PRIX DES INTERNAUTES

 

                 A VOUS DE CHOISIR !

 

       EN COMPAGNIE DE L’OKAPI

 

    Voici les 36 poèmes sélectionnés (sur plus de 90 ! dont beaucoup de grande qualité, le choix a été difficile) des poèmes de 5e, ils ont été envoyés aux trois poètes de Butembo en RDC, Charly Mathekis, Grace Muyisa et Florent Kambasu Kasula, qui sont les jurés de cette édition consacrée à Afrique(s), thème général du Printemps des Poètes.

     Un prix des internautes est aussi organisé, pour les élèves, les familles, les personnels d’éducation et tous ceux qui apprécient la poésie, dites votre poème préféré parmi les 36 en motivant en au moins une phrase votre choix. Vous pouvez m’envoyer votre choix par mail monsieurdyrek@yahoo.fr ou par commentaire de ce blog. Celui ou celle qui recevra le plus de choix motivés recevra une coupe - comme le premier de chaque classe - en plus d’un livre, d’un diplôme et d’une brochure des poèmes. Un maximum d’élèves recevront des prix. En compagnie, en compagnie de la poésie !

 

 

LE PRINTEMPS DES POÈTES 2017

CLASSES DE 5e

 

EN COMPAGNIE D’UN OKAPI

OU D’AUTRES ANIMAUX D’AFRIQUE

 

CopiesPrintemps2017

Classe de 5e1 :

 

Le voyage en Afrique

     L’herbe est sèche, le soleil brille / Nous sommes malchanceux / De ne pas pouvoir nourrir notre soif / Nous regardons la jungle heureuse / En compagnie d’un chimpanzé

     Qui est bien agité, nous l’imitons / Nous voilà sauvages ! / Avec un boubou abîmé / Nous nous promenons dans une forêt tropicale / Nous voilà sauvés ! Dieu merci !

     Nous faisons la fête avec un balafon  / Les animaux intéressés nous rejoignent / Nous nous enfuyons, effrayés, vers le désert / Nous tournons le dos : au secours ! / Le lion est toujours là, prêt à nous dévorer ! / Au plus vite, nous partons et nous installons / Sur une gazelle étrange... au revoir, l’Afrique !

     Anne B.

*

Africa

     En compagnie de mon chameau / D’une cruche et de mon balafon / Je traverse Savana

     Savana est une plaine sèche / Derrière le mont Kilimandjaro / Où le jour est chaud et la nuit froide / Où le vent dans les arbres / Chante sa chanson / Je chante avec lui / Accompagnée de mon balafon

     Où le lion chasse dans la brousse / Il n’est pas plus grand que la girafe / Pas plus gros que l’éléphant / Pas plus mortel que le serpent... / Mais il les surpasse par son grand coeur

     A dos de chameau je traverse Savana / Je m’appelle Africa

     Annabelle D.

*

     En compagnie d’un chimpanzé / Et de mon précieux djembé / Je jouais sur ma pirogue / Au rythme des tam-tams. / Lorsque j’aperçois dans la brousse / Un lion majestueux / En compagnie de sa lionne /  Tous deux adossés à un baobab / Le long du Sahara / Se trouvait un souk / Rempli de masques étranges / Et de mystérieux Kalimba. / Au cours de cette balade / Un singe m’a volé mon djembé / Mais cela étant dit / Quel bonheur de vivre en Afrique !

     Noémie D.

*

     En compagnie de son chimpanzé / Mima part à l’école, la route la rend folle / Tous les matins elle prend le même chemin / Qui lui semble toujours infini / Mima part à l’école, la route la rend folle

     Elle rend des animaux et de grands baobabs / Dans ses pensées elle se dit, l’Afrique est magnifique / La verdure de la savane et les bruits des tam-tams / Lui redonne le sourire, malgré l’infinité de son chemin / Alors dans ses pensées elle se dit l’Afrique est magnifique

     Elle marche et marche encore, jusqu’à arriver à l’école / Pour rejoindre ses amis et apprendre de nouvelles choses / Dans sa classe tout le monde a une place / Puis se retourne et se rend compte de la chance / D’aller à l’école, l’Afrique est magnifique

     Marie D.

*

     En compagnie de mon lion / Dans la forêt tropicale, je me baladais / Avec lui j’étais en sérénité et en paix / Et il m’ouvrait les portes de la joie et du bonheur / Il a aussi ouvert mon coeur / Je ne pourrai jamais le remercier assez / D’être toujours là avec moi et pour ce qu’il a fait / Mais maintenant mon lion n’est plus là / Il est parti en haut là-bas / Personne ne pourra le remplacer / Pas même la girafe ou le chimpanzé / A partir de ce jour je mets un masque / Pour qu’on ne me voie pas pleurer / Avec lui j’avais fait pacte / Mais ce pacte je l’ai brisé / Ce pacte disait que quand il parte / Je ne devrais pas me marcher. Mais je l’ai fait

     Jade G.R.

*

     L’Afrique

     Vêtue de mon blouson / Je parcourais l’Afrique / En compagnie d’une girafe très timide / Je lui racontais l’histoire de ce pays / La Côte d’Ivoire et ses éléphants  / Ses cocotiers et palmiers / Sont les plus belles choses que la vie puisse offrir / A San-Pedro le restaurant en face de la mer / Ces sourires illuminaient la Terre / La lagune et ses crocodiles / Cocodie et ses maisons / Ce pays et ses habitants / Quel délice de penser à tous ces plats... / Pour y goûter il faut y aller / Car tout cela est en Afrique

     Farèle K.

*

La visite de l’Afrique

     En compagnie d’un chimpanzé / Je me baladais dans les prés / Dans un petit village tranquille / Avec des danseurs très habiles

      En compagnie d’un grand chameau / Je marchais sur un mont très haut / C’était le Kilimandjaro / En haut, il ne faisait pas chaud

     En compagnie d’un petit lion / Qui était vraiment trop mignon / Je vis venir des dromadaires / Dans la savane, ils y entrèrent

     Voilà j’ai visité l’Afrique / Elle est magique, elle est unique / Le mot « pauvreté » ne devrait pas / Exister car la joie est là

     Loïs G.

*

     En compagnie de mon chameau / Sur le mont Kilimandjaro / J’aperçois un vieux griot / Il joue très bien du balafon / Alors je me laisse porter / Par cette douce mélodie / Et je m’envole vers mes rêves / En compagnie de mon chameau

      La forêt tropicale est belle / Au loin j’aperçois un ruisseau / Où se baignent des animaux / J’entrevois une pirogue / Crocodiles, hippopotames / Alors je cours les rejoindre / En compagnie de mon chameau /

     Corentin L.

*

L’Afrique

     J’ai enfin découvert l’Afrique / Elle est vraiment magnifique. / Là-bas c’est une autre culture / Une différente agriculture. / Les gens, au rythme du djembé / Se mettent à bouger et danser. / Les enfants eux jouent du tam-tam / Pendant que viennent chanter les femmes. / Ils montent tous dans leur pirogue / et à travers le fleuve voguent. / Quand ils reviennent sur la terre / Ils regardent vers le désert. / En compagnie d’un chimpanzé / Les enfants partent tous jouer. / Les buffles et les rhinocéros / Eux, pour jouer, sont bien trop féroces.

     Maëlle L.

*

Mangaka et la lionne

     En compagnie de sa lionne / Mangaka allait se promener / Portant sur son dos du blé en tonne / Si lourd qu’elle pouvait en tomber. / Mangaka voulait nourrir sa famille / Elle qui est l’aînée des enfants / Elle qui est une vraie jeune fille / Elle doit les aider maintenant. / Mangaka aime se promener / En haut du Kilimandjaro. / Il est son endroit préféré / Quand elle veut jouer de son instrument préféré / Mangaka aime jouer au djembé / Qui est son instrument préféré / Ses parents aiment écouter / Du son qui en échappe / L’histoire de Mangaka et de sa lionne

     Emma M.

*

     L’Afrique, un endroit magnifique /Là où galopent les animaux / Je ne sais que dire tellement c’est beau. / En compagnie des éléphants / Un enfant nageait / Sans se douter qu’on le regardait / Avec les zèbres il jouait / Sans se douter qu’on l’écoutait / Il avait un grand sourire / Mais derrière ce sourire se cache la peur / La peur de mourir / Il vivait dans une forêt tropicale / Et dormait sous un baobab / Tous les soirs il prenait son djembé / Pour endormir les animaux / Il leur chantait une chanson : / « L’Histoire africaine »

     Linda R.

*

Le voyage dans la savane

     En compagnie d’un guépard /  Je cours dans la savane / Vers un monde plein de surprises. / Nous rencontrons des tas de beaux animaux / Il y a des animaux carnivores d’autres herbivores / Des petits et des grands / Des gros et des minces / Des gazelles de Thomson qui gambadent dans les prés / Les lionnes qui chassent des buffles.

      Après avoir rencontré tous les animaux / Nous arrivons devant un village / Un homme en boubou nous fait signe de venir / Arriver devant lui il nous fait du balafon / Et notre voyage se finit là / Devant un magnifique coucher de soleil / En écoutant du balafon / Et surtout entourés de la savane.

     Sarah T.

 

**

 

Classe de 5e2

 

     Le soleil d’été brillant comme un astre / Nous illumine de sa beauté / Nous réchauffe de sa couleur.

     Dans le désert, le Sahara / Il crée des mirages, qui nous trompe. / En compagnie d’un rhinocéros curieux / Je me balade pour voir les animaux.

     Puis faire une sieste sous un arbre / En ouvrant les yeux je vis un museau / C’était le rhinocéros, il voulait repartir.

     Se remettant en marche continuant notre route / Vers la fin de la journée s’arrêter. / Faire une halte pour contempler le ciel étoilé / Pour penser à demain, la tête pleine de souvenirs.

      Gabrielle B.

*

      Mon cher djembé, dans la vallée / On dirait que tu t’es trompé / D’endroit où tu devais aller / En compagnie de ton fennec / Tu te balades dans la forêt.

      Mon cher djembé, dans la savane / On dirait que tu es perdu. / Dans la savane immense et sèche / Dans la savane chaude et hostile.

      Mon cher djembé, dans cette contrée / Tu t’es encore égaré ? / Egaré dans la belle nature.

      Mon cher djembé, tu l’as retrouvée / Cette amitié avec ton chimpanzé. / Finalement tout s’est bien passé / Et le fennec a pu rentrer.

      Djam B.

*

Mon Okapi, le grand Chameau et Moi

     Un jour, je découvris un Okapi, / Je sus de suite que c’était mon ami, / Je promis de le garder pour la vie.

     En compagnie d’un okapi, /  Je m’amusais chez mes amis. / Nous jouions bien du balafon, / Et nous observions les scorpions.

     Nous montions sur le dos des grands chameaux : / De là-haut le monde était très beau, / Mais il fallait revenir sur Terre : / Il y avait du travail à faire.

     Un jour, le chameau s’est vite envolé / Je suis parti sur son dos loin d’ici / Avec mon ami un bel Okapi.

     J’ai visité des galaxies / Puis le continent africain / J’y suis resté toute la vie.

     Paul C.

*

      Je me souviens d’une mélodie / Dans le désert du Sahara / Celle du vent et du sable à la fois / En compagnie d’un dromadaire / Je revenais sur mes pas / Près de chez moi, un griot / Racontait l’histoire d’une vie / Quelques enfants, non loin de là / Ecoutaient sans aucun bruit. / Le soir je prenais mon masque / Et je courais vers la place / Là-bas une musique, qui me rendait si bien / Une légère brise dans nos cheveux / Nous rendait tous heureux / Oui cette maladie je m’en souviens

     Coline C.

*

     A comme Afrique / Entre les Tropiques / Tam-tam balafon Bercent les nourrissons

     A comme Afrique / Entre Kirikou et Karaba / Ce pays au grand coeur / Inspire la paix et le bonheur

     A comme Afrique / Chante danse en cadence / Par le soleil abondant / A comme Afrique pays si magique

     A comme Afrique / En compagnie des girafons / Le soleil brûle la savane / Et le chemin des caravanes

     Arthur C.

*

     En compagnie des éléphants / Faisant du bruit et en chantant / commencèrent rapidement / A me montrer un instrument

     Ils me présentèrent un djembé / Du nom de saperliboté / il n’était pas très bien placé / dans un carton mal renfermé

     Et puis ces pauvres éléphants / ils n’étaient pas très bien brossés / De la poussière derrière, devant / Et même sur les nouveaux nés

      Je n’ai pas du tout réussi / A compter combien ils étaient / L’un était grand l’autre petit / Mais ils étaient une infinité.

     Victoire d.M.

*

Les joies de la savane d’Afrique

     Lion autant se pavanant / Près d’un lac miroitant / reflétant sa beauté d’antan / Il sera rattrapé par ses enfants.

     En compagnie d’un fennec d’or / Un chat sauvage le taquinait / en lui annonçant que s’il sort / De jalousie le soleil irradiait.

      Non loin de là, des éléphants / Le plus petit se demandant / Qui allait gagner : le zèbre / Niais ou le guépard funèbre.

      Ces deux derniers se faisaient face / De chaque côté du ruisseau / Le zèbre car il voulait courser... / Et le guépard pour se rafraîchir après la sieste !

     Garance L.

*

Merveilleux safari

En compagnie d’un okapi / Je marche dans la grande savane. / Quand soudain la brousse me cache / Et s’ouvre sur un lion indomptable. / Sa crinière somptueuse et royale / Se dresse sur ce féroce animal... / Pris par la peur vite je m’enfuis ! / Puis face à moi le paradis.

     Je n’ai jamais, pas même une fois / A perçu une aussi belle terre ! / On y observe au nombre de trois / Des êtres du nom de dromadaire. / On peut y voir aussi des zèbres / Des chimpanzés ou des gazelles / Puis au loin des hommes en pirogues / Vêtus d’un boubou me disant :

     « Bienvenue en Afrique, ma grande ! »

     Aerin M.

*

Soir d’Afrique

     A l’instant du soleil couchant / La savane s’endort enfin / L’air refroidit doucement / La vie reprend son long chemin.

      Les ombres commencent leurs jeux / Cheminant sur le flanc d’Atlas, / La montagne refuge des dieux / Qui soudain se voila la face.

     En compagnie des gazelles / Les Impalas viennent s’abreuver / Les bruits de la nature sont tels / On croirait entendre un Djembé.

      La forêt semble si douce / Les chimpanzés si reposés / Un soir si calme c’est la brousse.

     Bérengère N.

*

     Dans l’étendue des terres d’or / Sur la belle Afrique du Nord / Près d’un lac scintillant / Avec l’éclat de mille diamants

     En compagnie des éléphants / Qui marchent là-bas, tout doucement / Où ces millions d’oiseaux volants / Traversent le ciel élégamment

    Les branches plient au gré du vent / Comme les roseaux qui baignent dans l’eau / Du lac où baignent les hippos / Loin du lion rugissant.

      De beaux zèbres sont allongés / A l’ombre d’un arbre penché / D’autres broutent l’herbe fraîche / A l’abri du Soleil qui la sèche

     Roxane P.

*

     L’homme a détruit toutes les richesses / D’une qui de sa beauté se dessèche / Alors emportée par une infinie tristesse / Sans un mot, je pars... je marche, / En compagnie des lions qui peuplent mes souvenirs

     Autrefois cette terre était colorée / De sa belle montagne enneigée / Des fleurs, aux mille et une couleurs / Quelle belle robe pour Dame Nature / Mais le jaloux soleil l’en priva d’une partie / Le désert, qui se dispute encore, la mort ou la vie.

     Des animaux peuplaient ce si beau paysage / Qui aurait pu croire que toutes ces merveilles / La peuplent encore malgré l’âge. / Quel plus beau pays y aurait-il, malgré les abeilles / Que celui-ci : l’Afrique !

     Louise S.

*

     En compagnie d’un léopard / Je m’amuse comme un enfant / Il est rusé, futé et malin / Présent sur tout le continent africain

     Il parcourt les forêts de baobabs / Et je le suis à toute course / Cet animal à robe fauve / Lui donne un caractère magique

      On dirait un être féerique / Qui survole l’immense univers / Il joue avec beaucoup de personnes / Et est aimé de tout le village

     Après avoir vécu une telle journée / Je joue du tam-tam et du djembé / Puis le soleil se couche sur l’Afrique.

      Gwezenneg V.

 

**

 

Classe de 5e3 :

 

     Perdu dans le continent africain / Perdu dans le désert / Au milieu des cactus / Mais je ne suis pas seul / En compagnie d’un dromadaire

      Il m’emmène si loin / Je sens une odeur d’épices / Arrivé dans les souks / Mes yeux se ferment doucement / En compagnie d’un dromadaire

     Mon regard se pose sur Kenya / Où m’a-t-il emmenée ? / Un lion, une girafe : la savane ! / Le son des gazelles crépite dans mes oreilles / En compagnie d’un dromadaire

     Luna A.

*

     En compagnie d’un chimpanzé / La vie est belle, elle est chouette / On est toujours tout excité / Un chimpanzé c’est déjanté

     En compagnie d’un chimpanzé / J’ai fait les souks, de ville en ville / J’y ai trouvé boubou et djembé / Il y avait des places avec / Des griots et des baobabs

     En compagnie d’un chimpanzé / J’ai vu la montagne Atlas / Et le mont Kilimandjaro / Avec sa forêt tropicale

     En compagnie d’un chimpanzé / J’ai parlé à des gazelles / Et des girafes avec un lion / Je m’en souviendrai toute ma vie

      Arthur B.

*

     Afrique, Afrique !

     En compagnie d’une lionne / Je regarde la savane

     Et son soleil éclaboussant / Qui attire les regards

     Il réchauffe les coeurs / Et brille depuis toujours

     Depuis la nuit des temps / Il rappelle les enceintes

     Puis sa forêt tropicale / Oh mais quel bonheur

     Ecoutez le tam-tam ! / Cette mélodie joyeuse

     Regardez cette merveille ! / Cet émouvant masque africain

     Oh ce lieu fantastique, je ne l’oublierai jamais !

     Imane C.

*

L’Afrique

     Assise sur une pirogue / au fin fond de la forêt tropicale / J’écoute le chant des oiseaux / Puis en en tournant la tête, je vois / Les lions chasser les jeunes gazelles / Girafes, éléphants et gorilles / Savourent les feuilles d’un baobab

     Assise au milieu des djembés / Je danse et chante au rythme du tam-tam / Les rhinocéros marquent le pas / Et les autruches dansent en rond

     Quand la nuit tombe, plus un bruit / La forêt devient sombre / Le lion et la lionne dorment paisiblement / En compagnie d’un scorpion qui / Me replonge dans un sommeil profond

     Emilie C.

*

     En compagnie d’un lion / Se prélassant face au soleil / J’observe sa couronne / Elle resplendit et elle brille / Le doux vent qui la façonne / Lui donne l’aspect d’un puissant roi / Et il rugit, je sursaute / dans la savane, il commande / Il a sa cour de lionnes / A l’orée de la forêt / Entouré de ses servantes / On voit qu’il est le grand chef / J’étais là, je le voyais / J’étais en compagnie d’un lion

     Gautier C.

*

      En compagnie d’un crocodile / On me mangea dans le grand fleuve... / Mais cette histoire commença / Dans le désert du Sahara

     J’étais sur un gros dromadaire / pour voir une nouvelle terre / Et là je vis un très grand port / Et le dromadaire fut mort

     Je fus seul dans le désert chaud / Mais je vis un très long fleuve / Je m’éloignai de cette peau / Je dis adieu et je partis !

     J’aperçus une pirogue / Mais d’un coup on m’agrippa / Je ne pus respirer sous l’eau... / Puis d’un seul coup il me mangea

     Hadrien C.

*

     Allongé sur un petit lit / Je souffrais d’une grave maladie / Je ne verrais plus les baobabs / De très grands et magnifiques arbres / Dont la couleur est incroyable / Car je n’en avais jamais vu / De semblable

      Mais en compagnie de mon ami / Le gentil et petit fennec gris / J’ai gardé de très beaux / Souvenirs tous aussi beaux / Et tous aussi magiques / Mais grâce à mon ami / Aujourd’hui je suis debout / Et je suis guéri

     Capucine C.

*

     En ce très beau temps de printemps / Les fleurs poussent et repoussent / Les arbres font des fleurs et fleurissent / En compagnie d’un zèbre qui rit

     En Afrique, la vie n’a pas de prix / En Tunisie la vie n’est qu’une partie / En Algérie, la vie n’est pas finie / En compagnie du lion qui rugit

     A l’horizon, un point d’ombre / Au loin, un hérisson / A l’horizon, un point d’eau / En compagnie d’un petit chameau

     Et nous voilà repartis / Rien de mieux que de retourner / Dans son pays, joli, joli / En compagnie d’un lièvre qui sourit

     Carla D.S.

 *

     Un beau jour dans la brousse / Un petit okapi / En compagnie d’un fennec gris / Jouait du djembé et du balafon / Quand tout à coup un gorille vint les rejoindre / Ce gorille était griot / Il commença son histoire / Sur la grande montagne Atlas / En plein coeur du continent africain / Trois dromadaires libres comme l’air / S’installèrent sur une pirogue / C’est impossible dit l’okapi / C’est mon histoire et pas la tienne / Dit le gorille griot / Puisque c’est comme ça / Je m’en vais de ce pas / Et la musique reprit dans la savane

     Gary H.

*

Afrique, belle Afrique !

     L’Afrique, beau continent tu es ! / Tu es peuplé de partout en compagnie / D’animaux comme les lions / De plantes comme les baobabs / De montagnes comme la montagne Atlas / Mais surtout d’humains / Qui te tuent petit à petit / Tu as beau être chiffonné / Tes forêts sont toujours belles / Tes souks qui regorgent d’objets / Ta brousse dans laquelle on entend / Tes balafons, tes djembés, tes kalimbas / Et tes griots et griottes ton Sahara / Dans lequel tes dromadaires / Marchent dans le sable chaud / Avec un grand sourire et les mains sur le coeur / Je te dis : Merci ma belle Afrique !

     Naomi K.

*

     Je vis en Afrique depuis bien longtemps / Sans jamais avoir de gazelle ou d’éléphant / Je suis prisonnier de cette maladie / Qui m’oblige à rester au lit / Et ce virus qui m’empoisonne / Me tient éloigné de toute personne / Alors je rêve toutes les nuits / De partir découvrir la vie

      Un matin je me sentis enfin guéri / En compagnie de mon fennec gris je sortis / Je partis m’aventurer dans un monde merveilleux / Entièrement peuplé de créatures de Dieu / Je m’avançai vers le soleil couchant / En ne pensant à rien d’autre qu’aller de l’avant

     Julia L.

*

     Il y a longtemps je me suis égaré / Dans la plaine dorée / Et tentant de m’échapper / En compagnie d’un fennec rouge / Je marchai en longeant la forêt / Quand soudain me prenant de court / un coup de feu retentit / C’était des chasseurs venus chasser l’okapi / Je m’enfuis à toutes jambes / Mon compagnon d’infortune dans les bras / Je courus encore / Pour trouver mon refuge / Je fondis sur ma couche / Et m’endormis aussitôt / Vous me connaissez mieux à présent / Moi mon fennec et ma vie / Je vous remercie cher lecteur

     Lucas L.

*