Melodie et Arthur en Inde20

 

      CORRESPONDANCES NOTAMMENT DE COLLÉGIENS PRÈS DU PONT MIRABEAU

 

ET DE MÉLODIE, UNE POÈTE QUI ACCOMPLIT UN TOUR DU MONDE…

 

     Vous trouverez…

1) UN POÈME DE MÉLODIE… depuis le sud asiatique et la photo envoyée par Mélodie et Arthur.

2) QUESTIONS POUR MÉLODIE par les 5e à Mélodie qui accomplit un tour du monde (de nouvelles questions au 19 janvier 2020.)

3) LA DÉCISION DE MÉLODIE – rédactions de 5e, d’après Le Livre des Merveilles de Marco Polo, adapté par M. Beaude (de nouvelles rédactions ajoutées au 19.1.20.)

4) DES NOUVELLES CLIMATIQUES EN TOUR DU MONDE ! - Correspondance avec Mélodie, une poète qui accomplit un tour du monde sur 2019-2020

    A venir des réponses de Mélodie… des vœux de 6e à Mélodie et Arthur… des rédactions en compléments… des commentaires d’internautes voyageurs…

 

**

 

      1) UN POÈME DE MÉLODIE…

 DEPUIS LE SUD ASIATIQUE

 

« À l’adresse de jeunes collégiens près du Pont Mirabeau :

 

Ambassadeurs des jours nouveaux,

Découvreurs de vertiges,

Dans ce pont à bâtir, l’Inde est la première pierre.

En bandoulières vos cœurs,

Et vos jours à semer :

Les intentions à naître sont le fruit du verger.

 

(Effet sépia sur la photo pour l’ambiance Marco Polo !) »

 

     Mélodie Quercron le samedi 11 janvier 2020.

 

     « Nous avons célébré les fêtes de fin d’année dans le Sud de l’Inde avec les parents d’Arthur et quelques mets français ! C’était très particulier ! À la fois pour la chaleur, pour ces festivités sur la plage, pour le manque des proches et le décalage horaire » Une très belle année à toi ! Nous sommes maintenant au Sri Lanka ! » Mélodie XXIe siècle.

 

**

 

2) QUESTIONS POUR MÉLODIE

 

         Bonjour Mélodie, je voulais savoir si votre voyage se passe bien et me demandais si vous pouviez répondre à plusieurs questions ? Si oui les voilà (sinon ce n’est pas grave!) : Est-ce que le réchauffement est partout dans le monde ? Les animaux sont bien dans chaque pays ? (Si oui précisez quel pays s’il vous plait) Et la flore s’en sort-elle bien ? Voilà je vous ai proposé toutes mes questions. J’espère que vous me répondrez. Beau tour du monde. (Aurore K. 5e3)

      - Les descriptions dans le livre sont-elles les mêmes dans le livre et dans la réalité ?
Tes proches ne te manquent pas ? (à part ton fiancé) (Mitsiry A.)

      - Pourquoi avez-vous choisi de faire le tour du monde ?  (Clémence BT 5e1)

      - Bonjour Mélodie, malgré vos peurs les plus rudes, comment se passe votre voyage ? (Alexia C. 5e3 qui a aussi envoyé… sa réponse ! voir-ci-après.)

      - Pour toi, quel pays trouves-tu le plus vivant culturellement ? (Eliott D 5e3)

      - Tu es libre Mélodie de décider de ta vie, mais as-tu réfléchi à la difficulté de rester seule face à l’inconnu quelquefois très hostile ? (Samuel D. 5e3)

     - Se sont-ils mariés dans un pays étranger lors d’un voyage ? Dans quel pays la nourriture les a le plus émerveillés ? (Victoria D.G. 5e1)

     - Lors de votre tour du monde, quelle a été la chose la plus émouvante que vous ayez vécue ? (Léo D.5e1)

       - Question pour Mélodie (par rapport à mon texte) : Quelle est la chose préférée que tu aies vu dans ta ville favorite, Mossoul ? (Esther G. 5e3)

      - Qu’avez-vous préféré lors de votre voyage en Inde ? (Théo L.C.)

      - D’après vous quel pays / quelles villes que vous avez déjà visité est le plus touché par le réchauffement climatique, la pollution… Avez-vous été marquée par un pays/villes où la déforestation est très importante ? (Héloïse L-B 5e1)

       - Avez vous une idée de la suite de votre voyage (pays visités et villes) ? (Arthur M. 5e1)

       - Qu'avez vous pensé des différentes cultures ?  (Margaux M. 5e1)

       - Quelles étaient vos motivations pour partir faire le tour du monde ? - Qu’est-ce que vous pensez apprendre de votre tour du monde ? -Aviez vous déjà voyagé avant votre tour du monde ? –Avez-vous rencontré des habitants de chaque pays ? -Y a-t-il des choses, des endroits ou des personnes qui vous ont marquée particulièrement ? (Sophie P. 5e)

        - Quelle est la chose la plus belle que vous avez vécue ? (Santiago V. 5e1)

        - Lors du voyage, Marco et son équipage ont-ils remarqué que Mélodie s’était déguisée en homme sous le nom de Melo pour accomplir avec eux ce périple ??? (Lucille X. 5e3)

         - Bonjour Mélodie, j'espère que tu vas bien! A travers tous ces pays, quel est le monument que tu as le plus aimé ? (Ruben Z.)

 

**

     Question pour Mélodie qui est de nos jours en expédition : Bonjour Mélodie, malgré vos peurs les plus rudes, comment se passe votre voyage ?

     Bonjour, ce qui me sauve la vie dans ce voyage, c’est Marco. Il est toujours là pour moi et il se sacrifie pour moi quelquefois. Il est vraiment spectaculaire ! J’ai trouvé que Lob était une très belle ville remplie de merveilles ! Je ne regrette pas mon choix d’avoir continué cette expédition car j’ai pu découvrir d’autres modes de vie qu’à Venise mais surtout, nos liens se sont renforcés avec Marco. On a ensuite navigué vers Pékin. Marco et ses équipiers ont adoré cette ville ! C’est ici que j’ai campé pour la première fois avec une tribu indienne qui venait découvrir la ville. C’était vraiment superbe ! D’ailleurs je remercie mille fois cette tribu car grâce à eux, je me suis mariée avec Marco ! Ils avaient tout préparé pour cette grande cérémonie. Ça a été très dur de devoir les quitter. J’ai cru mourir plusieurs fois. Surtout quand on se dirigeait vers Hangzhou et qu’il y a eu la pire tempête jamais connue. Des équipiers sont morts noyé dont un de nos guides, celui qui nous soignait. Heureusement, son livre où il y avait tous les remèdes pour guérir était intact. Finalement, on a réussi à s’en tirer sans le guide. Hangzhou n’a pas été, pour moi une si belle ville que ça malgré le peuple qui est adorable. Bon désolée, je dois vous laisser. Victoire, ma fille pleure. C’est que Marco ne sait pas très bien lui changer la couche ! Normal pour un tout nouveau papa quand même ! Au revoir !

      Alexia C.

 

**

 

3) LA DÉCISION DE MÉLODIE

 

     Rédactions de 5e composées en classes parisiennes après lecture et étude du Livre des Merveilles de Marco Polo. Titres de rédactions essentiellement forgés par M. Dyrek d’après des éléments caractéristiques des récits. Récits retravaillés à domicile par les élèves.

 

     Expression écrite en récit 10 points Remarque : Le Livre des Merveilles de Marco Polo est autorisé pour consultation (dont « Carte du voyage de Marco Polo»), adaptation par l’écrivain français contemporain Pierre-Marie Beaude.

      Sur un pont d’un pays asiatique, Mélodie voit repartir les équipiers de Marco Polo. Elle s’était déguisée en homme sous le nom de Melo pour accomplir avec eux ce périple, elle hésite à présent à rester ou rentrer à Venise. Evoquez ses pensées en rappelant des souvenirs du voyage (Venise en Italie, Acre en Syrie, le Mont Ararat en Arménie, Mossoul, Bagdad, Kerman, Ormuz, Kashgar, Lop, Shangdu, Pékin, Hangzhou…) et sa décision. Rédigez au minimum trois paragraphes avec alinéas.

    Sujet forgé par M. Dyrek à l’automne 2019, en seconde partie d’un Devoir sur Table pour les classes de 5e.

 

**


     « Dix-huit mois pour rentrer »

     Un jour, j'avais entendu dire que Marco Polo et un jeune enfant allaient traverser le monde et rencontrer en personne le grand Khan ! Mais avec ce corps très légèrement plus robuste que le jeune enfant, je n'irai pas bien loin. C'est pourquoi j'avais décidé de me déguiser en homme sous le nom de Mélo. J'étais rentré en douce dans le bateau et faisais mine que j'étais leur garde du corps.

      A Saint-Jean-d'Acre, on a rencontré des croisés et des moines pas très sympathiques. En Arménie, j'avais regardé l'incroyable talent de Mafféo pour la médecine. J'avais rencontré des chrétiens mais pas avec la même religion que le pape. Leur chef s'appelle un patriarche. J'avais appris une multitude de choses dans chaque pays et ville. Et on arrivait, enfin, chez l'empereur Kubilaï où Marco devenait gouverneur.

       La dernière mission de Marco était de ramener la fille de l'empereur Kubilaï au roi Arghoun pour se marier. Mais celui-ci était mort avant, donc, avant sa mort, il avait décidé que son fils allait se marier avec la fille. Après ça, nous avions pris dix-huit mois pour rentrer à Venise mais nous avions eu du mal à la reconnaître. Les gens aussi. Rentrer dans mon pays, Marco et Angelo ont eu des enfants. Pour moi, ce serait le meilleur voyage de l'univers.

     Mitsiry A. 5e

 

**

 

     «Aujourd’hui c’est le grand jour»

     Bonjour, je m’appelle Mélodie, j’ai quinze ans et mon plus grand rêve serait de partir avec les équipiers de Marco Polo. J’aurai la chance de le rencontrer, mais hélas je suis une fille et je ne suis bonne qu’à m’occuper d’une maison, faire le ménage… Un jour, une idée me passa par la tête. Nous étions à l’avant-veille du départ du bateau de Marco Polo. A ce moment précis, je me suis dit, « Pourquoi ne pas changer mon prénom et me faire passer pour un garçon ! ».

     J’ai réfléchi pendant toute la matinée à un prénom de garçon, et, tout à coup, mon grand-frère m’appela « Mélo » ! Je savais comment j’allais m’appeler !! Et maintenant j’allais devoir m’inscrire…

     Aujourd’hui c’est le grand jour, l’équipage de Marco Polo allait partir, et j’en faisais partie ! Nous partions de Venise et j’étais tout de même triste de quitter ma ville, de laisser ma vie derrière moi. Mais nous arrivions déjà à Acre en Syrie, plus précisément à Saint Jean d’Acre. De la mer nous voyions de grandes murailles blanches, la mer de Saint Jean d’Acre était bleue, très claire, limpide. Nous descendions du bateau et je m’arrêtais toutes les cinq minutes pour observer les commerces de cette ville ; nous la quittâmes quelques jours après.

    Quelques semaines plus tard, nous arrivâmes au Mont Ararat, en Arménie. Leur langue était difficile, mais avec mon ami (car oui je m’étais fait un ami qui se nommait Angelo) nous avions réussi à apprendre cette langue si compliquée. Un jour, des guerriers foncèrent droit sur nous, fort heureusement il y avait un sage parmi nous qui nous sortit de l’embarras ! Par la suite, nous sommes allés à Mossoul ; Mossoul pas grand-chose à dire …

     Bagdad ! Il y avait des fleurs, des fontaines, des marchés immenses ! Mais surtout il y avait un conteur extraordinaire et ses histoires l’étaient tout autant que lui, magnifiques ! Tout ce que je peux dire de Kerman est que l’on y vend des pierres somptueuses.

Ormuz, je n’ai plus beaucoup de souvenirs. [….] Cela fait maintenant plus de trente-quatre ans que je suis partie, et je suis à Hangzhou. Une belle ville, mais elle ne ressemble pas à Venise...

     Je commence à être nostalgique, à vouloir rentrer, évoquer Venise me rend triste, je pense que c’est un signal pour que je parte. Mais comment demander la permission, comment ma famille réagirait-elle ? Elle m’a sûrement oubliée ! Je veux retrouver ma vraie identité, je veux redevenir Mélodie ! Mais il faudrait aller voir le grand Marco Polo, comment faire pour lui annoncer ?? C’est si compliqué ! Après des mois de réflexion, qui m’ont paru des siècles, il fallait que je rentre, c’était urgent, je ne pouvais plus rester là, dans un bateau où je suis depuis tant d’années… je veux rentrer chez moi !

     Revoir ma famille, mes amis, ma ville, ma maison, toutes ces choses, ces endroits si importants à mes yeux et dans mon cœur. Déjà trente-sept ans que je suis partie ; je veux rentrer, mais quitter mon ami qui est le seul à connaitre ma véritable identité me bouleverse. J’ai trouvé Marco Polo, je lui ai expliqué et il m’a dit « oui » pour que je rentre enfin chez moi !

     Je suis rentrée à Venise, j’ai revu mes frères et mes parents dans leur tombe … Mais maintenant, je sais que mon voyage est terminé. Ce long périple m’a appris beaucoup sur la vie, les gens, leur mode de vie si différent du nôtre. Mais en une vie, avec ce voyage, j’en ai appris plus qu’en dix vies. Ce voyage, j’en ai des souvenirs fantastiques. Mais maintenant je suis âgée et je vais me reposer. Mes enfants, mes amis et frères sont fiers de moi et c’est le plus beau des souvenirs.

     Clémence BT 5e 1

 

**

 

     «Je te préfère comme ça !»

     Mélodie courait sur le pont d’un pays asiatique.  Elle avait tout prévu pour pouvoir accomplir avec les équipiers de Marco Polo ce périple sous le nom de Melo. Elle avait déniché dans le grenier de son grand-père un total costume d’homme et un masque qu’il utilisait pour les carnavals de la ville. La courageuse partit avec eux !

     Quand le bateau accosta à Bagdad, Mélodie crut s’évanouir de peur.  Des bandits armés couraient vers eux. Elle tremblait de partout et voulut revenir à Venise. C’était si paisible là-bas ! Si beau, si calme. Mais là, elle en était toute en sueur. D’un coup, son angoisse s’atténua et tout devint noir comme plongé dans l’obscurité des enfers. Quand elle se réveilla, Marco Polo et ses équipiers étaient tous sur elle comme pour la protéger ! Elle comprit qu’ils seraient toujours là pour elle ! Elle n’avait pas tout perdu de sa ville natale.

      Elle avait aussi compris que Marco savait que c’était une femme. Un jour, il s’approcha d’elle pour lui enlever son masque et lui dit : « Je te préfère comme ça ! » Elle décida donc de continuer le voyage jusqu’au bout malgré ses peurs les plus rudes ! Car partout, à Lob ou Pagan et dans le désert, Marco serait toujours là pour elle !

     Alexia C. 5e 3

 

**

 

     «Tu as le choix»

     Moi Melo, je suis là seule au milieu de ce pont asiatique fait de lianes et de bois. Sous mes pieds, les équipiers de Marco Polo embarquent. C’est l’heure pour eux de rentrer à Venise. Ma bonne conscience invisible me souffle à l’oreille : « Tu as le choix de rester ici ou de revenir dans la cité des Doges. Ne pas monter à bord, c’est continuer le périple, rencontrer des peuples différents, voir d’autres paysages, gouter à de la nourriture inconnue et m’enrichir de toutes ces découvertes. Rejoindre Marco et les autres, c’est décider de revoir Venise, mes amis, ma famille et redevenir la jeune fille que je suis au départ ».

     « J’ai des flashs ! Je me remémore, en vitesse accélérée, mon film personnel qui fait défiler tous ces mois, tous les moments forts de ce périple. Il faut que je me souvienne pour faire mon choix. Déjà Venise, quand nous sommes partis toutes voiles dehors vers l’inconnu. Venise, cette ville, ma ville si harmonieuse. Que serait Venise dans l’eau et l’eau sans Venise. Je ressens un manque. Venise, c’est aussi ma famille et mes amis que j’ai laissés loin de moi ».

     « Mais ce voyage m’a ouvert au monde. Et je vois, j’entends et je sens qu’il m’a changée. Je me rappelle cette arrivée à Acre en Syrie dans cette ville très animée. J’ai été marquée par le bruit, les cris de cette foule. Tout n’y était que délire pour moi la vénitienne. Que dire de cette marche éprouvante qui nous a menés de Syrie en Arménie où il fait très chaud l’été et très froid l’hiver. De ce pays, je retiens cette brume violette autour des montagnes. Puis je ne peux oublier Mossoul et Bagdad. Je revois encore ces caravanes, ces bédouins, ces chameaux. Rien ne ressemble à ma belle Venise. On y fait commerce mais différemment. On y parle une langue qui n’est pas la mienne. Les gens ne nous ressemblent pas physiquement, ils ne portent pas les mêmes vêtements et vivent d’une autre manière. Je ne peux oublier la Chine, le pays de la soie, et Pékin. Autres traditions, autre culture, et autres techniques. J’y ai découvert la culture du vers à soie et les jolis tissus… »

     « Que dois-je faire ? Choisir est un crève-cœur. Soit je pars et pour moi tous ces mondes fantastiques ne seront plus que souvenirs, soit je reste livrée à moi-même en quête d’autres pays, d’autres expériences. Rentrer à Venise, ce serait pour moi boucler la boucle. Alors que rester ce serait pour moi avancer et continuer cette vie de bohème et de découvertes. Alors le cœur ou la raison ?

     Je vais rester ici et voir partir Marco Polo et les autres. Car je veux aller au bout de mon périple qui n’est pas terminé. J’ai le cœur gros mais ma soif d’aventures m’oblige à poursuivre vers d’autres horizons ».

     Samuel D., 5e3

 

**

 

     «Sur ce pont le temps s’est arrêté»

     Mélodie sur ce pont où le temps s’est arrêté, pense à une des décisions les plus importantes de sa vie. Repartir à Venise ou rester ici. Elle repense à tous ces beaux souvenirs à Venise et aussi pendant le voyage…

     Venise, cette belle ville, Acre en Syrie, le grand et beau Mont Ararat en Arménie, Pékin et sa grande muraille, Hangzhou  avec ses belles traditions et d’autres villes  comme Bagdad, Mossoul, Kerman, Shangdu…

     Mais sa décision aussi tranchante qu’une lame de katana et aussi précise que la complexité d’une fleur de cerisier est de rester ici, le temps recommença à avancer, ils partirent et les fleurs retombèrent sur le sol.

     Eliott D 5e3

 

**

           

     «Trouver le pays qui fasse jubiler»

     Voyant repartir Marco et ses amis, Mélodie, ne sachant que faire, décide de rester auprès de sa maison et de sa famille. Mais en arrivant sur le quai, elle vit, posée sur un banc, une lettre avec écrit « Pour Mélo ». Elle l’ouvrit, cette carte paraissait venir de Marco et Angelo, et disait : « Bonjour Mélodie, Il est temps pour nous de quitter le pays et de retourner de là où nous venons. Nous avons été  ravis de faire ta connaissance, si cela t’intéresse, nous t’invitons à te joindre à nous. Sinon, à très bientôt, Marco et Angelo »

     En lisant la lettre, prise d’émotions, Mélodie se tourna vers le bateau qui n’avait pas encore démarré. Elle cria : -Attendez-moi, je veux parcourir le voyage avec vous !

Elle courut le plus vite possible et monta à temps dans le navire.

     Quelques minutes plus tard, Mélodie raconta à Angelo et Marco la tristesse qu’elle éprouvait quand Marco allait s’en aller avec Angelo. Elle semblait si heureuse à l’idée de parcourir un deuxième voyage. Elle avait parcouru tellement de pays avec de différentes émotions comme l’amour à Saint Jean d’Acre, la tristesse au Mont Ararat ou encore la joie à Pékin. Mais aucun parmi tous ces pays ne la fit jubiler.

     Le voyage terminé, Mélodie fut enchantée de voir une ville aussi merveilleuse. Tandis que Mélodie s’éloigna pour découvrir le territoire, Marco et Angelo retrouvaient leurs vielles connaissances. Quelques instants plus tard :

-Mélodie, où est-elle ? s’est exclamé Angelo. Marco et les garçons criaient à tue-tête « Mélodie, Mélodie ! » La jeune fille sortit d’une boulangerie, une pâtisserie à la main et le sourire jusqu’aux oreilles.

     Mélodie aimait tellement ce pays qu’elle voulait y habiter à vie. Le soir venu, Nicolo et Mafféo et la famille d’Angelo se réunirent devant un excellent buffet pour organiser une fête de bienvenue à Marco, Angelo - et leur nouvelle amie : Mélodie.

     Ce fut comme cela que Mélodie trouva LE pays qui la fit jubiler. 

     Victoria D.G. 5e1

 

**

     « Mélodie a vu… »
       Mélodie hésite, car si elle se fait démasquer, elle va peut-être être lourdement punie. Mais d’un coté, elle se remémore tous les voyages qu’elle a faits surtout à Pékin et Bagdad où il y avait une très bonne ambiance. Elle n’avait jamais vu des paysages aussi beaux. Maintenant elle est beaucoup plus cultivée.
      Elle se dit: j’y vais, elle alla près de Marco, Marco lui dit alors : Comment tu t’appelles, je ne te l’avais pas demandé d’ailleurs ? Et là, Mélodie bégaya, elle n’arrivait plus à dire quoi que ce soit.
      Marco lui dit : C’est pas grave, tu me donneras ton prénom plus tard, on va partir là, viens ! Mélodie reprend son esprit et hocha la tête. Donc Mélodie resta avec eux et vécut de très beaux moments. Après le voyage, quand Mélodie rentra à Venise, elle fut toute contente de tout ce qu’elle a vu. Elle a vu plusieurs grands monuments, elle a aussi vu le Colisée à Rome. Elle a bien fait de rester avec eux !
      Léo D. 5e1

 

**

     «Le rêve de Mélodie»

    […] Mélodie, couchée sur son lit, repense sérieusement à sa décision et aux bons moments passés aux côtés de Marco.

- « Dois-je rejoindre mes tendres amis à Venise ? ou dois-je rester sur les terres asiatiques ? »

     Mélodie décida de faire une lettre pour Marco, pour prendre de ses nouvelles. Elle partit acheter une lettre avec une photo de Mossoul, pour ses beaux paysages. Rentrée chez elle, elle posa le matériel nécessaire, puis alla se coucher car il se faisait tard.

     Mélodie se leva et commença à réfléchir quoi écrire sur la lettre. Quelques minutes plus tard, tout était plié. Elle colla un beau timbre de Kerman, cela lui rappela beaucoup de souvenirs et lui refit sentir les bonnes épices.

     « Pour Marco de Mélo ». Mais elle se rappela qu’elle n’avait pas annoncé que Mélo n’existait pas ! Mais qu’en fait c’était Mélodie une ravissante jeune fille. Elle revint chez elle, déchira la lettre et fondit en larmes de tristesse et de colère… Elle était désespérée, car selon elle Marco était l’ami de Mélo et non de Mélodie.  Puis, elle se remémora toutes les belles villes : Ormuz, Pékin, Le Mont Ararat en Arménie… et Mossoul sa ville préférée. Elle tomba de sommeil et se mit dans son lit.

     Au réveil, Mélodie prit la décision de refaire une lettre pour Marco : « Cher Marco, je ne suis celui que tu penses… ».

     Mélodie finit la lettre et mit quelques photos, de chaque voyage si merveilleux et important à ses yeux. Elle mit le timbre de Kerman et posta la lettre.  Mélodie repartit désespérée du fait que Marco allait peut-être être déçu d’elle.

     Quelques semaines plus tard, la réponse arriva. Mélodie s’empressa de la lire et découvrit que Marco n’avait pas changé avec le temps. Il lui dit que cela ne changeait rien à leur amitié et qu’il avait hâte de la revoir. Mélodie était heureuse car Marco lui annonça qu’il avait trois filles et que Angelo avait deux garçons. Mélodie s’empressa de pendre un bateau direction Venise. Le trajet durait deux semaines mais cela lui était égal.

    Deux semaines plus tard, elle arriva à Venise et alla à la maison Polo. Elle serra fort Marco, sa femme et ces trois princesses. Mélodie était heureuse. Puis après quelques semaines de vie à la maison Polo, Mélodie s’installa définitivement à Venise. Tous les week-ends, elle alla chez les Polo pour y déjeuner. Puis quelques mois plus tard elle rencontra un homme originaire de Mossoul. Celui-ci devint son mari. Mélodie et son mari devinrent encore plus proches de Marco.

     Le 23 mars 2014, Mélodie donna naissance à un garçon. Elle était très heureuse, car elle avait réalisé son rêve, fonder une famille et être heureuse avec les siens.

      Esther G., 5e3  

 

**

 

     « L’air pensif »

     J’ai tout quitté pour eux, je les aime mais je n’en peux plus J’ai vu de très belles villes comme Hangzhou, Bagdad, Acre… mais je suis épuisée par la marche, les heures de décalage… ». Mélodie, dite Mélo, est exténuée et veut peut-être rentrer chez elle. Quelques jours après, Mélo tombe malade, très malade. Marco et Angelo essayent de la soigner mais n’y arrivent pas. Elle reste malade pendant quinze jours !!! Le 15e  jour, il y eut un miracle. Elle n’était plus malade !!! Quelqu’un l’avait soignée, mais qui ?

     Youpi, je suis guérie. Je peux me promener, faire du cheval… Mais je n’ai toujours pas répondu à ma question : Je rentre à Venise ou pas ? « Tu as l’air pensif, me dit Marco. Oh oui, lui réponds-je, si je rentre à Venise que fais-tu ? Je rentre avec toi ! Merci Marco, tu m’as beaucoup aidée ! » Même réponse du côté d’Angelo. Je réfléchis… Tiens j’ai reçu une lettre. Je lis : « Je t’aime beaucoup, pars avec moi et sois heureux. »

     La personne qui m’envoie cette lettre croit que je suis un garçon. Youpi ça marche. Il faut que j’avoue à Marco et à Angelo qui je suis vraiment. J’ai un problème : Je suis amoureuse des deux. Ça va être compliqué. Je leur dis : « Marco, Angelo j’ai deux choses à vous dire : d’un je suis une fille, de deux je vous aime tous les deux » Et je fondis en larmes « Ne pleure pas » me dit Angelo. Marco était plus énervé : « Une fille toi, va-t’en de la caravane et ne reviens jamais ! Alors je partirai avec lui heu… elle à Venise ! Très bien » répondit Marco. Mélodie et Angelo repartirent à Venise et se marient. Quand Marco revint à Venise, ils se réconcilient. Et ils vécurent heureux. (Le soigneur, la personne qui envoie la lettre à Melo, était Angelo, il savait que c’était une fille et l’aimait beaucoup).

          Aurore K. 5e3     

 

**

 

     «Un village en bord de fleuve»

     Mélodie n’arrivait pas à se décider, repartir à Venise pour continuer sa vie dans sa ville natale ou rester avec Marco et Angelo pour vivre de pays en pays, voir des paysages magnifiques, découvrir de nouvelles coutumes, de nouveaux animaux…

     Elle se disait qu’elle avait déjà vécu de très bons moments notamment dans les magnifiques Iles Andaman. Elle repensa aussi à cette vue somptueuse du sommet du Mont Ararat puis à ces splendeurs dans la ville de Kerma. Elle avait découvert assez de choses lorsque les marchands venus du monde entier se retrouvaient accompagnés de leurs multiples objets, aliments… avec encore tant de choses qu’elle ne connaissait pas. Mais en même temps, elle se disait qu’elle adorait cette vie de nomade où elle était chaque moment de sa vie émerveillée devant la nouveauté et la découverte.

     Marco et Angelo insistaient pour qu’elle vienne avec eux. Mélodie ne ferma pas l’œil de la nuit car le lendemain, l’équipage de Marco partirait pour Venise.

     Dès potron-minet, Marco vint la réveiller, il lui demanda instantanément sa décision. Elle réfléchit rapidement puis elle décida de rester avec eux, car la vie à Venise est magnifique, mais elle l’est encore plus à travers des terres inconnues dans le monde entier.

     Une heure après, Mélodie était sur un pont asiatique et regardait les équipiers de Marco repartir. Marco, Angelo et Mélodie restèrent une semaine dans le petit village au bord de ce merveilleux fleuve. Puis, ils repartiront vers le Nord de l’Asie pour de nouvelles découvertes…

     Théo L.C. 5e

 

**

 

    «Quelques pays m’attendent»

     Je me souviens de Venise cette ville en Italie que j’admire tant pour la beauté de ses lieux que pour ses habitants chaleureux. Ce petit bijou posé sur l’écume de la mer, offert à tous. Cette ville où j’ai grandi auprès de ma famille et de ceux que j’aime. Le fait de voir chaque jour les allées et venues des bateaux sur la mer, glisser sur l’eau dans une barque avec comme aide de longues perches sur la lagune de Venise avec toute ces îles qui l’entourent. Même l’hiver avec l’arrivée des tempêtes et de la brume, Venise me manquait, raconta Mélodie.
    Mais voyager me fait un très grand bien comme Pékin qui m’a ouvert les yeux sur le monde qui nous entoure, qu’à l’autre bout du monde les choses ne sont pas les mêmes, les façons de vivre et les rituels qui font d’une ville… une ville unique. Entouré d’un immense mur blanc-gris, Pékin ne ressemble pas à Venise. Mais Pékin est une ville qui a quand même tout un charme. La façon dont les gens s’habillent avec des vêtements en soie si joliment décorés, le grand palais à côté d’immenses jardins, des arbres et des fruits de toute beauté, des bassins remplis  de poissons multicolores et avec ces petites montagnes qui se dessinent au loin comme paysage.

     Il y a aussi des pays et des villes un peu moins jolis et avec des traditions plus marquées. Au Tibet la traversée des terres n’est pas le plus beau de mes souvenirs, ces terres sont isolées du reste du monde mais l’endroit parfait pour les bêtes sauvages. Il y a tant d’autres pays que j’aimerais citer, si merveilleux les uns les autres. Je décide donc de voyager encore quelques temps pour après retourner à Venise cette chère ville que j’aime tant. Quelques pays m’attendent encore pour que je les visite et partage avec le plus grand nombre de personnes possibles mes histoires de ces fabuleux voyages.

     Héloïse L-B 5e1

 
**

 

     « Quand quatorze quatre-mâts s’éloignent… »

          Mélodie voyage à présent depuis environ une vingtaine d’années avec la caravane des Polo. Elle en a tant de beaux souvenirs, moments joyeux, heureux. Mélodie ne savait pas si elle voulait rentrer, car la Chine, qui fut la dernière étape avant le retour, lui plaisait. Elle hésita, essayant de se remémorer ce magnifique voyage. Elle avait travaillé dur pour son déguisement de garçon qui l’eut accompagnée dans les périples vécus…

          Mélodie pensa aux belles choses qu’elle avait vues au beau milieu de cette caravane, enthousiasmée par des chants et des histoires : « Quand on est partis de Venise, le cœur lourd, nous avons survécu à une tempête. Nous arrivâmes à Saint Jean d’Acre où les Croisés partis en Terre sainte en avaient fait leur capitale. Nous avons été en Syrie à Aïas où se forma notre caravane. Nous traversions le pays des Turcs pour arriver en Arménie où les hautes montagnes sont plus fatigantes que nulle part ailleurs. Nous avions survécu à la traversée du désert, aux soldats habiles de Géorgie pour arriver à Bagdad. Nous eûmes traversé la Perse : le désert du Taklamakan où nous avions fait étape à Kashgar et à Lop au Tibet. Cela faisait trois mois que nous marchions, partis de notre ville natale, Venise, la plus belle des villes. Nous étions déjà dans l’empire Tartare depuis des mois lorsque nous avons vu Pékin et Shangdu, les résidences du grand Khan, Kubilaï, Empereur des Tartares, maître de la Chine. Nous avions observé le mode de vie des autres cultures. J’ai vu notre caravane vieillir et rétrécir, car les maladies et les tempêtes ne nous ont pas épargnés. La fin de notre mission arrivait, notre objectif était simple : apporter une lettre du Pape de Rome au Seigneur des Tartares. Nous avions traversé la Chine, passant par une dizaine de villes, toutes différentes. Enfin, nous arrivâmes à Hangzhou. »

          Mélodie prit la décision de rester dans l’Empire tartare, où elle se plaisait bien. Quand elle vit les quatorze quatre-mâts s’éloigner peu à peu, elle versa quelques larmes sur le pont chinois de Hangzhou. Quoiqu’il en soit, elle avait compris qu’elle ne pourrait pas rentrer seule. Elle était triste de quitter les enfants devenus adultes qu’elle avait vu grandir, ainsi que les organisateurs de ce voyage, Nicolo et Maffeo.  

     Arthur M. 5e1

 

**

     « La passion des bateaux »

     Voilà. Le voyage est terminé. Il y a tellement de choses à se rappeler que je ne suis pas sûre de toutes les retenir ! Nous étions à Venise et nous sommes presque à l'autre bout de la Terre ! Ah, Venise, ma ville natale, là où j'ai grandi. Voilà près de 23 ans que je n'y suis pas retournée. Je me rappelle bien comment j'ai eu l'idée de venir sur ce bateau :

     Je n'avais que 7 ans, je jouais sur le port avec mes amis. Depuis que je suis toute petite, je suis un sacré « garçon manqué ». Ma passion, c'est les bateaux ! Alors quand j'en ai vu un énorme, j'ai voulu y monter, je suis allée voir un marin et il m'a dit : " Une fille ! Sur un bateau ! Tu plaisantes. Retourne à ta cuisine !" 

    Je ne me suis pas laissé faire ! Le soir même, après avoir pris des habits de garçon, j'ai sauté dans le bateau.

     Toutes ses cultures que nous avons croisées en chemin comment les oublier ? Il y a encore tant à découvrir.  Je ne veux pas rentrer à Venise ! Je vais m'acheter un bateau et continuer à voyager... 

     Margaux M. 5e1

 

**

 

 

**
 

     «Parmi les assoiffés d’aventures»

     Je ne sais pas ce que je dois faire. Je suis perdue au milieu de tous ces hommes assoiffés d’aventures. Quoi qu’il arriverait, je devais garder mon identité.

     Je ne pouvais pas oublier ces bons souvenirs qui hantent mes esprits. Le Mont Ararat où s’est passée la dispute entre Marco et Angelo, Acre où les deux moines demandent nos ressources et ça avait embêté l’équipage.

     Mais j’avais pris ma décision, je devais partir pour garder mon identité. J’étais triste mais je n’avais pas le choix.

     Sophie P. 5e3

 

**

 

     « La course »

    Marco Polo dit : Tu as accompli tellement de choses, tu ne peux pas me faire ça, si près du but ?

    Mélodie dit : Je ne sais pas, je suis perdue.

    Marco Polo dit : Tu te rappelles tous les voyages que l’on a faits. C’était magnifique, fais-moi pas ça !

    Mélodie part avec un air douteux et réfléchit en marchant, seule, sans la présence de ses équipiers, au fond d’elle, elle sait qu’elle ne peut pas partir.

    Marco part avec ses équipiers, Mélodie les voit partir sur le pont asiatique et resta figée en pleurant et quand elle ne les voit plus, Mélodie courut de toutes ses forces pour les rattraper et elle partit avec eux.

     Vincent T. 5e1

 

**

 

     «Quand je marchais sur le pont»

     Je suis sur un bateau, déguisée, je suis toute moche ainsi, mais j'hésite à rester avec Marco Polo et Angelo. Je les aime beaucoup, mais je pense retourner à Venise pour retrouver ma famille. Marco se dirigea vers Mélo et lui dit Mélo veux-tu continuer avec nous où tu veux repartir à Venise ? je lui dis « Je ne sais pas, Marco laisse-moi réfléchir. »

     Marco s'en alla mais je réfléchis pendant la nuit. Le lendemain Marco est venue me voir en me disant Mélo tu as réfléchi ? je lui dis « Oui Marco je décide de rester » Marco était content. A la tombée de la nuit, nous chantions nous dansions, nous faisions la fête. J'ai surtout peur que Marco et Angelo découvrent mon identité, j'ai peur qu'ils découvrent la vraie Mélodie.
      Le soir même nous mangions des pâtes, car c'est la seule chose qu'il y avait pour manger. J'étais contente car sur le navire nous pouvions chanter, danser: boire; dormir, jouer. Moi je dormais sur un hamac avec de la paille. Quand je peux être seule, je lis les aventures du capitaine Jack Sparow, mon héros préféré...

     Au bout d'un moment j'entendis un " BOUM " et je sortis en courant, car je voulais voir ce qu'il y avait... Marco et Angelo disent BIENVENUE EN KASHGAR plus précis en Asie ! Nous descendions et nous nous promenions. Quand je marchais sur le pont, je me sentis bizarre, on dirait que j'étais sur des nuages comme la tête dans les nuages. Nous étions sur le navire le lendemain.

     Le navire avait disparu, nous le cherchions partout et nous le trouvions à côté d'un arbre ouf soulagement car je veux rentrer à Venise... Je décide de dire à Marco que je suis une fille. Quand nous arrivons sur le navire j'enlève le déguisement et je lui dis voila Marco je suis une fille. Marco me ramena à Venise. Quand nous arrivons, je dis au revoir à Marco et à Angelo ; je pars chez moi et je retrouvais ma famille.

     Santiago V. 5e1


 **

 

     « La décision de Mélodie »

      Je regarde de Hangzhou sur un pont partir Marco Polo et ses équipiers. J’aimerais rentrer chez moi, je ne me souviens même pas du nombre et de la couleur des fenêtres de ma maison, cela fait tellement longtemps que je suis partie de Venise …

       Aux temps de nos voyages, nous avons fait de belles rencontres comme celle du grand Khan à Pékin où encore la rencontre des Tartares, un peuple généreux, heureux et curieux, ils ont été très précieux pour nous, cela nous à fait mal aux cœur de les quitter pour partir à la découverte de nouveaux pays inconnus pour les Vénitiens.

     Mais nous avons aussi fait des rencontres pitoyables, où les habitants mangeaient du serpent, des rats et j’en passe. J’ai été prise d’une fièvre affreuse après avoir mangé des rats grillés. Bref le temps des voyages a été GÉNIAL pour ma part !!! (Même avec ces petits imprévus !) Mais revoir mon pays, ma ville, ma maison, ma famille et le Grand Canal de Venise me ferait le plus grand bien. Alors je pris la décision de rentrer chez moi, dans mon pays. J’étais à Hangzhou, cela faisait 24 ans que je n’avais plus vu Venise.

       De Hangzhou à Venise nous avons mis plus de 18 mois, soit en un an et six mois. Arrivés à Venise, ma ville natale, personne ne me reconnut. Je dus leur raconter plusieurs fois mon périple à plusieurs personnes pour qu’ils me croient enfin. Puis je retrouvai Marco et ces équipiers, moi toujours déguisée en garçon, nous vécûmes en paix pendant la fin de notre vie à écrire  et dessiner tout ce que nous avions partagé durant ce long et merveilleux voyage !!

     Lucille X. 5e3

 

**

 

     Mon cœur balançait

            On était sur un pont d’Asie et j’avais le choix : rester ou rentrer à Venise. Pour moi, le choix était difficile car c’était impossible de partir quand je repensais à toutes les aventures qu’on avait partagées pendant ce voyage, traversant une vingtaine de pays ! Je relisais mon journal intime, j’avais noté toutes nos aventures, du premier jour à aujourd’hui.

     Je songeais au mur de Pékin, au grand Khan, à toutes ces villes qu’on avait traversées et aussi aux nombreuses frayeurs qu’on avait eues ! Cela me donnait vraiment envie de rester quand je repensais à tous ces souvenirs. Mais si je restais, j’allais maintenant me retrouver seul. C’était aujourd’hui le grand départ, tout le monde attendait pour partir.

      Je devais faire mon choix et mon cœur balançait pour repartir à Venise. Les caravanes étaient prêtes, il y avait un mois de voyage. Ce périple allait être long et difficile mais il fallait rejoindre mon pays.

     Un mois plus tard

     Nous avons prolongé le voyage car nous avons décidé de faire une escale au Maroc. A notre arrivée dans ce beau pays, il y avait une multitude de choses à visiter. Les gens étaient chaleureux et le climat très agréable. Je décidai de poser mes valises et de m’installer dans un petit village au bord de mer afin de fonder une famille.

     Ruben Z. 5e 3

 

**

4) DES NOUVELLES CLIMATIQUES EN TOUR DU MONDE !

 

      Correspondance avec Mélodie, poète qui accomplit un tour du monde sur 2019-2020

 

     Faut vraiment Mélodie que je t'envoie une demande de dits autour de quatrains et quintils ! Cordipoeti !

     Laurent 3D56 au 30 avril 2019.

**

     Bonjour Mélodie ! si l'une des questions au choix (ou plusieurs) trouve grâce, curiosité, charme, perplexité, amusement à tes yeux, mon livre en son tome 2 que je prépare encore tout l'été pour sa sortie en automne accueillera plaisamment tes réponses en poèmes. 24 vers en tout max stp. Cordipo arti et milrécits !

     Laurent Desvoux-D'Yrek  mi août 2019.

     PS j'ai toujours en tête une proposition de réécriture de quatrains en quintils...

**

     Merci pour tes messages !! Je te réponds très vite.

     Mélodie 20 août 2019.

**

     Merci beaucoup Laurent, j'en suis tellement touchée ! J'écris toujours mais moins, je mets aussi mon énergie ailleurs et en ce sens je ne sais pas si j'arriverai à écrire ce que tu me proposes par mail. Je vais essayer cela dit, et je te remercie d'avoir pensé à moi ! La fin de mon salariat se terminant vendredi prochain, j'aurai plus de temps en septembre même si je serai aussi dans la préparation de mon tour du monde qui débutera en octobre.

     Comment vas-tu toi ?

     Mélodie 22 août 2019 à 12h57.

**

     Très bien ! Je vais te proposer, chère Mélodie Quercron, une mission poétique à préciser concernant ton tour du monde en lien avec la poésie, l'état de la planète et mes jeunes collégiens d'un coin de Paris.

     Pas une mission de l'Unesco, mais une proposition de mission par l’un qui n'a de l'énergie à faire le tour du Monde que par l'imagination, les mots des autres - dont les récits de voyages...

     Ton énergie a besoin de beaux défis pour retrouver par émotions et sensations l'envie d'avoir envie d'écrire. Oh moi ne suis qu'un psychologue de comptoir ou de ballades poétiques ! Cordipoeti et artisti et milrecits.

     Laurent3D56 au 22 août 2019.

**

    Oh ça me plairait beaucoup ! Vraiment. Je sais déjà qu'en voyageant mon art va s'enrichir. Concernant le fait que j'écrive moins, je ne le vis plus mal car je suis toujours satisfaite de ce que j'écris, c'est juste que j'ai moins besoin de me vider en ce sens comme avant, mais c'est toujours en moi et je sais aussi que je suis créative au quotidien à bien d'autres égards. Je sais aussi en tout cas que mon art va évoluer en parcourant le monde, qu'il s'agisse de poèmes ou de proses.

     Je me demande si le côté "contraintes" est en ce moment quelque chose dont je m'éloigne, moi qui fais un énorme travail sur moi pour notamment lâcher-prise ! Quoi qu'il en soit, je serais ravie à l'idée de contribuer à ce projet, et bravo pour toutes les initiatives que tu fais.

    Mélodie 22 août 2019 à 13h10.

**

     C'est pourquoi mes contraintes d'écriture comportent de la souplesse ! Qualité pour une gymnaste ! Et en poésie ! Poeticordi et artisti et milrecits !

     Laurent3D56 22 août 2019 à 14h12.

**

Salut Laurent ! Comment vas-tu et comment se portent tes projets ?

     Mélodie automne 2019.

**

On pleure, on rit, on est avec toi, on est avec ta sœur,

On est sur un clocher, on est dans un avion, on est dans un ailleurs,

On est dans un départ, on est dans l'émotion, on est dans un chemin,

On est dans ton poème, on est dans ta chanson, on est dans un tour,

On est dans un monde et le monde de Mélodie étonnamment est le nôtre !

     Texte z433 Bon voyage aux tours-tereaux ! le 28 octobre 2019

entre 18 et 19h en IDF.

*

     Bonjour Mélodie ! Projets surabondants et mes jours bien remplis ! D'entre Paris Bretagne et mon petit L'Hay-les-Roses... J'ai parlé de toi et de ton (votre) tour du monde à mes 6e du XVe et de leurs vers te sont consacrés depuis septembre !

     Peux-tu nous conter la flore, la faune que tu observes ?

     L'état de la planète que tu traverses ? dans ses dimensions environnementales, paysagères, climatiques, humaines, artistiques ?

     Un tour du monde au XXIe siècle garde-t-il quelque chose d'aventureux comme au temps de Jules Verne ?

     Le monde est-il plus petit qu'autrefois ?

     Et qu'apporte aujourd'hui de voyager au temps de l'Internet et des documentaires télévisés ?

     Les voyages forment-ils toujours la jeunesse ? ouvrent-ils l'esprit ? font-ils poèmes et récits neufs ou renouvelés ?

     Quelques questions pour tes chemins du monde avec ton amoureux. Bon tour à vous deux ! et revenez avec des brassées de mots, d'images, de souvenirs et de projets !

     Cordipo artisti et miletunrécits

     Laurent Desvoux-D'Yrek au nouveau novembre 2019.

**

     Bonjour Laurent, je suis ravie de lire de ces nouvelles !! Je te répondrai bientôt, ces questions me demandent un peu de temps et je sors tout juste de la turista haha (rien de très poétique là-dedans !). As-tu pu voir les publications sur notre page ? En tout cas, je vais répondre prochainement à vos questions. Je t'envoie de jolies ondes !

     Mélodie Mercredi 6 novembre 2019. 15h49.

**

     Bonjour Laurent, alors, je ne suis pas sûre de répondre encore à toutes tes questions, mais voici déjà quelques éléments ! Tu pourras aussi en trouver d’autres sur notre page où je publie des textes et des photos tandis qu’Arthur, mon copain, va publier des vidéos.
     Au début du séjour, sommes restés 5 jours à Delhi et sa banlieue, c’était fascinant et plutôt riche en verdure, mais nous sommes aussi contents d’en être sortis compte tenu de la pollution et de l’agitation de la ville. Nous sommes ensuite allés à Dharamkot où nous avons bien passé une semaine, à environ 1 800 d’altitude, dans l’Himalaya. Là, nous étions entourés par les forêts, les montagnes, les animaux, nous respirions de l’air pur et la vie était très paisible. Nous nous sommes même baignés dans une cascade.

     Depuis deux jours nous sommes redescendus, nous sommes désormais au pied de l’Himalaya, à Rishikesh, et c’est un entre-deux car il y a à la fois de la ville et beaucoup de verdure et de tranquillité. C’est la ville berceau du yoga et nous allons continuer à en faire, faire aussi des médecines douces, et des activités manuelles.
     De ce qu’on a vu, l’Inde est très polluée tout de même, le tri des déchets et problématique et il y a une mauvaise évacuation de l’eau. Elle est en ce sens très précieuse et c’est important de le constater.

     De notre côté, nous avons fait le choix, pour notre tour du monde, de prendre une fois l’avion puis de voyager autant que possible en transports en commun entre chaque ville et pays. Nous verrons quand il s’agira de passer d’un continent à un autre, mais même-là, on va réfléchir à une solution alternative !

     Nous essayons de ne pas faire un voyage trop touristique, de prendre le temps de s’imprégner des ambiances et de rester assez longtemps dans chaque endroit pour polluer le moins possible. Nous avons une gourde filtrante qui nous permet de boire de l’eau de partout et nous éviter d’acheter des bouteilles en plastique.
      Nous resterons en Inde jusqu’à mi-janvier, après nous continuerons sur l’Asie du Sud-Est. En tout cas, nous faisons de très jolies rencontres. À savoir que ces dernières ne sont pas toujours entièrement sincères car c’est fréquent dans la mentalité indienne de démonter de la générosité et un grand élan de proximité pour attendre aussi quelque chose, voire essayer de nous vendre quelque chose. Nous avons ainsi eu plusieurs expériences de ce genre en deux semaines et demie de voyage. Mais il n’en demeure pas moins qu’il se dégage une belle chaleur humaine et des ondes qui stimulent le cœur.
     Côté touristes, il y a de tout aussi, nous percevons de plus ou moins belles ondes. Mais c’est intéressant de se confronter à différents types de caractères et de s’enrichir ainsi. Avec les Indiens aussi, c’est très intéressant de pouvoir échanger sur nos différences culturelles.

     Côté artistique, nous sommes plus que comblés, je me suis remise à écrire depuis ce voyage alors que je me sentais bloquée en France. J’avais besoin d’autres choses. Et Arthur fait de son côté de belles rencontres musicales. C’et en ce sens très stimulant ! De mon côté j’ai démissionné de mon travail, mais je continue à travailler « en freelance » pour ma boîte et d’autres clients. J’avais peur de rencontrer des problèmes de réseaux en Inde, mais finalement, même dans l’Himalaya j’avais la 4G ! Nous avons acheté une carte locale et nous avons aussi accès au wifi quand c’est possible.

     À savoir qu’il s’agit de mon premier long voyage, donc je n’ai pas de moyen de comparaison. Je pense toutefois que, même si c’était très dur pour moi de quitter mes attaches en France, je vis une expérience formidable. Je pense aussi qu’il est plus simple de voyager aujourd’hui avec Internet et les réseaux sociaux. C’est d’ailleurs plus rassurant pour les parents, les proches !

     De plus, je suis inscrite sur Facebook sur deux sites, celui des « We are backpakeuses ! » et « Voyage en Inde et au Népal » qui permettent de s’échanger plein de conseils ! Le premier comporte plus de 128 000 membres dont tu imagines un peu toutes les informations qu’on peut y trouver et les échanges que ça génère !

     Peut-être qu’en cela le côté aventureux est moins présent, mais tout de même, nous avons Arthur et moi qu’un sac à dos de 40 L sur le dos et nous vivons au jour le jour, ne sachant pas où nous allons dormir !

     Les trois premières nuits, nous avons dormi chez des inconnus et après c’était chez des amis d’amis, des « guest houses », un « AirBnB », et actuellement un hôtel où nous avons négocié le prix, car oui, tout se négocie. !

     Voilà un petit état des lieux ! De tendres pensées pour tes élèves ! Bises à toi.

     Mélodie jeudi 7 novembre 2019. 9h16

**

     Aventureux aussi dans le sens où on ne sait pas combien de temps on part ! J’ai lâché un CDI (et tous les avantages qui en découlent) et Arthur a refusé un CDI pour un VDI, Voyage à Durée Indéterminée.

     Mélodie jeudi  9h32

**

     Oh joie de te lire et d'avoir toutes ces informations qui résonnent avec deux lectures au moins du moment : Le Livre des merveilles de Marco Polo dans l'adaptation créative qu'en a donné Pierre-Marie Beaude - et lu avec mes 5e et Le Récit La Panthère des Neiges qui se passe dans les plateaux du Tibet livre et affût que je conte depuis un mois à mes collégiens de 6e et qui de. Plateaux en plateaux décroche le Renaudot !

     A bientôt de vos nouvelles climatiques et existentielles du monde vaste, chers tous deux aventureux de l'action, du rythme et du verbe ! Cordipoeti Et artisti et milrecits  

     Laurent3D56 jeudi 7 novembre 2019. 18h14.

**

     Bonjour Mélodie ! Je vais utiliser pour tes messages transcrits le caractère Malayalam Sangam MN avec M comme Mélodie et A comme Arthur, un nom à consonances exotiques de vos pays de tour du monde. Pour mes messages le rendu sera en police de caractère Didot, comportant des D, comme dans 2D ou 3D.

     J’appelle cet échange si cela te convient d’un titre alexandrin « Des nouvelles climatiques en Tour du Monde !». Cela peut être titre ou sous-titre et tu peux proposer aussi version titulaire – par exemple avec l’expression « état des lieux » que tu emploies !

     La professeure des Sciences de la Vie et de la Terre est prête à travailler avec les 6e pour leur faire poser des questions en lien avec le climat et la défense de l’environnement. C’est à la fois pour elle un programme et un investissement aussi humanitaire.

     Pour l’Inde et les différents pays je vais consulter les programmes d’Histoire et de Géographie au collège (et peut-être aussi en début de cycle 3 CM1 et CM2).

     Dis-moi si je puis placer l’ensemble de ces documents sur mon « Blog de Monsieur Dyrek » - catégorie « Correspondance avec des écrivains » que pourront lire les élèves pour suivre ce Tour et pouvoir réfléchir à des questions en te lisant – s’il y a à retrancher, à laisser tel quel, à réécrire tel ou tel passage, si tes sites ou blogs que je ne suis pas allé encore consulter peuvent être vus par de jeunes collégiens.

     Cordipo et mondo

     Laurent Desvoux-D’Yrek à Paris puis en banlieue au 12 novembre 2019. Texte z510.

**

     Bonjour Mélodie, j'espère que tout se passe bien, ici beaucoup de choses école (copies, conseils, « Patrimoine en poésie », concours récits inter 6e (1)Cérès, messe pour un feu collègue..., marché de Noël de l’école, voir Blog de M. Dyrek) et association (livre, marché de Noël avec récital poésie musique ce dimanche...), alors j'attends vers mi décembre pour mettre infos échange tour du monde de Mélodie.

     D'ici là peux-tu nous offrir une photo de toi depuis l'Inde portant panneau alexandrin : "Pour les collégiens du XVe parisien" et autres messages tiens du bout du monde..., à placer en salutation au commencement du dialogue sur la planète et ses états.

      Cordipo et arti Laurent Dyrek dit Desvoux-D'Yrek ce 27 novembre 2019.

*

     Coucou ! En effet, tu as l’air de faire plein de choses ! Si j’ai bien compris, tu voudrais que je fasse une photo de moi portant une sorte de pancarte en Inde ? Peux-tu me préciser ce que tu voudrais d’écrit, je n’ai pas bien compris ce passage. Je suis dans le désert mais je vais essayer de trouver quelque chose d’ici là !

     Très bon week-end. Mélodie le 30 novembre 2019.

*

     Bonjour Mélodie ! voici le sujet que j’ai donné à mes 5e juste avant les vacances de Noël et je suis en corrections progressives, la première partie était consacrée à de la conjugaison.« Expression écrite en récit 10 points Remarque : Le Livre des Merveilles de Marco Polo est autorisé pour consultation (dont « Carte du voyage de Marco Polo»)

      Sur un pont d’un pays asiatique Mélodie voit repartir les équipiers de Marco Polo. Elle s’était déguisée en homme sous le nom de Melo pour accomplir avec eux ce périple, elle hésite à présent à rester ou rentrer à Venise. Evoquez ses pensées en rappelant des souvenirs du voyage (Venise en Italie, Acre en Syrie, le Mont Ararat en Arménie, Mossoul, Bagdad, Kerman, Ormuz, Kashgar, Lop, Shangdu, Pékin, Hangzhou…) et sa décision. Rédigez au minimum trois paragraphes avec alinéas. »

     Depuis j’ai re-parcouru au galop, pour forger un questionnaire, le roman La Sixième de Morgenstern et le nom de famille de la jeune collégienne est Melo ! S’il n’y a pas de pont dans le désert, bâtis-en ! Euh peux-tu simplement écrire « à l’adresse de jeunes collégiens près du Pont Mirabeau », des mots phrases pensées ou vers du bout du monde, sur des écriteaux à la craie ou à l’encre si tu en disposes ! et en photos où l’on te verrait tenir ces écrits-écriteaux et dire par exemple si tu as parcouru certains lieux qu’a traversés il y a plusieurs siècles Marco Polo. Ils connaissent son récit à travers l’adaptation réussie qu’en a accomplie Pierre-Marie Beaude qui a fait l’ajout d’un narrateur et ami de Marco et qui s’appelle Angelo. En continuer le jeu avec le personnage Mélodie avec ce mot Melo à la fois masculinisé et italianisé. Et la surprise que les élèves auront de voir une Mélodie voyageuse et poète et auteure d’un tour du monde en cours et qui pense à eux. Depuis fin novembre êtes-vous tous deux sortis du désert ? Je vous souhaite à tous deux un joyeux Noël ! Des fêtes en ce sens se préparent-elles autour de vous ? ou en vous ? Et votre lieu a-t-il jamais reçu la neige ?

     Texte z684 Laurent Dyrek au matin du 24 décembre 2019.

*

      Bonjour Laurent ! Merci pour ce message, l’idée me plaît beaucoup, je trouverai bien de quoi écrire comme support ! pour le moment je suis avec les parents d’Arthur jusqu’au 7 mais je garde ça en tête ! De très belles fêtes à toi !

     Mélodie le 26 décembre 2019.

*

     A suivre de questions... de réponses... de photos... de voyages... d'états des lieux du monde... de récits... de voeux... pour les voyageurs... pour la planète... pour l'avenir...