Un poème inspiré par Giono et Les vraies Richesses,

sujet de Brevet 2017 (DNB au 30 juin) écrit ce vendredi 30 juin 2017.

 

         Des oliviers... au Dragon - estrambot de vers libres rimés

 

     De ma province aux oliviers je viens d’arriver

Et je suis tombé hasard ou nécessité

Dans un meublé de la rue du Dragon

Qui ne sent ni le thym ni la lavande ni l’estragon

 

     Paris s’entasse Paris rugit Paris vole métro aérien

Je regarde passer le peuple des fourmis et je deviens

Une fourmi à titiller la gueule du dragon

Nom dévorant pas juste décorant va-t-il sortir de ses gonds ?

 

     Mon pais comme il est loin de ce treillis de rues

Comment m’assurer qu’il n’a pas disparu

Et que je reverrai ma maison et mes maquis courus ?

 

     Si la ville géante est comme un monstre hostile

Peut-on doit-on l’apprivoiser par l’élégance d’un style

Par une plume qui court aussi sur le livre des villes ?

 

     Dire que je m’étais promis de ne pas aller plus haut

Que ne vont les oliviers - mais comme leurs bocaux

J’ai gagné la capitale perdant mes ânes mes chevreaux mes chevaux

 

     Texte x773 écrit par Laurent Dyrek à Paris d’après un extrait d’un livre de Jean Giono -   Les vraies Richesses -  le vendredi 30 juin 2017, en sujet de brevet pour dictée et travail d’écriture.

    Remarque : Un estrambot est un sonnet augmenté d’un tercet soit 14 + 3 vers. Le Verbe Poaimer organise tout l’été un concours de poèmes de 17 vers, gratuit pour les moins de 18 ans.

IMG_20170630_183249

    Agenda : Le Verbe Poaimer organise tout l’été un concours d’estrambots  avec

   - des thèmes « larges » – les lieux, des poèmes comiques, des poèmes exclamatifs ou interrogatifs

   - des thèmes « originaux » – les fables avec des noms comportant un f ou des poèmes comportant des noms de roses débutant par une voyelle

   On peut participer hors concours pour publication éventuelle. Voir Le Blog du Verbe Poaimer.