     Je ne suis pas très fan de rimes. Cela dit, quand j'étais en 5e et même plus tard j'ai adoré les rimes. Je sais aussi que les élèves au collège qui ont écrit ou découvert la poésie aiment les rimes. C'est certainement aussi le cas avec tes élèves. J'espère donc pour eux qu'il y a d'autres amateurs de rimes qui lisent ces poèmes ! Parce que si leurs poèmes sont seulement "jugés" par des adultes qui en ont assez des rimes, ce n'est pas très juste. Tes élèves écrivent très bien d'ailleurs ! Bonne soirée,

     Julia LINDHOLM en Suède
**

Je vais mettre un petit mot sous chaque poème.

Un grand bravo aux élèves.

Deux me touchent particulièrement page 10.

     Zohra MRIMI
**

Bonjour cher Laurent,

      J'ai choisi trois poèmes dans la sélection proposée et je te renvoie ton document complet, j'ai rédigé mes quelques lignes en gras pour que tu t'y retrouves plus facilement. Il s'agit de : IK   2I    2K

     Je t'en souhaite bonne réception. J'espère que tout va au mieux pour toi et les tiens et oui, c'est vrai le confinement ne nous empêche pas de nous "assembler" si ce n'est nous rassembler. Bien à toi dans la poésie et le partage.

     Monique W. LABIDOIRE

 

 

Les poèmes ayant reçu entre 10 et 18 commentaires !

 

Premier prix grâce aux 18 commentaires élogieux de poètes !

Monsieur Courage

          Un jour j’ai cru perdre courage mais… Grâce à toi, je vis autrement avec des oreilles cassées Grâce à toi, j’accepte mon identité de sourde implantée Grâce à toi, je lutte pour faire évoluer le regard sur ce handicap Rassure-toi, je garderai toujours ce cap !

          Un jour j’ai cru perdre courage mais…

Grâce à toi, je surmonte les difficultés chaque jour Grâce à toi, je vais au-delà de mes limites Grâce à toi, je deviens une grande et forte guerrière Rassure-moi, tu seras toujours là ?

          Un jour j’ai cru perdre courage mais…

Grâce à toi, j’ai une vie extraordinaire ! Grâce à toi, d’autres portes s’ouvriront à moi

Grâce à toi, ce ne sera pas une fin pour moi Rassurez-vous, être sourde n’est pas un obstacle !

     Lauriane B. 5e3

     Texte 3A 18 ap = 18 appréciations positives ! Texte sensible, qui évite l’écueil de la complaisance. C’est bien. Merci. On sent également une recherche de rythme qui entraîne le lecteur à partager le courage de l’auteur. JA

    Belle maîtrise de la parole : art oratoire (anaphore + apostrophe) plus que poésie conventionnelle, et ça me plaît. Le résultat est simple et fort : bravo ! B.B.

    Quelle belle preuve de courage que de faire de sa différence sa force au service des autres ! P.B.

     Poème plein d’optimisme et d’émotion. L’éloge du courage est parfait. Bon usage de  deux anaphores qui rythment le poème et provoquent un effet musical comme dans une chanson. Ce poème communique une sorte d’énergie. L’auteur s’adresse au courage comme si ce dernier était une personne présente. FCB

    Un excellent texte, bien structuré, avec des éléments se faisant échos, qui transmet de l’énergie au lecteur. Une réussite ! D.C.

     Poème touchant. Parler de son handicap est courageux ! La personnification du courage opère bien. MD

         Que l’inspiration relève du vécu ou de l’imaginaire, texte époustouflant tant par la maturité de la réflexion que par la maîtrise du style. E&G

    Emouvant et pudique ce texte  qui avoue un handicap  ne s’appesantit pas dessus mais  incarne la force  de vivre et  de surpasser grâce à quelqu’un, les autres, ceux qui soutiennent N.E.

     BF Forte chute et belle morale sur le handicap, litanie de l’espoir

     Ma main, de mon menton, va vers vous (merci en langage des signes). CF

     La reprise d’un même verset (Un jour j’ai cru perdre courage mais…) et d’une même formule (Grâce à toi…) en début de strophe donne au poème en prose l’harmonie d’une chanson en même temps qu’elle introduit un dialogue en filigrane entre des questions et des réponses. Cela rend très vivant ce poème, porteur en outre d’une forte charge émotionnelle par sa référence au handicap. C’est, pour moi, le meilleur de l’ensemble.  Grâce à toi ma sœur / j’ai entrevu le courage  / grâce à toi je vis GF

     Non seulement ce poème parle du courage, mais il EST le courage. Le courage de faire face, mais aussi d’être et de le dire. On est fasciné par la volonté qui en jaillit. La conscience aiguë de soi et de sa force. MH

     « Bel éloge du courage qui vient se greffer sur une épreuve personnelle vécue et surmontée ! En plus d’être un poème sensible, c’est un beau témoignage ! » Jean L.

      Bravo à cette jeune personne courageuse qui exprime très bien son expérience et qui encourage aussi les lecteurs avec cette splendide reconnaissance. Julia L

     La surdité n’est pas un monde silencieux, le courage c’est accepter sa différence. Z.M.

     … Parfait. Non seulement c’est un beau poème, mais quelle leçon. JP

     Le courage d’être soi à travers les épreuves, la solitude et les limites de l’être humain ! Poème altruiste qui s’ouvre à l’autre et qui insiste sur le courage qui ne s’épanouit que lorsqu’il met en commun les forces de l’esprit et du corps. Le combat n’a de valeur qu’à plusieurs et se nomme en fait Amour… P.R.

      Texte classé en 1ère lecture, justement pas parce qu’elle est sourde mais parce que j’aime beaucoup le message, la positivité, les répétitions « un jour... », ça fait du bien le bonheur et l’on sourit, content pour elle. DZ

*

     L’eau

     Dans cette rivière, les cascades Entraînent les courants. Le verdoyant rivage M’émerveille, cette image De la nature est somptueuse.

     Je saute de rocher en rocher, Je me laisse porter par le courant, je nage. C’est pour cette épreuve qu’il faut avoir du courage : Je vais sauter de cinq mètres Pour atterrir dans ce bleu transparent.

     Le soleil monte les marches des cieux Je crois que c’est le moment De sauter vers ce lieu Marin. L’adrénaline, le courage S’empare de mon corps et j’envisage

     De sauter... j’ai... l’impression de voler, J’atterris et je souris Dans mon lit, tout ça était donc un mirage.

     Mathilde D. 5e2.

     Texte 2I 15 ap Le rêve et la nature s’invitent dans ce texte, dans une recherche de plénitude. Merci JA

     La litanie des mots en age  crée un monde un peu irréel, ludique ; c’est léger et sympa comme un rêve – et justement : c’est un rêve ! Un chouette poème…B.B.

     Le courage de rêver, quand le rêve devient réalité et nourrit nos émotions. Quelle épreuve courageuse, l’aventure de nos sommeils de poètes ! P.B.

     Un beau rêve est transmis ici, rivière, cascade, rochers, le saut dans le bleu transparent, la nécessité du courage, le vol et le réveil dans son lit. Bien dit. D.C.

     Des impressions prenantes, mues par de belles images. Un talent certain pour rendre compte d’un instant unique et en osmose avec une nature sublimée. (Pour la poétique du saut dans l’eau, lire, peut-être un peu plus tard, 3e, Corniche Kennedy). C.E.

     Progression bien conduite d’un suspense avec sa chute inattendue.E&G

     Joli poème, vivant et évocateur. Une belle image « Le soleil monte les marches des cieux ». On imagine les nuages où il s’appuie... MD

      L’inconscient du rêve prépare  au courage d’affronter ce que la vie en société va demander, des défis, sauter en parachute, sauter pour plonger, bien exprimé. N.E.

      BF Amusant et de belles images

          L’eau porte le rêve. Avec le jeune poète, nous rêvons cascades, rivages, sauts périlleux entre les rochers. Mais c’est sur le sentier du songe que se retrouve finalement notre adrénaline. Bondir sur les roches / cascader sous les cascades / en songe escapade GF

 « Joli poème de clarté et de courage dont la qualité de rêve n’enlève rien à la belle énergie qui le soulève. » Jean L.

     Le courage imaginaire reste du courage quand même. C’est même un bon entraînement pour le vrai. Quoi de plus révélateur de nous-même qu’un rêve ? Bien vu, et bien écrit JP

     Poème très poétique. Des images fortes. « Le soleil monte les marches de cieux. Un rythme assez rapide et des images qui nous portent. Le mouvement du texte est bref, ce qui accentue la chute finale. Chute imprévisible qui d’ailleurs morte bien son nom ici. Une danse un peu folle, « de rocher en rocher » où l’esprit et du corps se mêlent avec brio ici. Très beau texte teinté de réalisme et de lyrisme. P.R.

     Tous les jeunes poètes commencent par employer des mots « valises » mais c’est déjà un bon signe de reconnaissance poétique, le rythme est trouvé, les images sont rêvées et issues de la vraie vie, « Le soleil monte les marches des cieux » et le paysage conduit le rêve d’envol grâce aux mots du poème. MWL

      Texte 2Iclassé en 1ère lecture, certainement le plus poétique de tous les textes, la beauté, la nature, la liberté, l’espace, le rêve, l’humour. Tout est parfait. DZ

*

     Les hommes courageux

    Courageux comme Pasteur, Qui affronta la rage Et trouva les bons dosages, Courageux comme Pasteur.

    Courageux comme De Gaulle, Qui malgré tout résista Et jamais ne succomba, Courageux comme De Gaulle.

     Courageux comme Mandela Qui face à tous s’opposa Pour un monde équitable, Courageux comme Mandela.

     Tous ces hommes valeureux, Ont su par leurs braves actions Rendre l’avenir meilleur,

Et notre monde plus beau.

     Aliénor C. 5e2.

     Texte 2K 13 ap Texte riche en humanité. L’ouverture au monde est présente et trouve son rythme. Alors il faut continuer. JA

     Le courage des hommes qui font et défont l’histoire, et l’espoir dans ce texte d’un avenir meilleur et d'un monde plus beau. Clin d’œil aux hommes de convictions ! P.B.

     Très beau poème mettant en valeur le courage de personnalités illustres qui marquèrent l’histoire. Bon usage des figure de style  comme les allitération en « r » et en « v » et les trois antépiphores qui permettent de créer un effet de circularité. La boucle est à chaque fois bouclée.  FCB

    Une véritable structure poétique et des recherches de figures illustrant le courage. Le meilleur travail de cette série. Bravo ! D.C.

    Un bel hommage à des héros et hérauts du courage… CF

    Belle composition anaphorique pour rendre hommage à des « Courage » d’exception E&G

      Les héros, les hommes qui ont fait avancer les idées, sont des phares ; avec des mots forts comme résiste, ne succombe, opposition, valeureux, courageux. N.E.

    Malgré sa simplicité apparente, j’aime ce texte, parce que, par le rappel des formules « courageux comme » en début et en fin de strophe, il rejoint une forme proche de la chanson et que la poésie, c’est aussi une recherche formelle. Comme l’équité / comme la bravoure comme / un monde plus beau GF

      « Beau rythme dans ce poème, plein d’élan et d’héroïsme ! Un bel éloge du courage ! » Jean L.

    J’aime bien un poème qui parle de l’histoire de courage Julia L.

     Poème bref atypique mais qui en dit long sur l’humanisme sous-jacent à toute forme de courage. Des figures du courage en poème d’une portée universelle. Plutôt que de parler de expériences personnelles, l’auteur de ce texte a préféré louer ces grands symboles du courage et qui sait de s’encourager à les imiter. Dans chaque vers on y trouve la résistance la rage mais la rage de triompher non pour triompher pour triompher mais pour construire un monde meilleur. Le courage s’allie donc ici à la rage ayant pour fin l’humanisme, l’universalisme et les grandes valeurs humaines. L’égo est donc laissé aux oubliettes et en cela il s’agit bien d’un texte sur le courage, la rage donc au bénéfice d’un courage d’abolir toute forme de racisme, de haine et de fascisme. P.R.

     Poème engagé, donc courageux, culture sociale et politique, choix des valeurs, la poésie peut être aussi une formidable entreprise de civilisation vers « un avenir meilleur » « et notre monde plus beau » MWL

     Texte 2Kclassé en 1ère lecture, j’aime beaucoup les répétitions qui appuient et donnent de la force, mots bien choisis, belle plaidoirie et bel hommage. DZ

*

Mon village, son visage, mon courage

     Un jour j’ai cru perdre courage C’était un jour pluvieux Je n’étais pas courageux Mais le courage n’est pas un outrage C’est une force que l’on porte

     J’étais en Bretagne Avec mes bagages et sa cage Ta cage se remplissait de coquillages Ton visage dans ce village

     Nous étions devant la mer Et ces sillages remplissaient mon visage Tremblant de larmes vers le large

     Et tu regardes cet orage Massacrer ton village Son visage de larmes Et ta cage de coquillages S’envole vers un autre voyage

     Tu en écrivis une pleine page Sur ma table remplie de feuillages Dans mon village Où ton village triste S’envole vers un autre voyage

          Clémence B.-T. 5e1

     Texte 1C 11 ap  Du rythme, des ruptures, des images sensibles : «  cage de coquillages ». Nulle complaisance. Ce jeune talent est plein de grandes promesses. Je garde près de moi le coquillage de son poème. J.A.

     Un essai presque réussi de rythme et de rime, on sent que le rap est passé là… Il aurait suffi simplement de s’imprégner du rythme notamment en passant au besoin par dessus la grammaire en cherchant plus de concision pour obtenir un rap tout à fait correct J-PB

     Malgré un jeu excessif des mots se terminant par age, on perçoit un univers de village breton et d’orage dévastateur qui mérite l’attention du lecteur. D.C.

     Les mots en « -age » chantent et dansent ici, jusqu’à se mêler et susciter de belles associations. Un petit voyage onirique qui sait s’abandonner à l’irrationnel, créer des superpositions entre impressionnisme et surréalisme, sans oublier un sens certain d’une essentielle gravité. Bravo. (Connaissez-vous la peinture de Chagall ?) C.E.    

     Sous forme de texte poétique qui dilue le message, le courage y est cité dans la deuxième phrase mais se ressent moins violemment N.E

     Intéressant carrousel d’allitérations et d’images. E&G

     Tout cela tourne comme un orage. C’est assez cubiste (ou surréaliste) et on trouve ici  un vrai sens du rythme, comme de l’évocation d’un ailleurs : le spleen conduit-il vers l’idéal ? Un joli poème. MD

     Accentuée par la présentation en prose, l’insistance des rimes internes et des allitérations donne un ton mélodieux à ce texte plein d’images de la plage, où le courage s’appuie sur un catalogue à la Prévert. La poésie, c’est aussi une recherche de forme et ce poème permet de ne pas l’oublier. Haïku rimé : Sente ou bien sillage / le courage se construit / dans les coquillages GF

     Ce beau texte, un peu surréaliste, nous offre une succession d’images rares. Sillage/larmes, visage/large est très beau. Est-on bien dans le sujet ? Qu’importe, les vrais poètes parlent de ce qu’ils veulent ! MH

     Tout le texte joue sur l’allitération « age » et cela donne un rythme particulier. Il y a de petites trouvailles aussi « Le courage n’est pas un outrage/c’est une force que l’on porte… » « Sur ma table remplie de feuillages Dans mon village Où ton village triste S’envole vers un autre voyage » Il s’en dégage une sensibilité profonde, une capacité à jouer avec les mots. JP

      Texte classé en 1ère lecture, doute en 2e, bon en 3e lecture, j’aime la mélancolie qui envahit le poème du début à la fin, « jour pluvieux…ton visage…village triste », on imagine la grisaille, pas un sourire pour l’éclairer. DZ

*

Le courage à travers les pages

      Un jour j’ai cru perdre courage Alors j’ai cherché dans des livres Regardé dans des films Et visité des musées Mais je n’ai rien trouvé

     Aujourd’hui je suis triste Triste d’avoir perdu courage Assez de lire des livres page par page De regarder à travers le ciel les nuages

     Je finis par perdre espoir L’espoir de retrouver courage Mais… que vois-je ?!

     A travers les pages du dictionnaire J’aperçois dans ces pages Blanches comme la neige de l’hiver Les petits pas du courage !

     Je regarde de près Grâce au courage L’espoir est revenu dans mon visage Et le courage à travers les pages

     Victoria D.-G. 5e1

     Texte 11 ap Texte sincère, sensible, avec de beaux contrastes poétiques : la neige qui fait irruption dans le livre… Bravo ; J.A.

     Un jeu entre espoir et courage : Courage se trouve dans les pages blanches des livres (à écrire) ; Espoir vient en nous. Bien vu, et bien dit. B.B.

    Une bonne idée de penser qu’on peut chercher et trouver courage dans les livres et les films. L’image bien trouvée des « petits pas du courage » porte toute la poésie de l’ensemble et éclaire le tout. D.C.

     Rencontre bien négociée du Courage et du Livre. E&G

     Il est original de voir le courage s’inscrire sur de la neige. Sans doute le vrai courage est-il aussi délicat qu’elle. MD

   Le courage, la dureté d’une force qui permet d’avancer se sont délayés dans la poésie des mots où se mêle l’espoir N.E

     Excellent ! Comme quoi, le courage peut prendre bien des formes. CF

     La page blanche, il fallait y penser ; quel courage pour l’affronter quand le monde est plein de vains écrits. Cette poésie originale nous offre à découvrir, entre les pages du savoir, la page blanche de la sagesse et du courage. Bravo ! MH

     « Bel éloge de cette réappropriation des mots qu’est l’écriture, au-delà de la curiosité et de la dispersion. Le poème naît dans la marge des mots découverts, disponibles… » J.L.

          Aaah, celui-là, comment il parle ! Et ce symbole du courage trouvé dans des pages blanches, c’est si vrai, si bien vu. J.P

     Texte 1Eclassé en 1ère lecture, doute en 2e, quand on cherche on trouve, en 3e lecture j’ai trouvé entre ces pages de belles tirades. DZ

     *

La mer

     Quand j’étais petite, j’avais peur de la mer, Cela me faisait peur tous ces fonds marins. Sous l’eau j’aurais pu manquer d’air Ou surtout rencontrer un requin.

     Pendant que je restais assise sur la plage, Les autres s’amusaient à la nage, Je restais là comme un coquillage Et je me suis dit que j’allais avoir du courage.

     J’étais dans l’eau jusqu’aux mollets Mais je n’osais pas aller plus loin, J’aurais peut-être pu me blesser Et rencontrer des choses en chemin !

     J’hésitais à continuer d’avancer, Je n’avais peut-être pas l’âge ! Finalement j’ai reculé et suis rentrée. Je n’avais pas eu le courage.

    Juliette B. 5e2

     Texte 2B 10 ap L’auteur de ce texte fait preuve d’une grande personnalité. Texte et idées non convenues. L’identification au coquillage me ravit. Oui, nous sommes minuscules et devons le rester lorsque nous écrivons. Merci pour cette leçon d’humble courage. J.A.

     Belle leçon d’humilité, n’est-ce pas cela aussi le courage ? Le courage de ses renoncements ? P.B. 

     Je restais là, comme un coquillage »… Belle métaphore d’un épisode où le courage a fait défaut. E&G

     Un aveu touchant qui fait appel à quelque chose d’universel. Nous avons tous en nous ces quelques moments d’appréhension venus de la petite enfance. C.E.

     Tous les enfants ont peur de l’eau. Ici c’est le courage d’exprimer sa peur qui est intéressante, la conscience bien vue que la mer, l’eau nager cela s’apprivoise  sans pavoiser N.E

     J’aime bien ce constat d’échec tout vibrant et honnête. Après tout, les courageux ont bien dû admettre leurs fragilités. Sinon, quel sens aurait pour eux le mot « courage » ? MD

     Le courage brillement mis en parallèle, entre terre et mer… CF

     Ce poème exprime assez bien la naïveté de l’enfance face à un monde inconnu La mer y est pleine de menaces et les requins des personnages redoutés. Aussi l’enfant n’ose même pas poser un pied timide dans l’écume et sa baignade ne dépasse par les mollets.    Le requin raffole / dans la caresse de l’eau / d’un mollet timide GF

     « L’espace marin reste cet univers redoutable que l’enfance amplifie. La prise de conscience de ce manque de courage lié à l’âge est la première étape pour le surmonter. » J.L.

     Texte 2B classé en 1ère lecture, c’est très bien écrit, même pas peur de dire qu’elle a eu peur, quel courage ! « rester là comme un coquillage », je compatis avec tendresse. DZ

RemisePrix2020CoupeCourageApplaud

Lyse raconte

          Un jour, une petite fille pleura ! Elle s’appelait Lyse. Lyse était la plus grande créatrice de poèmes. Elle disait qu’elle avait tout perdu ! Alors les élèves lui demandent : « Mais qu’est-ce que tu as perdu ? » Alors Lyse prit son courage à deux mains, pour leur raconter… en poème ! :

     Un jour j’ai cru perdre courage Et ce jour c’est aujourd’hui J’ai perdu le courage d’écrire Toute ma hardiesse s’en va Comme au galop un cheval…

    Je deviens une fille lâche Qui n’a plus de cordes à son arc Mais je vais arrêter de pleurer Et continuer d’écrire et créer Pour vous mes bons amis Qui me soutiennent dans la vie Pour mes parents aussi Et qui me rendent la vie facile À tous ceux qui m’entourent Et qui me protègent Surtout ce poème est dédié à mes amis Qui sont là dans la peur, la tristesse et la joie

     Alors je leur dis merci ! Et je re-souris.

     Lyse retrouva le sourire grâce à ses amis ! qui sont là pour la soutenir !

    Aurore K. 5e3

     T 3F 10 ap Joli texte sur l’amitié et la richesse qu’elle apporte. Sans oublier le lien, entre courage et écriture. Bravo à l’auteur de sa justesse de penser. JA

     Un récit dans le récit qui a pris le parti de ne pas se laisser enfermer dans des mots à rimes qui semblent avoir été des consignes pour l’écriture des textes. J-PB

     Le courage que l’on puise dans les autres, une humanité à partager et qui rend courageux. A qui sait remercier, la vie sourit ! P.B.

     Fil conducteur intéressant. Le texte aurait gagné à être plus rigoureusement centré sur le Courage. E&G

     L’innocence naïve enfantine bien exprimée en joli français, des sourires, de l’amitié et ses encouragements, le soutien, légèreté enfantine, qui avoue ses faiblesses.N.E.

     Que Lyse Lyse encore beaucoup de poèmes… CF

     « Poème habilement inséré dans un récit par lequel on se laisse prendre. Le texte n’en a que plus d’éclat ! » Jean L. « Ma hardiesse s’en va comme au galop d’un cheval » magnifique métaphore, l’écrit devient aussi élan de courage. Z.M.

     « Mes larmes… peur » L’image des larmes et du feuillage, et cette sorte d’effacement qui suit… C’est un symbole bien trouvé. « Le courage… bas » Ce qui me plaît le plus dans celui-ci : l’idée qu’on peut pleurer en perdant des poèmes. Elle ira loin, cette Lyse. JP

     Texte 3Fclassé en 1ère lecture évidemment, quelle belle histoire, belles phrases, triste d’abord mais tout finit bien, écrire pour les autres c’est formidable, moi aussi je souris. DZ

*

Savoir se relever

     Un jour j’ai cru perdre courage Il est parfois dur de tourner la page Quand un pilier nous est enlevé Il est certain qu’on a tous peur de continuer

      Tout s’est passé un mois de février Je m’en souviens, comment pourrais-je l’oublier ? Je me suis levée, j’ignorais ce qui s’était passé Ce n’est qu’une fois au lycée qu’on me l’a raconté

     Mon amie, cette nuit, avait rendu son âme Sur mes joues ont coulé de douces larmes Je ne le montrais pas mais à l’intérieur J’étais ravagée par la peur

     La peur de quoi, me direz-vous ? De continuer sans son atout Il m’en a fallu des semaines Pour la surmonter, cette peine

     Et un jour j’ai compris que ça ne servait à rien De se réveiller en pleurant tous les matins Il y en a eu des moments où j’ai trébuché Mais en pensant à elle, je me suis toujours relevée

     Margaux M. 5e1

     Texte 1L10 apLe courage de pleurer pour ceux que l’on aime nous rend plus fort. Belle leçon de sagesse ! P.B.        

     Poème émouvant qui interpelle en jetant la lumière sur la  prise de conscience et surtout sur la nécessité d’avoir du courage face à la vie après la perte d’un être cher. Texte très bien composé car assez rythmé. Il y a une bonne musicalité dans les mots et des rimes. FCB

     L’expérience de la vie, la connaissance de la mort dans son approche réelle, conduit à comprendre que la vie doit se continuer. C’est le message de sagesse donné ici. D.C.

     Une expérience douloureuse qui devient occasion de courage : la poésie est aussi conversion ! MD

     Les malheurs déjà dans le début de la vie, la perte de parents ou d’amis ne doivent freiner la marche vers son avenir. Bien vu. N.E

     BF Beaux sentiments et belle sincérité    

     Force et courage à l’auteure… CF

    «Magnifique éloge de ce courage qui relève par-delà l’épreuve la plus cruelle, celle de la perte d’un être cher, d’une amie avec laquelle on partageait jusqu’alors l’essentiel, désormais présente autrement…» Jean L.

      Bouleversant, pas seulement par le thème, car bouleverser est facile avec la mort d’une amie jeune. Ce qui touche ici, c’est la pudeur, la simplicité, qui font toute la beauté des mots. Touchée à plein, voilà. Donc pari gagné, car quand on écrit, c’est pour être lu et surtout pour cela : toucher le lecteur. J.P.

     Texte classé en 1ère lecture. l’émotion, la tristesse mais une leçon de courage et de bon sens. DZ

*

Le courage disparu et réapparu

     Un jour j’ai cru perdre courage Je montai la colline de ma vie Du ciel tombait la pluie Je me sentais en cage !

     Un jour j’ai cru perdre courage Ma colline devint une montagne infranchissable Des larmes coulaient de mon visage Bien déterminée j’ai décidé : je deviens heureuse !

     Un jour j’ai cru perdre courage Mais j’ai suivi le sillage Du bonheur, j’ai relevé la tête, de la joie ! Et je suis partie droit devant moi

     Un jour j’ai cru perdre mon courage…. Mais je l’ai retrouvé ! Maintenant je parcours le monde entier Et j’aide les personnes à réincarner leur courage !

         Lucille X. 5e3

     Texte 3M10 apL’originalité de ce texte est dans la volonté de construire un rythme en utilisant le principe du refrain qui renforce le thème même du texte, celui de la résilience J-PB

    L’anaphore met de l’ordre dans la pensée, du rythme dans le poème. Une simple image (la colline) suffit à ouvrir l’imaginaire. Économie de moyens, sobriété : tout pour me plaire ; ce(tte) jeune poète et moi-même sommes du même sang…B.B.

     Texte épuré et bien rythmé. Bonne utilisation des métaphores et de l’anaphore « Un jour j’ai cru perdre courage », une figure de style qui ici insiste sur le doute. FCB

     Un texte tonifiant : une décision forte, un chemin à suivre, suivi, et la possibilité d’aider les autres, dans une belle métaphore puisqu’il s’agit de « réincarner » le courage. D.C. 

     Une très belle dernière phrase. Elle compte donc beaucoup… MD

    On voit les images comme dans une illustration la montagne à franchir... le courage d’aller droit devant soi décrit avec légèreté, sans pesanteur, le bonheur.N.E.

     La répétition du même verset en début de strophe donne à ce court poème une allure de litanie laïque, ou d’ode à la campagne. A chaque interrogation du même verset, la réponse est une brève ouverture réconfortante vers la nature ou vers le monde. Suivre le sillage / quelle manière élégante / de garder courage GF

     « Bravo pour le rythme ! La répétition n’est pas un obstacle lorsqu’elle constitue un appui pour la progression du poème conduisant à la générosité finale. » Jean L.

     Presqu’un rêve, une surréalité. Plaisant. Aider des personnes à « réincarner »… le mot est fort. JP

    Texte 3M classé en 1ère lecture, j’aime la phrase répétée qui donne du rythme, j’aime « la colline de ma vie qui devint montagne infranchissable» « j’ai suivi le sillage du bonheur », poésie et dévouement. DZ

PrintempsPoetPrix20a

PrintempsPoetPrix20b

PrintempsPoetPrix20c

PrintempsPoetPrix20fPhotographies Monsieur Dyrek à la fin juin 2020 d'élèves au "masque" de leurs diplômes, brandissant livres et Coupes !

 

Les poèmes ayant reçu entre 7 et 9 commentaires ! :

 

Le courage

     Un jour j’ai cru perdre courage Il y a longtemps était réservé aux champs de batailles Dans l’espoir d’une trace à jamais dans l’Histoire Le courage est aujourd’hui reconnu vaille que vaille À quiconque sait dépasser ses peurs noires

     Savoir dire, renoncer, dénoncer, changer J’ai su prendre mon courage à deux mains Et me lancer Savoir assumer sa lâcheté Savoir dépasser ses limites Le courage n’est pas instinct, il est pensé

     Que pense le pompier dans les flammes Que pense le docteur devant un contagieux Que pense le policier face à un drame Que pense l’élève face à ses devoirs

     Il faut avancer pas à pas Mettre de la joie De l’éclat Il faut donner du sien pour y arriver

          Emma B.  5e1

       Texte 1A 9 ap Le courage dans l’adversité. La détermination est un choix de l’esprit et du cœur, un texte d’actualité ! P.B.

     Belle approche car tout est dit dans « le courage ...est pensé » avec des questions. La définition du courage est là d’emblée comme réponse à tout questionnement: « dépasser ses peurs ». Texte bien mené. Bel usage des allitérations et de l’anaphore « Que pense… ».  FCB

  Intéressant de faire comprendre que le héros n’est pas seulement celui qui va s’illustrer sur le champ de bataille mais que chacun est concerné dans son quotidien, que le courage est lié à la pensée et à la patience. Bonne accumulation de verbes à l’infinitif. D.C.

   Le questionnement réaliste en fin de texte dit tout de la lutte de tout un chacun dans la vie, car rien n’est acquis même pas pour les corps de métiers qui semblent aguerris N.E

     De belles interrogations et une chute volontariste BF

     Une vue très personnelle du phénomène courage mais si bien amenée qu’on entre dedans avec plaisir. Est-ce l’anaphore qui, nous menant du plus grave au plus commun des événements, achève de nous entraîner dans la belle sincérité de ce texte ? MH

     Début un peu long… ça ne démarre pas… alors je continue la lecture et je suis prise par la pensée que le courage est pensé. Que pense le pompier, policier, docteur… bonne question, bien écrit. Julia L.

     Dans ce poème, le courage est une grande pensée parmi ses propres pensées. Un questionnement sur soi pour comprendre les autres. Z.M.

 « Le courage n’est pas instinct, il est pensé » Ne serait-ce que pour cette phrase, presqu’une phrase de philo, ce poème est réussi. Beaucoup de maturité dedans. J.P.

*

La persévérance

     Un jour j’ai cru perdre courage Quand devant moi, tout devint orage Mais sans jamais me laisser déstabiliser Je continuais vaillamment à avancer

     La Terre tournait en sens inverse Le monde semblait ignorer ma détresse Et je restais là sans baisser les bras A regarder les gens défiler devant moi

     Plus d’une fois j’ai cru faillir J’avais l’impression que tout allait se finir Mais même dans ces moments là Je ne me décourageais pas

     Lorsque ça nous arrive, rien n’est plus important Que de continuer et d’aller de l’avant Car même quand le monde part en éclats La persévérance, elle, ne me quitte pas

     Axelle L. 5e1

     Texte 1K 9 ap Le courage dans l’intimité de notre intériorité. Un texte plein d’assurance, de maturité et de volonté, dans la solitude courageuse de condition humaine. Très beau texte. P.B.

    Le courage est associé ici à la persévérance. Quoi qu’il arrive, il faut continuer à avancer. Une belle vérité énoncée. D.C.

    Ici, en quelques « maux », l’auteur illustre un vécu de tous ; l’abandon, l’absence de reconnaissance et la nécessité de toujours se relever. JD

     Elégante mise en scène du courage comme frère jumeau de la persévérance. E&G

      Belle connaissance des mots du français expriment la persévérance, même les phrases sont volontaires, tomber, se relever, mais avancer. N.E

   « Le mouvement inversé de la terre crée la déstabilisation, la perte des repères, finalement surmontées dans ce poème par la force du courage et de la persévérance. » Jean L.  

     Ici c’est le refus de l’adversité qui est rendu de façon obstinée. La traduction de ce poème en quelques mots serait « Tu ne m’auras pas ». JP

     Le rythme est trouvé en alexandrins riches et vers plus libres « La terre tournait en sens inverse Le monde  semblait ignorer ma détresse » à eux seuls ces deux vers poétiques dans le sens et dans la forme s’ouvrent sur un univers poétique. MWL

     Texte classé en 1ère lecture. c’est (simplement) mais très bien dit et bravo pour les rimes, il a « cru faillir » mais il est plus fort que tout. DZ

*

Courage, courage

     Un jour j’ai cru perdre courage

     Courage, connais-tu ce mot ? Oublié, tombé au milieu des eaux Utopique ce mot part en escapade Reviendra-t-il un jour de sa balade ? Abandonné, seuls les téméraires le regardent Garde-le, il est à toi comme une renarde Et malin, rusé, le courage revient

     Ce n’est pas aussi simple qu’on le croit Oui quand il s’agit de poursuivre dans une voie Une fois que la direction est choisie Rarement, c’est là que l’histoire se finit Au bout, il faut aller, ne pas faillir Grande force de ceux qui vont jusqu’au bout Et malgré la fatigue, la douleur, malgré tout

     Alors mieux vaut le courage que la rage

     Arthur M.Acrostiche dédoublé de « courage » au centre du poème.

     Texte 1M 9 ap En voilà un qui sait transformer sa colère et déjouer ses ruses. Le passage de la renarde me ravit. J.A.

           Beau poème sur ce courage qui fuit mais qui revient lorsqu’on l’invoque. Jolie comparaison du courage à la renarde et une personnification appropriée. L’auteur s’adresse directement à son lecteur, il lui explique le caractère fugace du courage et lui conseille de bien le saisir une fois qu’il l’a. Texte bien abouti. FCB

     Un poème allégorique qui joue sur les sonorités et qui montre de la vivacité. C’est engageant ! MD

     Magnifique notion  ou théorie du courage comme une maxime philosophique cadeau d'un enfant  adulte qui définit déjà la lutte qu'est la vie pour le bien, le beau  et la vertu qu'il faut pour accéder au meilleur d'un but, l'excellence. N.E.

    La définition même du courage… CF

     Belle ode à la constance et au courage. Bravo pour la rime escapade/balade/regardent/renarde. Elle a de ces mystères qu’on ne sait pas toujours expliquer. Ce poème fait naître un élan bienfaisant et résolument salvateur. MH

     Ici le courage est associé à l’animal, à un instinct sauvage. Z.M.

      Tout le poème est plaisant, sonne comme un rap. Mais cette phrase « Garde-le, il est à toi comme une renarde » est particulièrement riche, même si c’est pour la rime : ça sonne. J.P.

      Texte classé en 1ère lecture, doute en 2e, bon en 3e lecture tout est très bien écrit et formulé, les mots bien choisis, les rimes aussi, et le final. DZ

*

         Mon interrogation

     Un jour j’ai cru perdre courage Face à cette page blanche Je ne savais pas quoi dire… Je ne savais que faire, face au sujet Mon voisin ne faisait que rire Mais cela m’importait

     J’étais démunie, seule, sans aide J’étais près d’abandonner Ce trou de mémoire… M’empêche de penser et même d’imaginer !

     Cette lâcheté me tournoyait davantage Mais je dus prendre mon courage à deux mains Et arrêter sans fin de me décourager

     Puis tout revint ! les mots, les phrases J’écrivais tout ce que je pensais La pendule tournait, je me dépêchais Afin d’y arriver On rendit ma copie Un sourire se vit sur mon visage Grâce à ce courage je me sentis plus en confiance Quelle magnifique aventure !

    Sophie P. 5e3

     Texte 3I 9 ap Texte qui aborde avec simplicité, sincérité une émotion de perte. Cette émotion est au cœur de toute poésie. Bravo à l’auteur. JA

     Texte magnifique, car bien pensé et bien écrit avec des mots simples. L’auteur illustre bien la paralysie provoquée par la peur devant  la page blanche et démontre ainsi comment grâce à la volonté, il a pu vaincre cette peur, dépasser et retrouver confiance. FCB

     Un texte intéressant sur l’angoisse de la page blanche et l’effort à fournir pour que tout soit redonné d’un coup. D.C.

     Intéressante tentative pour rendre compte du Courage parfois nécessaire pour affronter la page blanche. E&G

     Se surpasser, c’est du courage ; chaque épreuve chaque jour, même pour passer un examen, cette façon d’affronter est bien décrite simplement sans maniérisme avec des mots simples mais percutants et touche.N.E.

     Ça arrive souvent. Mais c’est si joliment dit. Il n’est pas nécessaire de gravir des sommets ou de sauver la planète. L’aventure est partout, le courage/volonté sous la plume d’une jeune fille. MH

     « Ou l’art de se laisser aller à l’écriture même quand rien ne nous y prédispose ! Un bel exercice de vérité avec soi-même qui s’accomplit en belle aventure partagée ! » Jean L.

     Tou.t.e.s les vrai.e.s écrivain.e.s ont vécu des moments comme ça, bien dit. Julia L.

     Là où il y a courage, il y a « lâcheté »  au départ. Mais non. Juste une angoisse qu’on ne laisse pas faire. Cela aussi, c’est du courage. le refus de se laisser gagner par quelque chose qui nous dépasse c’est aussi cela, le courage,  et c’est bien rendu. PJ

*

La plage

     L’été dernier j’étais en voyage, J’avais perdu mes lunettes préférées. Pour voir dans l’eau à la plage, A la nage je partis les chercher Sans me douter que la peur de ma vie m’attendait. Je vis ce qui me semblait être mes lunettes. En vérifiant, ce n’était pas ce que je pensais. C’était de beaux coquillages, Je repartis dans ma conquête. En nageant, un poisson sur ma jambe monte. Croyant que c’était un requin en rage, Je fuis en me rendant compte que mon courage Etait parti sans que je m’en rende compte. En rentrant vers la plage Déçue de ne pas les avoir retrouvées, Je vois mon frère qui les a sur le nez.

     Ines B. 5e2.

     Texte 2C 8 ap Texte où l’humour s’invente. La poésie est faite de ces grains-là. Les lunettes vont bien au courage. J.A.

     Une grande peur, un grand courage pour une petite cause. Pas de courage inutile, quand nos peurs imaginaires nous mènent à l’essentiel, le bout de notre nez ! Et au frère que l’on aime. Beaucoup d’humour et d’espièglerie, merci ! P.B.  

    Brève anecdote légère et à la chute souriante E&G

     Sous forme amusante la crainte est présente, la mer est un élément qui suscite la crainte bien exprimée ici ; tout y semble danger et le manque  de confiance y est bien décrit. N.E.

     Beau courage et belle chute… CF

     Le poème commence par l’appréhension enfantine de l’élément aqueux et de ses risques, d’autant que les lunettes de plongée ont été égarées. Tout poisson devient alors un requin. Mais l’angoisse est de courte durée, car le poème se termine dans l’humour : les lunettes étaient restées sur le nez du frère. Perdu mes lunettes / les poissons deviennent flous / des requins peut-être ? GF

     Comme je me sens proche de cette jeune fille. Le plus grand des dangers c’est l’inconnu, augmenté de tous les dangers qu’on lui prête et qu’il n’a pas forcément.  Cette imagination qui se débride et fait naître la peur est bien rendue. Avec un soupçon d’humour, et poésie et humour font bon ménage. J.P.

      Texteclassé en 1ère lecture, la chute est très drôle, on s’y voit, on y croit, histoire véridique ? DZ

*

Poème

     Un jour j’ai cru perdre courage… J’étais partie en voyage Dans des contrées lointaines et étrangères J’y vécus des aventures Que je n’oublierai jamais J’y vis des choses extraordinaires Et passai là-bas des moments de complicité

     Lorsque mon voyage touchait à sa fin Je reçus un appel déchirant Où on m’annonça qu’un proche Avait eu un accident Je décidais de profiter De la fin de mon voyage Car il n’aurait pas souhaité Que je revienne à cause de lui

     Quand je fus enfin revenu, on m’annonça Qu’il était mort, toutes ces questions qui me brûlaient… Je ne les ai jamais posées Mais maintenant j’ai repris courage

    Charlise C.

     Texte 3C 7 ap Sincérité et émotion vraie et question essentielle sur la culpabilité à vivre en côtoyant les accidents de la vie. Bravo JA

     Le courage est peut-être une forme de réponse aux questions qui n’ont jamais été posées, comme la poésie d’ailleurs... MD

     Le voyage qui forme, comble et les déchirures de la vie personnelle. Etre lâche et courageux. Choisir mais être en accord avec soi. Belle réflexionN.E.

    « Expérience du deuil surmonté, passage pourtant si difficile, surtout dans l’absence. Mais avoir été, pour l’autre,  jusqu’au bout de son désir continue à le rendre présent. » Jean L.

     Un texte courageux. Julia L.

     Bouleversant aussi, celui-là. Les questions qui brûlent, le combat contre la culpabilité. C’est tout le questionnement, ci, posé avec une grande maturité. JP

     Texte classé en 2e lecture, c’est touchant, raison de profiter « des choses extraordinaires » dans notre train-train ordinaire, pas de regret à avoir, le tourment fait partie de la vie. DZ

*

L’hôpital

     A six ans, à sept ans ou à douze ans, Il faut prendre son courage à deux mains, Il ne faut surtout pas se décourager, Même si tu as la rage, il ne faut pas

     Etre triste dans le langage, sur le visage... Il faut partager avec les autres sa joie Et incarner le courage, c’est être grand. Petit message aux gens malades : courage !

    Pierre C. 5e2.

     Texte 2L 7ap Texte qui aborde les émotions de manière intelligente, opposant la rage et le courage.

Poésie philosophique en herbe. JA

     Quel optimisme à partager et à incarner les grands, les courageux, les futurs hommes de joie et de compassion. Quel beau message du cœur aux souffrants ! P.B.

     Texte plein d’humanité et d’actualité, incarner le courage pour encourager les autres qui perdent leurs forces N.E.

     Ce poème très court renvoie à l’esprit du proverbe ou du haïku. Il séduit par son caractère lapidaire. A six ans sept ans  / il faut partager sa joie  / c’est ça être grand GF

     « Un poème bref mais marqué par la gravité d’une expérience vécue : une épreuve traversée qui rend contagieux le courage… » J. L.

     « Même si… grand » Ce passage est particulièrement bouleversant. Expérience personnelle ? Empathie ? Très réussi en tout cas. JP

     Texteclassé en 1ère lecture, donneur de bonnes leçons et message d’espoir d’un enfant dans un monde d’adultes, j’apprécie beaucoup. DZ

*

Avec mon courage

     Un jour j’ai cru perdre courage Mais grâce à mon nouveau métier Je me suis fait aider par un mage Avant de devenir un archer

     Ma hardiesse devint mon espoir Mais pour ça je dois partir de mon île Juste en traversant la Loire J’arrive à l’autre bout du Nil

     Avec mon courage, je deviens fort Je deviens brave en combattant un tigre Mais c’est en travaillant que j’ai de l’or Et c’est grâce à ça que je deviens libre

     Je suis une personne avec un cœur d’or Ma bravoure est un espoir indestructible Mon épée devient celle d’un mort Mais en étant courageux mon écriture est illisible

     Avec l’orage je suis découragé Avec le soleil je suis réconforté Avec des nuages j’ai du vent Avec de la neige je suis fort

     Voilà pourquoi le courage est si important Pour nous et pour les autres

    Alex Z. 5e3

     Texte 3N  7 ap   Quelques fulgurances dont une prometteuse : « Je dois partir de mon île en traversant la Loire… à l’autre bout du Nil » E&G

     Un héros en formation avec le courage en bandoulière, épreuves de la vie à surmonter examens de passage jolis mots de gagneur.N.E.

     BF Des images, de l’imagination et tout le monde tourne autour du poème

    Je m’arrête à ce poème pour l’étrange « Mais en étant courageux mon écriture est illisible ». Il est de ces petites phrases qui nous laissent longtemps méditatifs, auxquelles on repense parfois et longtemps. Leur belle obscurité nous dévoile quelque chose du mystère de la poésie.  MH

     Courageux, et franchissant des distances, des pays. Courageux futur écrivain voyageur ? JP

     Poème épique qui met bien en avant la force liée au courage. Les mots employés vont dans ce sens. Tigre, épée, mage (magie) archer (dont la flèche symbolise la puissance et la finesse prométhéenne). On perçoit bien la force des éléments vent, neige, soleil et orage qui animent le combattant et l’emportent. Ce texte correspond bien à l’attente du lecteur puisqu’il hisse le courage à une lutte conte les éléments tout en sachant jouer de métaphores poétiques. P.R.

     Texte 3Ndoute en 1ère lecture, idem en 2, bon en 3e lecture, déstabilisant, étrange, irréel « mage, archer...Loire, Nil...tigre, or, épée d’un mort, écriture illisible », imaginaire et poétique, un conte des mille et une nuits. DZ

*

 

29 juin 2020

"Patrimoines en Poésie" et Sainte-Elisabeth au fil des années - et film en deux formats (3mn et 9mn)

PATRIMOINES EN POÉSIE et SAINTE-ELISABETH 

       - des monuments, des poèmes et… un film !

 

    Dans un court documentaire de présentation de la manifestation annuelle « Patrimoines en Poésie » de valorisation des lieux de patrimoine, avec la Région Île-de-France et la Drac Île-de-France, la première école citée est le collège Sainte-Elisabeth, on m’y a interviewé cet hiver au CDI dans cet écrin de mille lectures – au sujet des animations de poésie menées dans notre école pour des monuments ou des œuvres d’art de Paris et autour, occasion de visites en jardins, en musées, dans le quartier et plus loin, de recherches historiques, de description, de narration poétique, de formulation d’émotions, d’expression esthétique. La toute 1ère image du film aux témoignages présente des dessins et poèmes d’élèves de Sainte-E. exposés près de la bibliothèque du « 112 ». 

     Et plus tard vous pourrez y reconnaître des élèves de la 6e3. Le film était projeté sur plusieurs écrans de l’Institut de France à l’amphithéâtre où avait lieu la remise des prix au tout début du « Printemps des Poètes » en mars, quelques jours avant l’épisode sanitaire du Confinement. Vous trouverez ci-après la proposition de faire participer des classes de primaire (CM1, CM2) comme de Collège (6e, 5e) ou des élèves en individuel de 8 à 12 ans à la 5e édition de « Patrimoines en poésie ». L’inscription pour les classes est jusqu’à fin juillet (voyez le document ci-après envoyé par Hélène Thomas, chargée de mission à la valorisation du patrimoine d’IDF). Pour tous renseignements complémentaires (une nouveauté m’a été annoncée !), n’hésitez pas à me contacter. 

     Cordialement. M. Dyrek, professeur de français en 6e et 5e. 17 juin 2020.

 

     Lien du film de 3 minutes 09 secondes sur YouTube  :

https://www.youtube.com/watch?v=sNUHEbPsuMM 

 

*

 Une version plus étoffée, durée entre 9 et 10 minutes.

https://www.youtube.com/watch?v=60_zv1d-bjw

 

*

     « Chers tous, chères toutes, Partenaires du concours ou nouveaux venu.e.s,

 

La dernière édition du concours Patrimoines en poésie a été un succès, grâce à l’implication de près de 160 structures partenaires et plus de 70 ateliers d’écriture réalisés. 

Près de 1200 poèmes sur le patrimoine francilien ont été reçus ; vous trouverez sur ce lien quelques témoignages vidéo du travail des jeunes poètes en atelier.

 

La Région Ile-de-France et la Direction régionale des affaires culturelles d’Île-de-France ont le plaisir de vous annoncer que la 5e édition du concours sera lancée lors des Journées européennes du patrimoine le week-end des 19 et 20 septembre, et s’achèvera le 15 décembre 2020. 

 

Durant trois mois, les participants de 8 à 12 ans pourront laisser libre cours à leur imagination et proposer un poème de leur crû portant sur un élément de patrimoine francilien. La remise des prix aura lieu en mars 2021, à l’occasion du Printemps des Poètes.

 

En tant que structure culturelle ou éducative, vous avez la possibilité de participer au projet en diffusant les supports de communication (affiche, flyers, kit pédagogique) ou en organisant un atelier d’écriture. Vous pouvez vous inscrire sur ce lien jusqu’au 31 juillet.

 

La participation au concours se fera selon deux catégories :

- de façon individuelle dans le cadre familial, niveau 8-10 ans ou 11-12 ans

- de façon individuelle dans le cadre d’un atelier d’écriture, niveau 8-10 ans ou  11-12 ans

 

     Le détail de l’événement et le règlement sont en ligne :

Informations structures partenaires 

Page officielle du concours 

 

Nous espérons que ce projet saura susciter votre enthousiasme ; et nous restons à votre disposition pour échanger ou répondre à vos questions.

      En vous souhaitant de belles inspirations,

 

Hélène Thomas 

Manon Malin 

 Direction de la culture / Service Patrimoines et Inventaire 

http://patrimoines.iledefrance.fr/ 

http://www.iledefrance.fr/

 Région Île-de-France 2, rue Simone Veil - 93400 Saint-Ouen »

 

 

**

 

3 jeunes collégiens / 3 événements littéraires

    Trois jeunes collégiens de Sainte-E ont vu leur poème patrimonial être « remarqués » au concours francilien « Patrimoines en Poésie » par le jury 2020 avec le Conseil Régional d’Île-de-France et la Drac d’IDF.

     Les monuments et œuvres mis en avant dans ces trois textes : l'Opéra Garnier aux 350 ans avec Béatrice de 6e2, la Fontaine Saint-Michel avec Lise de 6e2 aussi et le théâtre Mogador avec Eloi de 6e3.

     Ces trois Sixièmes sont invités avec leur famille à la réception de remise des prix à Paris dans le prestigieux Institut de France, samedi 7 mars 2020 au jour d’ouverture du « Printemps des Poètes ».

     L'ensemble des 6e et 5e participants soient remerciés et félicités pour la qualité de leur recherches, de leurs textes et dessins, formant un panorama des monuments et œuvres de toute l'Ile-de-France ! 

     M. Dyrek, organisateur de ces concours au collège Sainte-E à Paris XVe, comme des concours du Printemps des Poètes sur le thème du "courage" avec les 5e en mars 2020, en coopération avec Madame Colas, professeure de français (organisés à Sainte-E depuis l’an 2000), il y aura un sujet différent par classe et plusieurs jurés poètes ! Qu'on se le dise, qu'on se le rime et se le rythme ! 

     (Le mois de mars voit aussi se dérouler la 25e « Semaine de la langue française et de la Francophonie » sur le thème « Au Fil de l’eau », d’aquarelle à ruisseler… 4 classes de collège emploient les 10 mots dans des rédactions après étude du vocabulaire - dont le mot « spitant » employé par nos voisins belges.)

 **

     Blog de Monsieur Dyrek sur Canalblog, accessible par moteur de recherche ou par le site de Sainte-Elisabeth, « Sainte-Elisabeth, c’est aussi ».

 

   3 poèmes de jeunes collégiens de notre collège

« remarqués » au concours francilien 

« Patrimoines en Poésie » par le jury 2020 :

 

      Bon anniversaire, l’Opéra !

 

Bon anniversaire, l’Opéra !

Tu souffles cette année tes 350 bougies.

En 1869, tu n’étais qu’une toute jeune Académie 

Dédiée à la musique et à la danse…

Et ton histoire commença.

 

Te souviens-tu, cher Opéra

Quand tu n’étais encore qu’un simple concours

Organisé par Napoléon III

À la suite d’un dramatique attentat

Et remporté, haut la main devant la cour,

Par le jeune architecte Charles Garnier ?

 

Te souviens-tu, bel Opéra

Du quotidien si dur de tes talentueuses danseuses

Devenues sous les pinceaux du peintre Degas

D’inoubliables et sublimes petits rats ?

Malgré les blessures, étaient-elles quand même heureuses ?

 

Te souviens-tu, intemporel Opéra

Quand Erik le fantôme qui habitait tes souterrains,

Alors fou amoureux de la chanteuse Christine, sombra ?

Hanter la loge n°5 ne lui était plus suffisant 

Il décida d’enlever la belle enfant.

Raoul, le Vicomte-charmant la sauva, fort heureusement !

 

Te souviens-tu, incroyable Opéra

Des costumes multicolores de tes acteurs,

Des chants lyriques de tes héroïnes sans peur

Lors du final du Lac des Cygnes ?

De l’arc-en-ciel de ton plafond 

Modernisé par Marc Chagall ?

Et de tes peintures par millions

Qui ont fait de toi… la véritable Étoile !

 

     Béatrice D. 6e 2

 

 

**

 

     La Fontaine Saint-Michel

 

Il combat le Diable en étant le Bien 

Vous pensez qu'il ne vaut rien ?

Vous vous trompez bien

Il n'est pas cupide ni stupide

Mais il est susceptible

Il a actuellement 159 ans

Il en a vu naître des enfants

Son arche le protège de toutes les neiges

Le Diable lui est abattu par cet Archange 

Qui a un cœur d'ange

Avec lui dans les parages

N'ayez crainte il forme un barrage 

Un barrage contre la rage

 

     Lise M. 6e2

StMichelSacPatrimLD20

Photo : Laurent Dyrek en mars 2020, à Paris, le jour de la remise des prix !

 

**

 

     Mogador

 

En moi la parole est d’or

Au dehors les gens m’adorent

À tribord ou à bâbord

On me remarque grâce à tout mon or

Les acteurs sont tous très forts

On aimerait bien que je sois Avenue Félix Faure

Mais comme moi y en n’a pas quatre

À Paris…

On vient me visiter par envie

Car je fais le bien des grands et des petits

Et quand ils sont repartis moi je m’endors.

C’est ça ma vie.

C’est ça être Mogador !

 

     Eloi M. 6e3

 

     Ces trois poèmes ont été remarqués en 2020 , ils ont été composés par de jeunes collégiens de Sainte-Elisabeth.

Tv6e3SainteEInstitutFrance

+Tv6e3SainteEInstitutFrancebproche

     Précédemment, trois autres poèmes ont reçu un prix de podium ! Un poème de Charlotte T. sur « Notre-Dame » a été premier prix en 2017. Deux autres élèves ont reçu un 3e prix Julien S. (un poème sur les ponts de Paris) en 2017 et Louis-Nicolas B. (avec un poème sur l’Obélisque) en 2018.

 Photo Notre-Dame mars 2020 vue des quais aux livres ! Laurent Dyrek

ND vue de SeinelivresphLD

27 juin 2020

"Aphorismes de beauté"... du Courage, extraits de poèmes écrits en classe en mars 2020 par les 5e, choix Mme Hardy

« Aphorismes de beauté »… du Courage

 

 

 

Extraits d’autres poèmes du concours sur le Courage

 

  

 

     Bernard Chasse, lorsqu’il sélectionne de courts extraits de ses œuvres poétiques, notamment pour les inclure dans des productions artistiques, évoque ses « Aphorismes de beauté ».

 

     Dans les textes qui suivent, les éléments prélevés comportent des beautés qui méritaient d’être présentées. Comme des graines aussi et qui pourront germer et qui pourront fleurir.

 

    Je demande à Madame Hardy, professeure de sciences en 5e notamment, de nous délivrer ses textes coups de cœur, dans l’anonymat de leurs jeunes auteurs, dans le « kaïros » de son nom qui porte la « hardiesse », un des synonymes précieux du courage.

 

      Et parce que je la sais grande lectrice, même si ce n’est pas précisément de vers. Peu importe le flacon, pourvu que quelques-unes de ces phrases lui transmettent une émotion, un message fort et beau, qui sache parler à son âme, à son esprit.

 


     Bonjour Laurent, merci pour ces lectures qui m'ont "encouragée" au milieu d'un tourbillon d'appréciations dont je me lasse...

 

     Coup de cœur pour le poème ZB qui est très beau, très poétique avec une invitation au voyage - texte de Valentin V. Le poème H m'a beaucoup plu, même si la conclusion me semble un peu abrupte - texte de Blanche de A. Le poème N me parle énormément - texte d’Angèle G.

 

     Quelques extraits m'ont marquée dans d'autres écrits par leur beauté :

 

     Poème F : "Mon courage est une muraille Surmontée par un pont" - un vers d’Oscar C..

 

     Poème L : "Revoir cette planète bleue Etinceler de mille feux" - deux vers de Matthieu D..

 

 Poème T : "Le courage est parti, d'autres hommes l'attendent" - alexandrin de Léandre L.B.

 

      Beau travail de la classe (des classes !) que je félicite ! Bonne journée et à bientôt,

 

     H. HARDY, professeure principale en 5e, le lundi 08 juin 2020.

 

*

 

      Bonjour chère collègue, j'avais retrouvé ensuite deux poèmes de 5e1 ou 5e3 et en voyant hier Mme Colas professeure de français des 5e2, je lui ai dit que ce serait bien que les non finalistes de sa classe bénéficient aussi de cette seconde chance (un peu comme l'Europa Ligue !). Par chance, elle disposait dans son sac des poèmes des 5e2, j'ai pris ici les extraits les meilleurs et il me semble que sur le même principe tu peux y trouver quelques pépites parmi ces 18 textes de jeunes auteurs en herbe et en verbe. Cordialement et t'espérant avec un moral printanier M. Dyrek ce mercredi 10 juin 2020.

 

*

 

    Re-bonjour ! Comme promis, je prends quelques instants pour évaluer les chefs d'œuvres de tes élèves.

 

     J'aime beaucoup les poèmes 2D - le texte de Solène B. -, 2E – le texte de Louis-Nicolas B. - et 2J - le texte d’Antoine L. - qui sont particulièrement bien écrits.

 

     Petit bonus pour le 2H - le texte d’Erine G. -  qui m'oblige à aller me renseigner sur l'histoire de Samuel (la bague est réellement faite à partir des cornes de l'ogre???!) A tout à l'heure, H. Paris le 23 juin 2020.

 

**

 

Un jour j’ai cru perdre mon courage Près de ce typhon Dans lequel il fait rage Et l’on ne voyait rien à l’horizon Un jour j’ai cru perdre mon courage Mon courage est une muraille Surmontée par un pont C’est ici la plus grande bataille Contre les démons… Mon courage s’impose sur ma peur…   Oscar C.

 

*

 

     Le Dinosaure. Un jour j’ai cru perdre courage Une jolie journée d’été je me baladais Et je vis en regardant mes pieds Que la couleur du sol avait changé C’était une météorite On a su tout de suite Que c’était la fin de l’histoire « Il n’y avait plus d’espoir »… Petite lueur d’espoir Bien cachée au fond de mon désespoir N’oubliez pas que j’étais là bien avant vous Pas de raison de vous vanter de vos découvertes…  Blanche de A.

 

*

 

     Il faisait de plus en plus chaud Même au bord de l’eau Brusquement les humains se sont alliés Ils ont mis leurs différents de côté J’ai alors repris courage Comme tout mon entourage A revoir cette planète bleue Etinceler de mille feux   Matthieu D.

 

*

 

     La confiance en soi. …Le lendemain tu retentes une nouvelle fois Les élèves te regardent Le professeur lance le chronomètre Tu te lances, tu bégaies, tu oublies des mots Soudain tu reprends confiance en toi Et tu récites

 

     Quand tu as fini tu retournes t’asseoir Les élèves t’applaudissent avec joie Tu es fière de toi car tu as surmonté ta peur Et peu importe la note que tu as eu Tu es heureuse, tu as réussi !   Angèle G.

 

*

 

    Je suis le courage… et je dois ramper Les ennemis sont là prêts à tirer Je suis le courage et je monte au ciel Je suis apaisé et retrouve ma belle Il s’en est allé je n’en ai plus besoin Le courage est parti, d’autres hommes l’attendent…    Léandre LB

 

*

 

     Ma joie au large, nos visages qui regardent Enfermés dans une cage, on regarde l’orage Nos larmes tremblantes sous de grandes pentes… Je tente de reprendre courage… ô miracle ! J’avais perdu courage, le revoilà dans mes bras Ma joie rend le pas à mes larmes tremblantes Notre unique équipage a pris le large… Sur ma table, mon voyage sous les fleurs de lilas  Valentin V.

 

 

 

**

 

 

 

     …Ne pouvant faire demi-tour Je me suis dressée face au danger Comme un lion face à un homme de dressage Le lion fier tua ce dernier Je n’avais pas le même langage Puis prenant mon courage à deux mains Je suivis mon instinct…    Solène B. 5e2

 

*

 

     La poésie courageuse L’honneur en toute modestie Est un rivage qui se gagne Qu’il en soit du fin fond du monde Au plus pittoresque des animaux Il est là fier et orgueilleux En terrain conquis… …Un garçon…  revendiquait qu’il avait sans autre coutume Sauté plus haut que son ombre Beaucoup tentèrent cet exploit pour dégringoler ensuite, c’est là que le bon courage fit son entrée Je dis bien et que te sert cette histoire, ta vie n’est pas écrite ici ? Ainsi, outré et d’une rage pleutre, s’en fut. Depuis, ce courage me suivit à la poésie   Louis-Nicolas B.

 

*

 

     Samuel était bientôt mort Il ne voulait pas se décourager Puis il reprit l’avantage Et fit s’ébouler la montagne sur le monstre De justesse il sauva sa bien aimée et rentra Après s’être rétabli il décida de la demander en mariage La bague faite d’une des cornes de l’ogre     Erine G.

 

*

 

 

     Malgré son jeune âge La mort lui avait envoyé un message Celui de tourner la page Il était douloureux d’accepter ces images Il n’était pas simple de tourner la page Mais nous sommes parvenus à en tirer des avantages En nous remémorant tous les instants de passage – pris avec lui  Antoine L.

 

      Les élèves de 5e3 qui ont reçu des prix ou ont été qualifiés, leurs diplômes en masques, et une élève avec la carte de Nadia Esteba, poète et artiste, une des 21 jurés de ce jury de commentaires élogieux !

RemisePrix2020CoupeCourageCarteNadia

 

 

     Tous les extraits, « Aphorismes de la Beauté… de Courage », seront dans le livre De l’Ardeur poétique à l’opus de Courage. Poèmes primés présentés sous peu sur ce Blog de Monsieur Dyrek, ainsi que les Commentaires des 21 poètes jurés.

 

 

 

 

 

05 juin 2020

Jeu des 7 familles de Feuilles d'Arbres, dont 1 Famille Créée par les Collégiens... à partir de L'Homme qui plantait des Arbres

FeuillesSachaJA5e1 20     

     Dans ce Jeu des 7 familles de Feuilles d'Arbres, une Famille est Créée par les Collégiens... Ici par exemple Sacha de 5e ci-dessus et Lauriane de 5e aussi ci-après ont inventé et illustré la feuille de l'Arbre Coeur et la feuille du rondêtre ! Toutes les autres essences se retrouvent dans l'oeuvre de Jean Giono : L'Homme qui plantait des arbres. Un extraordinaire et efficace récit du grand écrivain provençal de notre planète bleue !

 

Jeu7famillesLAURIANEB5ePrintemps20

    Et d'autres feuilles à foison pour repeupler le monde en arbres et en arts !

Voici la feuille étoile ! voici la feuille rain-bow ! et la feuille lomia...

EstherGFeuillesmai20

HéloiseLB5eFeillesmai20

Et la feuille Harmonia ! et la feuille Dégrafleurs ! Des fleurs, des feuilles à foison, pour toutes nos saisons !

EmmaB Feuilles 5e Giono mai2020 - copie

FeuillesFamilleThea5emai20

AlexiaBFeuillesMai20Harmonia

Pour le Citral créé par Axelle L., s'agit-il d'un arbre proche du Citronnier ? Question de l'an C...

AxelleLFeuillesLeCitral 5e mai 20Liquidembas et Serpentin, Feuilles d'Artus :

Feuilles d'Artus5e Printemps20Et la Printanière ? créée par Clémence BT en ce printemps qui n'oublie pas qu'il est printemps !

LaPrintaniere par ClemenceBTEt deux dessins expressifs de Lya-Marie. Lequel des deux suivants correspond-il à une feuille inventée par la Collégienne ?

FeuilleLyaMarieB 5e 2020

GrenoblierLyaMarieB5eEt le piquier de Blanche n'est pas piqué des hannetons !

feuille piquier Blanche de A 5eBravo à tous ces jeunes talents de pinceaux, crayons et plumes ! L3D57 en juin 2020.


Niobé qui devint roche et pleura ses torrents ! Illustrations de mes 6e pour l'Ovide...

Niobé qui devint roche et pleura ses torrents !

Illustrations de mes 6e pour l'Ovide... Clémence, Estrella, Estelle, Stanislas, Elisa, Manon...

Et en plus ils composent poèmes et récits et réponses au questionnaire forgé ad hoc...

16 nouvelles métamorphoses d'Ovide, un choix et une adaptation par Françoise Rachmühl.

Après les illustrations pour Actéon qui chasseur devint proie...

     Chapitre 7, Niobé, figure tragique, a défié la déesse Latone. En fin de récit, Niobé fut transportée dans sa patrie, la Lydie "C'est là que Niobé se trouve aujourd'hui, au sommet d'une montagne, et la roche ruisselle de larmes"

ClemenceBBNiobe pleure6e

Niobe par Estrella 6e 2020

RocheEnLarmesEstelleJ6e3 20

StanislasJ6e2DessinNiobé

6e2ElisaRdessinNiobé

Manon Niobe Metamo 6e20

01 juin 2020

Si du char du Soleil... Récits de jeunes Collégiens à partir des Métamorphoses d'Ovide Et illustrations...

 

 

SI DU CHAR DU SOLEIL S’ÉCHAPPAIT UN CHEVAL

 

LiseM6e2CharSoleil

 

LES MÉTAMORPHOSES D’OVIDE ETCETERA

 

     Récit : un des chevaux du char du soleil s’échappe… Expliquez ses motivations et les conséquences de cette évasion… Vous pouvez illustrer votre histoire. Sujet forgé par M. Dyrek en mai 2020.

 

     Le roi Soleil prépare son char avec ses chevaux pour parcourir le Monde, il accueille un nouvel arrivant, Pegasus. Pégasus est un jeune cheval de cinq ans qui vient de terminer sa formation d’élite pour faire partie de l’attelage  royal. Le voyage se passe à merveille, le roi Soleil ne va pas trop vite pour ne pas fatiguer son nouveau cheval.

     Au bout de quatre heures, il commence à faire de plus en plus chaud, Pegasus commence à fatiguer, douze heures plus tard, tous les chevaux n’en peuvent plus. Tout d’un coup ! Pégasus aperçoit un grand lac ou il pourrait boire à son aise. Le roi Soleil décida de s’arrêter au bord du lac pour faire boire les chevaux et se reposer un moment. Il détacha l’attelage. A peine, détaché Pegasus fonça vers le lac, il s’y baigna et but. Les autres Pégases étaient moins fougueux et plus respectueux du roi Soleil et attendirent que celui-ci leur permette d’aller boire.

     Soleil finit par s’endormir au bord du lac. Pégasus pendant les heures de marche et de galop s’aperçut qu’il n’était pas fait pour faire partie d’une élite. Il préférait vivre une vie libre. Il profita de la sieste de Soleil pour s’échapper. Il déploya discrètement ses ailes et s’envola. Les autres chevaux commencèrent à s’agiter, le départ de Pégasus était une tragédie. Sans lui, le roi Soleil va trop lentement et il est obligé de se coucher à 17h00 au lieu de 20h00.

     Sur la Terre les habitants se demandent ce qui se passe. Il fait froid et la nature perd ses couleurs, ne connaissant pas ce phénomène, ils décidèrent de l’appeler « Hiver ».

     Clémence B.B. 6e3 mai 2020.

 

*

 

            Le cheval numéro XI qui en avait assez des ordres du Soleil s’échappa pour retrouver son véritable maître : Jupiter. Mais numéro XI n’avait pas prévu qu’une guerre exploserait entre ses deux dieux et condamnerait les … Ah non en fin de compte rien ni personne n’a été condamné ils ont juste réglé ça à pierre-feuille-ciseaux.

     Camille D. 6e3

 

*

 

Récit sur le cheval de Soleil

 

     Un cheval du char de Soleil s'est échappé. Pour lui c'était très ennuyant de courir toute la journée après la bien-aimée de Soleil. Il galopait beaucoup plus souvent et se fatiguait de plus en plus. Le Soleil ne se préoccupait plus de ses chevaux et ne leur donnait plus de vivres.

     Lorsque le cheval fut parti, il redescendit sur Terre. Il savait que ce qu'il avait fait avait de graves conséquences. Le Soleil ne tournait plus, il faisait toujours nuit et froid. Il ne voulait pas continuer au service de Soleil, il chercha donc un autre cheval pour le remplacer. Il le rencontra dans une prairie.

     Ce beau cheval blanc s'ennuyait ; son meilleur ami était parti pour rejoindre la garde de Soleil. Quand il vit s'approcher un cheval noir aux marques de la garde de Soleil, il crut que c'était son ami qui revenait. Mais non ce n'était pas lui, il ne le connaissait pas. Il ne connaissait pas grand monde dans la région. Il s'approcha de lui et lui demanda ce qu'il voulait et le cheval de la garde de Soleil lui répondit qu'il lui donnait sa place.

     Le cheval blanc hésita et se dit qu'il aurait encore une chance de revoir son ami avant qu'il ne l'oublie pour de bon. Le cheval noir le conduisit jusqu'à Soleil et il prit sa place. Son ami le reconnut et ils ne se quittèrent plus une seconde. Avec lui ses aventures seront extraordinaires...

     Depuis ce jour, Soleil a repris son cours et il fait jour de nouveau.

     Estelle J. 6e3

 

*

Pourquoi y a-t-il des canicules ?

     Voici Rudolf, l’un des chevaux du char du soleil. Du fait du Coronavirus, il est confiné. Mais une envie de liberté et d’évasion le pousse à aller se changer les idées… à la mer par exemple ! Tout à coup, il voit Josette, la cigogne. Rudolf a une idée : il demande à Josette de bien vouloir l’emmener en volant jusqu’à la côte pour pouvoir profiter de la mer. Quand il arrive, il trouve que la situation est un peu anxiogène : tous les passants portent des masques et des gants.

     Tout à coup, il voit son cousin René. Son cousin lui rappelle ses amis qui sont encore dans le pré en train de brouter de l’herbe fraîche et surement inquiets de la disparition de Rudolf. D’ailleurs, en ce moment même au pré, le dieu du soleil est inquiet. Si Rudolf ne revient pas d’ici une heure, il ne pourra pas partir en Europe pour y passer l’été et apporter chaleur et bonne humeur aux habitants. Rudolf voudrait profiter encore un peu, mais les policiers arrivent et lui disent d’évacuer les lieux car il ne respecte pas les gestes barrières. Effectivement, Rudolf a oublié son masque ainsi que son gel hydro-alcoolique. Puisqu’il doit quitter la plage, Rudolf décide de rentrer à la maison.

     Mais malheureusement Josette la cigogne est repartie avant même de le ramener. A la maison, le dieu du soleil s’inquiète : cela fait une heure que Rudolf est parti et le dieu aurait dû partir à 16 heures. S’il ne part pas à l’heure, les européens ne pourront pas profiter du soleil pendant deux semaines. Rudolf, tout pressé, se dépêche d’aller chercher un billet d’avion, puis monte dans l’avion à toute vitesse. Vingt-cinq minutes plus tard, il arrive enfin à la maison. Tous les bagages sont prêts : le char n’attend plus que Rudolf pour démarrer. Le dieu du soleil, ainsi que sa compagne et ses enfants montent dans le char.
     En commençant à galoper, un des chevaux fait remarquer à Rudolf : « Ah bien, bravo, tu étais en retard. Nous n’avons pas pu démarrer à temps. A cause de toi, les Européens manqueront deux semaines de soleil. »

     Une fois arrivés dans le ciel d’Europe, le dieu des nuages commence à discuter avec le dieu du soleil : « Tu es fier de toi ? Les Européens ont raté deux semaines de chaleur ! A cause de cela, j’ai dû couvrir le ciel pendant ton absence. Résultat, il a plu et fait froid pendant ton absence. »

     Le dieu du soleil répond :  « Je vais me rattraper : il me reste encore un mois et deux semaines pour apporter chaleur et bonne humeur aux habitants. Pour me faire pardonner, je vais doubler la puissance de la chaleur et on appellera ce phénomène la canicule ».

     Adrien J. 6e3

 

*

 

Le Cheval du Char et le Climat qui Chauffe

     Ce soir-là, les chevaux du dieu Soleil sont dans leurs pâturages célestes pour prendre des forces.

     Un des chevaux, Asterope, s’échappe. Il en a assez de tirer le char d’Est en Ouest dans la journée et de faire le chemin inverse la nuit. Il a envie de liberté. Il a envie de survoler les contrées du Nord et du Sud et de goûter de nouveaux pâturages ! Alors il vole !

     Les conséquences de cette échappée sont terribles. Sans Asterope, le char est déséquilibré. Le dieu Soleil se détourne de sa route ordinaire. Il monte parfois trop haut dans le ciel en laissant la terre gelée.

    Il descend parfois trop bas en asséchant les rivières et brûlant les montagnes. Peut-être est-ce la raison du changement climatique ?

    Elisa R., Paris, 6e2, 2020.

6e2ElisaRdessinNiobéNiobé qui devient roche et ruisselle de larmes ! Versions proposées par Elisa R. de 6e2 et Estelle J. 6e3 de Paris.

RocheEnLarmesEstelleJ6e3 20

 

          Evadez-vous : écrivez un récit ! Faites retour - du soleil ou de l'ombre - , faites lectures !...

Ou Commentaires... ou J'aime... ou Promenades ombragées...

     L3D57 au Lundi de Pentecôte Vingt Vingt.

 

 

 

 

 

29 mai 2020

Illustrations pour les Métamorphoses et pour le Bateau-Ville ! 6e et 5e questionnaires, récits Collège de Paris 2020

6e2ElisaR cervidé     Illustration par Elisa R. 6e2 en mai 2020. Et son récit créé d'après le sujet forgé : un Cheval du Char du Soleil s'échappe... Causes et Conséquences...

Le Cheval du Char et le Climat qui Chauffe

     Ce soir-là, les chevaux du dieu Soleil sont dans leurs pâturages célestes pour prendre des forces.

     Un des chevaux, Asterope, s’échappe. Il en a assez de tirer le char d’Est en Ouest dans la journée et de faire le chemin inverse la nuit. Il a envie de liberté. Il a envie de survoler les contrées du Nord et du Sud et de goûter de nouveaux pâturages ! Alors il vole !

     Les conséquences de cette échappée sont terribles. Sans Asterope, le char est déséquilibré. Le dieu Soleil se détourne de sa route ordinaire. Il monte parfois trop haut dans le ciel en laissant la terre gelée.

    Il descend parfois trop bas en asséchant les rivières et brûlant les montagnes. Peut-être est-ce la raison du changement climatique ?

    Elisa R., Paris, 6e2, mai 2020. Voir le message "Si du char du Soleil..." avec d'autres récits de 6e... sur ce thème solaire, mythologique et environnemental...

     Ci-dessous illustration par Clémence B.-B. 6e3. Métamorphoses d'Ovide dans l'adaptation donnée par Françoise Rachmühl, 16 nouvelles Métamorphoses, Actéon ! Actéon ! qui fut changé en cerf...

ClémenceBB 6e3 mai20

dessin Stanislas J -6eme 2

     "J'ai mis le cerf au milieu de mon dessin. J'ai voulu que les arbres soient de la même couleur que le cerf pour qu'il puisse se cacher dans la forêt. Le cerf est entouré de chiens loup qui font peur. Ils sont noirs avec des yeux rouges, car ils font penser à la mort et au sang. Les chiens sont nombreux. Ils encerclent le cerf qui ne peut donc pas s'enfuir." La méthode de Stanislas J. de 6e2 Paris.

Flore Acteon Diane nymphes 6eLe dessin d'Actéon, de Diane et du rideau des nymphes est réalisé par Flore de 6e2. Si ! Et celui d'Actéon, de deux arbres et d'un animal canin est effectué par Camille D. de 6e3. En mai 2020 par temps de déconfinement en cours et de lectures des Métamorphoses.

CamilleDActeon2020Lise M. de 6e2 répond aux questions du questionnaire forgé et forge un dessin vert et ocre animé ! :

LiseM

IMG-9247(1)Deux pages de Lilou B. 6e3 avec analyse et illustrations !

IMG-9249(1)

ActeonMati6e Illustr2020Oh l'animal aux branches d'arbres ! quel printemps ! avec Mati de la 6e 3...

**

BV par Leandre5e20     Illustration pour son récit du Bateau-Ville par Léandre L.B. 5e après lecture et étude de Vendredi ou la vie sauvage, texte pour la jeunesse de Michel Tournier.

Tous sur le pont ! Poèmes solidaires, poèmes sur les ponts, poèmes à écrire, à lire, à écouter ! en jeux !

 

  TOUS SUR LE PONT, PAR LES POÈMES, SOLIDAIRES

 

Des ponts à écouter, des ponts à traverser

Des ponts à composer, des ponts à nous relier !

 

     Vous êtes invités à composer des poèmes solidaires, par exemples,  en complétant ces débuts de vers (lignes de poèmes). Il y a plusieurs possibilités soit en cinq vers soit en huit vers. Chaque vers ne sera ni trop court ni trop long (entre 5 et 13 syllabes). Vous pouvez évoquer le Téléthon… ou la lutte contre le coronavirus… le secours des infirmiers… médecins, personnels des hopitaux… et l’entraide de quartier… la solidarité nationale… la coopération des chercheurs, des nations du monde…. Collectif Coopératif Créatif ! Pour publication sur ce Blog de productions d’élèves, envois sous fichiers word à monsieurdyrek@yahoo.fr Vous pouvez joindre une création graphique en couleurs sur ces thèmes de votre composition sous format JPEG.

   - Documents extraits de Vous leur direz surtout, livre Cadeau de l’an Vingt Vingt, offert par Thierry Sajat, poète et éditeur à l’écrivain René de Obaldia comme à 60 élèves de 5e au printemps 2020 (sous presse encore au 20 mai). Livret réalisé par Laurent Desvoux-D’Yrek sur le thème du « Cadeau au poète centenaire » et des « ponts à relier les générations ». Préface de Patrick Picornot, poète et président de « Parole et Poésie ». Un poème de M. Picornot est à écouter, « Ah le Pont-Neuf », lu par Françoise Douarinou et Gilles Dyrek, comédiens. -

*

        Possibilité en 5 vers de quintil 

 

Tous

Sur

Le pont

Avec

L…

 

  Possibilité en 8 vers, en 2 quatrains :

Tous…

Sur…       

Le pont…

Avec…

Le…

Tel…

Et…

Ton…

 

         Par… Tes… Les… Ton…,

         La…, Temps…, Si on…, Aux…

  *

          Possibilité en 2 vers, ajoutée le 19 mai (Luttons !)

Luth !...

On…

                                              Ad libitum ad libitum ad libitum

     Les ponts

Souvent, je m’arrête sur la grandeur du Pont Alexandre III.

     À sa noblesse je crois.

Sculptures et dorures promettent aux touristes les plus belles photos,

Souvenirs personnels et universels, au-dessus des eaux.

    Mais le plus beau des ponts n’est-il pas la simple main tendue ?

Un pont dont l’arche naturelle serait le bras,

     La pile un cœur battant et ému.

Pas besoin d’ingénieurs ni de décennies d’ouvrage à qui s’y essaiera…

     Emma B.  5e1 Paris, octobre 2019.

             Sur le thème du pont

 

    Vous êtes invités à composer un poème sur le thème du pont,

Poème en vers ou prose, à votre guise, mais un « pontème » !

Un ponthème, un pontaime ! Thèmes, titres, poèmes :

*

 

Un pont de Paris

  Un pont d’ailleurs

  Un pont pour unir

Un pont à bâtir

 Sur le pont

Sous le pont

Près du pont

  De pont en pont

Le pont entre les gens

  Le pont d’une rive à l’autre     

Le pont vers le futur

  Le pont des jours

Le pont qui tient

  Le pont qui ose

  Il était un pont

Le pont qui vient

  Un pont reliera

*

                                Tous sur le pont !

Tous sur le pont !

 Oui mais quel pont ?

  Oui mai ! quel pont !

   Oui mais quel pont ?

    Oui mais quels ponts !

L3D56 adomicîle le 24.3.2020.

 

*

Où est ce pont ?

Quelle rivière ?

Et quel Moulin ?

De l’eau ? des mots ?

Fluides, spitants…

Poèmes… proses… à écrire… et envoyer

à monsieurdyrek@yahoo.fr ou avpoaimer@yahoo.fr

ou courrier à Laurent Desvoux-D’Yrek Le Verbe Poaimer MAC

Moulin de la Bièvre 73 avenue Larroumès 94 240 L’Haÿ-les-Roses

 

                 SUR LES PONTS DE PARIS - PARCOURS PÉDAGOGIQUE

     Français en poésie, Éducation musicale avec le chant « Le Pont Mirabeau » d’Apollinaire, Arts plastiques avec des dessins de ponts en perspectives

      **

LES PONTS EN CITATIONS,  SYMBOLES ET POÈMES – en jeu !

     « L’homme n’est pas fait pour construire des murs mais pour construire des ponts. »

*

En 2016,… a appelé à « construire des ponts et abattre des murs », à l’image des fondateurs de l’Union européenne,

en recevant le prix Charlemagne.
*

     « Chaque fois, Sofiane rêve les ponts d’une histoire, s’approche, et tente de humer l’odeur d’une destinée qui aurait une parenté avec la sienne. »

*

     « Assis à l’ombre d’un figuier au sommet de la colline, les bras enserrant ses jambes repliées devant lui, il regardait le pont. Hommes, femmes et animaux s’y croisaient, comme un sablier se vidant et se remplissant en même temps de grains vivants… »

*

     « C’est donc là, un rien plus loin, vers l’amont, qu’il est censé construire un pont. La distance à construire est gigantesque. Combien d’arches faudra-t-il ? Quelle peut être la profondeur de ce bras de mer ? »… « Michel-Ange ne dessine pas de ponts. / Il dessine des  chevaux, des hommes et des astragales. »

 

Menez l’enquête attributive ! :

     Les références de ces cinq citations sont tombées de leurs phrases, Menez votre enquête pour leur juste attribution : Parle-leur de batailles, de rois et d’éléphants de Mathias Enard… Les Racines du mandarinier de Cécile Ouhmani… « Le Pont », nouvelle d’Yves Chéraquile Pape François… Lao Tseu, sage chinois taoïste…

 

PontMirabeau9nov19phLDad copie

Obaldia rouge et sacphLD+

     « Blog de Monsieur Dyrek »,

aux productions et propositions pédagogiques, littéraires et poétiques.

    Photographiez l’écran lorsque le nombre de visiteurs du site présente une particularité remarquable : « 333 222  visiteurs », « 345 678 visiteurs »…

Courriel pour de nouveaux textes et des commentaires : monsieurdyrek@yahoo.fr

**

      Ecoutez la nouvelle « Le Pont », composée par Yves Chéraqui, en avant-propos d’un essai concernant la Genèse. Yves Chéraqui, écrivain et animateur de nombreux ateliers d’écriture sur l’Île-de-France, a été le juré du concours inter-6e « 2070 la classe volante explore (1)Cérès ».

LePont Y Cheraqui fev20phL3D56

 

     On le voit ici au premier février 2020 lors de la Journée Portes Ouvertes de notre école devant sa nouvelle lisible en affiche sur un mur du lieu du palmarès où beaucoup de jeunes collégiens et leurs familles attendaient les résultats et les lots des diplômes aux livres sans oublier les Coupes !

    La nouvelle « Le Pont » - qui fait penser, réfléchir, former des hypothèses, imager, rêver jusqu’à des abîmes insondables, et qui incite à agir - a été lue et enregistrée par Françoise Douarinou, qu’on a pu voir et entendre dans de nombreux spectacles sur des scènes à Paris.

 Enregistrement disponible sous peu.

    Et pourquoi pas après, écouter ou réécouter la voix d’Apollinaire, dans l’un de ses rares enregistrements, dire son fameux « Pont Mirabeau » ce pont en sommet des émotions humaines, de la beauté de la poésie accessible cependant même par temps de tension, de déchirement et d’éloignement, pont comme ces bras pour étreindre qui s’en va déjà plus loin, de l’autre côté de sa vie ou de la vie ou d’un moment de vie partagée… Et les versions chantées par maître de liberté Léo Ferré, puis les reprises de Serge Réggiani, de Marc Lavoine…

 **

    Et les comédiens Gilles Dyrek et Françoise Douarinou lisent en distributions deux autres poèmes à pont : 

- un pont poème du 19e siècle écrit en France sur un pont du XVIe siècle italien

https://www.youtube.com/watch?v=dLCk-5jzFrw

- et un pont poème du XXIe siècle sur un pont de Paris multi-séculaire !

https://www.youtube.com/watch?v=PTlOzeKKIP4

 

Sur le Pont-Vieux

      in Vousleurdirezsurtout, 

                        Antonio di Sandro orefice.

     Le vaillant Maître Orfèvre, à l'œuvre dès matines,
     Faisait, de ses pinceaux d'où s'égouttait l'émail,
     Sur la paix niellée ou sur l'or du fermail
     Épanouir la fleur des devises latines.
          Sur le Pont, au son clair des cloches argentines,
          La cape coudoyait le froc et le camail ;
          Et le soleil montant en un ciel de vitrail
          Mettait un nimbe au front des belles Florentines.
   Et prompts au rêve ardent qui les savait charmer,
   Les apprentis, pensifs, oubliaient de fermer
   Les mains des fiancés au chaton de la bague ;
               Tandis que d'un burin trempé comme un stylet,
               Le jeune Cellini, sans rien voir, ciselait
               Le combat des Titans au pommeau d'une dague.

   in Les Trophées, recueil de sonnets « épiques » du 19e siècle par José-Maria DE HEREDIA.

**
Enregistrement en attente de mise sur le blog

DES QUINTILS DU PONT-NEUF PAR PATRICK PICORNOT

Ah le Pont-Neuf

                         À Laurent Desvoux-D’Yrek, « l’homme sur le pont »

Ah le Pont-Neuf en a vu sur son dos

au temps jadis des goualeurs des jongleurs

des camelots et premiers bouquinistes

avec leur caisse au ventre en bandoulière

et leurs opus à quatre ou à huit sous

 

Ah le Pont-Neuf en a vu sur son dos

des comédiens et des bonimenteurs

et des menteurs vils arracheurs de dents

vendeurs d’onguents puis les escamoteurs

déclamateurs trompeurs de bonneteau

                          [...]

Ah le Pont-Neuf il s’en casse le dos

en ce jour d’hui des laides pétarades

autos motos machos et pétrolettes

bruits et fumée à fuir à quatre jambes

le roi Henri en maugrée en sa barbe

                          [...]

Ah le Pont-Neuf qui nous fait de vieux os

                                    et Henri IV éternue dans sa barbe 

« Crénom de nom j’approuvais cent fois mieux

sieur Tabarin son théâtre du peuple

les airs de vielle et tous les saltimbanques

 

J’aimais bien mieux la cabrette et la viole

à gambiller avec dames joyeuses

                                   que tout ce bruit cet odieux tintamarre

et ces fumées qui me poissent le poil »

mon beau Pont-Neuf tu as vraiment bon dos

 

                               Paris, le 11 octobre 2019.       Patrick PICORNOT

 

     Poète - et fondateur avec Aumane Placide

   de l’association « Parole et Poésie ».

 **

   2 poèmes présentés dans Vous leur direz surtout, Editions Thierry Sajat, mai 2020.

Livre-cadeau, comme expliqué plus haut. Préparé par Laurent Desvoux-D’Yrek,

poète, professeur et potier des mots. Photos L3D en 2019 et 2020.

Obaldia et ApollinairephLDDD