Une rédaction de Laetitia La…

Jeudi 10 avril 2008                                                                                           

Ecole St Elisabeth                                                                                          6°3      

-    Un beau matin, Ulysse le légendaire  et ses compagnons arrivèrent sur une île nommée

« Dodos ». Cette île était très curieuse, ses habitants, ses maisons et même ses plantes étaient étranges. Mais Ulysse, bloqué sur cette île, était obligé lui et ses compagnons de rester ici car leur nef, par une grande tempête, a été emportée dans l’océan…

-    Une fois bloqués à la chaleur de cette île, Ulysse et ses soldats partirent l’explorer. Tout à coup, une bande de paysans à la figure bleue et avec des chapeaux bleus (qui ressemblaient à des chapeaux de « Nuit »), leur sautèrent dessus et les piquèrent avec des fourches mais pas n’importe quelles fourches car ces fourches les avaient de suite endormis.

-     Une fois réveillés, Ulysse et ses compagnons se demandèrent qui étaient ces personnes si étranges, mais une fois s’être bien expliqués, ils commencèrent à se connaître lui et ces Trèlondos, OUI car ces étranges personnes s’appelaient « Trèlondos ». Quand arriva l’aurore aux doigts de rose, une fois qu’Ulysse et ses petits soldats ont été bien choyés, les Trèlondos leur offrirent de quoi manger et boire puis, un petit lit fait de feuilles d’arbres. Une fois couchés, un dieu apparut et dit à Ulysse : « Si tu désires rentrer chez toi, tu devras office aux Trèlondos de l’or et ta nef réapparaîtra en bon état ! » Et il disparut.

-     Le lendemain, Ulysse le rusé essaya de trouver de l’or, mais il ne savait pas où chercher, donc il décida d’en fabriquer en utilisant : des branches d’arbres, de l’eau de mer, du sable et un grand couteau. En assemblant tous ces objets, il réussit à en faire. Le soir, il offrit l’or aux Trèlondos, mais ils découvrirent que ce n’était pas tout à fait du vrai or, car il n’avait pas quelque chose de brillant. Tout à coup, Ulysse se mit à paniquer mais à la place de l’emmener dans une prison, les Trèlondos le remercièrent, car justement ces étranges paysans détestaient quand ça brille.

-     Tout à coup, le « bateau d’Ulysse et des ses compagnons jaillit » de l’océan en très bon état comme l’avait promis le Dieu d’Ulysse. Nos héros arrivèrent très heureux dans leur famille et continuèrent à rendre visite aux Trèlondos très souvent.

Une rédaction de Morgane G. :

Faite le 10. 04. 2008

A Paris

ULYSSE

C’était après une longue nuit bien réparatrice pour se reposer qu’Ulysse et ses gens étaient partis pour rentrer à Ithaque, mais Poséidon fut pris de colère et fit déchaîner une tempête des mers. Ulysse et ses gens se retrouvèrent échoués sur la plage de l’Ile Dodos sans leur navire.

Quand arriva l’aurore aux doigts de rose, ils se réveillèrent et virent qu’ils étaient sur une ville qui leur était inconnue. Ulysse dit que ce n’était pas grave et qu’ils allaient remonter dans le navire et repartir pour Ithaque. Quand soudain, il se rendit compte qu’ils étaient échoués sans leur bateau. Ses gens commençaient à râler, à grogner et à pester, mais Ulysse les rassura et leur dit qu’il allait essayer de négocier avec les habitants de cette île (s’il y en avait) pour qu’ils les ramènent à Ithaque, lui et ses gens par n’importe quel moyen. Mais il espérait que ce serait un navire.

Après une petite journée à chercher, ils trouvèrent de petites maisons toutes mignonnes construites toutes en plumes de dodos. Ulysse le courageux motiva ses gens pour qu’ils aillent chacun frapper à la porte d’une maisonnette, mais en vain personne n’était là. Ulysse l’optimiste dit à ses gens qu’il avait vu plein de fruits en cherchant les habitants et qu’ils allaient en ramasser pour le dîner. Son compagnon, qui faisait partie de ses gens lui rappela qu’ils avaient échoués et qu’ils n’avaient donc rien  pour couper les fruits des arbres. Il avait raison, mais Ulysse trouva très vite une solution, ils allaient fouiller les maisonnettes et trouver quelque chose qui pourrait leur servir pour ramasser les fruits. Ils trouvèrent vite des sortes de couteaux. En cherchant les fruits, Ulysse vit une grande maison en plumes de dodos. Là ils rentrèrent et rencontrèrent les Trèlondos, ils étaient en train de chanter. Ils chantaient : « do, do, dodo, do, do, trèlondos, do, dodododo ». Ulysse leur demanda si cela était possible qu’ils les hébergent pour quelques jours ; ils s’entendirent à merveille mais ils ne voulaient pas entendre parler d’aider Ulysse et ses gens pour eux l’aide n’était que superficielle. Mais Ulysse avait remarqué qu’ils avaient un très beau navire derrière leur grande maison. Il prévint tous ses gens, le soir, avant qu’ils n’aillent se coucher ; de le retrouver à l’aurore derrière la grande maison.

Quand arriva l’aurore aux doigts de rose, Ulysse le rusé expliqua à ses gens qu’ils allaient prendre d’assaut le navire des Trèlondos. Quelques secondes plus tard, un des compagnons d’Ulysse dit :

-         « Mais ils ont été si gentils avec nous, nous ne pouvons pas leur voler leur navire.

-         Si. La vie est parfois dure mais c’est comme ça. Il faut que nous rentrions à Ithaque. Je ne compte pas vivre mes derniers jours ici. Allez, tout le monde va préparer ses bagages, on part ! »

Ils n’avaient pas le choix, ils s’exécutèrent.

            Le lendemain ils se levèrent très tôt, allèrent jusqu’au navire et montèrent dedans. Ils s’apprêtaient à lever l’encre, quand des Trèlondos surgirent de tous les côtés. En leur lançant des fruits à la figure. Ulysse cria :

-         «  Vite, on y va, en avant, ce ne sont pas eux qui vont nous empêcher de rentrer dans notre ville ! »

Ils s’exécutèrent et partirent en direction d’Ithaque.

Une rédaction de Jean C - 6e 2 – Sainte-Elisabeth, Paris, 10 avril 2008 :

            C’est l’histoire d’un courageux voyageur s’appelant Ulysse. Tout le monde l’appelle : « Ulysse le grand voyageur ». Au cours d’un de ses voyages, avec ses compagnons, en bateau, Ulysse trouva une île non répertoriée sur sa carte. « Ça alors !! Non, je dois rêver » se dit-il. Mais non, l’île existe bien. Ulysse, tout en étant très prudent, alla se rapprocher de l’île et, il descendit de navire. Cette île faisait peur, car c’était la nuit. Tout était noir.

            Quand arriva l’aurore aux doigts de rose, Ulysse se réveilla, « Mais, où suis-je ? » se demanda-t-il. Un homme qui était derrière lui, lui répondit : « Tu es sur l’île Dodos, et je m’appelle Sam Trélondos, jeune étranger ». Mais Ulysse n’écoutait plus, il cherchait ses compagnons. Il observait les alentours par la fenêtre de la maison, mais rien. Ulysse sortit et vit une femme crier « Des cadavres, il y a des cadavres sur la plage ». Et elle s’évanouit. Ulysse partit voir sur la plage si il y avait vraiment des cadavres. Et là, quel désespoir !

            C’était des cadavres, mais le pire, c’était que c’était ses compagnons. Mais une dame arriva et lui dit : « Ce sont des monstres ou plutôt des crocodiles géants qui les ont dévorés, ils sont repartis dans les grottes, là-bas. Tu vois ? » Il répondit : « Je les tuerai » Mais, trop fatigué, il s’endormit. Quand arriva l’aurore aux doigts de rose, la dame qu’il avait vue la veille était toujours là. Il se réveilla et elle lui dit : « Je m’appelle Hermès à la baguette dorée ». « Et moi, Ulysse », lui répondit-il. « Ces crocodiles sont revenus cette nuit ». Mais Ulysse était parti pour les grottes des crocodiles. Devant la grotte, il entendit des grognements. Les crocodiles virent l’ombre que faisait Ulysse sur un mur, alors ils sortirent et le virent. Ulysse courut jusqu’au navire.

            Ulysse pensait qu’il les avait semés, mais non, les crocodiles savaient nager. Ulysse se débattit mais en vain. Tout à coup, Poséidon le roi des mers abattit une grosse vague sur les crocodiles et ils se noyèrent. Ainsi,  Ulysse repartit par où il était venu.