2070, classe volante explore banquise de (1)Cérès !

 

    Une laisse narrapoétique pour (1)Cérès

 

       Alexandrins de rédactions de 6e parisiens en décembre 2019

en science-fiction par projection en 2070 lors d'un voyage de

"la classe volante" sur le gros astéroïde (1)Cérès, ou planète naine

de la ceinture d'astéroïdes entre Mars et Jupiter.

     Les 4 premiers quatrains se retrouvent par vers en tressage poétique tout au long de cette "laisse", longue suite poétique, "narrapoétique", mot que j'ai forgé pour évoquer une poésie comportant des éléments narratifs. M.D à Noël 19.

 **

Une lumière étrange attire mon regard

Je me retourne la lumière a disparu

Cette eau que tu as bue, elle rend immortel

Poissons de multiples couleurs zigzaguaient entre

 

Lors la lumière qui me poussait à sortir…

Aboiement qui réveilla toute la navette

Dring fit le téléphone de Monsieur Electe

Planète naine complètement congelée

 

Je regardais à la fenêtre de ma vitre

On en conclut que la glace est vraiment magique

Participer à une classe de planètes

Ecraser une orange pour serrer les mains

 

A trois et le tonnerre résonna en moi

Du vide… par endroits… et aussi… des étoiles

Trouver un moyen pour sauver notre banquise

Moyen pour sauver notre banquise… et la Terre !

 

Prix 6e mai19

Le sol à la fenêtre, qui disparaissait !

Une ombre… nous frappa, un gros… astéroïde…

L’alarme… s’alluma aussitôt… et des fuites…

Une lumière étrange attire mon regard

 

Je la reconnus grâce à ses volcans de glace

Mon esprit se ferma, ce fut… le vide… en moi

N’arrivais plus bien à… respirer… dans mon masque…

Je me retourne la lumière a disparu

 

Dame avec une lance de glace à la main

Elle ne cesse jamais de s’agrandir grâce

Grâce aux particules présentes dans la glace

Cette eau que tu as bue, elle rend immortel

 

Et nous donnions de la nourriture à ma mère

L’ai tout de suite reconnue et j’ai crié

Elle est magnifique, sauf qu’il y fait très froid !

Poissons de multiples couleurs zigzaguaient entre

 

Excitée à l’idée d’explorer la banquise

Nous nous sentons plus libres de nos mouvements

Il y avait une sorte de trop mignon

Lors la lumière qui me poussait à sortir…

 

Nous a donné une montagne de conseils

Classe découverte durera deux semaines

Nos combinaisons sous-marines sont chauffantes

Aboiement qui réveilla toute la navette

 

Incroyable de voir des poissons évoluer

D’abord du patin à glace puis du hockey

Patin à glace c’est pas facile au début

Dring fit le téléphone de Monsieur Electe

 

En plus on fait glisser un palet sur la glace

Dévale les pentes des sortes de volcans

Hâte de raconter tout ça à nos parents

Planète naine complètement congelée

 

C’était très amusant de prendre la fusée

Nous allons prendre un an pour aller sur Cérès

Explorer cette planète si… merveilleuse

Je regardais à la fenêtre de ma vitre

 

Bien équipés… j’ai l’honneur d’être la première

Première femme à poser un pied sur Cérès

Personne ne semblait avoir vu quelque chose

On en conclut que la glace est vraiment magique

 

…Chose… bouger… juste à côté… de la fusée…

J’ai suivi l’eau… elle menait… jusqu’à dehors…

Mon équipage n’était pas encor levé

Participer à une classe de planètes

 

Je prenais un énorme risque en sortant seule

Je les suivis jusqu’à derrière une falaise

Je vis des boules de glaces avec des pattes

Ecraser une orange pour serrer les mains

 

Je les ai appelées Les glaciboulopattes

Mes amis m’attendaient avec de l’inquiétude

J’arrivai et je leur racontai mon histoire

A trois et le tonnerre résonna en moi

 

Et nous revenions sur Terre avec plein d’infos

Chasseur de primes les avait suivis dans l’espace

Chasseur de primes avait plus d’un tour dans son sac

Du vide… par endroits… et aussi… des étoiles

 

Ce poisson vénéneux est beau comme l’eau mais

La fille rousse s’assoit à coté de moi

Planète de larves et de pierres brûlantes !

Trouver un moyen pour sauver notre banquise

 

Mais le voyage ne va pas se passer comme

Un passage temporel qui nous téléporte…

Je pars me coucher, les étoiles… plein la tête !

Moyen pour sauver notre banquise… et la Terre !

 

Des expériences sur des plantes comestibles

Un mois de vol, chacun s’occupe comme il peut

Le voyage est fini pour nos deux astronautes

Une lumière étrange attire mon regard

 

Nous y sommes mais notre vaisseau est cassé

Olivia trébucha et tomba dans un trou

Olivia allongée sur le sol sans son masque

Je me retourne la lumière a disparu

 

Sorte de tunnel sous la glace, dit Arthur

Et un extraterrestre sortit d’un couloir

Maison de… sous la glace… par un escalier

Cette eau que tu as bue, elle rend immortel

 

Fin arriva le moment d’atterrir… sur Terre

C’est bien plus qu’une explorati-on de banquise

C’est portail trans-dimensionnel ! tous aux abris !

Poissons de multiples couleurs zigzaguaient entre

 

L’apparition de ce portail trans-dimension

Il faut inverser le processus du portail !

Le même jour et mois… mais pas… la même année !

Lors la lumière qui me poussait à sortir…

 

Risquez de glisser avec toute cette glace

Paul, Antoine et Noé partirent explorer

J’ai adoré me baigner avec la combi !

Aboiement qui réveilla toute la navette

 

Il lui semblait avoir repéré une grotte

Tombèrent nez à nez face à… une… banquise !

Il vaut mieux attendre la fin de la tempête

Dring fit le téléphone de Monsieur Electe

 

Faut partir au plus vite !, dit le capitaine

Classe était repartie à bord de la fusée

Ayant découvert une nouvelle planète !

Planète naine complètement congelée

 

Nous voyons Cérès avec un manteau de glace

Avons gagné ce voyage dans une boîte

Nous descendons de la fusée, frigorifiés

Je regardais à la fenêtre de ma vitre

 

Objet en souvenir de leur planète bleue

Tous les jours c’est la même chose on a froid on

Des informations sur les glaciers souterrains

On en conclut que la glace est vraiment magique

 

Tout le monde s’active pour retrouver Claire

Là un gigantesque morceau d’astéroïde

Train volant plus développé qu’une fusée

Participer à une classe de planètes

 

Combien de temps ils allaient rester sur Cérès

Que les enfants ne se perdent pas sur Cérès

Dans un bocal d’eau, son inséparable ami

Ecraser une orange pour serrer les mains

 

De l’océan sous la banquise de Cérès

Nous sentons des vibrations dans tout notre corps

Je vais m’asseoir sur un rocher, je réfléchis

A trois et le tonnerre résonna en moi

 

Et d’un coup, le sol se dérobe sous mes pieds

Vois comme un océan au-dessus de ma tête

Des milliers de questions me traversent la tête

Du vide… par endroits… et aussi… des étoiles

 

S’il sait comment je pourrais sauver mes élèves

Il s’est sauvé grâce à une pierre magique

Je le laisse donc à son imagination

Trouver un moyen pour sauver notre banquise

 

La sorte de chien m’a suivie jusqu’à ma chambre

A la fin du spectacle, la sorte de chien

Les petits rochers commencent à nous tomber

Moyen pour sauver notre banquise… et la Terre !

 

La maîtresse nous a crié de nous cacher

Notre couchette, elle allait mettre les moteurs

Les jours suivants, nous serons en isolation

Une lumière étrange attire mon regard

 

Que la fusée était posée sur de la glace

Joindre la base pour commencer les leçons

Professeur qui avait un amplificateur

Je me retourne la lumière a disparu

 

Alors que j’embarquais dans une passerelle

Et vous, êtes-vous déjà allé sur Cérès ?

Une foule de gens qui criaient Les voilà !

Cette eau que tu as bue, elle rend immortel

 

Nous rajoutent des sales morveux dans les pattes

Nous ordonna d’entrer dans la fusée retour

J’étais entourée de câbles et de coussins

Poissons de multiples couleurs zigzaguaient entre

 

Pris conscience qu’il fallait dormir, mais debout ?

Et entre ces deux planètes une ceinture

Astéroïde rond, ce doit être Cérès

Lors la lumière qui me poussait à sortir…

 

Je vais rester là à surveiller la fusée

Nous partons donc en exploration sans Emma

Mélange de sabots de girafe et de pattes

Aboiement qui réveilla toute la navette

 

Enfin nous sortons et suivons l’extraterrestre

Côté de la planète couverte de glace

Mais malheureusement le temps passe plus vite

Dring fit le téléphone de Monsieur Electe

 

Mars puis Jupiter et… entre ces deux planètes

Toujours aussi spirituel à ce que je vois

Vous guider à travers mon centre de recherches

Planète naine complètement congelée

 

Je veille à la sécurité des scientifiques

Avons fait une découverte fantastique

Rédacti-on sur ce que l’on venait de vivre

Je regardais à la fenêtre de ma vitre

 

De trouver comment explorer la cavité

En montrant du doigt une voiture autonome

Levée très tôt pour découvrir notre fusée

On en conclut que la glace est vraiment magique

 

Un casque blanc avec des bandes argentées

Propulseurs font la taille de la Tour Eiffel

Mon dernier repas avec papa et maman

Participer à une classe de planètes

 

Je regarde par le hublot, c’est magnifique

Sûr, on est dans la ceinture d’astéroïdes

C’est difficile de marcher sur la banquise

Ecraser une orange pour serrer les mains

 

Changer de couleurs en fonction des émotions

Dans un cratère, c’est une plante argentée

On sort de la fusée. Les bottes sont légères

A trois et le tonnerre résonna en moi

 

Le voyage ne devait durer qu’une nuit

Sommes devenus incollables sur Cérès

De mini vaisseau pas plus grand que mon armoire

Du vide… par endroits… et aussi… des étoiles

 

Juste une envie, c’est de retourner sur la Terre

Dessine les cratères, c’est très amusant

Sommes tout excités de partir dans l’espace

Trouver un moyen pour sauver notre banquise

 

Le plus gros astéroïde de la ceinture

Toute la poussière a disparu de Cérès

Mince j’ai zappé mon matériel de dessin

Moyen pour sauver notre banquise… et la Terre !

 

Sac-à-dos de survie, demanda une élève

La classe, celle qui adorait dessiner

Enfants, rejoignez-moi dans le salon commun

Une lumière étrange attire mon regard

 

Glaces de plusieurs dizaines de kilomètres

Elle est très fine et constituée de vapeur d’eau

Une bulle était dans l’allée à quinze mètres

Je me retourne la lumière a disparu

 

Toujours, à chaque minute, à chaque seconde

Je suis prêt à crier qu’il y a de la vie

Que le poulpe grossit et il me prend la tête

Cette eau que tu as bue, elle rend immortel

 

Le vois et il me raconte tout ce gamin :

Poissons de multiples couleurs zigzaguaient entre…

 

     Texte z657 Alexandrins de rédactions de 6e en décembre 2019.

Tresse accomplie le 19.12.19. par M. Dyrek.